Omurice

Avril se passe au Japon avec Lou et Hilde.
Vous trouverez des recettes chez…

Hilde – Maki and Co (Japon)
Nahe – Jagaimo mochi (Japon)
Rosa – Macaroni au chorizo et aux œufs durs
Béa – Tarte fine aux artichauts, fromage et salsa verde
Sandrion – Brioche soleil au Nutella
Eimelle – Lapin à la flamande (Belgique)
Lydia – Tiramisu
L’Irrégulière – Tartelettes déstructurées aux fraises et à la crème de citron mentholée
Isabelle – Pains indiens au fromage et Bricks au poireau et au poisson blanc (Inde)
Liza – Poulpe caramélisé sur un lit de fava (Grèce)

 

L’omurice est un plat populaire du Japon depuis près d’un siècle ; une omelette, une farce avec de la viande, poulet ou bœuf (il peut être également cuisiné qu’avec des légumes), du riz et une sauce ketchup…

Ingrédients pour 2 personnes :
– Riz thaï, 1 portion/personne
– 2 escalopes de poulet ou 200g de viande hachée de bœuf
– 1/2 poivron vert, 2 tomates, 1 oignon rouge, 1 gousse d’ail
– 4 cuillères à soupe de concassé de tomates
– Ciboulette, gingembre

– 4 œufs (2/personne)
– 4 cuillères à soupe de lait
– Ketchup

– Matière grasse, sel, poivre, sucre

Préparation :
– Cuisez le riz , égouttez-le et réservez.
– Dans un poêlon, faites revenir dans de la matière grasse la viande coupée très finement avec l’oignon haché. Puis, ajoutez la moitié du poivron en petits dés, l’ail haché, le gingembre en poudre ou frais, la ciboulette ciselée, les tomates fraîches, les tomates concassées et deux cuillères à café de sucre. Salez, poivrez. Laissez cuire environ 10 minutes, jusqu’à ce que tout soit bien cuit.
– A cette préparation, joignez-y le riz et mélangez le tout dans une belle homogénéité.
– Faites les omelettes l’une après l’autre. Battez 2 œufs par personne, salez, poivrez et ajoutez 2 cuillères à soupe de lait. Faites la cuire sur une poêle dans de la matière grasse. Reproduisez la même opération pour la deuxième.
– Dans l’assiette, faites un boudin de farce (viande-riz…) et couvrez-le de l’omelette en rabattant les bords au dessous.en formant un chausson.
– Avec le ketchup, dessinez des arabesques, des cœurs, des figurines kawaii (toutes mignonnes), et présentez le plat avec de la salade et des crudités.

Verdict : Tout simple et bon. N’hésitez pas à bien relever la mixture…

 

 

 

Flexi food

Challenges…
Les Gourmandises
Des livres en cuisine avec Fondant et Bidib

Un livre offert par les Éditions Au vent des îles et Babelio dans le cadre des Masses Critiques

.

 

Flexi food, cuisine saine et gourmande
Recettes de Valérie Muller
Photographies d’Annabel Montenot Robert

 

Dans l’introduction de son livre, l’auteur annonce qu’elle souhaite avant tout être dans le partage, la convivialité, et qu’il y ait dans ses recettes un équilibre entre le sain et le gourmand. Elle s’adresse à tous les mangeurs… les omnivores, les flexitariens, les végétariens, les vegans, et ceux qui suivent une alimentation low carb et paléo.
Si on connait les quatre premiers, on en sait moins sur les deux derniers, et sur une double page, elle donne des précisions sur ces différents régimes.

Six chapitres divisés en plusieurs parties qu’elle accompagne de petites infos pratiques et de conseils diététiques.

