Mince pie

Les Gourmandises sont en Angleterre tout le mois de juin avec avec Lou et Titine

Isabelle – Mince pies (sa 2ème version) (Angleterre)
Sandrion – Clafoutis aux cerises
Béa – Poêlée aux cerises et aux fraises
Nahe – Mince pies (Angleterre)
Estellecalim – Chocolat cake (Angleterre)
Rosa – Houmous d’avocat, Omelette-petits-pois-lardons-boudin noir et Riz au lait de coco et compotée de fraises

 

Ces petites tartelettes se cuisinent en général pour les fêtes de Noël. Fruits et épices, parfois avec de la viande, elles ont des origines orientales et furent ramenées en Angleterre par les croisés.
Pour la recette, j’ai mélangé les conseils d’Isabelle avec ceux de Marmiton… Et Nahe nous accompagne.

 

Ingrédients pour 4 tartelettes ou plus :
Pour la pâte
220 g de farine
150 g de beurre
80 g de noisette en poudre
– 50 g de sucre
– 1 zeste de citron
– 1 œuf
– eau
Pour la garniture
– 1 pomme
– 100 g de myrtilles
– 100 g de raisins secs
– 50 g d’amandes effilées
– 50 g d’écorces d’oranges confites
– 1 jus de citron
– 3 cuillères à soupe de cognac
– Épices : Cannelle, muscade, gingembre
– Sucre glace

Préparation :
– Préparez la pâte en mélangeant tous les ingrédients et réservez-la au frigidaire.
– Pour la garniture, faites confire les fruits et les écorces d’oranges coupées en petits morceaux, les épices et le cognac, dans une casserole pendant une dizaine de minutes.
– Étalez la pâte et découpez à l’emporte pièce des disques pour le fond et le dessus. Disposez dans les moules beurrés un disque pour le fond, piquez à la fourchette, mettez la garniture et recouvrez avec un autre disque. Répétez l’opération autant de fois que vous avez de pâte…
– Enfournez environ 20 minutes.
– Lorsque les tartelettes sont refroidies, versez sur le dessus du sucre glace. Vous pouvez les conservez dans une boîte hermétique 1 semaine.

Verdict : Excellent !

 

 

 

 

Fish and chips

Les Gourmandises sont en Angleterre tout le mois de juin avec avec Lou et Titine

Vous trouverez d’autres recettes chez…
Rosa – Salmorejo, velouté froid (Espagne)
Enna – Batternberg cake (Angleterre)
Isabelle – Mince pies (Angleterre)
Lou – Scottish eggs (Angleterre)
Sandrion – Welsh Rarebit (Angleterre)

 

Poisson entouré d’une pâte à beignet et frites… Le fish and chips est un plat typique anglais qui est servi aussi bien à table dans les restaurants, que dans des snacks pour une restauration rapide à déguster debout dans des cornets. Son origine viendrait des Juifs Séfarades du Portugal, au XVIIe siècle.

Ingrédients pour 4 personnes :
– 4 filets de cabillaud
– 150 g de farine
– 10 g de sucre
– 10 cl de lait
– 2 œufs
– 1/2 verre de bière
– 6 grosses pommes de terre
– Sel, poivre, huile d’arachide, sauce ketchup, sauce mayonnaise…

Préparation :
– Préparez les pommes de terre pour des frites que vous cuirez soit dans un bain d’huile, soit au four.
– Faites la pâte à beignet en mélangeant la farine, les œufs (jaunes + blancs en neige), le lait, le sucre, la bière, du sel et du poivre.
– Tremper les filets de cabillaud dans la pâte et mettez-les dans un bain d’huile pour friture.
– Placez sur du sopalin avant de servir, salez.
– Présentez avec une petite sauce et des cornichons…

Verdict : C’est très bon… mais je ne sais pas combien il y a de calories…

 

 

