Pudding aux cerises

Les Gourmandises en Angleterre avec Lou et Cryssilda

Vous trouverez des recettes chez
Lou – Banana bread (Angleterre)
Béa – Cake aux tomates (Angleterre)
Hilde – Cottage pie (Angleterre)
Enna –
Toad in the hole (Angleterre)
Sandrion – Chocolate, pâte à tartiner
Isabelle – Shortbreads fraises, rhubarbe et crème anglaise
et Trifle au chocolat et céréales (Angleterre)
Rosa – Granité au café et à la cannelle

 


Ingrédients :

– 400 g de boudoirs
– 1/2 l de lait
– 100 g de sucre roux
– 4 œufs
– 500 g de cerises
– 100 g de raisins secs

– Cannelle
– Liqueur, sherry… (facultatif)

– Nappage : Confiture d’orange

Préparation :
– Écrasez les boudoirs et mettez le lait, le sucre, les œufs, les cerises dénoyautées, une poignée de raisins secs déjà imbibés d’un alcool, et de la cannelle.
– Beurrez un plat, versez la pâte et enfournez. Temps de cuisson, environ 30 minutes ou plus, suivant les fours.
– Démoulez le pudding, laissez refroidir et versez un nappage à l’orange.
– Décorez avec des cerises…

Verdict : Une recette à conseiller ! J’ai essayé plusieurs façons de faire le pudding. La traditionnelle avec pain mais sans graisse de rognons, et une autre avec brioches. Pour cette fois, j’ai expérimenté avec des boudoirs…

 

 

 

Publicités

Incroyables nids


Un livre offert par Babelio et les Editions Amaterra dans le cadre de Masses Critiques Jeunesse

 

 

Illustrations de Gaëlle Lasne
Texte de Guénolée André

 

Dans ce très bel album destiné aux enfants, Gaëlle Lasne a pris ses crayons pour présenter d’incroyables architectures, dont les bâtisseurs sont les oiseaux.

Ils ont tous des spécialités bien singulières pour construire leurs nids qui abritera leurs œufs et leurs oisillons. Ils tissent, ils tressent, ils tapissent, ils cimentent, ils creusent, ils cousent… Ils habillent leurs structures de branchages, de papier, de ficelles, de crin, de toiles d’araignées, de boue, d’algues, de lichen, de coquilles d’escargots, de mues de serpents, de plumes, de feuilles…
Accrochés aux branches des arbres en hauteur, ou cachés dans les creux des troncs, nichés au sol, isolés ou en collectivité, à ciel découvert ou sous un toit, ils peuvent être aussi léger qu’une plume ou peser plusieurs tonnes.


Trente huit nids sont ainsi évoqués et illustrés, avec leurs charpentiers venus des quatre coins de la planète, des oiseaux aux noms connus comme la mésange bleue ou des oiseaux étrangers comme l’amblyospize à front blanc venu d’Afrique.
Des mots simples et de courts descriptifs, de belles illustrations colorées des oiseaux en action, l’enfant aura aussi le plaisir de découvrir ce qu’il se cache dans les nids en relevant un volet de la forme des nids.

Je vous recommande ce beau livre qui nous raconte la beauté, l’intelligence de la nature et les différentes nidifications des oiseaux, de véritables petites merveilles…

 

 

 

 

Tourte à la viande

Les Gourmandises en Angleterre avec Lou et Cryssilda

Vous trouverez des recettes chez
Béa – Tarte colorée aux tomates
Isabelle – Muffins au cheddar et oignons rouges (Angleterre)
Sandrion – Strawberries (Angleterre)
Hilde – Sponge cake Victoria (Angleterre)
Nahe – Scones (Angleterre)
Soukee – Scones vegan (Angleterre)
Les Conteuses – Cake rhubarb, strawberries and almond (Angleterre)
Enna – Summer berries and almond cake (gâteau aux fruits rouges et à l’amande) (Angleterre)

 


J’ai eu envie de faire une tourte à la viande quand j’ai vu le billet de Fondant-Grignote de la semaine dernière.

