Dis, c’est quoi le bonheur ?

Un livre offert par les Editions Balivernes et Babelio, dans le cadre de l’opération Masses Critiques.

Challenge animaux du monde de Sharon

Dis, c’est quoi le bonheur ?
Texte d’Emma Robert
Illustrations de Romain Lubière

C’est quoi le bonheur ? Il est où le bonheur ?… Un adorable petit lapin blanc se pose la question et cherche à découvrir la définition de cette notion. A la rose, à l’arbre, à l’oiseau, à l’ours, aux campagnols, au papillon, puis à un petit garçon… il apprend alors que le sentiment du bonheur est différent, subjectif, pour chaque être.
L’une dit que les rayons du soleil et la rosée du matin la comblent de bonheur. Un autre lui parle du printemps qui l’habille et de l’automne qui le pare de belles couleurs. Quant à un autre, c’est de pouvoir chanter toute la journée et de voler sur la caresse du vent…
Les réponses sont toutes belles, poétiques et synonymes de joie et de sérénité. Puis parfois, comme le petit garçon lui confie, c’est tout simplement d’être aux côtés d’un ami, de pouvoir contempler la nature et d’en apprécier toutes ses merveilles avec lui.

Question bien philosophique ! Simple, naïve et paradoxale car aussi très complexe, elle peut faire réfléchir longtemps l’enfant sur cet état de félicité. Qui est-il, ou peut-on le prendre ? Cet album aux belles illustrations essaie d’y répondre en offrant une vision du monde douce, heureuse et réconfortante ; faire corps avec la nature, se laisser cajoler par elle, l’admirer, savoir partager, être bienveillant et ouvrir son cœur. Il est rassurant de savoir que le bonheur est à portée de main.

Un beau livre pour les petits enfants qui aimeront écouter cette histoire juste avant de s’endormir.

Ours veut faire la sieste

Challenge animaux du monde de Sharon

 

 

Ours veut faire la sieste
Pauline Pinson, Remi Chayé, Thomas Baas

 

J’ai acheté ce livre pour un petit garçon qui ne veut pas faire la sieste car il a bien trop de choses à faire et à voir !
Le livre aux pages cartonnées raconte l’histoire d’Ours qui, après avoir bien joué, cherche un bon endroit pour dormir… La sieste est sacrée ! Il va donc se poser un peu partout, cailloux, paillasson, brouette, épines… avant de trouver la couche idéale, sur une mousse bien verte et tendre.
Une lecture toute en douceur et pleine d’humour pour les petits enfants. Mais attention… il ne faut pas prendre Ours pour une Princesse au petit pois !

 

 

 

Scorpia

Juin en Angleterre avec Lou et Titine
Challenge polars avec Sharon

 

Stormbreaker, T1
Pointe blanche, T2
Skeleton Key, T3
Jeu de tueur, T4

Scorpia
Les aventures d’Alex Rider, Tome 5
Anthony Horowitz

 

Alex Rider, quatorze ans, espion pour le MI6…

Depuis sa dernière mission qu’il a menée en solo, Alex est obsédé par ce que Youssen lui a confié au sujet de son père, juste avant de mourir : « Va à Venise. Trouve Scorpia. Tu découvriras ton destin. »
Encore meurtri par les comportements de l’équipe dirigeante du Service des Opérations Spéciales, Mme Jones et Mr Blunt qui semblent ne tenir à lui qu’en période de mission, Alex souhaite effectuer ses recherches de manière officieuse et ne prévient personne de ses intentions. Seul Smithers est averti et, comme de coutume, le gâte en gadgets ultra sophistiqués.

C’est à l’occasion d’un voyage scolaire à Venise qu’il amorce son investigation et qu’il découvre qui est à la tête de Scorpia, une organisation qui regroupe les plus grands criminels du monde. En suivant la trace d’un scorpion peint sur la coque d’un vaporetto sur le Grand Canal, il apprend que sa propriétaire s’appelle Julia Rothman et qu’elle habite le Palais de la Veuve.
Très vite, Alex fait la connaissance de cette redoutable multimilliardaire qui lui propose de travailler pour eux, comme l’avait fait son père autrefois. Redoutable, mystérieuse et très séductrice, elle connaît les cartes maîtresses qui le feraient céder.
Sabotage, Corruption, Intelligence, Assassinat… ce n’est pas tout à fait ainsi que Julia Rothman présente son consortium et Alex choisit son camp en mémoire de ses parents.

