Un Noël au bord de la Tamise

Il était huit fois Noël avec Chicky Poo et Samarian
Challenge British Mysteries avec Lou et Hilde
Challenge polars avec Sharon
Une lecture commune avec Lou, Sharon, Lilas,

Un Noël au bord de la Tamise
Anne Perry

Londres, douze ans après la guerre de Crimée et à quelques jours de Noël,

Worm, un gamin de neuf ans, a trouvé refuge dans la clinique de Portpool Lane où il est placé sous les tutelles de Claudine Burroughs, une amie d’Hester Monk, et de Squeaky Robinson, le comptable. Sorti de la rue et de sa condition d’enfant exploité, il gagne quelques sous en vendant des morceaux de charbon et du cuivre de récupération.
C’est en errant sur la place du marché pour faire ses petites affaires, qu’il est le témoin d’un enlèvement. Une très belle jeune femme qu’il admirait de loin et qu’il avait baptisée l’Ange tant elle semblait lumineuse et bonne, se fait agresser et kidnapper par deux énergumènes. Trop petit pour lui venir en aide, mais assez courageux pour les suivre, Worm tente de repérer le lieu où ils la conduisent pour pouvoir le rapporter à Squeaky. Cependant, lorsque de retour à la clinique il essaie de raconter à son vieil ami l’affaire, celui-ci tente de le dissuader de s’en mêler et lui parle de choses complètement différentes… Est-ce que Worm sait comment fêter Noël ? Est-ce qu’il a déjà participé aux réjouissances… mangé du pudding, mis des bougies et des rubans rouges partout, accroché des guirlandes et des couronnes, fait un sapin et offert des présents ? Que sait-il de la nativité ?
Toutes ces belles évocations font tourner la tête du petit garçon qui n’a jamais eu l’occasion de trop rêver, mais aussi merveilleuses soient-elles, ces images ne lui font pas oublier qu’une jeune femme est en détresse et qu’il est le seul à pouvoir l’aider.
C’est donc en pleine nuit qu’il tente de sortir pour commencer son enquête, mais Squeaky qui connaît bien l’âme humaine et l’obstination de Worm, le surprend sur le fait et décide bien à contre-cœur de l’accompagner dans son expédition héroïque.
Qui est cette femme et que fait-elle dans cette partie misérable de la ville, près de la Tamise boueuse et noire ? Ici, on triche, on ment, on vole, on tue, on se vend, il n’y a pas d’espoir, il n’y a pas de beauté, ni de charité.
Tous deux vont donc parcourir les ruelles sordides dans le froid glacial de l’hiver, taper aux portes, soudoyer pour des renseignements et reprendre contact avec de vieilles connaissances qui n’ont jamais cherché la respectabilité. Ils vont assembler les informations pour retracer une histoire qui parle du vol d’un trésor, de meurtre et de vengeance.
C’est bientôt Noël, une nuit de miracles et de rédemption.

Un Noël sans un Anne Perry ? La plupart de ses lectrices vous diront que ses contes de Noël sont souvent inégaux mais qu’ils sont un rendez-vous inévitable. Les histoires qui se passent à Portpool Lane nous font retrouver des personnages qu’on apprécie. Worm a deux anges gardiens, Claudine Burroughs et Squeaky Robinson. On ne peut pas faire de marraine et de parrain plus dissemblables car l’une est issue de l’aristocratie et l’autre vient des bas-fonds londoniens. Ils s’estiment, ont les mêmes dévouements, et partagent une affection, sincère et pudique. Le jeune Worm découvre avec eux ce qui se rapproche le plus d’un cocon familial, entre éducation, sécurité et tendresse.
L’intrigue policière n’est pas ce qui est le plus réussi dans cette collection, au contraire de ses autres sagas. Il faut donc lire le roman pour s’immerger dans un Londres victorien à l’époque de Noël. L’auteur sait bien raconter l’ambiance qui nous renvoie aux livres des auteurs Anglais de ce siècle.
Un livre comme une gourmandise, comme une papillote de Noël…

Roulés de dinde farcis à la tapenade

Les Gourmandises passent le mois de décembre avec les challenges…
Il était huit fois Noël de Chicky Poo et Samarian,
le mois nordique de Cryssilda et
le British Mysteries spécial Christmas de Lou et Hilde.

Mais ce dimanche, Rosa nous a lancé un défi… cuisiner avec elle des paupiettes ou des roulés d’escalopes farcies aux olives… ou farcies tout autre chose.

