Mobile en feutrine pour la chambre d’une petite sorcière

Octobre est Halloween avec Lou et Hilde

Les mercredis sont « Bricolage » et vous trouverez d’autres idées chez…
Jojoenherbe – Sorcière en empreinte de main

 

 

Aujourd’hui, ce sera un mobile facile à confectionner pour une chambre de petite fille. J’ai choisi de la feutrine dans une déclinaison de vieux-rose et de mauve avec des perles en bois. Pour les gabarits, je les tiens à votre disposition, mais vous pouvez aussi les retrouver sur le net en tapant… « gabarits Halloween pour le coloriage ».
Les formes simplifiées sont bien pratiques !

 

 

Matériel :
– 1 cercle en fer
– Feutrines de différentes couleurs pour le tour du cercle et les sujets
– Cartonnette pour tracer les gabarits
– Cordons ou croquets ou rubans ou fil de pêche
– Perles en bois, pompons…
– Fil à broder, aiguille (pour les couturières), ciseaux, colle à tissu ou scotch double face (pour les non couturières)
N’hésitez à rajouter des embellissements en feutrine.

Réalisation :
– Commencez par faire un croisillon dans le cercle avec du fil de nylon ou un cordon. Équilibrez et attacher 5 cordons ou rubans au bout desquels vous mettrez les figures en feutrine ; 4 en périphérie et 1 au centre.
– Coupez dans la feutrine un tour que vous positionnerez (cousu ou collé) autour du cercle. Ce tour peut être soit un simple bandeau, soit quelque chose de plus travaillé comme des fanions pointus ou arrondis.
– Coupez à l’aide des gabarits 5 figures dans de la feutrine. Puis doublez-les pour faire un recto verso. Le ruban sera pris en sandwich.
– Suspendez les figures en feutrine à différents niveaux  en les cousant ou en les collant avec du scotch double face. Pour une finition plus soignée, vous pouvez faire sur les bords un point de perse. Terminez par fixer une perle au bout des cordons ou rubans. Les perles finiront le travail et lesteront la suspension.
– Fixez le tour du cercle en le cousant. Quelques points suffiront. Vous pouvez coudre ou coller un galon pour terminer.

– Mettez un fil pour accrocher le mobile…

 

 

La sorcière Rabounia

 

Octobre est Halloween avec Lou et Hilde
et les samedis sont albums illustrés pour les enfants en compagnie de Hérisson pour son challenge

 

 

La sorcière Rabounia
Texte de Christine Naumann Villemin
Illustration de Marianne Barcilon

 

La sorcière Rabounia vit dans un livre de contes à lire le soir et plus précisément dans l’une des histoires qui s’intitule « Potions et araignées ». Pas très aimable, pas très belle, elle élabore tous les jours dans ses chaudrons des potions magiques.
Mais un jour, elle est réveillée brusquement par des pleurs qui n’en finissent pas et des cris qui disent : « J’ai perdu mon doudou ! ». Alors pour retrouver la paix, elle décide sur un coup de tête d’enfreindre les lois et de traverser pages et histoires pour rechercher l’insupportable braillard…
Elle découvre un petit lapin blanc qui ne cesse de pleurer car il a perdu son doudou, un morceau de chiffon rouge. Énervée, Rabounia exige qu’il stoppe net ses jérémiades, mais le petit lapin est trop triste. Elle lui propose alors de lui faire apparaître un doudou qui ressemble au sien, mais le petit lapin ne trouve aucune ressemblance avec le carré de tissu qu’elle lui donne ! Que faut-il faire pour qu’il se taise ? Et puis c’est quoi ce truc ?
Petit lapin lui explique… Un doudou, ce n’est pas n’importe quoi ! Un doudou doit être doux. Un doudou doit avoir vécu. Un doudou doit sentir… une odeur… Un doudou est usé, malodorant et avoir eu sa dose de câlins.
Pour retrouver sa tranquillité, la sorcière Rabounia est prête à tous les sacrifices ! Dorloter le petit lapin, apprendre des chansons, les lui chanter et à être plus aimante…

Une adorable histoire pleine de tendresse, cajoleuse et douce comme un doudou ! Les illustrations sont charmantes et très expressives. Rabounia, chapeautée d’un champignon et chaussée de baskets, perd vite son air renfrogné et devient la plus mignonne des nounous. Juste le temps d’endormir le petit lapin car après, elle doit vite regagner son territoire, entre les pages 56 et 63 de son livre d’histoires.
Je recommande ++ cette lecture du soir qui fera rire les enfants et qui les transportera gentiment au pays des bons rêves.

