Fils de sorcières

Octobre, challenge Halloween avec Lou et Hilde

 

 

Fils de sorcières
Pierre Bottero

Jean est un petit garçon de dix ans qui vit entouré de femmes, mais des femmes d’un genre tout à fait exceptionnel. Sa grand-mère, sa mère, sa petite sœur et ses tantes sont des sorcières ! Cette particularité génétique ne se transmet qu’aux filles et il est bien difficile aux hommes de la famille de s’intégrer s’ils refusent la magie. Le père de Jean n’a pu le supporter et il est parti un jour quand son fils avait cinq ans. Sans retour, sans nouvelles, Jean n’a de lui qu’une photo où il pose heureux aux côtés de sa mère.

C’est la fin des grandes vacances et il compte bien en profiter avec son copain Baptiste, mais sa mère doit partir sur Paris où elle a rendez-vous avec ses quatre sœurs. C’est donc là-bas que tout va se gâter… Un buveur de magie rôde et vampirise ses tantes en les transformant en poupée. Sa mère qui essaie sans succès de le combattre, va être à son tour sa victime, laissant ainsi Jean et Lisa, sa petite sœur de deux ans et demi, seuls pour le retrouver et retourner les sortilèges.

Que peuvent faire deux enfants ? Pas grand chose, et Jean ne souhaite pas avertir ses grand-parents pour ne pas les inquiéter. Lorsqu’il sort la photo de ses parents pour se donner du courage, il songe alors que son père qui semblait si amoureux, pourrait leur venir en aide…

C’est Jean qui raconte son histoire avec toute la candeur d’un enfant de son âge. Mais même s’il est prêt à combattre des dragons tout seul pour sa maman, il a conscience qu’il n’est qu’un enfant et qu’il a besoin d’un adulte pour mener à bien sa quête. Sans rancune et avec beaucoup d’amour, sa première pensée va vers son père.
Une histoire tendre, une histoire marrante, une histoire un peu effrayante car le buveur de magie ressemble aux monstres de nos cauchemars d’enfant, l’écriture de Pierre Bottero est toujours un plaisir de lecture…

 

 

 

 

Un Noël de tendresse


Il était cinq fois Noël avec Chicky Poo et Samarian
Les samedis du mois sont albums illustrés

.

.

Un Noël de tendresse
Un conte de Bruno Hächler
illustré par Angela Kehlenbeck

.
Un petit ours se languit seul sur le haut d’une étagère. Plein de poussière, on ne distingue plus son joli nœud rouge qu’il porte au cou. Alors, en pleine nuit de Noël, il décide de partir retrouver d’autres amis à lui, dans un vieux hangar à l’écart de la ville, car ils ont tous une mission à accomplir. Les petits et gros ours, oubliés, dorlotés ou encore en vitrine dans les magasins de jouets, ont dans l’idée de faire redécouvrir aux enfants et aux grands la vraie magie de Noël.

Partout, dans toutes les maisons, ils volent les cadeaux qui sont sous les sapins et les remplacent par des petits mots doux qui leur feront rappeler les absents… Il y a ceux qui n’ont pas vu leurs grands-parents depuis trop longtemps, ceux qui ont des proches qui passent les fêtes dans les hôpitaux, ceux qui ont des voisins seuls, sans famille… Noël, après tout, c’est une journée pour rire, chanter, se rassembler, et se rapprocher…

« – Joyeux Noël ! Joyeux Noël ! »

Un très joli album illustré, tout en douceur, qui parle des vraies valeurs de Noël. Les  cadeaux font plaisir, mais l’essentiel reste dans le bonheur d’être ensemble.
A méditer !

.

.

.

La naissance de la sorcière Camomille

Halloween à Poudlard avec Hilde et  Lou
Les samedis sont albums illustrés
Billet n°28

.

La naissance de la sorcière Camomille
Enric Larreula
Roser Capdevita

.
La sorcière Camomille raconte sa naissance et son enfance.
Elle vint au monde pour tenir compagnie à sa mère Pissenlit qui s’ennuyait dans son château et qui désirait assurer une descendance à la longue lignée de sorciers et de vampires dont elle était issue. Elle avait tout prévu avec ses grands-tantes et avait sorti pour l’occasion les vieux grimoires… Minuit, dans un arbre, c’est ainsi qu’elles avaient programmé la naissance !
Cependant avant même de naître, Camomille avait déjà un caractère bien affirmé et elle décida d’arriver plus tôt, avec ses lunettes, son foulard et son chapeau pointu sur la tête. Imaginez un bébé Camomille avec tous les attributs de la sorcière que nous connaissons.
Camomille apprenait vite et expérimentait la magie sur toutes les personnes de son entourage, faisant de sa mère et de ses arrières-grands-tantes ses cobayes préférés. Alors, sans plus tarder, sa mère décida de lui offrir pour son premier anniversaire un petit compagnon. Un petit hibou qu’elle appela Gros Yeux !