« 1. De bon matin » ce sont des idées pour le petit-déjeuner et la carte est très variée car il est important de bien commencer la journée. Tout en se faisant plaisir, il est bon de bien choisir les sucres, « la charge glucidique ». Elle décline ce repas dans des combinaisons salées et sucrées, entre smoothies, jus de fruits, infusions, mueslis, granolas, tartines, pancakes, pâtes à tartiner… frittatas…

« 2. Alors, qu’est-ce qu’on mange ? » a trois parties. La première parle d’une alimentation « vivante », « brute », « crue », et donne des idées de salades et de buddha bowls. L’assiette harmonise le sain et le beau, elle est pleine de vitamines et de couleurs. On mêle les légumes, les fruits et les graines dans des compositions peps et exotiques. La seconde nous invite a déguster des soupes et des veloutés. Le bouillon est une excellente base pour certains plats et elle aime utiliser le miso, un condiment japonais sous forme de pâte à base de sel marin, de graines de soja, de riz… Dans ses choix, les veloutés sont un régal pour le regard. La troisième introduit les tartes, les cakes et les tartines, une occasion aussi de faire un point sur les différentes graisses, les mauvaises et les essentielles à notre corps. C’est rustique, savoureux, riche et toujours bien ordonnancé.

« 3. J’ai encore faim ! » nous parle de junk food et de la cuisine asiatique. Amicalement, l’auteur qui a des racines méditerranéennes et qui habite à Tahiti, veut nous faire découvrir les parfums, les épices, les herbes aromatiques qui lui rappellent son enfance et ses voyages ; la palette est donc large… curry de légumes, curry de la mer, rouleaux de printemps, soba aux champignons nippons (pâtes au sarrasin), légumes farcis, croustillants aux épinards (feuilles de brick), tian… Et du côté de la junk food, version « zéro frustration mais 100% plaisir », ce sont trois suggestions avec un wrap, un burger et un club sandwich.

« 4. … Et avec ça ? » est une formule qui titille notre gourmandise. C’est dans ce chapitre qu’elle ajoute les à-côtés et les petits trésors. Des seconds rôles comme elle dit, mais qui donnent de la valeur aux plats et qui deviennent indispensables… aubergines confites, purées, poivrons rôtis, graines torréfiées, pâtés, sauces, crèmes…

« 5. Les indispensables » est au final un complément au chapitre précédent. On y trouve des variations de farines pour des pâtes et des pains, et différentes huiles pour des sauces bien onctueuses et des vinaigrettes très parfumées.

« 6. Un peu de sucré ? » termine le livre avec une vingtaine de desserts et un point sur les glucides. Toujours sur sa ligne directrice d’une nourriture saine, l’auteur nous propose des douceurs qui privilégient le fructose, le sucre des fruits. Des tartes, des crumbles, un carotte cake, un panna cotta, une soupe de fruits rouges, des sorbets et des crèmes glacées, du chocolat mousse et coulant… Elle y joint des épices, des graines et des herbes, pour donner une note originale de pays lointains.

Je vous recommande ce très beau livre de cent quarante recettes. Tout est bien expliqué et le pas à pas est facile à suivre. Quant aux compositions photographiées, elles portraiturent rusticité, modernité et gastronomie. On a plaisir à le feuilleter, on s’amuse à deviner les saveurs et on rêve d’y goûter.

 

  1. Açaï bowl – petit-déjeuner – purée d’açaï, banane, fruits rouges, noix, amandes
  2. Salade tomate-avocat, citron vert, oignon, graines torréfiées, curcuma, basilic
  3. Pâtes
  4. Tarte mi-cuite pomme-pêche-raisin-badiane – pâtisseries fruitées – miel, tarte crue aux pruneaux

 

 

Samossas au crabe

Selon le programme des Gourmandises pour ce deuxième dimanche du mois, je vous invite en Inde avec Hilde, mais certaines marmitonnes voyagent ailleurs.

