Ernest et Célestine ont des poux

Challenge Petit BAC avec Enna
Catégorie : Animal
Challenge Animaux du monde
avec Sharon

.

.

Ernest et Célestine ont des poux
Gabrielle Vincent

Boléro, le vieil instituteur SDF qui vient donner des leçons de calcul et d’orthographe à Célestine, ramène souvent des poux dans la maison. Cette fois-ci, c’est la troisième fois que Célestine en a et elle les a refilés à Ernest… C’est insupportable tellement ça gratte ! et aucun shampoing n’est vraiment efficace.
Ne serait-il pas souhaitable de traiter également Boléro puisque c’est par lui qu’ils arrivent ?
Avec de la patience, un traitement pour tous les trois et du lessivage, ils arriveront à éradiquer ces minuscules bestioles si dérangeantes… Ça sera aussi l’occasion pour eux de faire un cours de biologie en les étudiant de près…

Je vous assure qu’en lisant cette petite histoire, vous serez pris de démangeaisons ! Les poux… le fléau des écoliers et des parents. Comme à son habitude, l’auteur raconte une petite crise sanitaire en dédramatisant l’affaire et en faisant de cette leçon de vie, un formidable élan de générosité et de solidarité.
Il y a toujours beaucoup d’amour dans ces albums… et de la sagesse… et de la sérénité.

.

Ernest et Célestine au musée

Challenge Petit BAC avec Enna
Catégorie : Prénom
Challenge Animaux du monde
avec Sharon

 

 

Ernest et Célestine au musée
Gabrielle Vincent

Ernest cherche un emploi et, passionné par l’histoire de l’art, il se verrait bien gardien de musée.
Mais lors d’un rendez-vous professionnel en vue d’obtenir une place de gardien au musée des copies, il est contraint d’emmener Célestine qui ne peut rester seule à la maison. Lorsqu’il demande au directeur la permission de garder la petite avec lui au travail, la réponse est hélas négative car un enfant n’aurait pas sa place toute la journée au musée.
En effet… invités à faire une visite des salles avant de partir, Célestine trouve le temps long et s’ennuie.

Ernest, admiratif des œuvres, s’amuse à retrouver le nom des tableaux et les grands maîtres qui les ont peints ; Vélasquez, Millet, De Vinci, Vermeer…
Tout à sa contemplation, juste une petite minute d’inattention,  il ne s’aperçoit pas que Célestine a disparu et lorsqu’il s’en rend compte, c’est une course à travers tout le musée pour la retrouver !
De son côté, Célestine s’adresse à tout le monde en disant : « J’ai perdu mon Ernest ! »…

Tout est bien qui finit bien… que le petit lecteur ne s’inquiète pas ! Les gardiens vont être de la partie et vont aider nos deux amis. Un peu d’animation dans le musée, c’est plutôt sympa…

De retour à la maison, c’est le temps des câlins. Ernest rassure encore Célestine qui a peur qu’on lui enlève Célestin. Que ferait-elle sans lui ? et surtout, que ferait-il sans elle ?  

Les albums d’Ernest et Célestine sont toujours des coups de cœur ! Le gros ours et la petite souris sont attendrissants et à chaque histoire, l’émotion nous étreint.
Cette fois-ci, on les suit dans un musée, copie du Louvre et d’Orsay, avec plein de tableaux, puis on les retrouve chez eux, dans un intérieur garni d’un joyeux désordre. Les illustrations sont belles, expressives et douces. Dois-je préciser que je vous le recommande ?
Je les aime ++

 

 

 

 

Azuro et le défi du Père Noël


Il était huit fois Noël avec Chicky Poo et Samarian
Challenge Animaux du monde de Sharon

Azuro et le défi du Père Noël
Texte de Laurent et Olivier Souillé
Illustrations de Jérémie Fleury

On commence à compter les nuits à l’approche de Noël ! Azuro le dragonneau décore sa caserne lorsqu’il reçoit une lettre du Père Noël qui l’enjoint de venir rapidement au pôle Nord. C’est donc sans tarder qu’il part avec son amie Jippy vers les aurores boréales…
Quand il arrive au pays du Père Noël, il a l’heureuse surprise de découvrir qu’on a besoin de lui pour tirer le traineau lors de la grande nuit afin de soulager les rennes, mais avant d’avoir cet honneur, il devra être mis à l’épreuve et affronter Vermillon un autre dragonneau qui sera assisté de son amie Alia, une petite chauve-souris.
Course de vitesse, résistance au temps, défi du feu… les challenges s’enchaînent mais la compétition n’arrive toujours pas à les départager et c’est à un tirage au sort que les deux compétiteurs vont être soumis. Qui sera l’élu ?