Scottish eggs

Les Gourmandises sont en Angleterre tout le mois de juin avec avec Lou et Titine

Vous trouverez d’autres recettes chez…

Béa – Muffins aux framboises
Sandrion – Feuilletés au pesto pour l’apéro
Rosa – Feuilletés au sucre, cannelle et au miel

 

L’œuf à l’écossaise se compose d’un œuf dur entouré de chair à saucisse et de panure. D’après Wiki, c’est une recette inventée à Londres par Fortnum § Mason en 1738, qui fit le succès du célèbre magasin…

Ingrédients pour 4 personnes :
– 4 œufs
– 1 œuf
– 200 g de chair à saucisse maigre
– 1 tranches de pain de mie
– Persil frais, ciboulette
– Lait

– Chapelure fine
– Sel, poivre
– Huile d’arachide

Préparation :
– Faites bouillir durant 6 minutes les 4 œufs, puis passez-les sous l’eau froide. Écalez et réservez-les.
– Mélangez la chair à saucisse avec le pain de mie, le persil, la ciboulette et un œuf battu. Salez, poivrez à votre convenance.
– Enroulez les œufs de cette chair et roulez-les dans la chapelure.
– Faites les frire dans de l’huile d’arachide jusqu’à obtenir une coloration dorée.
– Servez avec une salade, du cheddar et une petite sauce maison faite avec des cornichons.

Verdict : Ce n’est pas évident de recouvrir de viande l’œuf en une fine épaisseur. Mais c’est très bon !

 

 

 

 

 

 

Madalenas

Les Gourmandises en Espagne pour le mois de mai, avec Sharon. Et en ce dernier dimanche, nous piquons une recette chez une copine marmitonne.

Vous trouverez d’autres recettes chez…

Béa – Fontainebleau aux fraises et Sirop de queues de fraises
Estellecalim – Gaufres
Isabelle – Fraisier mignon, Yaourts au miel parfum citron-menthe et Madeleines

 

De très bonnes madeleines espagnoles avec les consignes de Rosa
sans l’huile d’olive, mais avec de l’huile d’arachide pour ma part.

Ingrédients :
– 6 œufs
– 500 g de farine blanche
– 1 sachet de levure chimique
– 300 g de sucre
– 200 ml de crème fraîche liquide
– 200 ml d’huile d’arachide
– Zeste d’un citron râpé

Préparation :
– Faites préchauffer le four.
– Battez dans un saladier les œufs, le sucre et le zeste d’un citron râpé.
– Ajoutez la crème fraîche et l’huile.
– Mélanger le tout en ajoutant la farine et la levure.
– Versez dans des moules à madeleines ou dans des caissettes en papier sulfurisé.
– Enfournez pour environ 15 minutes suivant les fours.

 

 

 

Crèmes catalanes

Nous passerons le mois de mai en Espagne avec Sharon !

Vous trouverez d’autres recettes chez…
Béa – Risotto aux asperges et au fromage de chèvre
Grignote – Gratin de pommes de terre, jambon et oignons
Sandrion – Broyé du Poitou
Isabelle – Riz à l’espagnole (Espagne)

 

Au dessert de ce jour, voici des crèmes catalanes… J’ai fait un mélange de la recette de Rosa et la recette du livre « Des tapas à Barcelone » de Laure Sireix pour les faire.

 

Ingrédients pour 6 ramequins :
– 1 litre de lait entier
– 6 jaunes d’œuf
– 200 g de sucre
– 60 g de maïzena
– 1 gousse de vanille
– 1 citron non traité
– Cassonade pour caraméliser

– Éventuellement pour le parfum : anis ou cannelle

Préparation :
– Faites chauffer le lait (gardez un peu de lait dans un verre) avec le sucre, le zeste d’un citron et les grains de la gousse de vanille.
– Mélangez les jaunes d’œuf avec la maïzena et le verre de lait, puis ajoutez ce mélange au reste du lait dans la casserole.
– Mélangez bien au fouet et laissez cuire à ébullition environ 3 minutes en faisant attention à ce que la crème ne brûle pas et qu’elle ne s’épaississe pas trop.
– Versez dans des ramequins et laissez refroidir une petite heure.
– Pour caraméliser le dessus, mettez une cuillère à café de sucre sur le dessus de la crème et mettez les ramequins sous le grill du four.
– Laissez refroidir et mettez au frigidaire.