 

 

 

 

La sorcière Tambouille

Octobre est Halloween avec Lou et Hilde
et les samedis sont albums illustrés pour les enfants en compagnie de Hérisson pour son challenge

 

    La sorcière Tambouille
Texte de Magdalena Guirao-Jullien
Illustrations de Marianne Barcilon

 

La sorcière Tambouille aime beaucoup cuisiner ! Mais attendez-vous à goûter chez elle des rats en gelée, des soufflés de crapaud, des pâté en croûte de lézard et d’autres plats tous aussi alléchants…
De nature généreuse, elle met tout son cœur à satisfaire ses amis, fantômes, squelettes, ogres, vampires…, mais ne recevant hélas que peu de remerciements, elle s’en retrouve fâchée et vexée. De plus, cette fine équipe déguste ses plats de manière dégoutante sans tenir compte des couverts et de la table joliment dressée.

En voyant la colère de la sorcière Tambouille, son perroquet l’invite à regarder une annonce dans le journal. L’ogre Rococo souhaite trouver une amie, bonne cuisinière, qui lui redonnerait l’appétit qu’il a perdu. Sans perdre de temps, elle enfourche son balais et se dirige vers le palais de Rococo où elle reçoit un très bon accueil.
Installée comme une princesse, dans une chambre rose bonbon pleine de fanfreluches, la sorcière Tambouille ne tarde pas à se mettre aux fourneaux. Limaces, araignées et queues de rat mijotent et dégagent un fumet qui ravit Rococo.
Après avoir dégusté les plats préparés, l’ogre très enjoué invite Tambouille à rester chez lui et va jusqu’à lui proposer le mariage !
Le palais est luxueux et l’ogre, fin gourmet, reconnait ses talents de cuisinière, a
lors, que va répondre la petite sorcière ?
Un mois… Tambouille a un mois pour donner sa décision. 


Avec un bel humour et des illustrations détaillées, colorées, expressives, les ingrédients du livre se composent d’une gentille sorcière qui passe son temps à cuisiner, de copains mal élevés et d’un ogre gourmand. Ajoutez des bocaux garnis d’asticots confits, de souris blanches, d’autres friandises toutes aussi délectables, une demande de mariage et vous aurez une histoire qui réjouira les enfants.
Tambouille va découvrir dans le palais une autre face de sa personnalité et cet épanouissement va l’orienter vers une nouvelle vie…
A taaable !!!

 

 

La sorcière Camomille et le château hanté


Halloween avec Hilde et 
Lou
Billet n° 33

.

.

La sorcière Camomille et le château hanté
Enric Larreula
Roser Capdevita

.

Camomille la sorcière entend à la radio qu’un aristocrate anglais offrirait une récompense à la personne qui le délivrerait du fantôme qui hante son château.
Appâtée par la royale rétribution, la voilà aussitôt partie avec son compagnon Gros Yeux en direction de la Grande-Bretagne.
Après un petit détour par l’Écosse où elle rend visite à son ami le monstre du Loch Ness, elle dirige son balai vers Londres. Elle survole Buckingham et sa garde royale, Big Ben, le Tower Bridge, puis se présente à la résidence de l’aristocrate contrarié.
Camomille reprendra aussitôt son balai car le château dans lequel le fantôme prend ses aises, se trouve dans le comté du Berkshire, une campagne verdoyante peuplée de moutons. Dans les vieux registres de la bibliothèque, elle mènera son enquête et trouvera l’identité de ce mystérieux esprit.
Tout finira dans la joie et chaque partie aura satisfaction…

Camomille, tour-operator ! Dans cette chronique, elle nous emmène en Angleterre et nous offre de jolies vues, vues du ciel. Pour ce voyage, Gros Yeux n’a pas oublié la panoplie du parfait gentleman ; chapeau melon et parapluie.
Une lecture plaisante qui ravira les enfants. Quant à moi, je m’en suis fait une copine ! La prochaine fois, je la suivrai dans un congrès de sorcellerie.

.

Camomille

 

La naissance de la sorcière Camomille

Halloween à Poudlard avec Hilde et  Lou
Les samedis sont albums illustrés
Billet n°28

.