Une histoire pour Noël très mignonne qui a pour thème les valeurs des compétitions sportives. Les capacités physiques sont dépassées par de belles qualités comme le respect de l’adversaire, l’estime, l’honneur et l’amitié. La récompense n’est pas toujours celle qu’on espère…
On peut retrouver Azuro, le petit dragon bleu, dans d’autres aventures. Différent de ses congénères, il habite une caserne car il crache de l’eau et non du feu. Ostracisé au début, il parvient avec beaucoup de courage à s’en sortir et à se faire de nombreux amis.
Ce petit livre, joliment illustré, est conseillé aux jeunes enfants qui comment à lire.
Je vous le recommande !

Ensemble, tout est possible !

Il était huit fois Noël avec Chicky Poo et Samarian
Challenge Animaux du monde de Sharon

 

 

Ensemble, tout est possible !
Feridun Oral

 

La pomme des neiges

Il est difficile pour un petit lapin de se trouver à manger lorsque le sol est recouvert de neige et qu’il n’y a plus rien dans les arbres et les jardins. Mais en regardant partout, le petit lapin voit une jolie pomme rouge suspendue en haut d’un arbre. Belle, rutilante et bien trop haute ! Alors, pour l’avoir, il va demander de l’aide auprès de la souris qui essaie de l’attraper. Bien entendu, c’est sans succès ! La souris est trop petite et elle a peur de monter dans l’arbre. C’est au tour du renard de venir en aide aux deux amis. Mais malgré toutes les contorsions qu’il peut faire, droit sur deux pattes ou la tête en bas la queue en panache, la pomme reste inaccessible, toujours trop haute. Et l’un sur l’autre ?… non, toujours pas !
C’est alors qu’ils entendent un ronflement sonore. Dans le creux d’une grotte, un vieil ours dort. Le petit lapin, la souris et le renard ont la même idée : demander à ours sa collaboration… Ensemble, tout est possible !

Un hiver bien au chaud

Il fait très froid, tout est blanc, souris va chercher des brindilles pour se chauffer et en trouve beaucoup. Peut-être un peu trop pour un seul convoi, car la pile se dresse comme une tour qu’elle ficelle avec un joli ruban rouge. Un petit pas, deux petits pas… souris tire très fort mais n’arrive pas à tracter le gros tas. Elle décide alors d’aller chercher le petit lapin qui malgré sa bonne volonté, n’arrive pas plus. Et avec le renard qui a l’ingénieuse idée de le mettre sur un traineau ? Hélas, c’est bien trop lourd ! Il faudrait quelqu’un de grand et de costaud comme ours…
Les quatre amis trouveront bien une solution à cet épineux problème, car… ensemble, tout est possible !

Dans ces deux histoires, la solidarité a du bon puisque chacun aura sa rétribution à la fin. Mais là, il n’est pas seulement question d’une simple récompense. Il faut se rappeler que l’amitié, le partage et l’entraide sont des valeurs bien plus fortunées.
Un album à lire aux tous petits à l’approche de Noël… douceur, amour et belles illustrations.

 

 

 

 

Joyeux Noël, Petite Taupe !


Il était huit fois Noël avec Chicky Poo et Samarian
Challenge Animaux du monde de Sharon

 

 

Joyeux Noël, Petite Taupe !
Texte d’Orianne Lallemand
Illustration de Claire Frossard

 

La journée de Noël s’annonce longue car Petite Taupe se trouve désœuvrée et bien seule. Mais voilà que quelqu’un tape à sa porte et ce sont ses amis Jojo le Blaireau et Jean-Lapin qui lui apportent un beau sapin pour son salon. Avec entrain, ils l’installent et vont commencer à le décorer lorsque d’autres amis s’invitent avec des décorations et des gourmandises. La soirée est joyeuse ! Par quatre fois, la porte s’ouvre sur encore plus d’amis et de surprises… jusqu’à une cinquième fois.
Tout le monde est au tour de la table, alors qui est celui qui tape ?
Ce mystérieux inconnu qui n’est pas le Père Noël va surprendre Petite Taupe et ses amis et leur démontrer que Noël est une fête de paix et de générosité.  

