Azuro et le défi du Père Noël


Il était huit fois Noël avec Chicky Poo et Samarian
Challenge Animaux du monde de Sharon

Azuro et le défi du Père Noël
Texte de Laurent et Olivier Souillé
Illustrations de Jérémie Fleury

On commence à compter les nuits à l’approche de Noël ! Azuro le dragonneau décore sa caserne lorsqu’il reçoit une lettre du Père Noël qui l’enjoint de venir rapidement au pôle Nord. C’est donc sans tarder qu’il part avec son amie Jippy vers les aurores boréales…
Quand il arrive au pays du Père Noël, il a l’heureuse surprise de découvrir qu’on a besoin de lui pour tirer le traineau lors de la grande nuit afin de soulager les rennes, mais avant d’avoir cet honneur, il devra être mis à l’épreuve et affronter Vermillon un autre dragonneau qui sera assisté de son amie Alia, une petite chauve-souris.
Course de vitesse, résistance au temps, défi du feu… les challenges s’enchaînent mais la compétition n’arrive toujours pas à les départager et c’est à un tirage au sort que les deux compétiteurs vont être soumis. Qui sera l’élu ?

Une histoire pour Noël très mignonne qui a pour thème les valeurs des compétitions sportives. Les capacités physiques sont dépassées par de belles qualités comme le respect de l’adversaire, l’estime, l’honneur et l’amitié. La récompense n’est pas toujours celle qu’on espère…
On peut retrouver Azuro, le petit dragon bleu, dans d’autres aventures. Différent de ses congénères, il habite une caserne car il crache de l’eau et non du feu. Ostracisé au début, il parvient avec beaucoup de courage à s’en sortir et à se faire de nombreux amis.
Ce petit livre, joliment illustré, est conseillé aux jeunes enfants qui comment à lire.
Je vous le recommande !

Ensemble, tout est possible !

Il était huit fois Noël avec Chicky Poo et Samarian
Challenge Animaux du monde de Sharon

 

 

Ensemble, tout est possible !
Feridun Oral

 

La pomme des neiges

Il est difficile pour un petit lapin de se trouver à manger lorsque le sol est recouvert de neige et qu’il n’y a plus rien dans les arbres et les jardins. Mais en regardant partout, le petit lapin voit une jolie pomme rouge suspendue en haut d’un arbre. Belle, rutilante et bien trop haute ! Alors, pour l’avoir, il va demander de l’aide auprès de la souris qui essaie de l’attraper. Bien entendu, c’est sans succès ! La souris est trop petite et elle a peur de monter dans l’arbre. C’est au tour du renard de venir en aide aux deux amis. Mais malgré toutes les contorsions qu’il peut faire, droit sur deux pattes ou la tête en bas la queue en panache, la pomme reste inaccessible, toujours trop haute. Et l’un sur l’autre ?… non, toujours pas !
C’est alors qu’ils entendent un ronflement sonore. Dans le creux d’une grotte, un vieil ours dort. Le petit lapin, la souris et le renard ont la même idée : demander à ours sa collaboration… Ensemble, tout est possible !

Un hiver bien au chaud

Il fait très froid, tout est blanc, souris va chercher des brindilles pour se chauffer et en trouve beaucoup. Peut-être un peu trop pour un seul convoi, car la pile se dresse comme une tour qu’elle ficelle avec un joli ruban rouge. Un petit pas, deux petits pas… souris tire très fort mais n’arrive pas à tracter le gros tas. Elle décide alors d’aller chercher le petit lapin qui malgré sa bonne volonté, n’arrive pas plus. Et avec le renard qui a l’ingénieuse idée de le mettre sur un traineau ? Hélas, c’est bien trop lourd ! Il faudrait quelqu’un de grand et de costaud comme ours…
Les quatre amis trouveront bien une solution à cet épineux problème, car… ensemble, tout est possible !

Dans ces deux histoires, la solidarité a du bon puisque chacun aura sa rétribution à la fin. Mais là, il n’est pas seulement question d’une simple récompense. Il faut se rappeler que l’amitié, le partage et l’entraide sont des valeurs bien plus fortunées.
Un album à lire aux tous petits à l’approche de Noël… douceur, amour et belles illustrations.

