Le secret de Léonard

Un livre offert par XO Éditions – Belin Jeunesse et Babelio dans le cadre des Masses Critiques

 

Le secret de Léonard
Mireille Calmel
Illustrations de Romain Mennetrier

Amboise, mai 1519,

Flore, la fille de la cuisinière du château royal d’Amboise, est une gamine espiègle qui aime s’aventurer un peu partout avec ses amis Louis, le fils du forgeron, et les jumeaux Raphaël et Pierre, les fils du charpentier. En dehors de leurs labeurs quotidiens, courir dans la campagne, découvrir des passages secrets et espionner tout le monde sont leurs occupations préférées. Alors lorsque le grand maître Léonard de Vinci leur confie la tâche de retrouver le dessin d’une aile volante dérobée une semaine plus tôt, les enfants, très honorés, acceptent cette enquête avec joie.

Léonard de Vinci, peintre et inventeur Toscan, est venu trois ans plus tôt se retirer à Amboise à la demande du roi François 1er qui lui a offert l’hospitalité du château du Clos Lucé. Là, le Maître a tout le loisir de s’adonner à l’élaboration de ses inventions les plus folles, « de rêver, de penser et de travailler »… Mais à soixante-sept ans, Léonard meurt d’une longue maladie, le 02 mai 1519.
Au Clos Lucé, dans l’entrebâillement du passage secret souterrain qui mène de la chambre du Maître au château d’Amboise, Flore est témoin de son dernier souffle et c’est pleine de tristesse qu’elle l’annonce à ses amis. Léonard n’est plus, toutefois ils ont toujours une dette à honorer et en sa mémoire, ils retrouveront les plans de son invention et dénonceront la personne qui les a volés.

Le roi est malheureux, Amboise a du mal à se consoler, et pendant les préparatifs de la cérémonie des obsèques, les enfants vont traquer l’homme qu’ils soupçonnent d’avoir commis le larcin. Cet homme est un important personnage de la garde du château. Marignan, homme de confiance du roi, porte ce nom en souvenir de la bataille de Marignan où il s’était illustré.

Leur enquête ne se montre pas facile et très vite, Pierre et Louis disparaissent, laissant Flore et Raphaël face au ténébreux Marignan…

Mireille Calmel aborde dans ce livre pour la jeunesse une particule importante de l’histoire de la Renaissance. Romancé, bien écrit, le scénario plein d’action et de rebondissements, intéressera les enfants des classes primaires et leur fera découvrir une époque, un lieu et deux grands personnages, un peintre-inventeur visionnaire de génie et un roi.
Quant au suspense, il n’est pas très prenant et mystérieux car le « méchant » de l’affaire dévoile vite ses cartes (enfin… c’est ce qu’on nous laisse supposer !… jusqu’aux dernières pages). Néanmoins, il y a assez d’aventures pour séduire les petits lecteurs qui aimeront accompagner Flore, Raphaël, Louis et Pierre, unis, courageux et frondeurs, dans une formidable aventure.
Un livre qui s’accompagne des belles illustrations de Romain Mennetrier, à recommander.

 

 

Le tueur de calamars, Monstreville – T4

Challenge Halloween avec Lou et Hilde
Challenge Animaux du monde de Sharon

 

 

La plante carnivore, T1 / L’armée des araignées, T2 / Le livre hanté, T3

Monstreville
Le tueur de calamars, Tome 4
Jack Heath

De la bande des quatre amis, Sarah est la plus fantasque, la plus tête en l’air. Son truc, ce sont les fantômes. Josh attiré par le dessin, est le plus réservé, le plus introverti. Sa sœur Margaux, la meilleure amie de Sarah, passionnée par les technologies, invente des machines improbables. Quant à David, son cousin, il est musicien et sportif.
Donc, ce qui branche Sarah, ce sont les fantômes… En principe, ils n’existent pas, mais à Monstreville, il faut s’attendre à tout ! Josh a combattu une dionée cannibale, Margaux s’est trouvée face à une armée d’araignées et leur reine, et David a été possédé par l’esprit d’un scientifique fou obnubilé par l’immortalité. Peut-on faire mieux ?!