Un projet pour faire flancher les plus grandes nations de l’Occident se dessine… Épée invisible fera des milliers de morts. Pour Alex, qu’elle est la limite infranchissable ?

Ce cinquième tome révèle des secrets abordés dès le premier livre et donne une dimension plus intime et plus intense, avec toujours beaucoup de violence et d’actes héroïques à la James Bond.
Alex semble hésiter entre les forces du bien et les forces du mal, mais ses tergiversations seront de courtes durées. Ses aventures façonnent sa personnalité, le vieillissent et le rendent encore meilleur.
Une série à conseiller…

 

Alex-Rider-stormbreaker-movie

 

Jeu de tueur

Juin en Angleterre avec Lou et Titine
Challenge polars avec Sharon

 

Stormbreaker, T1
Pointe blanche, T2
Skeleton Key, T3

Jeu de tueur
Les aventures d’Alex Rider, Tome 4

Anthony Horowitz

Enfin, des vacances pour Alex Rider !

Une plage camarguaise au sud de la France, du soleil et de la bonne compagnie, avec Sabina et ses parents qui ont loué une maison près de la mer. Le seul travail de l’adolescent consiste à être aimable avec ses hôtes, à se prélasser sur le sable chaud et à badigeonner le corps de sa jeune amie de crème solaire. Mais… le repos du guerrier est de courte durée car Alex voit sur le pont d’un yacht amarré, le tueur à gage, Yassen Gregorovitch, l’assassin de son oncle.

Partagé par ce qu’il doit faire, contacter le MI6 ou fermer les yeux, Alex décide d’aller espionner Yassen qui n’est certainement pas là en villégiature.
Et en effet, Alex comprend en écoutant une conversation que le Russe est sur un contrat. Mais ce qu’il ne sait pas encore (et lorsqu’il le saura cela sera presque trop tard), c’est que l’objectif est d’éliminer Edward Pleasure, le père de Sabina, chargé de faire un article sur la pop star Damian Cray, élu Homme de l’année pour sa philanthropie, son implication dans la lutte contre la drogue et sa participation financière pour la défense de l’environnement.
Bombe, explosion, tout s’enchaîne dans le plus affreux des scénarios ; Mr Pleasure est transporté dans un état grave à l’hôpital et Alex se retrouve aux prises de Yassen qui lui organise une mort terrible dans une arène face à un taureau.
Comment expliquer à la police française qu’il est un agent du MI6 et que l’explosion n’est pas un simple acte terroriste ? Qui prendrait au sérieux un adolescent Anglais en vacances, alors que même la direction du Service des Opérations Spéciales a du mal à le suivre sur cette affaire ?

A son retour à Londres, Alex se retrouve seul à mener une enquête sur Damian Cray qui fait la une de l’actualité avec son nouvel investissement, un jeu interactif révolutionnaire dans le monde des jeux vidéo. Violent et très dangereux pour la personne qui l’utilise, Jeu de tueur pourrait être une arme qui servirait les desseins complètement déments de son créateur.
Avec l’aide toujours précieuse de Smithers qui lui offre une assistance technologique bien utile, Alex, déterminé à contrarier les intentions criminelles de Damian Cray, part pour Paris, puis Amsterdam, et retrouve Yassen Gregorovitch bien décidé à le stopper dans son élan…

Ce nouvel opus des aventures d’Alex Rider est d’un degré supérieur aux trois précédents. Plus sombre, plus meurtrière, l’histoire mène notre héros sur les traces de son père qu’il n’a jamais connu. Une information capitale, que je ne peux divulguer dans ce billet, va bouleverser Alex et le mener à choisir son camp… mais seulement après avoir sauvé le monde !
Une bonne lecture qui ravira les jeunes lecteurs qui apprécient les romans d’action et d’espionnage.

