Waterzooï au poisson

Côté cuisine, nous clôturons l’année 2019 avec ce billet.
Les Gourmandises vous souhaitent leurs meilleurs vœux…

Vous trouverez d’autres recettes chez…

Rosa – Verrines de yaourt grec aux deux ananas
Sandrion – Carrot cake
Isabelle – Couronne de brioche pour Noël, Collation pour le Père Noël et Bûche de Noël chocolat-orange
Béa – Pain d’épices

 

Ingrédients pour 10 personnes :
– 10 dos de cabillaud, 10 grosses crevettes ou plus
– 10 carottes, 10 pommes de terre, 2 poireaux, 10 gros champignons de Paris, 1 branche de céleri
– 3 briquettes de crème fraîche épaisse et 1 de crème liquide,  1 jaune d’œuf
– Sel, poivre, 1 verre de vin, beurre, ail, persil

Préparation en plusieurs cuissons :
– Cuisez les pommes de terre à la vapeur et réservez-les.
– Préparez les autres légumes en les coupant en rondelles ou en lamelles, sauf les champignons, et cuisez-les dans du beurre, un peu al dente. Salez, poivrez et ajoutez 1 des 3 briquettes de crème fraîche.
– Dans un plat haut, disposez les légumes et posez les dos de cabillaud dessus avec les champignons coupés en lamelles.
– Battez les 2 autres briquettes de crème épaisse avec 1 briquette de crème liquide et le jaune de l’œuf. Versez sur le dessus du poisson.
– Enfournez à 180°, environ 15 à 20 minutes suivant les fours.
– Lorsque vous dresserez l’assiette, parsemez sur le dessus un peu de persil et mettez une crevette.

Demain, je mettrai la photo…
Bon réveillon !!!

 

Le curieux Noël de Mrs. Ellison


Il était sept fois Noël avec Samarian et Chicky Poo
Challenge Polars et thrillers de Sharon

 

Le curieux Noël de Mrs. Ellison
Anne Perry

1896, Noël dans le Surrey,

A quelques jours de Noël, Mrs. Mariah Ellison, la grand-mère de Charlotte Pitt, se retrouve seule dans la riche demeure de son autre petite-fille, Emily. A quatre-vingts ans, dix de plus que la reine Victoria, elle se sent plus seule que jamais, lasse et repentante. Les regrets viennent tard, mais ne dit-on pas « mieux vaut tard que jamais » ? Si on devait la décrire, on dirait d’elle que c’est une femme de tempérament, altière, pas très belle mais intéressante et surtout on dénigrerait son caractère acariâtre, acide et plein de rancœur.

La maison est décorée de guirlandes de houx, de rubans et de bougies, les domestiques sont aux petits soins pour elle, mais tout est bien trop grand et trop vide. Alors, quand le majordome lui apporte un colis réceptionné pour elle, sa curiosité et son excitation sont pareilles à celles d’un enfant impatient et heureux de recevoir un cadeau.
Intrigant et surprenant, à l’ouverture, on découvre un superbe pudding, mais ce qui est inquiétant, c’est qu’il est très lourd et quand on le pique avec la pointe d’un couteau, on découvre à l’intérieur un boulet de canon.
Mariah Ellison comprend immédiatement le message qui la renvoie vingt ans auparavant pour un souvenir dramatique qui lui a laissé une peine qui ne s’est jamais éteinte. Avec ce paquet, une lettre suit dans laquelle on réclame sa présence dans le Surrey. Plus qu’une invitation c’est une prière qui vient de Peter Wesley le petit-fils de Cullen et Rowena Wesley.

Mariah jeune fille était fougueuse, impétueuse et un peu trop hautaine. Elle n’avait pas pris au sérieux son béguin pour Cullen Wesley et l’avait laissé à une autre. Ce n’est que plus tard, alors que son mari lui faisait vivre un enfer, qu’elle le regretta amèrement. Mais durant une quarantaine d’années, elle sut taire son amour et se montra pour eux deux une amie fidèle, jusqu’à la tragique mort de Cullen.
Dans le train qui la mène à Haslemere, Mariah se remémore des pans de vie qui se superposent aux paysages traversés. La campagne est dénudée, sauvage et sombre, noire comme ses pensées qui la font se retourner sur des évènements vieux de vingt ans. A cette époque, Cullen qui était avocat, devait défendre le Dr. Owen Durward accusé du viol et du meurtre d’une adolescente du village, mais après enquête, il avait décidé de se retirer du dossier. C’est le lendemain de cette étonnante résolution qu’il mourut écrasé par un boulet de canon posé sur l’étagère de la bibliothèque.