Depuis longtemps, Sarah veut visiter une grotte, une ancienne mine désaffectée que l’on dit hantée. C’est en compagnie de Margaux qu’elle s’aventure dans le dédale des couloirs en quête des spectres des mineurs, mais ce n’est pas un esprit qu’elle voit, c’est la silhouette d’un homme armé d’explosifs qui se cache et qui fuit.Qui est-il, d’où sort-il… que compte-il faire avec les dynamites… est-il une vision ?
Sans plus tarder, les deux amies se précipitent pour alerter l’oncle de Sarah (et le père de David) qui est l’inspecteur de police de Monstreville, Mr Tranchant. Elles le trouvent sur la plage parmi une foule de badauds venus voir la carcasse échouée d’un calamar géant. Ce qui craint le plus, c’est que la bestiole qui mesure plus de quatorze mètres a été attaquée par un poisson encore plus gros qu’elle. Il en faut peu pour imaginer que le monstre marin pourrait être une sorte de Cthulhu, la créature aquatique et cosmique des romans de Lovecraft. Mais en voulant voir de plus près la bête, Sarah se fait prendre par les tentacules car le calamar n’est pas encore mort !
Sauvée juste à temps par Margaux et Mr Tranchant, Sarah retourne chez elle pour tout raconter à sa mère. Mais peut-elle être prise au sérieux lorsqu’elle dit : « Margaux et moi, on est allées à la chasse aux fantômes et on a vu un type avec des explosifs… et j’ai failli me faire dévorer par un calamar géant !… » ? Non… pas trop…

Cette affreuse journée n’est en fait que les prémices édulcorés de ce qu’il va se passer. Lors d’une sortie sous-marine, Sarah découvre l’épave du Quirinus, le bateau coulé de la société Quirin qui transportait des animaux. L’exploration ne se fait pas dans de bonnes conditions et l’angoisse de rester coincée et de ne plus avoir d’oxygène tétanise la jeune fille, mais une découverte extraordinaire va être le déclencheur d’évènements particulièrement effrayants…

Depuis le premier tome, le lecteur sait que la société Quirin est à l’origine des drames survenus à Monstreville, et on en apprend un peu plus avec cette histoire qui aborde les expériences génétiques sur les animaux.
Orpheline de père, Sarah vit avec sa mère sur une péniche. Derrière son comportement un peu frivole et fantasque, elle est une jeune fille qui pleure encore la mort de son père qu’elle rêve de revoir. Le métier qu’elle souhaiterait faire ? Chasseuse de fantôme…
Monstreville est une bonne série qui réunit tous les éléments essentiels pour séduire les jeunes lecteurs des classes primaires, en quête de frissons, sauf les phobophobes !
Mon préféré de la série reste « L’armée des araignées », et pourtant, je suis arachnophobe.

 

 

 

La baguette magique de Pélagie et Pélagie n’a peur de rien


Challenge Halloween avec Lou et Hilde
Jojo a lu : Pélagie la sorcière

 

La baguette magique de Pélagie et Pélagie n’a peur de rien
Texte de Valérie Thomas et illustrations de Korky Paul

 

Pélagie doit se préparer pour le gala annuel des sorciers, mais au dernier moment, elle voit que son unique robe de bal est tachée.
Un peu affolée, elle la met dans la machine à laver le linge avec tout le reste mais dans sa précipitation, elle ne s’aperçoit pas qu’elle y glisse aussi sa baguette magique…
Catastrophe ! la baguette ressort toute tordue, inutilisable, et à chaque Acadabra, rien ne va plus.