 

 

 

 

Le mystère du fantôme de minuit

British Mysteries avec Hilde  et Lou
Challenge polars de Sharon

 

 

Adventure Island
Le mystère du fantôme de minuit, tome 2
Helen Moss

Leur père archéologue étant parti pour son travail, les frères Jack et Scott passent leurs vacances d’été chez leur tante Kate, sur l’île de Castle Key au sud des côtes de Cornouailles.
Avec leur nouvelle amie Emily et son chien Drift, ils parcourent l’île en vélo et occupent leurs journées en faisant des opérations d’espionnage. Rien n’est plus passionnant que de surveiller les bonnes âmes de Castle Key et de découvrir leurs secrets.
Intrépides, curieux et forts du succès de leur dernière aventure, les garçons décident de suivre Emily sur les lieux d’un tournage de film, au manoir de Pendragon. Le nouveau pensionnaire de sa mère est un ancien des forces spéciales qui a été embauché pour assurer les cascades de la production. Avec gentillesse, Max Fordham reçoit les enfants et les présente à une partie de l’équipe. C’est alors avec stupeur, qu’ils découvrent que l’actrice principale est la célèbre actrice Savannah Shaw qui a tourné plusieurs films d’action dans le genre des James Bond.
A l’affut de tout ce qui se passe, les jeunes amis restent derrière une haie pour ne pas déranger et observent avec grand intérêt. Ils se rendent compte que l’envers du décor ne fait pas trop rêver et que Savannah Shaw n’a pas une si belle existence, poursuivie et harcelée par des paparazzi, tourmentée par son agent Sid Golding et surprotégée par les contrats des compagnies d’assurance.
Le lendemain, c’est donc sans grande surprise que les enfants apprennent qu’elle a disparu. Qui a kidnappé Savannah ? A-t-elle été contrainte ou s’est-elle enfuie de son propre chef ? Une autre hypothèse qui ne fait pas trop sourire les habitants de l’île, c’est qu’elle aurait été enlevée par le fantôme du château de Pendragon.
Au XVIe siècle, accusée de sorcellerie et de meurtres, la gouvernante du château avait été pendue, et depuis, son fantôme demandait vengeance toutes les nuits.

Quelle merveilleuse affaire pour nos jeunes enquêteurs ! Dans chaque coin du château, des douves au grenier, ils vont pister les indices, cabalistiques ou non, et essayer de découvrir le fin mot de l’histoire…

Ce roman est une charmante histoire pour les enfants qui commencent à maîtriser la lecture. Il y a assez de suspens et d’humour pour les embarquer derrière les trois copains qui pimentent leurs vacances de belle façon !
L’intrigue est construite sur le modèle des lectures vintage de la bibliothèque verte et rappelle fortement la saga de Katarina Mazetti avec les cousins Karlsson, comme je le disais précédemment dans le billet du premier tome. Un seul regret, la trame de fond n’a pas l’envergure de celles qui se passent en Suède. Celle-ci est mignonne, mais sans plus. Alors…

 

 

Le mystère des grottes du Vent-Huant

British Mysteries avec Hilde  et Lou
Challenge polars de Sharon

 

 