La petite ville d’Haslemere n’a pas changé et les conversations des habitants tournent toutes autour du retour du Dr. Owen Durward qui était parti après avoir été reconnu non coupable. La boue remuée ne présage rien de bon et Mariah découvre que son amie Rowena n’a guère été épargnée par le temps.
Peter veut reprendre le dossier de son grand-père et lui demande son assistance car elle a bien connu cette époque alors que lui n’était qu’un enfant de dix ans. Et malgré son âge, Mariah est une femme forte, tout le contraire de sa grand-mère qui se terre dans sa chambre, minée par un secret.
Beaucoup de notes prises par Cullen racontent l’histoire, son aversion envers le suspect, et les doutes qui ont tracassé sa conscience. Il ne reste plus qu’à Mariah et à Peter à enquêter pour en écrire la fin…

Les livres de Noël d’Anne Perry sont des rendez-vous incontournables de décembre. L’intrigue et le suspense ne sont pas toujours palpitants mais il est un fait qu’on s’accorde toutes et tous à dire, elle sait très bien raconter les ambiances victoriennes et donner aux femmes de beaux rôles.
Malgré la teneur dramatique (et très actuelle) qui relate les femmes battues, les abus sexuels, l’emprise et le chantage de la part du harceleur… ce roman fut une bonne lecture que je recommande.

 

 

Joseph Farquharson, paysage du Surrey

 

La surprise de Noël


Il était sept fois Noël avec Samarian et Chicky Poo

 

 

La surprise de Noël
Debbie Macomber

A vingt-quatre ans, Merry ne sort jamais et n’a pas de petit ami, ce qui attriste ses parents qui sur un coup de tête l’inscrivent dans une agence de rencontre sur le net, sous le pseudo de Mary. De famille modeste, elle est obligée de faire de l’intérim pour payer ses études. Son temps est très pris entre ce travail et sa famille, car sa mère a une sclérose en plaques et son petit frère est atteint de trisomie 21.
La fin de l’année est intense et à Noël, il y a tous les préparatifs à organiser. Dans son entreprise, un gros contrat avec la société Boeing est sur le point de se conclure et son service est particulièrement sollicité. Le vice-président, Jayson Bright, pousse les employés dans leurs retranchements et ne ménage pas Merry qui subit trop souvent ses foudres royales… Dictatorial, tranchant, intransigeant… la liste des adjectifs antipathiques est trop longue. Bref, un Grinch !

A plus de trente ans, Jayson Bright se consacre exclusivement à son travail en cherchant essentiellement à satisfaire son oncle, le président de la société, qui s’est occupé de l’enfant solitaire qu’il était après le divorce de ses parents. Cette dévotion le transforme petit à petit en un être un peu trop impérieux, glacial et désagréable avec tout le monde, sauf avec son cousin qui a partagé son enfance.
Alors quand ce cousin lui annonce qu’il est très amoureux d’une amie d’enfance qu’il a retrouvée sur un site de rencontre et qu’ils vont se marier, Jayson commence à réfléchir. Curieux, il s’accorde quelques minutes à regarder le site et le profil qui attire son attention est celui d’une certaine Mary qui a mis la photo de son chien en guise de portrait. Le chien le renvoie à une époque heureuse de sa vie quand il en avait un lui aussi, et sur un coup de tête, il décide de créer son profil avec une photo de Rocky et de contacter Mary.