J’ai réuni les restes d’un poulet en sauce, j’ai fait ma pâte, j’ai ajouté des petits-pois, des épices, un peu de crème…

et voilà ! mon repas du soir était prêt avec une petite salade.

 

 

Petit Gruffalo

Juin en Angleterre avec Lou et Cryssilda
Un album illustré avec Hérisson

 

Petit Gruffalo
Texte de Julia Donaldson
Illustration d’Axel Scheffler

 

Gruffalo est papa.
Il est un papa très aimant qui donne des conseils à son enfant. L’une de ses recommandations est de ne pas s’aventurer dans les profondeurs du bois car il pourrait rencontrer une méchante souris. Une grosse souris… forte, avec une grande queue, des écailles sur le corps, des yeux rouges et des moustaches aussi dures que du fil de fer.
Avec une telle description, est-ce que petit Gruffalo écoutera son papa ?

Il est bien reconnu qu’il suffit d’interdire à un enfant de faire une chose pour qu’il la fasse aussitôt. Durant la nuit, l’intrépide et désobéissant Petit Gruffalo part à la recherche de la souris en suivant des traces de pas dans la neige. Il va voir un serpent, un hibou et un renard, avant de rencontrer la dite souris… Que lui disent-ils ?
Ils lui disent qu’elle mange
du Gruffalo à tous les repas !


Cet album est la suite de Gruffalo, le monstre qui a peur d’une souris après qu’elle lui ait dit que son plat préféré était du pâté de Gruffalo. Une toute petite bête qui est la terreur des bois… C’est une rusée, une audacieuse, qui sait bien entretenir sa légende pour que les générations de Gruffalo tremblent de peur à l’évocation de son nom. Les monstres ne sont pas des créatures effrayantes, ils ressemblent plus à de gentils nounours.
Avec un texte plein d’humour et de belles illustrations, on ne peut que conseiller cette histoire !

 

 

Le traité naval


Challenge Polars de Sharon,
une année en Angleterre avec Titine, et le
Mois anglais avec Lou et Cryssilda.

 

 

Le traité naval
Les mémoires de Sherlock Holmes
Arthur Conan Doyle

 

John Watson se penche sur les brouillons de ses écrits pour relater une enquête dans les Mémoires de Sherlock Holmes, et repère une intrigue qu’il avait intitulée « Le traité naval ». L’importance de ce dossier aurait pu rester clôt dans les archives confidentielles si Holmes ne l’avait pas élucidée dans les temps, car elle concernait le Bureau des Affaires Étrangères.
Dans la chronologie des faits, il faut situer cette histoire au mois de juillet, juste après le mariage de Watson avec Mary…

John Watson soumet au détective une lettre d’un ancien camarade d’école qui lui demande d’interférer en sa faveur auprès de Sherlock Holmes pour qu’il donne un avis de toute urgence. Percy Phelps avait été un brillant étudiant qui était rentré au service du Foreign Office après ses études à Cambridge. D’après le courrier, Phelps se dit très malade et dans l’incapacité de résoudre une affaire que les autorités officielles ne peuvent pas solutionner et qui concerne le vol d’un précieux document secret, un traité naval entre l’Angleterre et l’Italie. Son responsable Lord Holdhurst, qui est aussi son oncle, lui avait confié le travail de reprendre par écrit tous les articles du traité et c’est donc sous sa responsabilité que le vol a été commis.
Ce qui séduit Holmes, ce n’est pas le caractère d’urgence, ni la gravité de l’affaire si le document devait aller entre de mauvaises mains, mais plutôt la calligraphie de la lettre, une écriture intelligente et féminine qu’il attribue à la secrétaire de Phelps. De découvrir cette personne mérite bien un voyage !