 

 

 

 

Poppy et Sam, Noël… Les contes de la ferme

Un livre offert par les Éditions Usborne et Babelio dans le cadre des Masses Critiques

Il était huit fois Noël avec Chicky Poo et Samarian

 

 

Les contes de la ferme, Poppy et Sam – Noël
Texte de Sam Taplin
Illustrations de Simon Taylor-Kielty d’après celles de Stephen Cartwright

 

Poppy et Sam de la ferme des Pommiers sont les héros d’une collection de livres pour les tous petits.
Dans cette histoire, c’est le jour de Noël, Poppy et Sam découvrent les cadeaux déposés au pied du sapin. Mais ce qui les intéresse le plus, ce ne sont pas les nombreux paquets… Est-ce que le Père Noël a laissé des traces après son passage ? Un gant, le bois d’un renne…
Poppy et Sam vont partir à la recherche des indices et le petit lecteur en fera de même à travers les ouvertures et les découpes des pages cartonnées qui en se tournant, dévoilent bien d’autres choses que l’imagination laissait supposer. Ainsi le nez rouge d’un renne n’est en fait qu’une simple baie de houx… Puis comme dans toutes leurs aventures, ils seront accompagnés de leur chien Caramel…
La ferme est sous la neige, la maison est bien décorée, des animaux sont partout, et le regard de l’enfant sera attiré par de nombreux détails.
Où se trouve le calendrier de l’Avent ? L’assiette de biscuits et le verre de lait pour le Père Noël ? Et les écureuils ?… Où est le petit canard qui se cache sur chaque double page ?
C’est un petit livre très intéressant, très agréable, plein de tendresse, qui suscite l’attention du jeune lecteur dans une quête ludique et interactive.
Une série très sympathique à recommander…

 

 

 

La guilde des Aventuriers

Un livre offert par les éditions Bayard jeunesse et Babelio dans le cadre des Masses Critiques

 

La guilde des Aventuriers
Zack Loran et Nick Eliopulos

Dans ce monde, la Terre qui vivait en paix avec toutes les civilisations, a été ravagée par des monstres, dits des Dangers, et les peuples qui ont survécu, ont dû se cacher et vivre en autarcie derrière des remparts comme ceux de la cité de Pierrefranche. Hors des murs, c’est une forêt dense qui recouvre tout et qui abrite des créatures issues d’un bestiaire terrifiant.
La ville est divisée en deux parties, la Haute-ville qui regroupe le palais du roi et les maisons des hauts dignitaires, et la Basse-ville, très pauvre, où est logé le reste de la plèbe, des serviteurs aux pauvres erres.

La guilde des Aventuriers est le premier tome d’une série écrite par de jeunes auteurs adeptes du jeu de rôle Donjons et Dragons. C’est un univers qui nous transporte dans une époque médiévale et fantastique, pleine de mythes celtiques, de personnages aux pouvoirs magiques, d’animaux surnaturels, de quêtes et d’épopées héroïques.
L’histoire commence par nous présenter deux des personnages principaux, Zed et Brock, qui attendent d’être recrutés dans les guildes car à un certain âge, tous les adolescents comparaissent devant une cérémonie de recrutement pour intégrer un corps de métier en devenant apprentis. Amis depuis l’enfance et inséparables, ils ont pourtant chacun des personnalités et des rêves différents. D’origine elfique, Zed aimerait sortir de sa condition de serviteur pour suivre les enseignements des mages et devenir ensorceleur. Quant à Brock, il voit sa vie déjà tracée en poursuivant le rôle de son père dans la guilde des Marchands. Mais le jour tant attendu vient contrecarrer leurs projets car ils se retrouvent tous les deux embrigadés dans la guilde des Aventuriers, la communauté la plus impopulaire de Pierrefranche.

Lorsque Alabasel Frond, la dirigeante du clan, cite le nom de Zed, Brock, déjà enrôlé dans la guilde des Marchands, se propose aussitôt pour rejoindre son ami. Mais ce geste n’est pas qu’un acte solidaire. La veille, le jeune garçon a reçu pour mission d’espionner les Aventuriers pour le compte des Marchands et de découvrir leurs faiblesses et secrets.
Les corporations n’ont pas des rangs égaux. Les Chevaliers, les Marchands, les Mages et les Guérisseurs sont dans la sphère noble. Dans la moyenne, il y a les Forgerons, les Scribes et autres métiers manuels. Dans la plus basse viennent les Serviteurs. Les sans-guilde sont des proscrits. La guilde des Aventuriers reste à part. Crainte et mal considérée, appelée La Mer d’Etoiles, elle a pourtant des rôles majeurs ; protéger le peuple, maintenir les boucliers protecteurs et explorer le monde extérieur pour affronter les monstres.

