Mobile en feutrine pour la chambre d’une petite sorcière

Octobre est Halloween avec Lou et Hilde

Les mercredis sont « Bricolage » et vous trouverez d’autres idées chez…
Jojoenherbe – Sorcière en empreinte de main

 

 

Aujourd’hui, ce sera un mobile facile à confectionner pour une chambre de petite fille. J’ai choisi de la feutrine dans une déclinaison de vieux-rose et de mauve avec des perles en bois. Pour les gabarits, je les tiens à votre disposition, mais vous pouvez aussi les retrouver sur le net en tapant… « gabarits Halloween pour le coloriage ».
Les formes simplifiées sont bien pratiques !

 

 

Matériel :
– 1 cercle en fer
– Feutrines de différentes couleurs pour le tour du cercle et les sujets
– Cartonnette pour tracer les gabarits
– Cordons ou croquets ou rubans ou fil de pêche
– Perles en bois, pompons…
– Fil à broder, aiguille (pour les couturières), ciseaux, colle à tissu ou scotch double face (pour les non couturières)
N’hésitez à rajouter des embellissements en feutrine.

Réalisation :
– Commencez par faire un croisillon dans le cercle avec du fil de nylon ou un cordon. Équilibrez et attacher 5 cordons ou rubans au bout desquels vous mettrez les figures en feutrine ; 4 en périphérie et 1 au centre.
– Coupez dans la feutrine un tour que vous positionnerez (cousu ou collé) autour du cercle. Ce tour peut être soit un simple bandeau, soit quelque chose de plus travaillé comme des fanions pointus ou arrondis.
– Coupez à l’aide des gabarits 5 figures dans de la feutrine. Puis doublez-les pour faire un recto verso. Le ruban sera pris en sandwich.
– Suspendez les figures en feutrine à différents niveaux  en les cousant ou en les collant avec du scotch double face. Pour une finition plus soignée, vous pouvez faire sur les bords un point de perse. Terminez par fixer une perle au bout des cordons ou rubans. Les perles finiront le travail et lesteront la suspension.
– Fixez le tour du cercle en le cousant. Quelques points suffiront. Vous pouvez coudre ou coller un galon pour terminer.

– Mettez un fil pour accrocher le mobile…

 

 

Halloween couture…

Voyage de Lou et Hilde, destination Halloween
.
.
.

Opération Couture
Des feutrines, du fil, des formes et… Halloween !

.
Lors de notre voyage entre deux escales, AcrO a communiqué certaines idées de décorations du moment.

Faciles à dessiner, les formes les plus stylisées prennent vie avec des morceaux de feutrine, de rubans, des perles et du fil à broder. Cette couture est ludique et s’adapte à toutes les bonnes âmes habiles ou pas. La volonté et l’envie de créer fera le reste.

Prenez donc quelques matériels et amusez-vous ! Pour grands et petits…
.

Point avant et point de feston espacé (broderie de Perse)

Bon bricolage !
.
.
.
.
.
.
.

L’homme chauve-souris

 

.
L’homme chauve-souris
Jo Nesbo

.
.
Australie,

Inger Holter, une jeune Norvégienne de vingt-trois ans, a été retrouvée morte. Des pêcheurs ont découvert son cadavre pris dans des rochers de Watson’s Bay. Aux premiers indices, la jeune femme a été violée et étranglée.
Par égards diplomatiques, l’inspecteur Harry Hole d’Oslo est diligenté auprès des autorités australiennes pour assister les enquêteurs. Le rôle de figurant n’est pas du goût de Hole. C’est avec autorité et pugnacité qu’il va s’immerger dans les investigations.

Dès son arrivée, on lui assigne un chauffeur-coéquipier-ange gardien, Andrew Kensington, un aborigène pure souche, et on lui présente l’équipe qu’il devra suivre. L’assemblée est hétéroclite… un chinois, un yougoslave… Une familiarité s’instaure rapidement et génère des rapports sympathiques et conviviaux. L’intrusion d’un flic norvégien est finalement bien acceptée. Toutefois, la consigne que lui débite le chef de la police de Sydney South Dist, est claire :
« Je vais te dire : ce que tu penses faire, c’est ne pas perdre une miette quand on mettra la main sur cet enfoiré, raconter d’ici-là à la presse norvégienne quel travail irréprochable on fait ensemble – t’assurer qu’il ne heurte pas quelqu’un de l’ambassade de Norvège ou l’un des proches, et en dehors de ça envisager le tout comme des vacances, en envoyant une ou deux cartes postales à ta chef bien-aimée… Comment va-t-elle, à ce propos ?
– Bien, à ma connaissance.
– Une sacrée nana. Elle a bien dû te dire ce qu’on attend de toi…
– Vaguement . Je suis censé participer à l’enq…
– Bien. Oublie tout ça. Voici les nouvelles règles. Primo : à partir de maintenant, tu vas m’écouter moi, moi et rien que moi. Deuxio : tu ne participes à rien sans que je te l’aie clairement indiqué. Et tertio : un seul faux pas, et c’est le premier vol pour la maison. »

Dans les archives, trois autres assassinats non élucidés, sur la période des dix dernières années, semblent correspondre au profil de ce meurtre, des femmes, jeunes, blondes, violées et décédées par strangulation. Un schéma qui pourrait convenir à d’autres décès si on suit les statistiques ; « Plus de cinq mille viols sont signalés chaque année dans ce pays. »
Inger a été victime d’un serial killer discret et rusé.

Comme le meurtrier n’a laissé aucun indice, aucune empreinte, le risque serait qu’il se terre quelques temps avant de reproduire ses obsessions. Les jours sont comptés, il faudra agir vite. A tâtons, les recherches vont commencer sur l’entourage d’Inger ; son travail, ses voisins, son petit-ami.
Serveuse depuis trois ans dans un bar de Sydney, l’univers qui gravitait autour d’elle était celui des bars, de la rue, de la nuit. L’inspecteur Hole va côtoyer des travestis, des prostituées, des exhibitionnistes, des drogués, tout un monde parallèle glauque et fragile.

L’Australie s’offre dans toute sa complexité, ses histoires, son Histoire.

L’inspecteur Harry Hole est un nouveau dans mon rayon « polars ». L’auteur a créé un homme avec de nombreuses blessures et de graves faiblesses, mais le personnage, lorsqu’il est acculé, peut se montrer aussi féroce qu’un chien d’attaque ; la fin du livre est particulièrement haletante ! Ce roman est le premier d’une série. Une enquête dépaysante qui reste pour Hole une mise à l’épreuve. Je ne vais pas vous dévoiler son mal-être car je pense que c’est un des composants importants de l’histoire mais sachez que le personnage principal est bien abîmé et qu’il ne trouvera pas la sérénité en Australie. Un autre maillon dominant de cette intrigue est le pays. Une terre habitée par des Aborigènes depuis plus de cinquante mille ans, une terre ravit par des colons au XVIIème siècle, une terre toujours enracinée dans ses légendes.
Comme la quatrième de couverture le raconte, cette histoire mêle l’espoir et l’angoisse, l’amour et la mort.
Je pense continuer les enquêtes de l’inspecteur Harry Hole car j’ai aimé l’écriture de l’auteur et je suis curieuse de connaître l’évolution de ce héros meurtri.
Je vous recommande ce thriller, plus pour l’histoire des personnages, l’histoire d’un continent entre passé et présent, ses antagonismes, que son enquête policière, même si celle-ci trouve une conclusion surprenante.

.

Peinture rupestre aborigène

D’autres billets chez Pol’art Noir, A propos de livres, Keisha,
.
.
.
.