Il était une fois la sorcière Camomille qui fut, elle aussi, un bébé…

.
La série « La sorcière Camomille » est une charmante collection que je vous recommande. Le personnage n’est pas très glamour, mais quand elle sourit, elle devient très sympathique ! Cet épisode retrace sa venue au monde, ainsi que celle de son compagnon d’aventure, Gros Yeux le hibou.
Des illustrations très expressives, aux douces couleurs, accompagnent un texte court et impératif. C’est Camomille la narratrice et elle ne s’embarrasse pas de phrases alambiquées.

Dans d’autres albums, vous la découvrirez à Paris, à Venise, dans un château hanté, en vacances, sur le point de se marier… dans des tas d’aventures drôles et gentilles.
A suivre !

.

Camomille 1

.

.

 

Le secret du quai 13


Halloween à Poudlard avec Hilde et  Lou
Les lundis sont romans jeunesse
Billet n°23
Une lecture commune avec Nahe

 

Le secret du quai 13
Eva Ibbotson

.

J.K. Rowling raconte que pour quitter le monde des Moldus et pénétrer dans le monde fantastique des Hautes-Terres en Écosse, il faut prendre le chemin de traverse de la plateforme 9 3/4 de la gare de King’s Cross. Dans son roman « Le secret du quai 13 », Eva Ibbotson reprend le même lieu pour nous transporter sur l’Île d’Avalon. Tous les neuf ans, durant neuf jours, sous l’un des quais de la gare, avec l’aide d’un faiseur de brume, le Chunnel s’ouvre pour le voyage.
Le faiseur de brume est un animal qui ressemble à une petite hermine.

L’Île d’Avalon, ou Terre de Saint-Martin, ou Pays des Brumes, est habitée par toutes les créatures imaginaires ; ogres, dragons, sorciers, fées, fantômes, sirènes, trolls… Et comme dans tous les mondes des contes, elle a sa famille royale, un roi, une reine et un petit prince.
L’histoire débute en 1983. Les nounous qui sont au service du petit prince, sont trois sœurs adorables et dévouées qui viennent du monde des humains. Très attachées au bébé, elles feraient tout pour lui ! Mais lorsque Violette, Lilas et Rose, voient arriver le grand jour de l’ouverture du Chunnel, elles ne songent qu’à faire un saut dans leur ancienne vie et ainsi mettre un baume sur leur nostalgie qui commence à poindre. C’est avec la permission de la reine, qu’elles embarquent sur le bateau en compagnie du petit prince alors âgé de 3 mois, pour une journée dans le Monde du Haut, la dernière de la période des neuf jours…
Le bébé est très sage, la journée passe vite, les trois sœurs sont ravies de leur excursion, et le retour se fait sous de bons hospices. Mais, alors que le passage se referme pour neuf ans, les sœurs découvrent que le couffin royal est vide. Le petit prince a été kidnappé…Tragédie suprême !
C’est par les fantômes qui sont les seuls à pouvoir franchir le Chunnel en dehors de la période, qu’ils apprennent que le petit prince a été pris par Mme Trottell, la femme du banquier et qu’il s’appelle désormais, Raymond.

Neuf ans plus tard : La petite sorcière Odge Gribbell veut faire partie de l’équipe de sauvetage. Peu expérimentée, mais très décidée, elle va tout faire pour participer au retour du prince Raymond.
Cornélius le sorcier, Cornichette la fée, Hans le géant et Odge vont faire une drôle de découverte… Raymond est un odieux gamin qui ne pense qu’à manger et à rabaisser le jeune Ben qui a été placé au service de sa famille pour faire les plus basses besognes…

Comment décider Raymond à les suivre ? « – Ça simple, dit Hans. Je tape lui sur tête, je jette lui dans sac, et on retourne dans le Chunnel. »… Mais ça ne sera pas aussi facile ! Il faudra demander de l’aide à toutes les créatures surnaturelles qui peuplent le Monde du Haut.

.
Ce mois-ci dans le roman-fantastique-jeunesse, je découvre Eva Ibbotson et j’en suis ravie. Sa plume lie toujours humour et tendresse. Dans cette histoire, les mésaventures de nos sauveteurs vont faire sourire les jeunes lecteurs, car les rebondissements sont nombreux et désopilants. Si nous devinons la trame de l’aventure dès le début, ce n’est pas bien grave… la lecture se poursuit avec plaisir. Elle est aussi douce que le faiseur de brume.
Je vous recommande ce livre, ainsi que cette auteure.

.


Illustration de Gianni de Conno

.

.

 

Yanabosse et le Brahima-Shatam-Ô-Boktatou

Halloween à Poudlard avec Hilde et  Lou
Les lundis sont romans jeunesse
Billet n°9

 

 

Yanabosse et le Brahim-Shatam-Ô-Boktatou
Yann Rambaud
Illustrations de Marine Gosselin

.
Il est un passage magique qui mène droit au Bois du Gouffre et c’est dans cette contrée que vit Yanabosse.
Yanabosse a tous les attributs qu’on peut imaginer pour une sorcière. Nez crochu, dents noires, bosse dans le dos, menton pointu, verrues, et certainement plein de poils partout ! Avec ses compagnons, Zip le balais, Néron le canard, Médor le chat et Raymond le dragon, elle ne compte plus les années et mène une vie solitaire. Cela fait bien un demi siècle qu’elle n’a vu personne !