Une très jolie histoire à lire aux enfants ou à leur donner à lire. Les illustrations sont belles, colorées, et le texte simple est adapté pour l’apprentissage de la lecture. Ce petit livre heureux est parfait pour la période de l’Avent !

 

 

 

Poppy et Sam, Noël… Les contes de la ferme

Un livre offert par les Éditions Usborne et Babelio dans le cadre des Masses Critiques

Il était huit fois Noël avec Chicky Poo et Samarian

 

 

Les contes de la ferme, Poppy et Sam – Noël
Texte de Sam Taplin
Illustrations de Simon Taylor-Kielty d’après celles de Stephen Cartwright

 

Poppy et Sam de la ferme des Pommiers sont les héros d’une collection de livres pour les tous petits.
Dans cette histoire, c’est le jour de Noël, Poppy et Sam découvrent les cadeaux déposés au pied du sapin. Mais ce qui les intéresse le plus, ce ne sont pas les nombreux paquets… Est-ce que le Père Noël a laissé des traces après son passage ? Un gant, le bois d’un renne…
Poppy et Sam vont partir à la recherche des indices et le petit lecteur en fera de même à travers les ouvertures et les découpes des pages cartonnées qui en se tournant, dévoilent bien d’autres choses que l’imagination laissait supposer. Ainsi le nez rouge d’un renne n’est en fait qu’une simple baie de houx… Puis comme dans toutes leurs aventures, ils seront accompagnés de leur chien Caramel…
La ferme est sous la neige, la maison est bien décorée, des animaux sont partout, et le regard de l’enfant sera attiré par de nombreux détails.
Où se trouve le calendrier de l’Avent ? L’assiette de biscuits et le verre de lait pour le Père Noël ? Et les écureuils ?… Où est le petit canard qui se cache sur chaque double page ?
C’est un petit livre très intéressant, très agréable, plein de tendresse, qui suscite l’attention du jeune lecteur dans une quête ludique et interactive.
Une série très sympathique à recommander…

 

 

 

L’ordinateur de Pélagie et Joyeux anniversaire, Pélagie !


Challenge Halloween avec Lou et Hilde

 

 

L’ordinateur de Pélagie et Joyeux anniversaire, Pélagie !
Texte de Valérie Thomas et illustrations de Korky Paul

 

Pélagie qui a reçu un ordinateur, passe tout son temps à l’apprivoiser. Elle découvre les fonctions qui lui faciliteront l’existence et tout un monde qui lui était inconnu jusqu’alors. De clic en clic, les pages défilent (les heures aussi) ; blogs de sorcières, sites marchands, sites de jeux…
De son côté, Rodolphe le chat boude car il aimerait bien r
egagner l’intérêt de Pélagie et jouer avec la souris de l’ordi. Il miaule, il s’installe sur le clavier, il agite sa queue sous le nez de la sorcière… et devient vite encombrant. Mais à force de titiller la patience de Pélagie, Rodolphe se retrouve dehors sous la pluie.
Qu’arrive-t-il à Pélagie ? Envoutée ! pense Rodolphe qui de derrière la vitre de la fenêtre, la voit scanner plein de vieux papiers où sont écrites ses formules magiques. Plus besoin de baguette, plus besoin de grimoires qu’elle jette à la poubelle, son travail sera facilité en un clic ! C’est ainsi qu’elle fait quelques expériences concluantes. Elle répare une fuite d’eau au plafond, elle transforme Rodolphe en chat bleu, puis le remet en noir. C’est vraiment génial !
Cependant, durant la nuit, Rodolphe fait des bêtises en jouant avec la souris. L’ordinateur se rallume, se détraque, et… Abracadabra… Pélagie devra résoudre un gros problème le lendemain matin…

La magie informatique c’est bien, sauf lorsque ça tombe en panne ! Finalement, Pélagie verra que les livres ont aussi leur intérêt.
Dans cet album, on lit les limites de la technologie, même si l’ordinateur est devenu un instrument indispensable à notre quotidien, les livres auront toujours de l’importance.
Une histoire et des illustrations pleine d’humour ! Rodolphe avec ses comportements de félin domestique est irrésistible. C’est à mon avis, lui qui tient le premier rôle de cet opus.