Avec Zed et Brock, deux autres jeunes sont recrutés, Liza, la cadette d’une famille noble, et Jett, du peuple des nains. L’équipe peut sembler disparate, mais elle se révèlera très unie et efficace face aux Dangers.
Le vieux roi est fatigué, les guildes se chamaillent, Alabasel Frond est sur la sellette et un complot est à déjouer. Lors de sa première mission à l’extérieur, dans un sanctuaire sous protection elfique, Zed apprend qu’une personne bien placée cache une entité monstrueuse et œuvre pour prendre le pouvoir. Le penanggalan est une virus démon qui s’accapare de l’esprit de ses victimes et qui les pousse à détruire et à vampiriser d’autres personnes. Empreint d’une énergie qu’il découvre petit à petit, sa Mana, Zed va tout faire pour la détecter et l’arrêter…

 

« La guilde des Aventuriers » est un bon livre qui me rappelle d’autres histoires comme celles des séries « L’apprenti épouvanteur » et « Aberrations » de Joseph Delaney et « L’apprenti d’Araluen » de John Flanagan. Les débuts reprennent les ficelles du genre mais la lecture est tellement fluide et captivante qu’on ne peut que l’apprécier et lui trouver de l’originalité, avec ses personnages attachants et une intrigue qui ne cesse d’évoluer vers plus de mystères et d’actions héroïques.
Je vous invite donc à rejoindre la guilde des Aventuriers… Elle est une lecture coup de cœur.

D’autres billets chez Sharon, Soukee

 

Naga, illustration de William O’Connor

 

 

Le secret de Léonard

Un livre offert par XO Éditions – Belin Jeunesse et Babelio dans le cadre des Masses Critiques

 

Le secret de Léonard
Mireille Calmel
Illustrations de Romain Mennetrier

Amboise, mai 1519,

Flore, la fille de la cuisinière du château royal d’Amboise, est une gamine espiègle qui aime s’aventurer un peu partout avec ses amis Louis, le fils du forgeron, et les jumeaux Raphaël et Pierre, les fils du charpentier. En dehors de leurs labeurs quotidiens, courir dans la campagne, découvrir des passages secrets et espionner tout le monde sont leurs occupations préférées. Alors lorsque le grand maître Léonard de Vinci leur confie la tâche de retrouver le dessin d’une aile volante dérobée une semaine plus tôt, les enfants, très honorés, acceptent cette enquête avec joie.

Léonard de Vinci, peintre et inventeur Toscan, est venu trois ans plus tôt se retirer à Amboise à la demande du roi François 1er qui lui a offert l’hospitalité du château du Clos Lucé. Là, le Maître a tout le loisir de s’adonner à l’élaboration de ses inventions les plus folles, « de rêver, de penser et de travailler »… Mais à soixante-sept ans, Léonard meurt d’une longue maladie, le 02 mai 1519.
Au Clos Lucé, dans l’entrebâillement du passage secret souterrain qui mène de la chambre du Maître au château d’Amboise, Flore est témoin de son dernier souffle et c’est pleine de tristesse qu’elle l’annonce à ses amis. Léonard n’est plus, toutefois ils ont toujours une dette à honorer et en sa mémoire, ils retrouveront les plans de son invention et dénonceront la personne qui les a volés.

Le roi est malheureux, Amboise a du mal à se consoler, et pendant les préparatifs de la cérémonie des obsèques, les enfants vont traquer l’homme qu’ils soupçonnent d’avoir commis le larcin. Cet homme est un important personnage de la garde du château. Marignan, homme de confiance du roi, porte ce nom en souvenir de la bataille de Marignan où il s’était illustré.

Leur enquête ne se montre pas facile et très vite, Pierre et Louis disparaissent, laissant Flore et Raphaël face au ténébreux Marignan…

Mireille Calmel aborde dans ce livre pour la jeunesse une particule importante de l’histoire de la Renaissance. Romancé, bien écrit, le scénario plein d’action et de rebondissements, intéressera les enfants des classes primaires et leur fera découvrir une époque, un lieu et deux grands personnages, un peintre-inventeur visionnaire de génie et un roi.
Quant au suspense, il n’est pas très prenant et mystérieux car le « méchant » de l’affaire dévoile vite ses cartes (enfin… c’est ce qu’on nous laisse supposer !… jusqu’aux dernières pages). Néanmoins, il y a assez d’aventures pour séduire les petits lecteurs qui aimeront accompagner Flore, Raphaël, Louis et Pierre, unis, courageux et frondeurs, dans une formidable aventure.
Un livre qui s’accompagne des belles illustrations de Romain Mennetrier, à recommander.

