Guimauve à la violette

Les Gourmandises vous proposent de la douceur avec le mois Feel Good de Soukee.

Vous trouverez des recettes chez
Isabelle – Gâteau vert de Fiona (Feel good, Contes et légendes, Livres en cuisine) et Œufs au curry et naans (Indes)
Sandrion – Petits cœurs biscuités à la confiture de fraise (Feel good)

Hilde – Curry de gambas (Indes)
Nahe – Tagine de poulet à la courge et aux dattes
Béa – Confiture de butternut au gingembre (Feel good)

 

Qu’entendons-nous par une cuisine feel good ? C’est une cuisine qui nous fait du bien, généreuse, crémeuse. Elle peut aussi bien être sucrée que salée ; un cupcake surmonté d’une crème parsemée de pépites couleurs dragées, une tarte aux myrtilles avec une meringue italienne, une tasse de chocolat chaud nappée de chantilly, des endives au jambon à la crème, une blanquette, un plat de spaghetti à la Belle et le Clochard… des recettes crémeuses, onctueuses, gourmandes, « girly », romantiques, évocatrices de plaisirs coupables ou tout simplement nostalgiques…

Janvier voit ses premières violettes, petites fleurs délicates, sauvages et pastorales, éclore entre les graviers, et pour la douceur, voici de la guimauve…

 

Ingrédients pour une belle assemblée d’amis :
4 blancs d’œufs
– 18 feuilles de gélatines (voir la quantité égale avec de l’agar-agar)
– 50 g de sucre glace
– 50 g de maïzena
– 250 ml de sirop de violette
– Colorant alimentaire violet (ou du rouge et bleu)
– Huile de tournesol pour graisser le moule
– 2 pincées de sel

Préparation :
– Faites ramollir la gélatine dans un bol plein d’eau.
– Montez en neige les quatre blancs avec 2 pincées de sel.
– Faites fondre dans une casserole la gélatine ramollie avec le sirop de violette, sur feu doux.
– Mêlez le sirop tiédit dans les blancs, avec les colorants, en le versant petit à petit contre la paroi du bol du robot et continuez à battre environ 3 à 4 minutes. Plus si le sirop est très chaud.
– Huilez le moule sans fond et disposez-le sur une feuille de papier sulfurisé placée sur une plaque. Versez la guimauve et disposez le tout bien 6 heures ou une nuit au frigidaire.
– Lorsqu’elle est bien saisie, coupez des cubes ou des lanières et saupoudrez du mélange sucre glace et maïzena.
– Conservez dans une boîtes en fer.

Verdict : Guimauve + thé = mmm

 

 

Herbier de Joséphine

Challenge Petit BAC d’Enna

Un livre offert par Babelio et les Éditions Flammarion dans le cadre des Masses Critiques

 

Herbier de Joséphine
Catherine de Bourgoing

 

Joséphine de Beauharnais, première épouse de l’empereur Napoléon Ier de 1796 à 1809, achète le château de Malmaison en 1799. Passionnée de botanique, elle fait transformer le domaine, qui de 60 hectares passe à 726 hectares en une vingtaine d’années. Les jardins s’enrichissent alors de plantes venues de pays lointains, se structurent suivant les inspirations et s’agrémentent de serres, dont une chauffée, appelée la serre chaude, qui est consacrée aux plantes rares et exotiques. Cette serre mesure 50 mètres de long et des arbres de 5 mètres de haut peuvent y pousser.

Le XVIIIe siècle, le siècle des Lumières, voit un grand enthousiasme pour l’étude de la botanique. Des naturalistes accompagnés de leurs jardiniers-récolteurs partent explorer le monde pour découvrir des plants inconnus qu’ils ramènent en Europe, pour les jardins royaux. Les végétaux circulent par réseaux, s’échangent et deviennent des gages diplomatiques.