La naissance de la sorcière Camomille
Enric Larreula
Roser Capdevita

.
La sorcière Camomille raconte sa naissance et son enfance.
Elle vint au monde pour tenir compagnie à sa mère Pissenlit qui s’ennuyait dans son château et qui désirait assurer une descendance à la longue lignée de sorciers et de vampires dont elle était issue. Elle avait tout prévu avec ses grands-tantes et avait sorti pour l’occasion les vieux grimoires… Minuit, dans un arbre, c’est ainsi qu’elles avaient programmé la naissance !
Cependant avant même de naître, Camomille avait déjà un caractère bien affirmé et elle décida d’arriver plus tôt, avec ses lunettes, son foulard et son chapeau pointu sur la tête. Imaginez un bébé Camomille avec tous les attributs de la sorcière que nous connaissons.
Camomille apprenait vite et expérimentait la magie sur toutes les personnes de son entourage, faisant de sa mère et de ses arrières-grands-tantes ses cobayes préférés. Alors, sans plus tarder, sa mère décida de lui offrir pour son premier anniversaire un petit compagnon. Un petit hibou qu’elle appela Gros Yeux !

Il était une fois la sorcière Camomille qui fut, elle aussi, un bébé…

.
La série « La sorcière Camomille » est une charmante collection que je vous recommande. Le personnage n’est pas très glamour, mais quand elle sourit, elle devient très sympathique ! Cet épisode retrace sa venue au monde, ainsi que celle de son compagnon d’aventure, Gros Yeux le hibou.
Des illustrations très expressives, aux douces couleurs, accompagnent un texte court et impératif. C’est Camomille la narratrice et elle ne s’embarrasse pas de phrases alambiquées.

Dans d’autres albums, vous la découvrirez à Paris, à Venise, dans un château hanté, en vacances, sur le point de se marier… dans des tas d’aventures drôles et gentilles.
A suivre !

.

Camomille 1

.

.

 

La vengeance de Cornebidouille

3123380775
Octobre en Halloween avec Hide et Lou

 

 

la-vengeance-de-cornebidouilleLa vengeance de Cornebidouille
Texte de Pierre Bertrand
Illustrations de Magali Bonniol
.

la-vengeance-de-cornebidouille1 Préservons le dénouement de la première histoire, en ne vous dévoilant pas le pourquoi de cette vengeance… Sachez, que Cornebidouille est très en colère après Pierre. Vous songez aussitôt que c’est parce qu’il n’a pas mangé sa soupe ! Mais non… Cornebidouille a plus d’une raison d’être fâchée ! Et le terme « fâchée » est un euphémisme !

C’est la nuit… Pierre est couché quand il entend des gargouillis dans la canalisation. Il se lève, regarde partout, mais ne trouve rien de particulier. Quand… l’ombre de Cornebidouille se dresse derrière lui…

« – Ah, chenapan, tu croyais t’être débarrassé de moi ? A croire vraiment que tu me prends pour une imbécile !
– Euh oui, madame la sorcière, répondit Pierre en souriant.
– Petit impertinent, je vais te compresser, t’écraser, t’écrabouiller ! »

Impertinent… compresser… écrabouiller… Cornebidouille crie « Vengeance ! » sur toutes les tonalités. Pierre va manger de la soupe qu’elle va préparer. Et cette soupe, croyez-moi, ne sera pas faite avec les bons légumes du potager ! Un peu de bave de crapaud, un peu de toile d’araignée…

Alors… Pierre dégustera-t-il cette bonne soupe ? ou trouvera-t-il encore un subterfuge pour contrer Cornebidouille ?

.
Il faut que vous racontiez les histoires de Pierre et Cornebidouille à vos enfants ! Ils vont bien rire… La fin est délicieuse ! Faites attention aux citrouilles !

.

la-vengeance-de-cornebidouille2

.

.

.

Cornebidouille

3123380775


Octobre en Halloween avec Hide et Lou

 

 cornebidouille1Cornebidouille
Texte de Pierre Bertrand
Illustrations de Magali Bonniol

.

Pierre est un petit garçon qui part souvent se coucher le ventre vide car il ne veut pas manger sa soupe. Personne ne peut le contraindre à faire ce qu’il ne veut pas faire ! Mais un soir, il a la surprise de découvrir dans sa chambre une sorcière que l’on nomme Cornebidouille, venue spécialement pour lui.
Ah oui, mon petit bonhomme… tu ne v
eux rien manger ? qu’elle lui dit. Cornebidouille n’est pas belle. Elle a un grand nez crochu, un menton pointu et un regard guère commode, très intimidant. Mais Pierre persiste et se montre bien sûr de lui.
Entre une sorcière expérimentée qui grossit quand elle est contrariée et un bout de chou en pyjama pas très fier mais très obstiné, qui remportera la partie ?
Ne vous posez pas trop longtemps la question… on peut être petit mais aussi très malin…

Cette histoire ravira vos petits chéris mais ne vous aidera pas trop quand ils refuseront de manger vos épinards ou votre béchamel dégoulinante… la soupe, c’est bon et ça fait grandir ! Ils vous regarderont alors avec beaucoup de commisération et d’impertinence.
Je vous conseille ce charmant petit livre qui est le premier d’une trilogie. Texte et illustrations sont irrésistibles !