 

 

Le tueur de calamars, Monstreville – T4

Challenge Halloween avec Lou et Hilde
Challenge Animaux du monde de Sharon

 

 

La plante carnivore, T1 / L’armée des araignées, T2 / Le livre hanté, T3

Monstreville
Le tueur de calamars, Tome 4
Jack Heath

De la bande des quatre amis, Sarah est la plus fantasque, la plus tête en l’air. Son truc, ce sont les fantômes. Josh attiré par le dessin, est le plus réservé, le plus introverti. Sa sœur Margaux, la meilleure amie de Sarah, passionnée par les technologies, invente des machines improbables. Quant à David, son cousin, il est musicien et sportif.
Donc, ce qui branche Sarah, ce sont les fantômes… En principe, ils n’existent pas, mais à Monstreville, il faut s’attendre à tout ! Josh a combattu une dionée cannibale, Margaux s’est trouvée face à une armée d’araignées et leur reine, et David a été possédé par l’esprit d’un scientifique fou obnubilé par l’immortalité. Peut-on faire mieux ?!

Depuis longtemps, Sarah veut visiter une grotte, une ancienne mine désaffectée que l’on dit hantée. C’est en compagnie de Margaux qu’elle s’aventure dans le dédale des couloirs en quête des spectres des mineurs, mais ce n’est pas un esprit qu’elle voit, c’est la silhouette d’un homme armé d’explosifs qui se cache et qui fuit.Qui est-il, d’où sort-il… que compte-il faire avec les dynamites… est-il une vision ?
Sans plus tarder, les deux amies se précipitent pour alerter l’oncle de Sarah (et le père de David) qui est l’inspecteur de police de Monstreville, Mr Tranchant. Elles le trouvent sur la plage parmi une foule de badauds venus voir la carcasse échouée d’un calamar géant. Ce qui craint le plus, c’est que la bestiole qui mesure plus de quatorze mètres a été attaquée par un poisson encore plus gros qu’elle. Il en faut peu pour imaginer que le monstre marin pourrait être une sorte de Cthulhu, la créature aquatique et cosmique des romans de Lovecraft. Mais en voulant voir de plus près la bête, Sarah se fait prendre par les tentacules car le calamar n’est pas encore mort !
Sauvée juste à temps par Margaux et Mr Tranchant, Sarah retourne chez elle pour tout raconter à sa mère. Mais peut-elle être prise au sérieux lorsqu’elle dit : « Margaux et moi, on est allées à la chasse aux fantômes et on a vu un type avec des explosifs… et j’ai failli me faire dévorer par un calamar géant !… » ? Non… pas trop…

Cette affreuse journée n’est en fait que les prémices édulcorés de ce qu’il va se passer. Lors d’une sortie sous-marine, Sarah découvre l’épave du Quirinus, le bateau coulé de la société Quirin qui transportait des animaux. L’exploration ne se fait pas dans de bonnes conditions et l’angoisse de rester coincée et de ne plus avoir d’oxygène tétanise la jeune fille, mais une découverte extraordinaire va être le déclencheur d’évènements particulièrement effrayants…

Depuis le premier tome, le lecteur sait que la société Quirin est à l’origine des drames survenus à Monstreville, et on en apprend un peu plus avec cette histoire qui aborde les expériences génétiques sur les animaux.
Orpheline de père, Sarah vit avec sa mère sur une péniche. Derrière son comportement un peu frivole et fantasque, elle est une jeune fille qui pleure encore la mort de son père qu’elle rêve de revoir. Le métier qu’elle souhaiterait faire ? Chasseuse de fantôme…
Monstreville est une bonne série qui réunit tous les éléments essentiels pour séduire les jeunes lecteurs des classes primaires, en quête de frissons, sauf les phobophobes !
Mon préféré de la série reste « L’armée des araignées », et pourtant, je suis arachnophobe.