Sandrion – Mince pie (British M)
Nahe – Biscuits de Noël décorés et Correspondance de Noël
Rosa – Champignons de Paris farcis et Paupiettes de poulet farcies aux olives
Isabelle – Paupiettes de poulet farcies à l’oignon et au persil et Gâteau de pain d’épice nappé de crème au beurre citronnée (Noël)
Béa – Purée de pommes de terre aux morilles (Noël)
L’Irrégulière – Noix de St-Jacques aux champignons et à la crème (Noël)
Eimelle – Saumon fumé au skyr (Pays nordiques)
Liza – Gâteau au fromage nordique et Petits pâtés de viande et de légumes
Lydia – Poivrons farcis aux légumes et au fromage de chèvre

 

Ingrédients :
– 4 escalopes de dinde ou de veau ou de poulet (1 par personne)
– 150 g d’olives noires confites et dénoyautées
– 1 courgette

– Beurre
– Huile d’olive
– Sel, poivre, herbes de Provence, persil, ail
– Film plastique alimentaire
– Accompagnement : Compotée de légumes
J’ai fait une compotée pimentée avec 4 poivrons et pour l’adoucir j’ai mis
3 carottes.

Préparation :
– Aplatissez les escalopes avec un maillet ou un rouleau pour pâtisserie. Nappez-les d’herbes de Provence et de beurre fondu.
– Disposez les escalopes sur un film alimentaire.
– Mixez les olives dénoyautées avec un généreux filet d’huile d’olive et une gousse d’ail.
– Badigeonnez les escalopes avec cette tapenade sur une petite épaisseur. Disposez les rondelles, découpées très finement, de la courgette.
– Roulez les escalopes en vous aidant du film pour bien les serrer, comme une papillote, et nouez les extrémités.
– Disposez-les dans une casserole, recouvrez-les d’eau et faites-les cuire sur le feu, environ 20 minutes.
– Pendant ce temps, préparez une compotée-purée de légumes, des pâtes ou du riz.
– Lorsque les escalopes farcies sont cuites, enlevez le film alimentaire et disposez-les sur la compotée-purée…

Verdict : J’ai trouvé ça très bon et assez fin. Et au dernier moment, j’ai fait quelques frites… Isabelle a présenté ses paupiettes avec des frites et ça m’a donné une furieuse envie d’en manger.
A refaire !

 

 

 

 

Azuro et le défi du Père Noël


Il était huit fois Noël avec Chicky Poo et Samarian
Challenge Animaux du monde de Sharon

Azuro et le défi du Père Noël
Texte de Laurent et Olivier Souillé
Illustrations de Jérémie Fleury

On commence à compter les nuits à l’approche de Noël ! Azuro le dragonneau décore sa caserne lorsqu’il reçoit une lettre du Père Noël qui l’enjoint de venir rapidement au pôle Nord. C’est donc sans tarder qu’il part avec son amie Jippy vers les aurores boréales…
Quand il arrive au pays du Père Noël, il a l’heureuse surprise de découvrir qu’on a besoin de lui pour tirer le traineau lors de la grande nuit afin de soulager les rennes, mais avant d’avoir cet honneur, il devra être mis à l’épreuve et affronter Vermillon un autre dragonneau qui sera assisté de son amie Alia, une petite chauve-souris.
Course de vitesse, résistance au temps, défi du feu… les challenges s’enchaînent mais la compétition n’arrive toujours pas à les départager et c’est à un tirage au sort que les deux compétiteurs vont être soumis. Qui sera l’élu ?

Une histoire pour Noël très mignonne qui a pour thème les valeurs des compétitions sportives. Les capacités physiques sont dépassées par de belles qualités comme le respect de l’adversaire, l’estime, l’honneur et l’amitié. La récompense n’est pas toujours celle qu’on espère…
On peut retrouver Azuro, le petit dragon bleu, dans d’autres aventures. Différent de ses congénères, il habite une caserne car il crache de l’eau et non du feu. Ostracisé au début, il parvient avec beaucoup de courage à s’en sortir et à se faire de nombreux amis.
Ce petit livre, joliment illustré, est conseillé aux jeunes enfants qui comment à lire.
Je vous le recommande !

Des oiseaux dans mon sapin

Il était huit fois Noël avec Chicky Poo et Samarian
Le mardi, c’est atelier !

Vous trouverez d’autres bricolages chez…

Touloulou – Décorations avec des cures-pipes

J’ai pris le modèle de l’oiseau dans le livre « Déco de Noël en couture créative ».