.

 cornebidouille2
.

.

.

Joyeux Halloween Petit Père Noël

logo hallbdOctobre en Halloween avec Hide et Lou
Mercredi BD chez Moka

.

.

petit père noel 2Joyeux Halloween Petit Père Noël – Tome 2
Scénario de Lewis Trondheim
Dessins de Thierry Robin
Couleurs d’Isabelle Busschaert

.

Nous sommes à quelques mois de Noël et l’ambiance est plus aux jeux qu’au travail. Comme le temps est doux, tous ont décidé d’aller dans leur maison nichée au sommet du plus grand arbre de la forêt. Panier pique-nique, bonne humeur, il faut savoir profiter des bons moments.
Sur le chemin, ils rencontrent un étrange personnage… C’est une momie assise sur un cercueil tracté par un monstre vert. Après un petit salut amical de la main, le Petit Père Noël intrigué monte vite sur la cime du sapin pour voir où elle se dirige… C’est alors qu’il voit la momie, le monstre vert et le cercueil sombrer sous la glace d’un lac gelé ! Sans perdre de temps, il part avec Yéyé le yéti et quelques diablutins pour les sauver.
Au grand soulagement de tous, le sauvetage est une réussite et le PPN reçoit les plus vifs remerciements de la part de la momie.
Maintenant, des présentations sont de rigueur. La momie se nomme Fakir et le monstre vert est Krapul. Enchanté par ce personnage qui paraît bien sympathique, le PPN lui offre l’hospitalité dans son chalet car la nuit commence à tomber. Mais Fakir lui dévoile alors ce qu’il y a dans son cercueil. Tout un monde fantastique se déplie, un manoir et des amis tous aussi bizarres que lui,
très impatients de sortir pour faire la fête… garous, vampires, sorcières, monstres, zombies, squelettes, fantômes… C‘est la saison d’Halloween, ils se réveillent pour chanter, danser et manger des friandises… cette nuit, le PPN ne dormira pas.

Arrive le lendemain, et le PPN un peu fatigué voit débarquer d’autres gens, bien moins charmants que ses nouveaux voisins. Une équipe de bucherons vient couper les sapins avec une machine infernale qui tronçonne et broie la forêt pour en faire des allumettes. L’état d’urgence est déclaré quand le PPN s’aperçoit que son bel arbre est menacé.
Que faire quand les bucherons ne veulent rien entendre et qu’ils se montrent agressifs ?
Il y aurait peut-être une solution… l’union faisant la force, c’est auprès de Fakir et ses amis que le PPN demande de l’aide…

.
Un album sans texte.
Deuxième tome de la série, lu après les autres, c’est toujours un plaisir de retrouver le monde du PPN. La pollution par le gaz des voitures, le monde de la robotique, le recyclage des déchets et le problème des décharges, après ces thématiques les auteurs traitent le sujet de la déforestation.
Malgré la gravité des questions écologistes, cette série ne manque pas d’humour et de légèreté. Elle ne peut que plaire aux enfants…
A recommander !

D’autres billets :
Tome 1 – Bonjour Petit Père Noël
Tome 3 – On a volé le courrier de Petit Père Noël
Tome 4 – Petit Père Noël contre le docteur Méchant

.

petit père noel 10

.

.

.

Cardamome la sorcière

logohallow15
Le mois Halloween avec Hilde et Lou

Un album le samedi !

.

 

cardamome-la-sorciereCardamome la sorcière
Texte de Stéphane Frattini
Illustrations de Frédéric Pillot

.

cardamome1 Cardamome est une sorcière solitaire et jusqu’à présent, elle s’en accommodait bien… Mais un soir, alors qu’elle survole la ville sur son balai, elle tombe sur une affiche publicitaire vantant un beau bébé joufflu. Lorsqu’elle retourne chez elle, dans une maison pleine de chauves-souris, de corbeaux empaillés, de crapauds, de petits monstres et d’araignées, elle prend conscience de son isolement et du silence qui l’entoure.
De la joie, des rires, de la vie… sa décision est prise, elle va passer commande chez Bébé d’Or.
N’ayant pas de téléphone, c’est chez son voisin, un paysan qu’elle ne connaît que de vue, qu’elle va téléphoner. Et là, grosse déception ! on lui raccroche au nez ! Elle apprend qu’on ne peut pas acheter de bébé !