Vous trouverez d’autres recettes chez…

Béa – Cookioches
Hilde – Mochi (Japon)
Lou – Maki, sushi, chirashi et sashimi (Japon)
Jojo – Gyozas, raviolis (Japon) et « Mercredi c’est raviolis ! » (Album jeunesse)
Rosa – Harira, soupe marocaine et
Kheer riz au lait (Inde)
Nahe – Matar paneer (Inde)
Sandrion – Gozleme aux légumes
Eimelle – Fricadelles-frites
Lydia – Clafoutis aux pommes

L’Irrégulière – Conchiglioni à la ricotta et au saumon
Liza – Taramosalata (Grèce)

 

 

Ingrédients :
– 1 paquet de feuilles de brick
– 200 g de chair de crabe
– 2 carottes
– 2 courgettes
– 3 petits oignons nouveaux
– 200 g de fromage frais pour cuisine
– Coriandre et fenouil… herbes fraîches
– Curry et gingembre… en poudre

– Sel, poivre
– 1 cuillère à soupe de graines de sésame

Préparation :
– Préparez les carottes et les courgettes en les coupant très finement et faites-les cuire dans un bouillon. D’abord les carottes, puis les courgettes qui se cuisent plus vite.
– Mélangez-les une fois égouttées, avec le fromage frais, la chair de crabe, les oignons hachés, les graines de sésame, le fenouil et la coriandre. Épicez avec le gingembre et le curry selon vos goûts.
– Garnissez les feuilles de brick avec cette farce et enfournez pour environ 10 à 15 minutes.
– Servez cette entrée avec une petite sauce de votre choix.
J’ai mixé un concombre avec de la crème fraîche épaisse, des feuilles de menthe et de la sauce au piment doux légèrement sucrée.

Verdict : Une bonne entrée en matière… En dosant sans exagérer, la menthe, la coriandre et le curry éclatent en bouche sans gommer le goût du crabe.

 

 

Ernest et Célestine ont perdu Siméon

 

Challenge Animaux du monde avec Sharon

 

 

Ernest et Célestine ont perdu Siméon
Gabrielle Vincent

 

C’est l’hiver, il neige, Ernest et Célestine font une petite balade en forêt mais juste avant de rentrer, Célestine s’aperçoit qu’elle a perdu son doudou Siméon le pingouin ! Voici une situation délicate car la nuit tombe, il fait très froid, et il est trop tard pour se mettre à sa recherche.
Le soir, Célestine pleure dans son lit, inconsolable, et Ernest décide de partir en quête de Siméon…
En le retrouvant tout abimé dans la neige, Ernest sait qu’il ne peut le présenter ainsi à Célestine et il part aussitôt chez le marchand de jouets pour en prendre un autre.
Un pingouin ? C’est plutôt rare et pour la consoler, il lui achète plein de peluches… lapin, ours, poussin, lutin, poupée… mais, Siméon est irremplaçable ! Alors, Ernest a une idée… il va prendre une aiguille, du fil, et essayer de rafistoler Siméon.
Quelle merveilleuse surprise ! quel beau cadeau ! Célestine est enchantée.
C’est bientôt Noël, Ernest décore le sapin avec toutes les peluches qu’il a achetées. Si Célestine n’a d’amour que pour son pingouin, les autres enfants trouveront leur bonheur avec elles. 
Un soir de fête, des cadeaux-doudous à décrocher dans l’arbre, une table avec des gourmandises, et des enfants heureux qui passeront la nuit dans la chambre de Célestine, épuisés et comblés.
Le lendemain, Célestine aidera Ernest pour le rangement… elle ne peut plus rien lui refuser !

L’univers d’Ernest et Célestine est comme du duvet d’oie, doux et léger. Cette petite histoire amusera les parents et les enfants car ils connaissent la valeur d’un doudou, même usé, malodorant et rapiécé. Il est et restera un membre de la famille, précieux et irremplaçable.
Ce tome est le premier d’une longue série de livres.

 

 

 

 

Espadon à la japonaise

Joyeuses Pâques !
Tendresse et chocolat…

Avril se passe au Japon avec Lou et Hilde, mais aussi en Belgique avec Anne.
Vous trouverez des recettes chez…

Isabelle – Gâteau petits nids au mascarpone (Pâques)
Rosa – Torradetes de Santa Teresa (Pâques)
Eimelle – Gâteau au chocolat et au speculoos (Pâques)
Hilde – Onigirazu (Japon)
Sandrion – Nouilles asiatiques au poulet et aux légumes (Japon)
Béa – Gözleme, pain turc farci
L’irrégulière – Linguini aux asperges et au saumon fumé (Pâques)
Lydia – Cookies aux pépites de chocolat
Liza – Oeufs dur-mayo et asperges

.