Verdict : Bonnes, texture et parfum ! Mais déception sur le caramel. J’avais espéré avoir une petite couche de caramel craquante. Il faut peut-être pour cela avoir un fer chaud ou un petit chalumeau.

 

 

 

Le grand livre de la cuisine marocaine

Un livre offert par Babelio et les Éditions Mango dans le cadre des Masses Critiques
Challenge Petit Bac d’Enna, catégorie « lecture »

 

 

Le grand livre de la cuisine marocaine
Nadia Paprikas
Photos de Charly Deslandes et Aimery Chemin

 

Dans la plupart des livres de cuisine qui content aussi une histoire, un héritage, les auteurs introduisent leurs recettes par un hommage à leurs racines, à la famille et aux mères. Les mots sont les mêmes… patrimoine, transmission, hérédité, générations, cultures, familles, convivialité, fêtes, générosité…

Nadia Paprikas a été initiée à la cuisine dès l’âge de six ans par sa mère qui lui a transmis recettes et secrets. Elle nous les donnent sur son blog culinaire en mettant une touche personnelle et en réinventant les mets de son enfance. Elle dit pour ce livre : « Au fil de ces pages, vous partagerez avec moi tous mes secrets et ceux de ma maman. »

… Elle regroupe les délices de son pays le Maroc, et nous offre cent cinquante plats parfumés, épicés, salés et sucrés.

Au chapitre des épices, elle donne leurs noms pour une base traditionnelle en précisant que le savoir-faire est dans le bon dosage. Le vocable est « alchimie ». Ils sont une richesse pour les légumes, les fruits et les viandes et un passe direct pour le voyage. Poivre, cumin, paprika, coriandre en graines, curcuma, cannelle, safran, gingembre en poudre…  Le ras el-hanout est un mélange savamment dosé. 
Pour les ustensiles, le couscoussier pour le couscous et le plat à tajine sont indispensables. Les autres sont de simples outils en fer et en bois. Ceux qui sont photographiés pour illustrer la page, ont un visuel de vécu, d’authenticité et de rusticité.
Toujours dans son introduction, elle nous fait découvrir les us et coutumes alimentaires. On apprend que l’hospitalité est « sacrée », qu’il est malvenu de refuser une invitation et qu’il ne faut manger que de la main droite. Lorsqu’on est à la table d’un plat à déguster en commun, on se sert des doigts comme d’une pince et on sauce avec du pain. On découvre aussi, que le thé a été importé par les Britanniques dans le milieu du XVe siècle. Cette boisson désaltérante et réconfortante que l’on sert à toute heure de la journée se fait le plus souvent avec des feuilles de thé vert, un bouquet de menthe fraîche et des morceaux de sucre. La tradition veut qu’il soit réalisé par le chef de famille ou par le fils aîné.
Il y a aussi la technique où elle dévoile comment bien utiliser les plats, comment faire une bonne semoule et d’autres habiletés qui peuvent nous aider dans cette cuisine.