Les deux amis partent à Woking dans le Surrey où réside Phelps. A Briarbrae, une belle demeure située dans une pinède, ils sont accueillis par Joseph Harrison le futur beau-frère de Phelps, qui les mène dans la chambre de celui-ci. Aux côtés du malade désespéré par le drame qui s’est joué et qui met à mal son honneur, Holmes rencontre également la jeune femme qui avait servi de scribe et qui n’est autre que sa fiancée. Annie Harrison est conforme à ses attentes, une personne vive qui semble être digne de confiance.
Phelps reprend les faits en les étayant d’un plan de l’étage où il travaillait et d’indications plus précises. Viennent alors dans l’histoire, l’huissier du Foreign Office et sa femme, M. et Mme Tangey qui étaient tous les deux présents à l’heure du vol et qui n’ont vu personne quitter les lieux. Qui a dérobé les papiers et par où est-il passé ?

L’analyse du problème fait penser à Holmes que tout n’est pas joué et que le scélérat va bientôt se manifester. Il faudra donc lui tendre un piège…

Je vous conseille la lecture de cette nouvelle qui est composée d’une trame très intéressante. Le délit n’est pas d’ordre criminel, mais il est assez grave pour les affaires du pays et la réputation d’un homme intègre et dévoué. Holmes arrive très vite à une conclusion et élabore un guet-apens avec la participation de Watson, Phelps et  Miss Harrison… sans qu’ils le sachent ! Il y a un maître de jeu et des pions…
Je vous conseille également la belle adaptation télévisée de Granada avec Jeremy Brett dans le rôle de Sherlock Holmes.


 

 

Thomas Ward l’Epouvanteur

Une année en Angleterre avec Titine, et le
Mois anglais avec Lou et Cryssilda

 

 

Thomas  Ward, l’Epouvanteur
Tome XIV
Joseph Delaney

 

Depuis le décès de son mentor John Gregory et le départ d’Alice (Tome XIII), il y a un an, Tom Ward, dix-sept ans, se retrouve seul pour faire le travail d’un épouvanteur.
Dans le village de Kirkby Lonsdale à la frontière du comté, il a été appelé par un aubergiste pour chasser le fantôme d’une jeune fille qui, depuis sa mort, hante la chambre qu’elle habitait. Myriam a été retrouvée morte vidée de son sang, sur son lit, sans aucune égratignure ou piqûre. Alors avant de renvoyer son spectre vers la lumière, Tom se doit d’enquêter sur sa mort mystérieuse.
Lorsqu’il parvient à échanger avec elle, il apprend que régulièrement dans son sommeil elle voyait une créature aux yeux rouges, au corps velu, ni homme, ni bête, qui la vampirisait. Cette fois-ci, la créature avait bu jusqu’à plus soif.
Myriam étant la troisième victime, Tom sait qu’il ne devra pas attendre longtemps pour voir réapparaître le monstre.
C’est une fille de quinze ans, Jenny Calder, qui le met sur la piste du tueur. En échange de ce qu’elle sait, elle désire devenir son apprentie épouvanteur. Septième fille d’une septième fille aux yeux vairons, dotée de quatre dons,  elle a toutes les capacités pour le devenir.
Sans trop lui accorder sa confiance, Tom décide de la suivre vers un arbre où se terre la bête, et là, il découvre que le vampire n’est autre qu’un Kobalos venu dans la région pour faire des expériences sur les humains.
Les Kobalos sont entre l’animal et l’homme. Ils sont venus pour conquérir le pays. Un an auparavant dans le Nord, Tom  les avait combattus avec Grimalkin la sorcière, mais rien n’avait été conclus et aujourd’hui, la menace s’étend…

Il avait fallu à Tom beaucoup d’énergie pour battre le Malin, et dans cette guerre contre les Kobalos, il se pourrait bien que Tom doive aller jusqu’au don de soi, jusqu’au sacrifice.

Ce quatorzième tome est en fait le début d’une trilogie qui raconterait la guerre contre les Kobalos. Il peut être une introduction à une nouvelle saga, ou la suite de l’Epouvanteur avec la tueuse Grimalkin et une nouvelle apprentie, Jenny.
Jenny a quatre dons qui font d’elle une personne bonne et généreuse. Elle est empathique, télépathe, elle transmet des ondes positives et a la possibilité de devenir invisible. Nous en saurons certainement plus sur elle dans les épisodes à venir.
Dans ce roman, le récit se partage entre elle et Tom. Lorsque Tom est en action et qu’il n’a pas la possibilité de narrer l’histoire, d’en être le rapporteur sur son journal, c’est Jenny qui prend le relai. Dans la maison de Chipenden avec Kratch le chat gobelin, les débuts de son apprentissage se calquent sur celui qu’avait reçu Tom avec John Gregory ; la tenue d’un journal et du bestiaire, des exercices physiques éprouvants, l’étape pour la maîtrise du courage dans la maison à la cave hantée, jusqu’à la capture des sorcières pernicieuses.