« – Bébé D’Or bonjour ! dit une voix. Josiane à votre service, que puis-je pour vous ?
– Euh, dit Cardamome… Ce serait pour une commande.
– Mais bien sûr, madame ! Quel article désirez-vous ?
– Le bébé sur vos affiches, il coûte combien ?
– Le bébé ? hurla la voix. Vous plaisantez, madame ! Nous ne vendons pas de bébés !
Et elle raccrocha brutalement. »

cardamome2Comment faire ? Cardamome est dépitée, énervée. Ses grimoires sont incapables de lui donner une formule, les roses et les choux de son voisin ne fécondent rien. Où peut-elle trouver un bébé ???

La jeune et jolie sorcière va découvrir que pour faire un bébé il faut d’abord rencontrer l’amour…
.
Une belle histoire, douce, heureuse, joliment illustrée, pleine de couleurs, de rondeurs, que je vous recommande.

« – Mais pourquoi, lui demanda-t-il, pourquoi vouliez-vous donc un bébé ?
– Pour me rendre la vie plus gaie, répondit Cardamome. Pour… pour lui faire des bisous sur les pieds !
Elle s’arrêta, rouge de honte, sûre qu’il allait la traiter de folle.
Pas du tout : il la regardait au contraire avec un sourire très doux… »

.cardamome3

.

.

Fantômette et l’île de la Sorcière

logowalpurgisCette nuit, c’est Walpurgis !

Hilde, Lou, Marjorie et bien d’autres, célèbrent la fin de l’hiver et le retour du printemps… Les sorcières sortent et festoient…
FondantochocolatAymelineNahePurple

Je participe pour cette nuit, avec

.

.

Fantomette et l'ile de la sorciereFantômette et l’île de la Sorcière
Georges Chaulet

.

Ficelle et Françoise :
« – Je me demande à quoi elle s’occupe quand elle ne pourchasse pas les bandits. Elle va peut-être à l’école ?
– C’est probable.
– Et quand elle a de mauvaises notes, comme moi, elle reste en retenue pour copier des lignes et des verbes ?
– Il ne t’est pas venu à l’idée que c’est peut-être une bonne élève que l’on ne punit jamais ?
– Heu… Non, je n’y avais pas pensé… Mais quand elle n’est pas en classe et qu’elle ne court pas après les voleurs, que fait-elle ?
– Beaucoup de choses. Elle lit des livres et des revues, elle écoute des disques, elle regarde la télévision, elle pilote un kart le dimanche, fait du ski en hiver, de la plongée sous-marine en été, du tir à l’arc ou au pistolet en toute saison…
– Oh ! Tu crois qu’elle fait tout ça ? C’est curieux, mais on a l’impression que tu la connais ? »

Pour les vacances, l’oncle de Ficelle invite les filles, Françoise, Boulotte et Ficelle, à venir faire un petit séjour dans sa ferme à Goujon-sur-Epuisette. La campagne dans ce petit coin est bien jolie et on ne s’ennuie jamais à la ferme. De plus, comme l’institutrice Mademoiselle Bigoudi le conseille, il y a des monuments historiques et des curiosités typiques de la région qu’il serait bon de découvrir pour leur éveil intellectuel.

Arrivées à Goujon-sur-Epuisette, les trois amies font la connaissance des gens du village et apprennent qu’une île, appelée l’île de la Sorcière, se niche dans le milieu du fleuve l’Épuisette. Personne ne va sur l’île car elle a une mauvaise réputation. Les eaux sont noires, agitées et les bords ne sont pas facilement accessibles car des barrières de roseaux l’entourent. Mystérieuse et inhospitalière… l’endroit idéal pour des jeunes aventurières intrépides et rêveuses. Puis, Ficelle n’en démord pas, il y a certainement un trésor à déterrer.

Une barque un peu pourrie et des provisions, Françoise, Boulotte et Ficelle partent à la découverte de cette nouvelle terre. Mais bien vite leur insouciante virée va rencontrer quelques périls… et Fantômette devra réapparaître ! Des voleurs cambriolent les bijouteries du canton.

.
Cette histoire est le cinquième tome des aventures de Fantômette. Écrit en 1964, il a le charme désuet de la bibliothèque rose de l’époque, du vintage qu’on aime parfois retrouver. Rien d’effrayant, rien de bien captivant, je l’ai relu avec une pincée de nostalgie et le sourire un peu niais de la fillette d’autrefois. Plairait-il aux enfants d’aujourd’hui ? Je ne sais pas… et pourtant j’aimerais le croire !

A redécouvrir pour un voyage dans le temps, dans la vieille édition, papier jauni et rugueux, avec les illustrations de Jeanne Hives.
.

img555

.

.

.