De chapitre en chapitre, la lecture passe de Merry-Mary à Jayson-Jay. Nous les accompagnons dans ce jeu de rôle et dans leurs approches timides au début et plus amicales par la suite. Tous les soirs à 21 heures, ils se connectent pour une parenthèse enchantée. Mary lui raconte sa vie, sa famille, ses rêves, se plaint de son odieux patron, lui parle de Noël, une fête magique… et Jay se reconstruit et grandit en se nourrissant de sa générosité, de sa fraîcheur, des bonheurs simples qu’elle lui offre.
Et puis arrive le jour où tous deux décident de se rencontrer. Vraiment se rencontrer ? et non… leur histoire d’amour ne va pas se conclure aussi rapidement, et cela, pour la joie des lectrices qui charmées, vont sourire, ricaner et dévorer cette romance, bonne comme un petit sablé de Noël.

 

Un autre billet avec Nahe

 

 

 

Une pomme d’ambre pour parfumer la maison


Il était sept fois Noël avec Samarian et Chicky Poo

Vous trouverez d’autres activités chez…

Isabelle – Bougie décorée avec des tranches d’orange
JojoenHerbe – Un fil, des étoiles, un sapin

De nos jours, dans sa forme végétale, une pomme d’ambre ou une pomme de senteur est bien souvent une orange piquée de clous de girofle. On peut en faire également avec un pamplemousse et un citron. Elle dégage un agréable parfum qui embaume les pièces, les armoires, et on peut aussi l’utiliser comme répulsif contre les insectes.
Agrémentée de rubans, elle sera un bel ornemen
t dans une coupe ou suspendue en décoration de Noël.

Fournitures : Oranges, rubans, galons, dentelles, clous de girofle, 1 aiguille à broder pour les trous, des aiguilles à tête pour fixer les galons

Réalisation :
– Tracez au stylo sur l’orange, 4 quartiers égaux. C’est sur ces lignes que vous positionnez les galons. Fixez-les avec des épingles à tête enfoncées sur le dessus et laissez une marge pour une attache.
– Dans la partie des quartiers percez la peau de l’orange en dessinant des arabesques ou d’autres figures géométriques avec l’aiguille à broder (plus grosse qu’une simple aiguille).
– Piquez dans les trous les clous de girofle et terminez par mettre un joli nœud sur le dessus de l’orange.
– Variez les galons et les dessins… simples lignes, losanges… ça donnera un joli esthétique.

Il paraît que la conservation de l’orange dure un mois. A voir !

 

 

 

kardemummakaka

Les Gourmandises préparent Noël  avec le mois nordique de Cryssilda et Il était sept fois Noël avec Samarian et Chicky Poo

Vous trouverez des recettes chez…

Rosa – Spitzbuben, biscuits de Noël à la confiture de fraise
Isabelle – Biscuits de Noël et Cupcakes à la crème de marron
Sandrion – Sablés licornes
Hilde – Boules de neige… en chocolat

 

Le kardemummakaka est un gâteau suédois à la cardamone. Comme Enna, je le présente avec des pommes et de la poudre d’amande, mais avec une recette différente.

 Ingrédients :
– 125 g de poudre d’amande
– 100 g de farine
– 100 g de sucre
– 3 œufs
– Cardamone en poudre
– 3 pommes
– 1 sachet de levure
– 50 g de beurre
– 1 pot de yaourt liquide
– Amandes effilées


Préparation :
– Mélangez la poudre d’amande, la farine, les œufs, le sucre, la levure, la cardamone (quantité selon les goûts), le yaourt, le beurre fondu et versez le tout dans un moule à cake beurré.
– Coupez les pommes en petits morceaux et disposez-les sur le dessus.
– Saupoudrez le dessus d’un peu de sucre et de cardamone.

– A mi-cuisson, mettez une poignée d’amandes effilées.
– Enfournez à 180°, environ 25 minutes suivant les fours.

 

 

Et pour Noël, la brigade fait un swap de l’amitié ; une enveloppe avec des surprises et une carte… Voici les binômes que l’innocente main de Bastien, le fils d’Enna,  a tiré :
Hilde et moi
Sandrion et Nina
– Nahe et Rosa
EstelleCalim et
Isabelle

J’ai reçu de la part de Hilde de belles surprises, entre décorations de sapin et gourmandises. A chaque fois, c’est l’enfant qui est en nous qui déballe tout, avec des petits frissons de joie. Merci beaucoup Hilde ! J’ai déjà goûté le thé des fêtes de chez Palais des thés et un chocolat au caramel… très bons !