La lecture se scinde en des temps de gravité, de légèreté et de nostalgie des années passées, et des temps d’héroïsme et d’action. L’action dans cette saga est toujours très intense, très sanglante… très surprenante. Bien des choses ont changé, tant pour les personnages principaux que pour l’atmosphère du comté. On lit les Kobalos, mais aussi l’Inquisition qui intimide tout le monde.

J’ai beaucoup aimé ce tome même si la dernière page m’a laissée bouche bée et rageuse. J’ai hâte de lire la suite. Une suite qui j’espère me conviendra, parce que sinon… cher Monsieur Delaney, je viendrai vous tirer les oreilles.

Comme pour tous les autres tomes, je vous recommande ce livre et je préviens le jeune lecteur que ces histoires peuvent faire très peur !

 

 

 

L’interprète Grec

Challenge Polars de Sharon,
une année en Angleterre avec Titine, et le
Mois anglais avec Lou et Cryssilda.

 

 

L’interprète Grec
Les mémoires de Sherlock Holmes

Arthur Conan Doyle

 

« J’en étais arrivé à croire qu’il était orphelin et sans famille, mais un jour je fus tout étonné qu’il se mit à me parler de son frère. »

Un soir d’été, John Watson apprend que son ami Sherlock Holmes a un frère plus doué que lui pour l’observation, et qu’il est peut-être encore plus froid, secret et insociable. A la suite de cette révélation, tous deux partent pour le club Diogène où Mycroft les attend avec son voisin, Monsieur Melas, un interprète Grec qui doit leur relater une étrange histoire.
Embauché par un certain Harold Latimer qui se montre rapidement menaçant quand il lui intime la plus grande discrétion sur cette affaire, Melas est chargé de traduire une conversation entre trois hommes ; Latimer, un comparse à lui et un homme qui semblerait être tenu prisonnier, le visage caché par des bandelettes. Melas, entre les questions des uns et les réponses de l’autre, comprend que l’homme est en fait Paul Kratidès, un Grec venu d’Athène pour voir sa sœur Sophie. Pourquoi le séquestre-t’on ? et qui sont ses geôliers ?
Renvoyé à Londres après qu’un incident ait interrompu la traduction, Melas ne tarde pas à confier à Mycroft les faits qui continuent à le bouleverser et à le maintenir dans l’angoisse.

Pour Watson, Holmes et Mycroft, les déductions vont bon train et toutes les mènent vers la même conclusion. Paul Kratidès court un grand danger ! et peut-être bien que Melas, aussi…

Cette petite nouvelle extraite des mémoires de Sherlock Holmes donne la part belle à John Watson et Mycroft Holmes. Elle n’est pas une histoire très passionnante, même si le dénouement se montre cruel pour l’un des personnages. On ne retiendra que le début lorsqu’on découvre que Holmes a un frère aîné qui est aussi intelligent que lui et bien plus bourru. Il voue à son égard de l’admiration et dit franchement que ses facultés d’observation sont supérieures aux siennes. Cependant, Mycroft est beaucoup moins intrépide que son cadet et moins réactif. Leurs caractères se sont forgés dès leurs enfances, dans une famille conservatrice de petits propriétaires de campagne. A leur arbre généalogique, ils comptent une grand-mère française qui fut la sœur du peintre Vernet.
A travers les chroniques et l’intimité rapportée, il est intéressant de dresser petit à petit le portrait de Sherlock Holmes. Le cher détective prend alors une dimension plus humaine…

Des enquêtes à lire et à relire !

 


Scène extraite de la série télévisée Sherlock Holmes – Granada Télévision