 

 

 

La baguette magique de Pélagie et Pélagie n’a peur de rien


Challenge Halloween avec Lou et Hilde
Jojo a lu : Pélagie la sorcière

 

La baguette magique de Pélagie et Pélagie n’a peur de rien
Texte de Valérie Thomas et illustrations de Korky Paul

 

Pélagie doit se préparer pour le gala annuel des sorciers, mais au dernier moment, elle voit que son unique robe de bal est tachée.
Un peu affolée, elle la met dans la machine à laver le linge avec tout le reste mais dans sa précipitation, elle ne s’aperçoit pas qu’elle y glisse aussi sa baguette magique…
Catastrophe ! la baguette ressort toute tordue, inutilisable, et à chaque Acadabra, rien ne va plus.

Déprimée, elle ne sait plus quoi faire et c’est son chat Rodolphe qui va en chercher une autre pour la remplacer.
C’est génial ! Pélagie pourra se produire sur scène pour montrer toute sa virtuosité… Mais… il y aura comme un souci…

Le transport préféré des sorcières reste le balai mais depuis un certain temps, le ciel est très encombré ; montgolfières, deltaplanes, hélicoptères, fusées… Et depuis peu, des constructions, dans le genre gratte-ciel médiéval, s’érigent en une nuit.

Pélagie qui subit accident sur accident, décide de faire du vélo… mais ce n’est pas son truc, le vélo… alors elle essaie une planche de skateboard… et là encore, elle n’est pas douée ! Le cheval ? La marche à pied ?

En fait, il faut que Pélagie se montre moins distraite ! Rodolphe, le chat, a beau la mettre en garde chaque fois, Pélagie la sorcière ne voit rien et s’écrabouille partout.
Il y aurait peut-être une solution et elle est surprenante de logique ! Épuisé, Rodolphe reste encore dubitatif, mais bientôt leurs déboires prendront fin…

Pélagie la gentille sorcière, racontée dans plusieurs albums depuis le premier en 1987, est devenue un incontournable de la littérature jeunesse. Accompagnée de son chat noir Rodolphe, et de quelques bestioles du pays des sorciers, elle endure ses mésaventures avec entrain et bonne humeur.
Pas très glamour, mais assez coquète pour porter un panty à froufrou et des bijoux, elle a quand même du charme et a séduit de nombreux enfants qui aiment
la dessiner, reconnaissable à quelques particularités… ses habits, ses cheveux noirs filasses, son nez pointu, ses lèvres noires et charnues, puis ses poils aux jambes. Dans chaque livre, les pages de garde sont consacrées à leurs dessins.
Une série à recommander pour les jeunes enfants, dès l’âge de 3 ans.

 

 

 

Le livre hanté, Monstreville – T3


Challenge Halloween avec Lou et Hilde

 

 

La plante carnivore, T1L’armée des araignées, T2Le tueur de calamars, T4

Monstreville
Le livre hanté, Tome 3
Jack Heath

Après l’invasion des araignées qui l’avaient mordu et précipité au seuil de la mort, David, accompagné de ses parents et de sa cousine Sarah, partent en vacances dans la montagne. Isolé et très rustique, le chalet est un endroit rêvé pour se reposer, se promener en forêt, traîner en pyjama, lire et manger des pancakes… Mais pour David, guitariste et surfeur, c’est un peu loin de tout.

Boudeur, il traîne les pieds et n’a pas le même engouement que la volubile Sarah qui s’enchante de tout. Il trouve l’atmosphère pesante et la forêt oppressante. De plus, il est le seul à avoir vu la silhouette fantomatique d’un vieil homme qui transportait un jerrican d’essence et il ne sait toujours pas si cette vision est réelle ou si elle est une hallucination.
Douce paranoïa, veillée à la cheminée à raconter des histoires effrayantes et bruits sourds derrière les murs, la première soirée donne déjà le ton sur ce qu’il va se passer…

Dès le premier soir, David se sent persécuté par un esprit maléfique et pour s’aider à trouver le sommeil, il choisit un vieux manuscrit dans sa chambre avec l’étrange sentiment de l’avoir déjà vu dans la bibliothèque du salon. L’auteur, un scientifique du nom de Luke Francis Greenway, narre son histoire et confie au lecteur qu’il a découvert le secret de l’immortalité.
Petit à petit, David est envouté par le journal et sa personnalité commence à changer… sans que ses parents et Sarah ne s’en aperçoivent…