Déprimée, elle ne sait plus quoi faire et c’est son chat Rodolphe qui va en chercher une autre pour la remplacer.
C’est génial ! Pélagie pourra se produire sur scène pour montrer toute sa virtuosité… Mais… il y aura comme un souci…

Le transport préféré des sorcières reste le balai mais depuis un certain temps, le ciel est très encombré ; montgolfières, deltaplanes, hélicoptères, fusées… Et depuis peu, des constructions, dans le genre gratte-ciel médiéval, s’érigent en une nuit.

Pélagie qui subit accident sur accident, décide de faire du vélo… mais ce n’est pas son truc, le vélo… alors elle essaie une planche de skateboard… et là encore, elle n’est pas douée ! Le cheval ? La marche à pied ?

En fait, il faut que Pélagie se montre moins distraite ! Rodolphe, le chat, a beau la mettre en garde chaque fois, Pélagie la sorcière ne voit rien et s’écrabouille partout.
Il y aurait peut-être une solution et elle est surprenante de logique ! Épuisé, Rodolphe reste encore dubitatif, mais bientôt leurs déboires prendront fin…

Pélagie la gentille sorcière, racontée dans plusieurs albums depuis le premier en 1987, est devenue un incontournable de la littérature jeunesse. Accompagnée de son chat noir Rodolphe, et de quelques bestioles du pays des sorciers, elle endure ses mésaventures avec entrain et bonne humeur.
Pas très glamour, mais assez coquète pour porter un panty à froufrou et des bijoux, elle a quand même du charme et a séduit de nombreux enfants qui aiment
la dessiner, reconnaissable à quelques particularités… ses habits, ses cheveux noirs filasses, son nez pointu, ses lèvres noires et charnues, puis ses poils aux jambes. Dans chaque livre, les pages de garde sont consacrées à leurs dessins.
Une série à recommander pour les jeunes enfants, dès l’âge de 3 ans.

 

 

 

Le livre hanté, Monstreville – T3


Challenge Halloween avec Lou et Hilde

 

 

La plante carnivore, T1L’armée des araignées, T2Le tueur de calamars, T4

Monstreville
Le livre hanté, Tome 3
Jack Heath

Après l’invasion des araignées qui l’avaient mordu et précipité au seuil de la mort, David, accompagné de ses parents et de sa cousine Sarah, partent en vacances dans la montagne. Isolé et très rustique, le chalet est un endroit rêvé pour se reposer, se promener en forêt, traîner en pyjama, lire et manger des pancakes… Mais pour David, guitariste et surfeur, c’est un peu loin de tout.

Boudeur, il traîne les pieds et n’a pas le même engouement que la volubile Sarah qui s’enchante de tout. Il trouve l’atmosphère pesante et la forêt oppressante. De plus, il est le seul à avoir vu la silhouette fantomatique d’un vieil homme qui transportait un jerrican d’essence et il ne sait toujours pas si cette vision est réelle ou si elle est une hallucination.
Douce paranoïa, veillée à la cheminée à raconter des histoires effrayantes et bruits sourds derrière les murs, la première soirée donne déjà le ton sur ce qu’il va se passer…

Dès le premier soir, David se sent persécuté par un esprit maléfique et pour s’aider à trouver le sommeil, il choisit un vieux manuscrit dans sa chambre avec l’étrange sentiment de l’avoir déjà vu dans la bibliothèque du salon. L’auteur, un scientifique du nom de Luke Francis Greenway, narre son histoire et confie au lecteur qu’il a découvert le secret de l’immortalité.
Petit à petit, David est envouté par le journal et sa personnalité commence à changer… sans que ses parents et Sarah ne s’en aperçoivent…

Ce troisième tome de la série Monstreville est peut-être celui qui fait le plus peur car il situe l’histoire sous la pluie, dans un chalet perdu au sein d’une forêt et raconte une histoire de possession par un fantôme, l’esprit démoniaque d’un savant du 19ème siècle qui a toute sa vie cherché l’éternité après la mort physique.
Même s’il n’est pas aussi audacieux que Josh et Margaux, David montre qu’il sait être un jeune garçon brave et vaillant face à l’adversaire. Solitaire dans cette aventure, il aura bien du mal à prévenir les siens de ce qu’il subit.
Bien entendu, la société Quirin est encore à l’origine de tout ceci et comme l’écrit l’inspecteur de police Mr Tranchant, le père de David, l’enquête doit se poursuivre…

Une série sympa !