Adventure Island
Le mystère des grottes du Vent-Huant, tome 1
Helen Moss

Leur père archéologue devant partir pour l’Afrique centrale, les frères Jack et Scott Carter doivent passer leur été sur l’île de Castel Key au sud des côtes de Cornouailles, chez leur tante Kate qui habite le cottage des Roches.
Contraints et contrariés, ils découvrent une demeure vieillotte et lugubre qui s’assortit à la grisaille du temps. Mais que vont-ils faire durant les vacances ?… Ils trainent leur morosité vers le seul endroit intéressant, le château de Carrickstowe, où ils font la connaissance du conservateur du musée.
Mr. Geoff Piggott est tout excité par la prochaine arrivée d’un fabuleux trésor de l’époque des Saxons qui fut découvert sur l’île. Prêté pour quelques temps par le British Museum, il doit mettre en place une énorme installation pour sécuriser l’exposition. Voilà donc une animation intéressante qui va chambouler la paisible vie des habitants…
La deuxième rencontre (qui est un coup de foudre amical) se fait avec une fille. Emily Wild est un vrai garçon manqué qui va leur présenter Castel Key sous un angle plus fun. Toujours en compagnie de son chien Drift, elle surveille d’un œil aiguisé tout le monde en imaginant de rocambolesques histoires.
Pour amuser ces nouveaux amis, elle les mène aux grottes du Vent-Huant qui sont sous la falaise du château. Les deux particularités des grottes ce sont leurs sifflements et leur légende. Si un jour leurs chants devaient cesser, ce serait pour un évènement regrettable.
Et évènement, regrettable ou pas, il va falloir s’y attendre car à la grande surprise d’Emily, les grottes restent muettes ! Que va-t-il se passer ?
Le lendemain, à la crêperie de Miss Dotty, Jack, Scott et Emily apprennent qu’une pièce inestimable de la collection du trésor de Carrickstowe a été volée.
Dans un même élan, les trois amis vont s’engager dans une super aventure… dresser une liste de six personnes suspectes et enquêter…

Premier tome d’une série pour les enfants du primaire, l’histoire est assez plaisante même si on retrouve plusieurs similitudes avec d’autres romans jeunesse (Club des cinq, Les cousins Karlsson…). Autonomie, action, humour, mystères et amitiés sont des composants qui appâtent toujours les jeunes lecteurs. Et en plus, l’île est un formidable territoire qui les fera rêver ; une plage, un manoir, un château, un monastère abandonné, une épave dans la baie, un phare, la lande des druides, une mine… tant de coins que Jack, Scott et Emily vont parcourir pour mener à bien leurs enquêtes.
Une série à suivre !

 

 

Le Petit Chaperon Rouge

Challenges : « Albums illustrés » avec Hérisson, « Des contes et légendes » avec Bidib, « Animaux du monde » avec Sharon et « Petit BAC » avec Enna

 

Le Petit Chaperon Rouge
raconté par Beatrix Potter
D’après le conte de Charles Perrault

Illustrations d’Helen Oxenbury

 

Une fillette qui porte un chaperon rouge en flanelle, une maman qui lui confie une brioche et une motte de beurre pour la grand-mère malade, une prairie, des bois, des bûcherons très occupés à leurs tâches, un loup pensif et affamé, la rencontre de l’innocente avec le rusé…
Ce classique retranscrit par Charles Perrault connaît un dénouement sombre et selon les versions, comme celle des frères Grimm au XIXe siècle, trouve une meilleure fin pour les deux malheureuses victimes, la petite fille et son aïeule.

L’illustratrice Anglaise Helen Oxenbury reprend le conte du Petit Chaperon Rouge de Charles Perrault raconté par Beatrix Potter, car elle a voulu donner à ce vieux conte français, la touche anglaise que les mots de Beatrix Potter donnent à l’imagination.
Dans l’introduction de cet album, elle reprend… « Les prairies en fleurs, les bosquets de bouleaux, les jardins potagers avec des rangs de pois sur des rames, les aubépines en fleurs… » et ces tableaux bucoliques nous renvoient au jardin de Mr. McGregor et à la campagne de Sophie Canetang. Il ne manque plus que les digitales chères à Beatrix Potter.

Comme dans l’histoire originelle, la fin est sans complaisance et brutale pour le Petit Chaperon Rouge et sa grand-mère, mais Helen Oxenbury met son petit grain de sel et prend la liberté de l’adoucir dans le dernier dessin, en faisant détaler le méchant loup pourchassé par les bûcherons. Le loup à la panse trop remplie, aux boutons dégrafés, a du mal à s’enfuir et on peut penser qu’il sera vite rattrapé.

Ce loup ressemble à un cokney de l’East End de Londres. Faussement dandy, canaille, il porte une culotte écossaise, une canne à pommeau et un foulard rouge noué négligemment en cravate. Les crocs souvent sortis, le regard perçant et fourbe, s’il inspire beaucoup de peur il reste indéniablement le personnage principal.