 

Pépagie est née un vendredi 13 et la date est pour très bientôt. A cette occasion, elle veut organiser une garden-party et inviter toute la famille et les amis.
Les e-mails envoyés, une nouvelle robe, un nœud papillon pour Rodolphe, un bon repas et abracadabra… elle transforme son jardin en une magnifique fête foraine.
Le jour J, tout le monde arrive les bras chargés de cadeau et les réjouissances commencent !

Chasse au trésor, balais musicaux, cache-cache… tout s’enchaîne dans une joyeuse animation, mais, comme à chaque fois, tout s’enraye également.
Ce genre de fête n’est pas de tout repos pour la personne qui l’organise et avec ce genre d’invités, tous des sorciers, le désordre est assuré !
Heureusement, Pélagie la sorcière a toujours la solution idéale… Elle va utiliser chacun de ses cadeaux pour résoudre les petites contrariétés.

Un album sympathique qui toutefois n’a pas le même allant que les autres tomes. Ce n’est pas la dynamique et les illustrations qui ont une petite faiblesse, mais c’est au niveau du scénario. On retrouve tout de même avec plaisir Pélagie et Rodolphe et nous faisons la connaissance de toute la famille, la tante Scrophule, l’oncle Radigond, le cousin Cayetano et ses sœurs, Parissa, Pakita et Pétronille.
Une série malicieuse et enjouée à recommander !

 

 

 

 

La baguette magique de Pélagie et Pélagie n’a peur de rien


Challenge Halloween avec Lou et Hilde
Jojo a lu : Pélagie la sorcière

 

La baguette magique de Pélagie et Pélagie n’a peur de rien
Texte de Valérie Thomas et illustrations de Korky Paul

 

Pélagie doit se préparer pour le gala annuel des sorciers, mais au dernier moment, elle voit que son unique robe de bal est tachée.
Un peu affolée, elle la met dans la machine à laver le linge avec tout le reste mais dans sa précipitation, elle ne s’aperçoit pas qu’elle y glisse aussi sa baguette magique…
Catastrophe ! la baguette ressort toute tordue, inutilisable, et à chaque Acadabra, rien ne va plus.

Déprimée, elle ne sait plus quoi faire et c’est son chat Rodolphe qui va en chercher une autre pour la remplacer.
C’est génial ! Pélagie pourra se produire sur scène pour montrer toute sa virtuosité… Mais… il y aura comme un souci…

Le transport préféré des sorcières reste le balai mais depuis un certain temps, le ciel est très encombré ; montgolfières, deltaplanes, hélicoptères, fusées… Et depuis peu, des constructions, dans le genre gratte-ciel médiéval, s’érigent en une nuit.

Pélagie qui subit accident sur accident, décide de faire du vélo… mais ce n’est pas son truc, le vélo… alors elle essaie une planche de skateboard… et là encore, elle n’est pas douée ! Le cheval ? La marche à pied ?

En fait, il faut que Pélagie se montre moins distraite ! Rodolphe, le chat, a beau la mettre en garde chaque fois, Pélagie la sorcière ne voit rien et s’écrabouille partout.
Il y aurait peut-être une solution et elle est surprenante de logique ! Épuisé, Rodolphe reste encore dubitatif, mais bientôt leurs déboires prendront fin…

Pélagie la gentille sorcière, racontée dans plusieurs albums depuis le premier en 1987, est devenue un incontournable de la littérature jeunesse. Accompagnée de son chat noir Rodolphe, et de quelques bestioles du pays des sorciers, elle endure ses mésaventures avec entrain et bonne humeur.
Pas très glamour, mais assez coquète pour porter un panty à froufrou et des bijoux, elle a quand même du charme et a séduit de nombreux enfants qui aiment
la dessiner, reconnaissable à quelques particularités… ses habits, ses cheveux noirs filasses, son nez pointu, ses lèvres noires et charnues, puis ses poils aux jambes. Dans chaque livre, les pages de garde sont consacrées à leurs dessins.
Une série à recommander pour les jeunes enfants, dès l’âge de 3 ans.