 

 

 

 

Mon premier livre de Noël

Mon premier livre de Noël
Illustrations : Aardvart Illustrations

 

A Noël, dans le rayon des livres des supermarchés, il y a toujours des albums illustrés à petits prix (3 euros chez Auchan). Ce livre aux pages cartonnées en est un (3 millimètres d’épaisseur). « Mon premier livre de Noël » s’adresse aux tout-petits qui découvrent la magie de Noël et ses étapes.

Paul et Lili décorent la maison pour la fête et, tout en garnissant le sapin, se disent ce qu’ils ont demandé au Père Noël ; un avion en bois, un ballon, une peluche… Pendant ce temps, dans un pays enneigé du grand nord, le Père Noël lit toutes les lettres des enfants et donne des instructions aux elfes qui s’attèlent à fabriquer les jouets.
Le soir de Noël, le traineau tiré par les rennes s’envole dans le ciel et commence à faire sa tournée dans le monde entier. Le Père Noël passe par la cheminée et dépose tous les cadeaux. La maison de Paul et Lili est sur son parcours… et ils seront très heureux le lendemain matin de découvrir les beaux jouets…

Une histoire toute simple aux illustrations colorées, joyeuses, qui va accompagner l’enfant dans les préparatifs de Noël, de la lettre au Père Noël jusqu’à l’ouverture des cadeaux.

 

 

La magie de Noël, en direct de Scandinavie


Il était sept fois Noël de Samarian et Chicky Poo

Décembre nordique de Cryssilda

 

 

La magie de Noël
en direct de Scandinavie
Kristin Langebraaten

Durant la période de l’Avent, pour certains, le bricolage à la maison les renvoie à la douce époque de l’enfance car dans les familles, les activités manuelles se transmettent de génération en génération et perpétuent la magie de cette fête de fin d’année. C’est ce que raconte l’auteur lorsqu’elle redécouvre quelques décorations en bois que son grand-père avait faites pour ses petits-enfants.

Avec simplicité et une touche traditionnelle, elle présente dans son livre des réalisations qui symbolisent un style nordique, traditionnel, rustique et naïf.

Ce sont des panneaux à accrocher sur les murs, des mobiles à suspendre, des chaussettes pour les cadeaux et des cartes de vœux réalisées à l’aquarelle.

Chaque modèle a ses explications et son patron de taille réelle. Ils peuvent se reproduire sur différents supports et être peints ou appliqués ou brodés.

Patchworks, broderies, dentelles anciennes, bois flottés, pignes, branchages, vieux tissus, boutons en nacre, feutrines, laines, aquarelles, racontent les forêts, les rivières, les fjords, les paysages enneigés, l’hiver, les tableaux de Carl Larsson… et elle nous invite à prendre le rôle d’un lutin pour préparer la venue du Père Noël.

Source d’inspiration, ce beau livre est à recommander…

 

 

 

Pignes du sapin

Image

Il était sept fois Noël avec Samarian et Chicky Poo

Vous trouverez d’autres activités chez…

Jojo – Sapin en carton
Isabelle – Coloriages

 

 

Ce mercredi bricolage reste dans le thème du sapin de la semaine dernière car lorsque j’ai coupé des branches pour la décoration de la maison, j’ai pris aussi des pignes pour une ambiance rustique et traditionnelle.

Fournitures : Pignes, ruban, ficelle en jute de 2 mm environ, colle à bois (ne tache pas), feuillage synthétique ou naturel

Réalisation :
– Positionnez la tige de la feuille que vous bloquerez avec la ficelle.
– Tout en maintenant la feuille, badigeonnez le dessus de la pigne de colle à bois et enroulez, sur une hauteur de 3 cm environ, avec la ficelle. Laissez sécher quelques minutes. Laissez un bout de corde pour faire une attache.
– Terminez par un nœud.

Un bricolage tout simple, mais qui fait son effet !