 

 

Sorceline – La fille qui aimait les animonstres, T2


Challenge Halloween avec Lou et Hilde

 

 

Un jour, je serai fantasticologue ! – Tome 1

Sorceline
La fille qui aimait les animonstres, T2
Texte de Sylvia Douyé
Dessins de Paola Antista

 

Sorceline, la petite sorcière qui est venue sur l’île de Vorn pour étudier les animaux fantastiques avec le professeur Archibald Balzar, un fantasticologue de renom, écrit à sa mère pour lui décrire le monde fabuleux qui l’entoure, mais surtout pour lui demander des éclaircissements sur ses origines car peu après son arrivée au manoir, des incidents fâcheux ont commencé à se manifester et elle pense en être la coupable.
Désormais, les étudiants sont au nombre de quatre et la compétition révèle les personnalités. Des frictions entre eux scindent le groupe des amis et donnent une mauvaise ambiance.
Est-ce que Sorceline a un pouvoir supérieur à celui de ses camarades ? Et quel est le secret de sa filiation ? Que cache Mérode ? Si on peut déjà répondre facilement à la première question, il est bi
en plus difficile de répondre aux deux autres…

Petites jalousies, mesquineries puériles, méprises… prennent le pas sur les cours. Les malentendus plombent l’atmosphère, mais Sorceline est bien décidée à faire la lumière sur les évènements passés.
J’ai trouvé ce deuxième tome tout aussi bien illustré, on a plaisir à tout détailler, cependant j’émettrai un tout petit bémol sur ma lecture qui m’a parue un peu confuse avec les états d’âme de chacun. Mais c’est seulement l’avis d’une très grande fille qui chipote ! Je suis sûre que les petites doivent tout simplement a-do-rer !
Magie, féerie, amourette… suspense… et de beaux dessins.
A suivre !

 

 

Le tapis volant de Pélagie

Challenge Halloween avec Lou et Hilde

 

Le tapis volant de Pélagie
Texte de Valérie Thomas
Illustrations de Korky Paul

 

Parissa, Pakta et Pétronille ont offert un tapis volant pour l’anniversaire de leur sœur Pélagie. Mais l’utilisation du tapis est décevante car il est incontrôlable ! Il embarque tout sur son passage, il fait des pirouettes et il va à toute vitesse en semant un désordre monstre.

Pélagie pense que le ficeler et le remiser dans un placard serait une bonne solution pour avoir la paix, mais ce ne serait pas correct vis à vis de ses sœurs. Alors qu’en décoration…
Pensez-vous qu’un tapis volant peut se contenter de n’être qu’une simple carpette de salon ? Et non… Tout se complique, car profitant d’une absence éclair de Pélagie, le tapis se met à voler en emportant le chat Rodolphe pour une virée endiablée au dessus de la ville.
Croyez-moi… le tapis a intérêt à faire profil bas s’il ne veut pas être transformé en bottines, en parapluie ou en gilet pour Rodolphe… Donc, Pélagie va devoir le capturer et lui trouver une bonne utilité.