Joséphine n’a pas été qu’une grande amoureuse et une impératrice, elle fut aussi une collectionneuse de plantes et, comme l’auteur le raconte dans son introduction, « une collectionneuse ambitieuse qui a donné une pulsion novatrice dans l’art des jardins et de l’horticulture »C’est à Malmaison que s’opère le miracle des fleurs. »

Louis-Martin Berthault et d’autres paysagistes de renom conçoivent des jardins à l’anglaise selon les désirs de Joséphine qui entretient une correspondance avec Joseph Banks, un imminent naturaliste britannique qui fut le président de la Royal Society à Londres durant une quarantaine d’années ; « Des allées sinueuses, de vastes pelouses, sept cascades et cinq petits ponts qui franchissent la « rivière anglaise »… ».
Elle reçoit
de nombreuses plantes que les Anglais ont ramenées de leurs expéditions de Chine, du Japon… roses, pivoines, lys, rhododendrons, glycines, asters, magnolias, chrysanthèmes, … et toutes ces merveilles aux variétés infinies ne pouvaient qu’émouvoir Pierre-Joseph Redouté qui les a dessinées à l’encre de Chine, avec une grande minutie. Joséphine nomme l’artiste son « peintre de fleurs ».

En charge du domaine, Étienne Pierre Ventenat et Aimé Bonpland, qui à la mort du premier prit le relais, s’associent à Pierre-Joseph Redouté pour répertorier les collections de Joséphine. Ils se partagent le descriptif à la loupe, entre science et art.

Dans cet herbier, Catherine de Bourgoing, adjointe honoraire au directeur du musée de la Vie romantique et commissaire de l’exposition Jardins romantiques français, regroupe près d’une centaine de planches peintes par Pierre-Joseph Redouté, dont la plupart ont été prises dans les ouvrages de ces messieurs, « Jardin de la Malmaison » et « Description des plantes rares cultivées à Malmaison et à Navarre ».
Elle nous invite à voyager à travers une époque en mouvement, de continent à continent, de royaume en royaume, sur les traces des plus grands botanistes qui se sont embarqués pour des aventures palpitantes, à lire une multitude d’anecdotes croustillantes, l’origine des fleurs, leurs histoires, leurs particularités, à les trouver si belles, si rares, si envoûtantes… fragile
s ou rustiques. On redécouvre les roses, les roses de Redouté, dans les dernières pages comme pour un bouquet final, mais on apprend également que le peintre ne les a déclinées qu’à la mort de l’Impératrice.

Je vous recommande ce beau livre, source d’informations très intéressantes et d’inspiration, car il vous conviera peut-être à commencer un herbier ou à sortir crayon-pinceaux-encre-aquarelle…

 

 

1. Portrait de l’Impératrice Joséphine par Antoine-Jean Gros
2. Dahlia double « Choix des plus belles fleurs et des plus beaux fruits »
3. Anémone du Cap « Jardin de la Malmaison »
4. Rose cent-feuilles unique « Les Roses »

 

Crevettes à l’asiatique

Chez Les Gourmandises aujourd’hui, vous trouverez des recettes chez
Béa – Galettes de patates douces
Nahe – Galettes de Wallonie
Hilde – Poulet à l’indienne

Sandrion – Apéro soleil
Enna – Cake sucré à la butternut

Isabelle – Spéculoos, crème d’érable, banane et chantilly, et Cupcakes chocolat-cannelle, café-gingembre et café-menthe

 

Janvier, bientôt le Nouvel An dans les pays asiatiques…

Ingrédients pour 2 personnes :DSCN0046
– 10 grosses crevettes (Tiger) ou 20 langoustines
– 100 g de nouilles chinoises
– 1 jus de citron vert
– 2 cuillères à soupe de sauce soja
– 1 cuillère à soupe d’huile de sésame
– 100 g de petits pois
– 100 g de haricots verts
– 1 piment
– Coriandre fraîche, citronnelle, ciboulette, ail, sel, poivre
– 3 cuillères à soupe d’huile de tournesol