.

.

Ingrédients pour 3 personnes :
– 3 tranches d’espadon
– Brins de fenouil
– Matière grasse
– Sel, poivre
Sauce marinade :
– 1 yaourt nature
– 1 citron vert
– 4 cuillères à soupe bombées de graines de sésame torréfiées
– 1 cuillère à soupe de sauce teriyaki
– Gingembre
– Ciboule
Accompagnements :
– Petits légumes pour wok (carotte, soja, feuilles de chou, céleri)
– Champignons

– Pâtes asiatiques

Préparation :
– Faites une marinade en mélangeant dans le yaourt… le jus du citron vert, les graines de sésame, le teriyaki, le gingembre râpé, des brins de fenouil et le poivre vert.
– Laissez dans cette marinade les tranches d’espadon.
– Préparez les pâtes puis les légumes. Cuisinez-les dans un wok.
– Dans une grande poêle avec un peu de matière grasse, cuisez les tranches d’espadon avec la marinade et joignez-y les champignons asiatiques. La cuisson se fait à votre convenance en retournant régulièrement les darnes. J’ai mis 10 minutes sur un feu assez vif.
– Servez à l’assiette…

Verdict : Ce fut un régal ! A refaire…

.


.

.

.

Ernest et Célestine ont des poux

Challenge Petit BAC avec Enna
Catégorie : Animal
Challenge Animaux du monde
avec Sharon

.

.

Ernest et Célestine ont des poux
Gabrielle Vincent

Boléro, le vieil instituteur SDF qui vient donner des leçons de calcul et d’orthographe à Célestine, ramène souvent des poux dans la maison. Cette fois-ci, c’est la troisième fois que Célestine en a et elle les a refilés à Ernest… C’est insupportable tellement ça gratte ! et aucun shampoing n’est vraiment efficace.
Ne serait-il pas souhaitable de traiter également Boléro puisque c’est par lui qu’ils arrivent ?
Avec de la patience, un traitement pour tous les trois et du lessivage, ils arriveront à éradiquer ces minuscules bestioles si dérangeantes… Ça sera aussi l’occasion pour eux de faire un cours de biologie en les étudiant de près…

Je vous assure qu’en lisant cette petite histoire, vous serez pris de démangeaisons ! Les poux… le fléau des écoliers et des parents. Comme à son habitude, l’auteur raconte une petite crise sanitaire en dédramatisant l’affaire et en faisant de cette leçon de vie, un formidable élan de générosité et de solidarité.
Il y a toujours beaucoup d’amour dans ces albums… et de la sagesse… et de la sérénité.

.

Tourte aux pommes de terre et au Saint-Nectaire

2021 - Logo GourmandisesCe dimanche, c’est au tour de l’Irrégulière de nous proposer de cuisiner un aliment de son choix. Celle que nous appelons la reine des fromages a souhaité que nous cuisinions du Saint-Nectaire, un fromage de lait de vache fait dans la région des Monts Dore, entre le Cantal et le Puy-de-Dôme.

Vous trouverez des recettes chez…
L’Irrégulière – Croques forestiers au Saint-Nectaire (Défi de L’Irrégulière)
Eimelle – Tartines de Saint-Nectaire-pommes-confiture de figues (Défi de L’Irrégulière)
Rosa – Pommes de terre farcies au camembert, tomates et bacon (Défi de L’Irrégulière)

Sandrion – Muffins au Saint-Nectaire façon nectiflette (Défi de L’Irrégulière)
Béa – Tarte tatin aux pommes de terre et au Saint-Nectaire (Défi de L’Irrégulière) et Champignons farcis de Sandrion
Isabelle – Pain hérisson au Saint-Nectaire (Défi de L’Irrégulière)
Lydia – Oeuf cocotte à la coppa de L’Irrégulière
Hilde – Salade de semoule aux poivrons et aux avocats (Défi d’Isabelle)
Liza – Morue aux pommes de terre

.