Ce troisième tome de la série Monstreville est peut-être celui qui fait le plus peur car il situe l’histoire sous la pluie, dans un chalet perdu au sein d’une forêt et raconte une histoire de possession par un fantôme, l’esprit démoniaque d’un savant du 19ème siècle qui a toute sa vie cherché l’éternité après la mort physique.
Même s’il n’est pas aussi audacieux que Josh et Margaux, David montre qu’il sait être un jeune garçon brave et vaillant face à l’adversaire. Solitaire dans cette aventure, il aura bien du mal à prévenir les siens de ce qu’il subit.
Bien entendu, la société Quirin est encore à l’origine de tout ceci et comme l’écrit l’inspecteur de police Mr Tranchant, le père de David, l’enquête doit se poursuivre…

Une série sympa !

 

 

Sorceline – La fille qui aimait les animonstres, T2


Challenge Halloween avec Lou et Hilde

 

 

Un jour, je serai fantasticologue ! – Tome 1

Sorceline
La fille qui aimait les animonstres, T2
Texte de Sylvia Douyé
Dessins de Paola Antista

 

Sorceline, la petite sorcière qui est venue sur l’île de Vorn pour étudier les animaux fantastiques avec le professeur Archibald Balzar, un fantasticologue de renom, écrit à sa mère pour lui décrire le monde fabuleux qui l’entoure, mais surtout pour lui demander des éclaircissements sur ses origines car peu après son arrivée au manoir, des incidents fâcheux ont commencé à se manifester et elle pense en être la coupable.
Désormais, les étudiants sont au nombre de quatre et la compétition révèle les personnalités. Des frictions entre eux scindent le groupe des amis et donnent une mauvaise ambiance.
Est-ce que Sorceline a un pouvoir supérieur à celui de ses camarades ? Et quel est le secret de sa filiation ? Que cache Mérode ? Si on peut déjà répondre facilement à la première question, il est bi
en plus difficile de répondre aux deux autres…

Petites jalousies, mesquineries puériles, méprises… prennent le pas sur les cours. Les malentendus plombent l’atmosphère, mais Sorceline est bien décidée à faire la lumière sur les évènements passés.
J’ai trouvé ce deuxième tome tout aussi bien illustré, on a plaisir à tout détailler, cependant j’émettrai un tout petit bémol sur ma lecture qui m’a parue un peu confuse avec les états d’âme de chacun. Mais c’est seulement l’avis d’une très grande fille qui chipote ! Je suis sûre que les petites doivent tout simplement a-do-rer !
Magie, féerie, amourette… suspense… et de beaux dessins.
A suivre !

 

 

Le tapis volant de Pélagie

Challenge Halloween avec Lou et Hilde

 

Le tapis volant de Pélagie
Texte de Valérie Thomas
Illustrations de Korky Paul

 

Parissa, Pakta et Pétronille ont offert un tapis volant pour l’anniversaire de leur sœur Pélagie. Mais l’utilisation du tapis est décevante car il est incontrôlable ! Il embarque tout sur son passage, il fait des pirouettes et il va à toute vitesse en semant un désordre monstre.

Pélagie pense que le ficeler et le remiser dans un placard serait une bonne solution pour avoir la paix, mais ce ne serait pas correct vis à vis de ses sœurs. Alors qu’en décoration…
Pensez-vous qu’un tapis volant peut se contenter de n’être qu’une simple carpette de salon ? Et non… Tout se complique, car profitant d’une absence éclair de Pélagie, le tapis se met à voler en emportant le chat Rodolphe pour une virée endiablée au dessus de la ville.
Croyez-moi… le tapis a intérêt à faire profil bas s’il ne veut pas être transformé en bottines, en parapluie ou en gilet pour Rodolphe… Donc, Pélagie va devoir le capturer et lui trouver une bonne utilité.

Pélagie la sorcière, gentille et douée dans la magie, est l’héroïne de nombreux albums pour enfants. Toujours habillée de ses collants rayés de jaune et d’orange, de son manteau mauve et de son chapeau pointu bien coloré. Du noir chez Pélagie ? Jamais pour elle, elle a bien trop de tempérament !
Les histoires sont toujours amusantes et très pétulantes. Quant aux illustrations, elles sont expressives et pleines de petits détails qui amuseront les enfants. Un crocodile, un petit dragon, des araignées, des mouches… il y en a partout !
Une lecture joyeuse et une sympathique amie…