DSCN1508


Matériel
:

– Tissu, feutrine, petits boutons assortis, fil, aiguille, ciseaux, ouate, perles noires pour les yeux, cordelette fine pour la suspension, ruban

Réalisation :
– Avec le gabarit, tracez sur le tissu (corps de l’oiseau) et la feutrine (cœur), les formes. 2 x l’oiseau et 2 x les cœurs.
– Découpez à 0,5 mm du trait tracé pour la valeur couture.

– Cousez l’oiseau sur l’envers du tissu, en assemblant les deux morceaux, que vous aurez fixé avec des épingles à tête pour vous faciliter le travail, et en laissant un espace dans le bas pour pouvoir le retourner et rentrer la ouate.
– Retournez l’oiseau à l’endroit en vous aidant de la pointe d’un crayon ou le bout des ciseaux pour bien l’ajuster. Attention à ne pas trouer le tissu… ça arrive souvent.
– Remplissez-le de ouate (mais pas trop) et cousez l’ouverture en rejoignant les tissus.
– Positionnez les ailes sur les deux côtés en cousant les boutons. Pour faire plus joli, vous pouvez faire un point de Perse autour.
– Mettez une cordelette sur le dessus de l’oiseau pour la suspension, un petit ruban et une perle dont le trou sera suffisamment gros pour faire passer la ficelle…

Facile, vite fait et mignon ! Je tiens à votre disposition le gabarit si vous le désirez.

Un Red velvet pour Noël

Les Gourmandises passent le mois de décembre avec les challenges…
Il était huit fois Noël de Chicky Poo et Samarian,
le mois nordique de Cryssilda et
le British Mysteries spécial Christmas de Lou et Hilde.

Vous trouverez des recettes chez…

Béa – Röstis aux endives et aux petits pois
Rosa – Biscuits au chocolat et Correspondance de Noël

Eimelle – Pain d’épices (Noël)
Hilde – Correspondance de Noël
EstelleCalim – Correspondance de Noël
Nahe – Correspondance de Noël
Bidib – Correspondance de Noël
Isabelle – Craquelin au chocolat noir, Bûche au citron et au mascarpone et Correspondance de Noël
Sandrion – Cake aux poires et au chocolat et Correspondance de Noël
Enna – Red velvet (Noël) et Correspondance de Noël
L’Irrégulière – Clafoutis de champignon au foie gras (Noël)
Lydia – Poulet à la bressoise
Liza – Choucroute au saumon fumé et  Charlotte au potimarron
Cryssilda – Gâteau suédois aux noisettes et aux pommes (Suède)

Une idée prise chez Fondant : Pour Noël, je vous propose un red velvet, un gâteau qui date de l’époque victorienne que l’on servait à Noël.

Ingrédients :
250 g de farine
250 g de sucre
125 g de beurre
2 œufs
22 cl de lait entier
1 sachet de levure
1 cuillère à soupe de cacao
1 cuillère à café de colorant alimentaire rouge
– 75
0 g de mascarpone
– 100 g de
sucre glace
– 3 œufs

Préparation :
– Mélangez le sucre avec les œufs. Intégrez la
farine, le beurre fondu, le lait, le cacao et la farine. Ajoutez le colorant alimentaire rouge et mélangez.
– Versez la pâte dans un moule beurré et enfournez dans un four, préalablement chauffé.

– Pendant la cuisson, préparez la chantilly au mascarpone. Mélangez le mascarpone avec les jaunes des œufs, le sucre glace et les blancs des œufs montés en neige.
– Après que le gâteau soit cuit, découpez-le en 3 parties et procédez au dressage des étages en alternant gâteau et chantilly.
– Terminez en décorant le dessus du red velvet.

Verdict : J’ai modifié les proportions car il a fallu pour faire mon cake à étages, que je fasse 2 gâteaux. Quant au mascarpone, si vous désirez recouvrir tout le gâteau, ajoutez au 500 g, 250 g supplémentaires. La préparation est longue, mais je suis assez satisfaite du résultat qui aurait pu être pire ! Heureusement que vous ne me voyez pas et ne m’entendez pas… j’en ai mis partout et j’ai bien pesté !
La prochaine fois, j’imbiberai les génoises d’une liqueur à la cerise et je glisserai à l’intérieur des cerises, dans le genre forêt noire… Alors, à refaire !

Aujourd’hui, c’est aussi le jour où l’on ouvre nos correspondances de Noël dans la brigade des Gourmandises… J’ai reçu une belle carte de Bidib et une autre de Rosa qui a joint à ses vœux un cadre dans lequel elle a mis un médaillon brodé dans le style victorien, une ambiance que j’aime beaucoup…

Ensemble, tout est possible !