Pour mon plat, j’ai décidé de faire une tourte au Saint-Nectaire avec un restant de purée de la veille.

Tourtepommesdeterresaintnectaire 1Ingrédients :
– 2 pâtes brisées (faites maison c’est bien)
– 200 g de Saint-Nectaire
– 5 grosses pommes de terre
– 75 g de beurre
– 1 œuf
– 1 briquette de crème fraîche épaisse
– 1 bouquet de ciboulette fraîche
– Sel, poivre, muscade
– 2 cuillères à soupe d’huile d’olive

Préparation :
– Préparez la purée et écrasez grossièrement les pommes de terre cuites. Ajoutez le beurre, l’œuf, la crème fraîche, la ciboulette ciselée, du sel, du poivre et de la muscade.
– Faites les pâtes brisées ou achetez-les toutes faites. Disposez l’une des deux dans un moule aux bords hauts, beurré ou tapissé d’une feuille de papier sulfurisé. Piquez le fond et les bords de la pâte avec une fourchette.
– Versez la purée.
– Découpez des lamelles de Saint-Nectaire et disposez-les sur le dessus de la purée.
– Rabattez avec la deuxième pâte brisée et fermant bien les bords.
– Faites une petite cheminée dans le centre et dessinez des arabesques avec la pointe d’un couteau.
– Badigeonnez le dessus avec de l’huile d’olive pour dorer.

– Enfournez pour environ 30 minutes ou plus selon les fours.

Verdict : Parfait pour un soir, avec une salade d’endives aux pommes et aux noix…

.

Tourtepommesdeterresaintnectaire 2

 

M.O.R.I.A.R.T.Y, Empire mécanique – T1

logosharonpolarshistoriqueslogo-british-mysteries-pedroChallenge polars avec Sharon, 

Mois Bristish Mysteries avec Hilde et Lou
Une lecture commune avec Hilde

.

 

9782756071909_1_75

M.O.R.I.A.R.T.Y.
Empire mécanique – I
Scénaristes : Fred Duval et Jean-Pierre Pécau
Dessinateur : Stevab Subic
Coloriste : Scarlett Smulkowski

 

Le ciel de Londres en 1899 est plein de ces nouveaux aéronefs qu’on appelle zeppelins. La fin du XIXème siècle connaît de grandes avancées révolutionnaires dans toutes les technologies, industrielles et scientifiques.

Dans une fumerie d’opium, on attend le Dr Jekyll et c’est Mr. Hyde qui apparaît en saccageant tout sur son passage. Ne pouvant le maitriser, la police lui tire dessus et mène le corps à l’hôpital de Whitechapel, non pas pour l’autopsier, mais pour le soigner car le monstre est toujours vivant.
Au même moment dans un salon de Mayfair, des lords jouent au poker. L’ambiance est mauvaise car lord Salisbury a perdu sa fortune aux cartes contre Mr Gibbs, un homme particulièrement chanceux qui dépouille depuis une semaine la fine fleur du royaume. Présent sur les lieux, Sherlock Holmes se doute qu’il y a tricherie et devant la belle assemblée, dévoile l’entourloupe… Mr Gibbs n’est en fait qu’un automate autoguidé.

L’incroyable machine a été faite par un orfèvre et Sherlock Holmes a hâte de découvrir qui se cache derrière tout cela car le seul homme à qui il pense est mort en Suisse dans les chutes du Reichenbach.
L’histoire du Dr Jekyll et celle de l’automate vont se regrouper et ce sera à Sherlock Holmes de mener l’enquête… Toujours assisté de son ami le Dr John Watson, il va orienter ses recherches auprès de la veuve du chimiste Alfred Nobel, décédé trois ans auparavant. Sous couvert d’une entreprise philanthropique, elle a monté un laboratoire sur le domaine de Baskerville Hill pour faire des expériences sur la fleur de pavot suivant les formules du Dr Jekyll.
Une ombre se profile auprès de cette femme, celle du plus redoutable des ennemis de Sherlock Holmes, le professeur Moriarty…