Pélagie la sorcière, gentille et douée dans la magie, est l’héroïne de nombreux albums pour enfants. Toujours habillée de ses collants rayés de jaune et d’orange, de son manteau mauve et de son chapeau pointu bien coloré. Du noir chez Pélagie ? Jamais pour elle, elle a bien trop de tempérament !
Les histoires sont toujours amusantes et très pétulantes. Quant aux illustrations, elles sont expressives et pleines de petits détails qui amuseront les enfants. Un crocodile, un petit dragon, des araignées, des mouches… il y en a partout !
Une lecture joyeuse et une sympathique amie…

 

 

L’armée des araignées, Monstreville – T2


Cha
llenge Halloween avec Lou et Hilde
Challenge Animaux du monde de Sharon

 

La plante carnivore, T1 / Le livre hanté, T3 / Le tueur de calamars, T4

Monstreville
L’armée des araignées, Tome 2
Jack Heath

Nous avons vu dans l’épisode précédent qu’à Monstreville rien ne va plus depuis quelques années. En fait, depuis qu’un cargo de la société Quirin soit venu sombrer pas loin des côtes et que ses cargaisons aient disparu. Que transportait-il ? C’est la question que se pose Claude Tranchant, inspecteur de police de Monstreville, à chaque incident étrange qui survient ; mutation de la végétation, dérèglement des réseaux électriques, disparitions et morts inexpliquées… Tout est encore bien nébuleux, mais lui et ses hommes restent vigilants.

Après avoir été dévorée par une dionée géante, puis sauvée in extrémis par son frère Josh, Margaux essaie de se vider la tête en bricolant. Ses inventions ne sont pas toujours au point, et sa dernière, un kärcher haute pression, semble être dotée d’une autonomie très capricieuse et remuante.
C’est en le montrant à sa meilleure amie Sarah que tout dégénère ! Expérimenter le matériel à la maison est une chose, l’essayer au collège en est une autre. En voulant laver la vaisselle utilisée en cours de cuisine, Margaux
inonde la classe et déclenche une série de catastrophes. Sanctionnée sévèrement, elle doit alors faire sa colle à la bibliothèque en assistant aux archives Mr Mortimer. Mais ce qui tracasse le plus la jeune fille, ce sont les araignées à dos bleu qu’elle voit un peu partout nichées dans tous les recoins. La theraphosa blondi cerebrus est une veuve noire extrêmement dangereuse qui avait fait son apparition lors d’un tremblement de terre dans la région, il y a une centaine d’années. Tous les habitants avaient succombé, ne laissant en vie qu’un seul rescapé qui était devenu fou. Seraient-elles revenues ?

« Monstreville la maudite »… La bibliothèque en est pleine ! Attaquée dans la salle des archives, Margaux échappe de justesse aux morsures mais le nombre de personnes piquées par les araignées ne fait qu’augmenter et l’hôpital est débordé. Certaines personnes décèdent et d’autres tombent dans le coma, comme David, le meilleur ami de Josh.
Margaux et Josh vont devoir attraper une araignée vivante pour sauver leur ami afin que le Dr Ngoza fabrique un antidote, mais la partie n’est pas gagnée car des forces spéciales habillées comme des cosmonautes arrivent pour pulvériser la zone avec un produit toxique. C’est un combat contre la montre qui commence, mais aussi un combat contre le plus horrible monstre qu’ils n’aient vu, une araignée géante, la reine…

Vous avez la phobie des araignées ? Alors passez votre chemin ! Leurs petites pattes velues, leurs petits yeux, leurs crocs vous accompagnent tout au long de cette lecture et bien après ! Pas facile de ne plus les imaginer grouillantes et salivantes. Et lorsqu’on se retrouve face à leur reine, c’est le pire des cauchemars car l’auteur a mis tout son cœur pour la décrire !
Cette deuxième histoire, bien plus horrible que celle avec la plante carnivore, met en scène Margaux, une adolescente
courageuse et intrépide, passionnée par les technologies mécaniques. Elle est l’un des quatre personnages principaux de cette série qui vont sauver les bonnes âmes innocentes de Monstreville des magouilles de la société Quirin qui investit petit à petit la ville clandestinement pour effacer leurs traces criminelles.
Le prochain tome racontera l’histoire d’un livre hanté et cela sera au tour de David de jouer les héros.
Une bonne série pour les jeunes ados qui veulent frissonner (
gentiment)