Il était huit fois Noël avec Chicky Poo et Samarian
Challenge Animaux du monde de Sharon

 

 

Ensemble, tout est possible !
Feridun Oral

 

La pomme des neiges

Il est difficile pour un petit lapin de se trouver à manger lorsque le sol est recouvert de neige et qu’il n’y a plus rien dans les arbres et les jardins. Mais en regardant partout, le petit lapin voit une jolie pomme rouge suspendue en haut d’un arbre. Belle, rutilante et bien trop haute ! Alors, pour l’avoir, il va demander de l’aide auprès de la souris qui essaie de l’attraper. Bien entendu, c’est sans succès ! La souris est trop petite et elle a peur de monter dans l’arbre. C’est au tour du renard de venir en aide aux deux amis. Mais malgré toutes les contorsions qu’il peut faire, droit sur deux pattes ou la tête en bas la queue en panache, la pomme reste inaccessible, toujours trop haute. Et l’un sur l’autre ?… non, toujours pas !
C’est alors qu’ils entendent un ronflement sonore. Dans le creux d’une grotte, un vieil ours dort. Le petit lapin, la souris et le renard ont la même idée : demander à ours sa collaboration… Ensemble, tout est possible !

Un hiver bien au chaud

Il fait très froid, tout est blanc, souris va chercher des brindilles pour se chauffer et en trouve beaucoup. Peut-être un peu trop pour un seul convoi, car la pile se dresse comme une tour qu’elle ficelle avec un joli ruban rouge. Un petit pas, deux petits pas… souris tire très fort mais n’arrive pas à tracter le gros tas. Elle décide alors d’aller chercher le petit lapin qui malgré sa bonne volonté, n’arrive pas plus. Et avec le renard qui a l’ingénieuse idée de le mettre sur un traineau ? Hélas, c’est bien trop lourd ! Il faudrait quelqu’un de grand et de costaud comme ours…
Les quatre amis trouveront bien une solution à cet épineux problème, car… ensemble, tout est possible !

Dans ces deux histoires, la solidarité a du bon puisque chacun aura sa rétribution à la fin. Mais là, il n’est pas seulement question d’une simple récompense. Il faut se rappeler que l’amitié, le partage et l’entraide sont des valeurs bien plus fortunées.
Un album à lire aux tous petits à l’approche de Noël… douceur, amour et belles illustrations.

 

 

 

 

Mission hygge

Il était huit fois Noël avec Chicky Poo et Samarian
Le mois nordique de Cryssilda

Une lecture commune avec Lilas, Samlor, Jojo, Samarian,

Mission hygge
Caroline Franc

Chloé Savigny est reporter de guerre. Ses destinations sont la Syrie, l’Irak, la Somalie et bien d’autres pays où il y a des zones de combats. Paradoxalement, elle se sent pleinement vivante lorsqu’elle côtoie la mort, et en dehors de ses voyages, tout lui semble insipide et artificiel. Mais cette vie use et à trente-cinq ans, Chloé n’est plus qu’une ombre. Toujours irascible, à fleur de peau, elle inquiète sa famille et son patron. Alexandre est son mentor depuis sa sortie de l’école de journalisme dix ans plus tôt, et ce qu’il voit de sa protégée, sa fille de cœur, l’effraie.
C’est donc sous la forme d’une sommation (soit tu pars là-bas, soit tu es virée !) qu’il l’envoie dans un petit village côtier du Danemark pour faire un article sur Gilleleje. Aux dernières nouvelles selon une étude, ses habitants seraient considérés comme  « les plus heureux du monde ».

Le bonheur… Chloé aurait tendance à le fuir et c’est bien à regret qu’elle part se renseigner sur la définition du hygge, une façon de vivre qui apporte au quotidien de la légèreté, de l’optimisme et des joies en communauté.
Pour être au plus près des bonnes âmes de Gilleleje, en immersion complète jusqu’à la fin de l’année, Alexandre lui a trouvé un job de serveuse dans une brasserie et une chambre dans une maison d’hôtes tenue par une vieille dame, Birgit.
Comme une anthropologue, Chloé commence à raconter dans un journal de bord, sous la forme de listes, son environnement (des paysages magnifiques), les gens qu’elle rencontre (très singuliers), et ses activités au sein de cette société. Les chapitres de ses journées commencent par des mantras qui évolueront le temps de son séjour, et les formules sont toutes des encouragements et des acceptations… « Croire au pouvoir des guirlandes lumineuses… », « Courir sous la pluie et faire avec… », « Le bonheur vient une maille après l’autre… »« Dire oui à la magie de Noël ».