Le catalogue des recettes est opulent ! Les plats se succèdent nantis de précieux conseils et de très belles photos. L’esthétique du livre est un atout car l’appétit vient par leurs visions colorées et exotiques.
Il se scinde en plusieurs parties avec pour commencer des pages sur la boulange qui montrent comment faire le pain rbati avec des graines de sésame, le batbout le pain à la poêle, des briochettes à l’anis, des crêpes à la semoule, des crêpes mille trous… Les bricks suivent, farcies, salées et sucrées, puis les soupes et les salades. La partie couscous est assez sobre et peut surprendre. Nadia écrit qu’au Maroc, « il se prépare avec une seule sorte de viande, d’une variété de légumes et légumineuses ». Il n’y a donc point de couscous royal et ni de merguez à l’intérieur. Les tagines sont tous avec de la viande et des légumes ; parfois avec des fruits. Ce sont des plats mijotés bien garnis qui sont préparés avec les légumes de saison. La partie poissons a de quoi satisfaire ; en sauce tomate, frits, au four avec des citrons confits, en tagine… Et pour terminer, la dernière partie fait place aux pâtisseries et aux boissons. La variété des biscuits est grande et on aimerait tous les faire ! aux amandes, à la fleur d’oranger, au miel, avec des zestes de citron, de la cannelle, des graines de sésame, des dattes, de la semoule…

Pour résumer ce livre, je dirai que c’est un ouvrage gourmand aux mets fins, riches et simples à la fois, mis en valeur par des associations d’épices. Il rapporte bien tout ce que l’auteur a voulu traduire. Il est gourmand, généreux, plein de saveurs, de parfums et de soleil. Il est un portail sur le Maroc qu’on ne peut refuser de franchir !
Un beau livre que je vous recommande.

Dans le cadre des dimanches avec la brigade des Gourmandises, je testerai des recettes. Donc, à suivre…

 

1. Nadia
2. Briouates à la viande hachée
3. Zaalouk, purée d’aubergines
4. Couscous printanier
5. Briouates aux amandes et au miel

 

 

Paella

Nous passerons le mois de mai en Espagne avec Sharon !

Vous trouverez d’autres recettes chez…
Enna – Risotto aux asperges
Isabelle – Coca aux fraises à l’espagnole
Béa – Dinde à l’asiatique
L’Irrégulière –
Khachapuri ou pain géorgien au fromage

 

 

Quel plat traditionnel représente le plus l’Espagne ? La paella, bien sûr !

 

Ingrédients :
– 1 kg de riz
– 4 hauts de cuisses de poulet
– 5 grosses tomates
– 1 poivron rouge
– 100 g de fèves
– 3 gousses d’ail, 2 oignons rouges
– Moules, crevettes
– Chorizo
– 1 cube pour bouillon de légumes
– Sel, poivre, safran, piment d’Espelette, huile d’olive

Préparation :
– Dans un grand poêlon, faites revenir sur toutes les faces les morceaux de poulet dans de l’huile d’olive. Ajoutez les gousses d’ail et les oignons émincés. Salez, poivrez
– Coupez les tomates, les oignons, le chorizo en fines tranches et mettez-les dans le poêlon. Remuez bien et faites attention que la chair du poulet n’attrape pas dans le fond. Mettez deux pincées de piment et le safran.
– Environ 8 minutes après, versez le bouillon de légumes fait avec le cube et de l’eau. Ça doit couvrir les légumes et le poulet. Laissez mijoter encore 10 minutes.
– Versez le riz et les fèves et laissez sur feu doux environ 20 minutes ou plus, jusqu’à ce que le riz soit cuit et ait absorbé le bouillon.
– Goûtez, salez, poivrez à votre convenance.
– Pendant ce temps, cuisez les moules et les crevettes, puis préparez-les. Vous garderez quelques moules dans leurs coquilles ouvertes pour la décoration, ainsi qu’une ou deux crevettes entières. Mettez le reste dans la paella.
– Tenez au chaud… et servez… un peu de persil pour faire joli et 1 gros câpre…

C’est la première fois que je cuisine une paella et je suis surprise par la préparation, simple et facile. Mais ce n’est peut-être pas préparé dans les règles ! Rosa, notre amie marmitonne Espagnole, me le dira…
Avec 1kg de riz, vous pouvez faire des barquettes pour le congélateur.