 

Photo prise « ici »

 

 

Plus gro que le ventre

Challenge Halloween avec Lou et Hilde
Une lecture avec Jojo

Plus gro que le ventre
Texte de Michaël Escoffier
Illustrations d’Amandine Piu

Dès la première page, on nous met en garde. La quatrième de couverture nous avertit également qu’il serait souhaitable de passer à un autre livre et de laisser celui-ci. Mais… le petit lecteur est curieux… les parents aussi.

« Attention, ce livre contient un monstre avec deux gros yeux énormes ! »

Alors quel est ce monstre ? Une vache ? oh, non ! elle n’est ni très grosse, ni effrayante. Celui qui dort paisiblement contre un arbre ? Il sourit dans son sommeil… Le tableau est paisible, les vaches mangent l’herbe, l’oiseau chante, les abeilles volent… mais on tourne la page, et le monstre se réveille… Il baille, il s’étire, et il a faim. Il mange toutes les pommes qui sont dans les arbres. Le ventre bien tendu, il a encore faim et il mange toutes les feuilles des arbres. On tourne la page, mais voilà que le monstre a mangé tous les arbres et il a encore trèèès FAIM…

Tout le monde s’inquiète de l’appétit du monstre et de sa taille ! Il devient grand et gros. Et sa bouche pleine de dents, aussi. Tout y passe, même les vaches. Et puis, et puis… le vorace commence à s’intéresser au petit lecteur. Il s’approche tellement que ses yeux tous rouges prennent toute la largeur du livre !
Le suspense est terrible… que va-t-il se passer ? Il faut oser ouvrir le livre et vous le saurez.

Et surtout ne vous en privez pas car cet album est une bulle de bonheur. L’histoire se raconte en peu de mots et les illustrations légères et enfantines ne sont pas chargées par les détails, mais c’est efficace et vous tremblerez de rire et non de peur.
L’expression populaire « Avoir les yeux plus gros que le ventre » est tout à fait bien interprétée.
Un album à recommander !

 

Non Cornebidouille, pas mon doudou !

 

Challenge Halloween avec Lou et Hilde

 

 

Non Cornebidouille, pas mon doudou !
Texte de Pierre Bertrand

Illustrations de Magali Bonniol

 

Pierre ne veut toujours pas manger sa soupe, car il n’aime vraiment pas ça ! Et vous savez ce qu’il se passe quand il s’entête… Cornebidouille apparaît…
Dans cette histoire et après maintes péripéties, Pierre qui a craché la sorcière dans la soupière après l’avoir avalée, essaie de l’expliquer à son papa, mais celui-ci se met en colère, le punit en lui ordonnant de jeter la soupe dans les cabinets et d’aller directement au lit. Quelle bonne idée ! Aussitôt, Pierre s’exécute et part se coucher. Mais Cornebidouille remonte à la surface et durant la nuit, pour méchamment se venger, vole le lapin doudou de Pierre.

« Tête de paillasson », « Prout de dinosaure », « Pétard de cafard » ! C’est qu’elle est très en colère.
A son réveil,
Pierre comprend que pour retrouver son lapin il devra plonger dans la canalisation des toilettes qui le mènera dans l’antre de la sorcière… et là, il lui fera à son tour subir des représailles.

Pierre et Cornebidouille, se sont quatre albums qui les racontent. Un petit garçon très obstiné, effronté, et une sorcière qui ne l’est pas moins vous donneront des histoires marrantes et très impertinentes. Texte et illustrations plaisent aux enfants mais je crois que ce qu’ils aiment le plus ce sont l’insolence de Pierre et les grossièretés imagées crachouillées par Cornebidouille.
De très bons albums à lire aux enfants !