Est-ce que le bonheur est contagieux ? On peut l’espérer. Chloé apprend ; elle ne fait pas sa forte tête. Bousculée et apprivoisée, elle découvre des amis, une nouvelle philosophie de vie, et peut-être bien qu’elle croisera l’amour…

Je vous invite à suivre Chloé dans sa mission. Vous lirez un beau pays et de charmantes personnes qui puisent des forces et du réconfort au contact des autres.
C’est Noël, des guirlandes de houx se mêlent aux guirlandes lumineuses, on se retrouve tous les soirs, on trinque, on se raconte, on se réconforte, on fait des balades le long de la plage, on respire goulument l’air froid… et on apprend à tricoter (une maille après l’autre).
C’est un tout petit livre qu’il faut lire l’hiver, en période de l’Avent. L’histoire est douce, gourmande en bons sentiments et tire vers l’optimisme.
Une lecture plaisante que je vous recommande…

Photo Pinterest

L’hiver en fête, déconature

Il était huit fois Noël avec Chicky Poo et Samarian

Le mois nordique de Cryssilda

 

 

L’hiver en fête, déconature
Des idées-cadeaux à faire soi-même
Gerlinde Auenhammer, Marion Dawidowski, Annette Diepolder et Angelika Kipp

 

Ce livre s’adresse aux personnes qui désirent créer pour Noël une ambiance nordique avec des produits simples et des matériaux naturels.

Dans un premier temps, c’est lors d’une balade dans les bois, sur la plage, dans le jardin, que la collecte se fait. On ramasse des glands, des branchages de sapin, des brindilles, des feuilles de l’automne, des baies, des ellébores, des pignes, du houx, du bois flotté, du lichen… et dans un second temps, à la maison, on s’amuse à assembler nos petits trésors avec des perles, de la feutrine, des rubans de satin et de raphia… on met des bougies.

Les décorations sont d’une simplicité enfantine et elles doivent mettre en valeur les éléments. Quant aux outils demandés pour les réaliser, ils ne sont pas nombreux ; un fil de fer fin utilisé en art floral, une petite pince, un sécateur et l’indispensable pistolet à colle sont les instruments de base.

L’inspiration nordique c’est avant tout un design épuré, minimaliste, rustique, qui invite la nature dans la maison. Les supports vont être des matières brutes comme des rondins de bois, des souches, de la mousse, du vieux zinc, de la terre cuite… mais on peut également donner un univers plus précieux en utilisant des timbales en métal argenté et des photophores en verre mercurisé.
Les bougies et les guirlandes lumineuses sont essentielles dans les intérieurs (un élément clef de l’art-de-vivre hygge). La lumière qu’on célèbre le 13 décembre pour la Sainte Lucie, est importante.

Il y a beaucoup de poésie et de nostalgie dans ces propositions. Une poésie qui honore la nature et une nostalgie qui nous renvoie aux souvenirs de l’enfance. Alors, certes, les créations qu’on nous suggère sont très simples à réaliser, mais elles ont la magie de Noël.

Un charmant livre.

 

 

Bonbonnière sapins

Il était huit fois Noël avec Chicky Poo et Samarian
Le mardi, c’est atelier !

Vous trouverez d’autres bricolages chez…
Bidib – Des petites créations au crochet
Samarian – Lutins, rennes et Co pour le sapin
Toujours de la feutrine pour l’atelier du jour :
la customisation d’une bonbonnière.

  Matériel :
– 1 boîte avec couvercle pour faire une bonbonnière, feutrines pour 3 sapins, perles, fils à broder, aiguille, ciseaux, pistolet à colle, ouate pour le rembourrage, galon pour la tranche du couvercle

Réalisation :
– Découpez dans du papier les gabarits des sapins de tailles différentes.
– Tracez les sapins sur les feutrines et découpez. 2 x chacun.
– Cousez ou collez des perles sur les faces.
– Faites un point de feston, point de Perse, pour assembler les deux faces du sapin, en laissant à la base un espace pour pouvoir rentrer la ouate.
– Garnissez de ouate.
– Reproduisez cette marche à suivre pour les deux autres sapins.
– Collez avec le pistolet à colle les sapins sur le couvercle.
– Terminez par coller un galon sur la tranche du couvercle.
Vous pouvez mettre également un pompon.  C’est Noël, on se fait plaisir, le kitch n’est pas à craindre !

Avec ces trois sapins, cet ouvrage a duré le temps de deux téléfilms de Noël… Le travail de la feutrine est très agréable. Si vous désirez faire cet atelier avec un enfant, je vous conseille d’utiliser une feutrine épaisse et rigide. Vous éviterez alors la couture et pour les embellissements, vous pouvez prendre des décorations autocollantes.