Mais un jour, alors qu’elle teste quelques sorcelleries pour faire fructifier son jardin, elle a la surprise de se trouver face à une petite fille qui a su traverser la forêt qui mène au Gouffre. Abigaïl a découvert dans les affaires de son arrière-arrière-grand-mère une carte et des notes dans lesquelles on lit une formule ou un nom qui revient souvent : Brahim-Shatam-Ô-Boktatou. Téméraire et inconsciente, la curiosité sans limite d’Abigaïl l’a conduite jusqu’ici.
Mais qui est cette arrière-arrière-grand-mère si renseignée ? A cette question, Abigaïl répond : Carabix ! Mais Carabix… c’est le diminutif de Carabosse ! Mille millions de vers, la plus hargneuse des rivales !
Sans trop réfléchir, Yanabosse propose un pacte à Abigaïl. Elle apprendra ce qu’est le Brahim-Shatam-Ô-Boktatou si elle s’occupe de Raymond le dragon.
Abigaïl accepte dans un grand sourire et espère bien ne plus quitter sa nouvelle copine. Elle a tant de questions à lui poser !

Entre la petite fille pimpante et bavarde, avide de connaître toutes les choses qu’on peut lui apprendre, et la sorcière acariâtre et ermite, l’écart n’est pas si grand ! Et bientôt voilà que Carabosse vient jouer les importuns en pointant son nez…

Il va y avoir dans le Bois du Gouffre quelques étincelles !

Une petite histoire bien sympathique que l’auteur a imaginée pour son enfant. Tous les soirs, le personnage de Yanabosse prenait plus d’envergure et c’est ainsi que le conte a pris forme. Bons sentiments, tendresse, humour et fantaisie sont au rendez-vous dans le pays enchanté du Gouffre !
Il me semble avoir vu que c’est un premier tome…

.

.

.

.

La famille Souris et la mare aux libellules

Un mois au Japon en compagnie de Lou et Hilde
Un mois d’albums avec Pilalire

.

.

La famille Souris et la mare aux libellules
Kazuo Iwamura

.

C’est l’été, les enfants de la famille Souris vont s’amuser à la mare aux libellules.

En chemin, dans les herbes hautes, ils rencontrent une cigale et une grenouille. Une libellule leur montre le chemin.
A leur arrivée, sans perdre de temps, ils construisent des petits radeaux qui les mèneront au cœur de la mare, entre roseaux et nénuphars, entre libellules et autres habitants des lieux.
La journée s’annonce belle et insouciante !

Cette fois-ci, les enfants se retrouvent seuls, sous la tutelle du grand frère. L’aventure est comme un périple au bout du monde pour des petites souris. La mare devient une arène de jeux et de rires, perturbant la quiétude de la grenouille, du triton, des dytiques et des libellules qui viennent tous voir la joyeuse bande. L’histoire est toujours une ode à la famille et l’atmosphère toujours empreinte de poésie et de douceur. Chaleur, transparence de l’eau, chant des cigales, c’est comme si on y était !

La journée se termine au soleil couchant, lorsque les grands-parents viennent chercher les enfants… C’est l’heure de rentrer ! Et comme pour tous les albums de la série, la famille Souris se retrouve autour de la table pour le repas du soir où chacun raconte…

Une série à recommander ++

.

.

.

La famille Souris se couche

Un mois au Japon en compagnie de Lou et Hilde
Un mois d’albums avec Pilalire

.

.

La famille Souris se couche
Kazuo Iwamura

.

Chez les Souris, on n’aime pas trop quand le soleil se couche qu’un membre de la famille soit absent. Alors quand tout le monde rentre après une journée bien chargée, on s’attelle dans la bonne humeur à mettre la table et on passe tous dans la salle de bains pour se nettoyer avant de prendre le dîner. Quatorze souris, c’est une belle famille ! A table, chacun raconte ce qu’il a fait, corvées et bêtises, puis plus tard, c’est une petite veillée à la chandelle qui anime la soirée…
Brossage des dents, pyjama et lectures, c’est l’heure d’aller au lit ! Certains coquins ont encore assez d’énergie pour batailler avec les coussins et d’autres ont déjà les yeux qui se ferment. Maman ferme le livre d’histoires, grand-mère chuchote des bonnes nuits aux étoiles et à la lune, Papa chantonne une berceuse, les enfants s’endorment…

Je continue dans l’univers de la famille Souris et l’épisode du coucher se devait d’être raconté car il est important pour un enfant. C’est l’heure où il doit se séparer de ses parents et rester dans le noir. C’est aussi l’heure où tous les coins de la chambre deviennent inquiétants… Les rituels qu’il retrouve dans cette histoire peuvent apaiser son anxiété.

Les dessins sont toujours aussi beaux et reflètent beaucoup de douceur. Étant à mon cinquième album, je commence à reconnaître les personnages et surtout le dernier de la fratrie, le petit Benjamin si attendrissant.
Une série à recommander !

.

.

.