1. Cornebidouille – 2. La vengeance de Cornebidouille
3. Gloups ! j’ai avalé Cornebidouille !

 

 

 

La plante carnivore, Monstreville – T1

Challenge Halloween avec Lou et Hilde

L’armée des araignées, T2 / Le livre hanté, T3 / Le tueur de calamars, T4

Monstreville
La plante carnivore, Tome 1
Jack Heath

Monstreville est une petite ville qui, depuis qu’un cargo s’est échoué près de ses côtes six ans auparavant, connaît des événements étonnants et tragiques qu’on n’arrive jamais à expliquer.

Devant la nouvelle maison, une bâtisse lugubre et décrépie que ses parents viennent d’acheter sur un coup de tête et qu’ils aménagent, Josh, un jeune adolescent de douze ans, ressent un grand malaise et commence à s’énumérer les phénomènes étranges qui défrayent les chroniques de Monstreville… un bus scolaire plein d’enfants se dissout dans les airs en un battement de paupières, un réalisateur venu faire un documentaire sur l’affaire disparaît également, des familles bizarres apparaissent et s’installent sans que l’on sache d’où elles arrivent, la bibliothèque municipale s’agrandit d’un étage en l’espace d’une nuit avec des livres anciens aux pages non écrites… et encore plein de choses anormales sur lesquelles il serait bon d’enquêter !
Si Josh prend conscience de tout cela, c’est qu’il sent peser sur lui et sa famille une grande menace. La maison semble être habitée par des créatures invisibles qui surveillent tous leurs faits et gestes. Il note aussi que l’arbre du jardin avec ses branches tentaculaires est horrifiant, que la vieille voisine folle qui les presse de quitter les lieux ressemble à une sorcière, que la masse noire qui plane au dessus de l’arbre ressemble fortement à une tête décapitée et pour clore le tout, il découvre dans la poubelle de la salle de bains un ruban jaune fluo en plastique que les policiers utilisent sur les scènes de crime : Police line do not cross.

Une journée et une nuit dans cette maison hantée tenant de l’héroïsme, c’est avec une grande joie que le lendemain, Josh retrouve son ami David au collège. Le collège… il y aurait là aussi beaucoup à dire ! Le bâtiment fut à l’origine construit pour être un asile psychiatrique et à l’époque, les soins pratiqués rendaient les fous encore plus fous.
Mais lors de leur cours de SVT en plein travaux pratiques, alors que Josh aimerait raconter tout doucement à David ses impressions sur la nouvelle maison, un incident intervient. La dionée de David, plante carnivore qui est l’objet d’un cas d’étude, a poussé de façon incroyable, provoquant le courroux du professeur qui pense que David a triché. De nombreuses feuilles comme des bouches dotées de dents acérées appellent une meilleure pitance que des mouches. Avides de chair et de… sang, elle s’anime dangereusement.
Que s’est-il passé ? ou plutôt que se passe-t-il à Monstreville ? Josh, David et Sarah (cousine de David) vont rechercher des réponses dans les profondeurs de la forêt qui mènent à l’océan.

Ce premier tome a pour personnage principal l’audacieux Josh, mais David, Sarah, Lilly et Margaux (sœur de Josh) sont aussi de la partie et auront chacun leur histoire. Petit livre dans la digne lignée des Chair de Poule, l’auteur sait bien distiller la peur en implantant un décor assez sombre avec une forêt dense, un océan noir et une saison froide battue par les pluies et les vents.
A Monstreville, seuls les enfants paraissent se soucier des évènements, quant aux adultes, ils ont une irrationalité et superficialité qui font frémir, et c’est parfait pour un scénario d’épouvante !
Une plante carnivore qui ne cesse de grandir… l’image peut faire sourire, mais croyez-moi, lorsque nous lisons les aventures de nos jeunes amis, nous n’avons qu’une envie, c’est de se terrer au fond du lit !
Le prochain volume racontera Margaux face à une armée d’araignées… A suivre !