L’histoire est très intéressante avec sa trame fantastique et son ambiance steampunk. Les scénaristes invitent aux côté du détective des personnages connus, réels ou fictifs, de la fin de ce siècle. Wilson Churchill est très présent tout au long de l’histoire, on parle d’Alfred Nobel et de l’héritage qu’il laisse, et on rencontre le Dr Jekyll et son double démoniaque Mr. Hyde. 
Dès le début de l’album, un nom sort du chapeau : Moriarty. On le guette avec une petite appréhension car on connaît sa réputation.
Au club Diogène à Pall Mall Street, on voit également Mycroft, le frère de Sherlock, qui est comme à son habitude au service de sa Majesté… L’intrigue continue avec un deuxième opus car ce volume n’est que le premier tome d’un dyptique.
Quant aux dessins, ils relaient bien la noirceur de l’histoire, mais un trait trop prononcé, surtout pour les visages, donne quelques lourdeurs à l’ensemble. J’ai aimé la colorisation, les décors, le dynamisme, le macabre et tout ce qui caractérise le genre fantastique-steampunk.

.

 

 

 

 

 

Dragons et mécanismes


Challenge Petit BAC avec Enna

Catégorie : Animal fantastique
Animaux du monde avec Sharon

Livre offert par les Éditions Rageot et Babelio dans le cadre des Masses Critiques

Dragons et mécanismes
Adrien Tomas

Dague, un adolescent de seize ans, est ce qu’on appelle un capucheux, un voleur expérimenté au service d’Oogmar le Géant, le chef des receleurs des Gorgones (le bidonville de la métropole d’Asograde) qui lui sert de protecteur depuis le décès de Kimba, une vieille femme qu’il considérait comme sa grand-mère.
Voleur la nuit, mais aussi espion le jour, il travaille au palais comme valet auprès de la princesse-marchande Xeneda. Les informations collectées, plus ou moins secrètes, se monnayent bien et avec cet argent, il rêve de quitter Xamorée par la mer et de faire fortune en devenant mercenaire.
Xamorée est une grande île qui regroupe treize tribus reparties sur tout le territoire. Ces treize cités se sont enrichies depuis que les mages ont pu ériger un bouclier magique contre les dragons de Msitwa Ioka, les terres intérieures. Jadis pour survivre, les Arts sorciers et les Arts guerriers étaient des sciences importantes, mais à ce jour, le pouvoir se tend plus vers l’ingénierie et le commerce par les voies maritimes.

Du même âge que Dague, Mira, l’archiduchesse Dragomira Alexandrovna Kiriell Banessa Antonov d’Asthénocle, se retrouve sur un bateau en direction d’Asograde pour fuir l’archiduc Arlov qui a fomenté un coup d’état et tué ses parents qui régnaient. Accompagnée de ses automates, elle espère trouver le soutien de la princesse Xeneda et en apprendre un peu plus sur les dragons et le pouvoir de l’arcanium, une énergie utilisée par les mécanomages.
La mécanomagie est l’alliance de la mécanique avec la magie ; Mira est maître en la matière. Passionnée par cette science, elle conçoit des automates dont l’apparence ultra sophistiquée est à l’image des humains.

Sur les quais d’Asograde, Dague et Mira se rencontrent sous le feu de l’action face à Arlov, et à partir de cet instant, les jeunes gens ne vont plus se quitter et nouer une grande amitié…
Pourchassés par l’usurpateur, ils doivent quitter l’enceinte de la ville pour pénétrer l’épaisse forêt tropicale tant redoutée. L’autre monde est terrifiant, plein de dangers, de dragons, et c’est à Moko Elimba, la cité minière protégée par un Pavois (barrière magique) où ils trouvent refuge, qu’ils en apprendront un peu plus l’un sur l’autre.
Si Mira est une mécanomage, Dague est un phasmancien car il a le pouvoir de parler aux morts. Le fantôme de Kimba oriente ses pas et lui dévoile petit à petit ce qu’il s’est passé durant ses jeunes années.