Préparation :
– Cuisez les crevettes jusqu’à ce qu’elles rosissent, puis décortiquez-les en gardant la queue.
– Mélangez le jus du citron vert, la sauce soja et l’huile de sésame. Versez ce mélange sur les crevettes et réservez environ 1 heure.
– Pendant ce temps, préparez les haricots verts et les petits pois en les cuisant soit à la vapeur soit dans un bouillon. Attention à ne pas trop les cuire. Préparez également les pâtes.
– Dans un wok, faites dorer dans de l’huile de tournesol les crevettes, sans le jus de la marinade. Ajoutez les pâtes (égouttées), la citronnelle, l’ail, la ciboulette et faites sauter le tout environ 3 minutes à feu vif.
– Versez le jus de la marinade et ajoutez les légumes. Laissez sur le feu pour saisir le tout.
– En dressant l’assiette, parsemez de feuilles de coriandre et de graines de sésame.

Verdict : Facile, bon, parfait pour un repas amoureux… Prévoyez des gants fins pour le décorticage des crevettes. L’odeur est tenace !

 

DSCN0050

 

 

Poulet à l’indienne

Tout au long de l’année, nous vous proposerons des recettes indiennes avec un rendez-vous au début de chaque mois.

Vous trouverez aujourd’hui chez
Hilde – Panna cotta au thé au jasmin (Inde)
Isabelle – Mulligatowny (Inde)

Béa – Pain d’épices aux spéculoos
Nahe – Biscuits à l’avoine façon tarte aux pommes
Sandrion – Bûche chocolat-mangue

 

 

Poulet à l’indienne

Ingrédients pour 4 personnes :
– Aiguillettes de poulet
– 3 cuillères à soupe de tomates concassées, 1 pomme, 4 carottes, 1 oignon rouge, 1 gousse d’ail, 1 branche de céleri, 1 poignée de raisins secs, basilic, coriandre
– 1 briquette de crème de coco
– Sel, poivre frais, curry tradition spécial mélange (curcuma, cumin, gingembre, piment, fenouil, girofle…), cannelle
– Matière grasse

Préparation :
– Dans un wok ou une marmite en fonte, faites revenir les aiguillettes avec un oignon émincé, dans une matière grasse. Salez, poivrez.
– Ajoutez tous les légumes coupés et couvrez d’eau. Laissez mijoter et réduire jusqu’à ce que les légumes soient mi-cuits.
– Dans le deuxième temps de cuisson, ajoutez les raisins secs, la pomme, la crème de coco, le basilic et la coriandre. Remuez, terminez la cuisson et laissez épaissir la sauce.
– Servez avec du riz ou des pommes de terre ou des patates douces.

Verdict : Un plat que je fais fréquemment, rapide, facile, très parfumé et toujours apprécié.

 

 

 

Je lis, donc je suis.

Pour commencer 2020, voici le tag annuel de la blogo des lectrices-eurs,
« Je lis, donc je suis » qui revient sur l’année passée. Un jeu plaisant et pourtant difficile qui rend hommage à quelques lectures…

Vous trouverez d’autres tags chez Aifelle, Sandrion, PhilisineCave,

 

Décris-toi : « Jardin rêvé, jardin brodé »
Comment te sens-tu actuellement ? « La maison vide »
Décris où tu vis actuellement : « La maison aux 52 portes »
Si tu pouvais aller où tu veux, où irais-tu ? « La magie de Noël en direct de Scandinavie »
Ton moyen de transport préféré : « Potions d’envol »
Ton/ta meilleur(e) ami(e) est ? « Ô, orchidées ! »
Toi et tes amis, vous êtes ? « Un poulailler dans les étoiles »
Comment est le temps ? « Mers mortes »
Quel est ton moment préféré de la journée ?
Qu’est la vie pour toi ? « Dans les rapides »
Ta peur ? « Rendez-vous avec le mal »
Quel est le conseil que tu as à donner ? « Un jardin économe en eau »
La pensée du jour : « Les hommes dansants »
Comment aimerais-tu mourir ? « Dernier acte à l’opéra »
Les conditions actuelles de ton âme ? « Ceux qui restent »
Ton rêve ? « La surprise de Noël »