L’intérêt de l’album réside dans les illustrations qui sont très belles et qui édulcorent quelque peu la terreur, le suspens et la tristesse de l’histoire. Il vaut mieux, n’est-ce pas ?

Un beau livre à recommander !

 

 

Ça déménage !


Challenges : « Albums illustrés » avec Hérisson
et
« Animaux du monde » avec Sharon

 

 

    Ça déménage !
Texte de Fred Paronuzzi
Illustrations de Marianne Barcilon

Colette, Marcel et leur fils Philibert résident dans une grotte trop humide et trop sombre. C’est de l’avis de Marcel qui envie les cousins de Mayotte. Marcel a besoin de lumière et sur un coup de tête (il est caractériel et très décidé), Marcel annonce qu’il veut déménager.
Surpris au début, Colette et Philibert ne tarde pas à l’approuver et les voilà tous les trois partis en quête d’un bel endroit… La savane, un arbre, ils décident d’élire domicile près d’une famille de babouins accueillante. Tout semble aller pour le mieux, mais très vite, les enfants se montrent turbulents et donnent un mauvais exemple pour Philibert qui les suit dans leurs jeux. Les peaux de bananes volant au dessus de leurs têtes, Marcel et Colette prennent la décision de quitter l’endroit pour un autre arbre… C’est au dessus d’une mare qu’ils découvrent leur nouveau paradis. Et là, c’est une famille de phacochères qui vient joyeusement s’ébrouer dans la boue qui éclabousse nos amis. Non, non ! ça ne peut plus durer ! il faut aller ailleurs…
Croyez-vous qu’ils trouveront ? Parce qu’après les babouins et les phacochères, il y a les girafes aux longs cous qui aiment grignoter les feuilles des arbres. Puis comme Colette le dit, il s’en faut peu pour qu’ils finissent au fond d’un estomac, même si ces demoiselles sont végétariennes !

Je vous conseille cet album jeunesse qui fait beaucoup sourire. Entre l’histoire et les illustrations, il sera un petit plaisir de lecture pour les enfants qui s’attarderont sur les paysages, les animaux et les frimousses expressives de nos chauves-souris qui veulent découvrir le monde.
J’ai beaucoup aimé ! donc… à recommander !

 

 

 

 

Vaisseau fantôme et ombres noires

Décembre nordique avec Cryssilda (Suéde)
Challenge Polars et thrillers de Sharon
Challenge Petit Bac avec Enna

 

Tome 1 – Espions et fantômes
Tome 2 – Sauvages et wombats
Tome 3 –
Tome 4 – Monstres et mystères

Les cousins Karlsson
Vaisseau fantôme et ombre noire, tome 5
Katarina Mazetti

L’île aux Grèbes, une île suédoise de la mer Baltique…
Depuis le premier tome, l’auteur nous mène toujours au même endroit pour les vacances et nous plonge dans d’incroyables aventures (toutes basées sur des sujets chauds de l’actualité) avec Julia, Daniella, Alex et George, les cousins Karlsson. Intrépides, solidaires, curieux de leur environnement, libres de toutes contraintes et sans la tutelle des adultes, les enfants deviennent de véritables enquêteurs en déjouant les desseins des malfaiteurs qui sévissent aux abords des petites villes Östhamn et de Storvalla.

Cette fois-ci, cela commence par une action écologique menée par un groupe que le maire d’Östhamn appelle les terroristes-éboueurs. La belle fontaine de la grande place est obstruée par des déchets plastiques que le groupuscule a ramassés sur la plage. Cet acte dit de vandalisme donne le thème que l’auteur souhaite aborder ; la pollution des mers et des côtes.