Dague souhaite découvrir le secret de ses origines, et Mira, décidée à revendiquer son héritage et à combattre l’homme qui a détruit son monde, lui demande de l’accompagner dans son aventure… Tout deux feront quête commune et seront escortés par Cuthbert, un petit dragon (de la taille d’un chat) persifleur, hargneux et adorable qui les houspille en les appelant « pitoyables humains ».

J’ai beaucoup aimé ce roman jeunesse qui nous embarque dans un univers de fantasy et de steampunk, entre science et magie. L’auteur a écrit ce livre à la suite de « Engrenages et sortilèges », et si les histoires peuvent se lire séparément, elles se passent dans un même monde et à la même époque. Dans une interview, il dit construire son intrigue autour de ses héros (leur histoire et leurs objectifs) en intégrant de nombreux thèmes de notre société actuelle, comme l’écologie, le racisme, l’ostracisme, l’injustice…
Dague et Mira sont des personnages sympathiques, aux caractères très affirmés. Ils affrontent leurs ennemis avec courage et honneur. La quête du pouvoir est l’enjeu des affrontements et le scénario, aux nombreux rebondissements, compte deux adversaires qui s’associent ; le tyran Arlov, un jeune éphèbe mégalomane d’Asthénocle, et Vezzir, un grand sorcier de Mycée qui œuvre pour faire revenir le Dragon Primordial.
Le roman commence dans une cité avec ses quartiers nobles et ses bas-fonds en bordure de l’eau. Cette société est hiérarchisée en castes. C’est bien détaillé et nous n’avons pas de mal à imaginer toute cette architecture qui s’imbrique. Puis l’histoire nous plonge dans la jungle et nous fait rentrer dans une cité minière. Les décors changent, c’est luxuriant, sauvage, plein de mystères et dangereux. Les images sont belles. Le rythme intense captive car on lit facilement les 600 pages en une journée. La trame se tisse de déloyautés, de conspirations, de poursuites et de fuites, de combats, de sortilèges, de mécaniques robotisées, d’explosions et d’expéditions dans des géographies inconnues à la découverte d’autres peuplades.
A tous ces composants, l’aventure s’étoffe également avec une belle dose d’humour. Le dragonnet Cuthbert est irrésistiblement drôle et les fanfaronnades d’Arlov sont ridicules.
C’est donc un roman à recommander… et je vous souhaite une très bonne lecture sur Xamorée, l’île aux dragons.

Dragon estampe

Plum cake


logogourmandisespourlou

En mars, Les Gourmandises partent en Angleterre avec le challenge British Mysteries de Hilde et Lou. 

Vous trouverez des recettes chez
Hilde – Pudding au rhum (British Mysteries)
Rosa – Pizza, pâte à la Guiness (Saint-Patrick) et Scones aux pommes, au gingembre et à la cannelle (British Mysteries)
Isabelle – Irish apple cake (British Mysteries et Saint-Patrick)

Lydia – Rôti de veau au chorizo
Béa – Boulettes de bœuf de Yotam Ottolenghi
Sandrion – Fajitas
Liza – Haricots géants au four
L’Irrégulière – Œufs cocotte aux asperges

Ingrédients :
– 3 œufs
– 125 g de sucre en poudre
– 250 g de farine
– 125 g de beurre
– 1 pincée de sel
– 1 paquet de levure

1 verre à liqueur de crème de whisky
– 200 g de fruits confits (orange, raisins, angélique, cédrat…)

Préparation
:
– Travaillez le beurre ramolli avec le sucre. Ajoutez le sel.
– Quand la crème est lisse et blanche, ajoutez les jaunes d’œufs un après l’autre en travaillant bien le mélange à chaque addition.
– Montez les blancs en neige et incorporez-les au mélange.
– Ajoutez la farine, les fruits confits coupés en morceaux, la crème de whisky et la levure.
– Travaillez rigoureusement le mélange bien que la pâte soit très épaisse.
– Versez le tout dans un moule tapissé de papier sulfurisé ou beurré.
– Mettez au four doux pendant 30 minutes environ.

Verdict : Le cake est peut-être même meilleur le lendemain !

plum-cake-fruits-confits-2-e1616328399123