 

 

 

Le tapis volant de Pélagie

Challenge Halloween avec Lou et Hilde

 

Le tapis volant de Pélagie
Texte de Valérie Thomas
Illustrations de Korky Paul

 

Parissa, Pakta et Pétronille ont offert un tapis volant pour l’anniversaire de leur sœur Pélagie. Mais l’utilisation du tapis est décevante car il est incontrôlable ! Il embarque tout sur son passage, il fait des pirouettes et il va à toute vitesse en semant un désordre monstre.

Pélagie pense que le ficeler et le remiser dans un placard serait une bonne solution pour avoir la paix, mais ce ne serait pas correct vis à vis de ses sœurs. Alors qu’en décoration…
Pensez-vous qu’un tapis volant peut se contenter de n’être qu’une simple carpette de salon ? Et non… Tout se complique, car profitant d’une absence éclair de Pélagie, le tapis se met à voler en emportant le chat Rodolphe pour une virée endiablée au dessus de la ville.
Croyez-moi… le tapis a intérêt à faire profil bas s’il ne veut pas être transformé en bottines, en parapluie ou en gilet pour Rodolphe… Donc, Pélagie va devoir le capturer et lui trouver une bonne utilité.

Pélagie la sorcière, gentille et douée dans la magie, est l’héroïne de nombreux albums pour enfants. Toujours habillée de ses collants rayés de jaune et d’orange, de son manteau mauve et de son chapeau pointu bien coloré. Du noir chez Pélagie ? Jamais pour elle, elle a bien trop de tempérament !
Les histoires sont toujours amusantes et très pétulantes. Quant aux illustrations, elles sont expressives et pleines de petits détails qui amuseront les enfants. Un crocodile, un petit dragon, des araignées, des mouches… il y en a partout !
Une lecture joyeuse et une sympathique amie…

 

 

Plus gro que le ventre

Challenge Halloween avec Lou et Hilde
Une lecture avec Jojo

Plus gro que le ventre
Texte de Michaël Escoffier
Illustrations d’Amandine Piu

Dès la première page, on nous met en garde. La quatrième de couverture nous avertit également qu’il serait souhaitable de passer à un autre livre et de laisser celui-ci. Mais… le petit lecteur est curieux… les parents aussi.

« Attention, ce livre contient un monstre avec deux gros yeux énormes ! »

Alors quel est ce monstre ? Une vache ? oh, non ! elle n’est ni très grosse, ni effrayante. Celui qui dort paisiblement contre un arbre ? Il sourit dans son sommeil… Le tableau est paisible, les vaches mangent l’herbe, l’oiseau chante, les abeilles volent… mais on tourne la page, et le monstre se réveille… Il baille, il s’étire, et il a faim. Il mange toutes les pommes qui sont dans les arbres. Le ventre bien tendu, il a encore faim et il mange toutes les feuilles des arbres. On tourne la page, mais voilà que le monstre a mangé tous les arbres et il a encore trèèès FAIM…

Tout le monde s’inquiète de l’appétit du monstre et de sa taille ! Il devient grand et gros. Et sa bouche pleine de dents, aussi. Tout y passe, même les vaches. Et puis, et puis… le vorace commence à s’intéresser au petit lecteur. Il s’approche tellement que ses yeux tous rouges prennent toute la largeur du livre !
Le suspense est terrible… que va-t-il se passer ? Il faut oser ouvrir le livre et vous le saurez.

Et surtout ne vous en privez pas car cet album est une bulle de bonheur. L’histoire se raconte en peu de mots et les illustrations légères et enfantines ne sont pas chargées par les détails, mais c’est efficace et vous tremblerez de rire et non de peur.
L’expression populaire « Avoir les yeux plus gros que le ventre » est tout à fait bien interprétée.
Un album à recommander !