Ce sont les grandes vacances de juillet et les cousins vont pouvoir se baigner. A peine arrivés, ils se réapproprient l’île, la maison de tante Frida et la tour qu’ils ont aménagée à leurs goûts. La liberté donne des ailes et comme dit Alex : « Elle est pas belle la vie ?! ».
Toujours accompagnés de Chatpardeur le chat des filles, ils vont retrouver le petit cheval islandais. Mais Gervir, qui ne semble pas bien portant, a les naseaux couverts par une substance noire et graisseuse qui l’empêche de manger, de boire et de respirer. Ce n’est que plus tard qu’ils découvriront le pourquoi du comment…
Les plages deviennent des dépotoirs, des nappes de fioul restent en surface de l’eau et des bateaux viennent en bordure des côtes pour décharger leurs poubelles.
Aider par des enfants de leurs âges, les cousins Karlsson vont découvrir que certaines personnes n’ont aucun scrupule à chercher fortune en trafiquant des carburants.
Le souvenir d’un vieux drame ressurgit… celui de l’Amoco Cadix.

Ce cinquième tome est un volume toujours sympathique à lire, plein de dynamisme et d’humour. Le thème de la pollution et celui de l’écologie toucheront les enfants qui sont de plus en plus sensibilisés et actifs au devenir de notre planète.
Une histoire à recommander !

Un autre avis chez Sharon

 

 

Les cousins Karlsson, Tome 4 – Monstres et mystères


Décembre nordique avec Cryssilda (Suéde)

Challenge Polars et thrillers de Sharon

 

 

Les cousins Karlsson
Monstres et mystères, tome 4
Katarina Mazetti

 

L’île aux Grèbes accueille à chaque vacances les cousins Karlsson. Depuis l’été de l’année précédente, Julia, Daniella, Alex et George se retrouvent chez tante Frida pour passer quelques jours ensemble, en totale liberté.
Cette fois-ci, fin octobre, ce sont les vacances de la Toussaint. Les parents de Julia et Daniella sont partis au Danemark, la mère de George est en tournée à Storvalla et les parents d’Alex doivent travailler sur un bateau. Il s’en est fallu de peu qu’Alex ne puisse pas venir, mais tout est bien qui finit bien… les cousins sont réunis !

Après leurs dernières aventures, ils se demandent ce qu’il pourrait bien arriver maintenant et dès leur première soirée d’Halloween, tante Frida les conditionne avec une histoire de fantômes. Elle n’aurait pas pu trouver mieux pour plonger ses neveux dans l’ambiance des prochains jours car il est un fait… on ne s’ennuie jamais sur l’île aux Grèbes !
Le début des surprises commence par l’arrivée de la mère de George, Molly, qui les convie tous à venir la voir au théâtre. C’est l’occasion pour les enfants de découvrir l’univers des saltimbanques et le réel talent de Molly qui les épate tous dans son rôle d’un Arlequin accrobate. Mais à leur retour dans l’île, des évènements vont s’enchaîner et les mener à enquêter sur une affaire de vols.
Taximaxi, le capitaine du bateau taxi qui fait la navette entre le continent et l’île, donne les dernières nouvelles d’Osthamn parues dans le journal. Des malfaiteurs masqués cambriolent les administrations en passant par les toits avec une souplesse toute féline et la police ne tarde pas à soupçonner Molly d’en faire partie !
La police n’étant pas très futée, les cousins Karlsson décident donc de mener leur enquête, surtout que sur l’île, du côté du phare, il se passe d’étranges choses. L
‘île n’est pas hantée ! et les cris qu’on entend parfois la nuit ne sont pas ceux des revenants. Alors…

Pour ce quatrième volume, nous en apprenons un peu plus sur l’une des filles de la famille Karlsson et nous découvrons une nouvelle saison et une nouvelle fête. En Suède, Halloween se célèbre avec des masques et des déguisements ce qui arrange bien les voleurs.
Intrépides et entreprenants, les enfants vont être confrontés à quelques brutalités, mais ils sauront se défendre et mener à bien leur investigation. Comme pour chaque livre, l’auteur développe une thématique de fond qui colle avec l’actualité du pays. Cette fois-ci, c’est une histoire qui rappelle celle de la légende de Robin des Bois qui parait les injustices en détroussant les riches pour donner aux pauvres. Le dénouement surprendra le lecteur.
Une série toujours agréable à lire et à recommander !

Vous trouverez d’autres avis chez Nahe, Sharon,