L’incroyable histoire du pull de Noël

Logo-Samarian_2Un album jeunesse offert par Babelio et les Editions Gründ dans le cadre des Masses Critiques

Il était sept fois Noël avec Samarian et Chicky Poo
Challenge albums illustrés de Hérisson

Challenge animaux de Sharon

 

 

L’incroyable histoire du pull de Noël
Jan Fearnley

 

La neige est tombée, il fait très froid. Une semaine avant Noël, Basile Moineau prépare les pulls qu’il mettra, sept jolis pulls de différentes couleurs.

En allant patiner, il rencontre Gaëlle Grenouille qui est frigorifiée. Aussitôt, Basile lui donne son pull blanc pour qu’elle se réchauffe. Le lendemain en allant faire de la luge, il voit Hassan Hérisson qui grelotte de froid et généreusement, Basile lui offre son pull vert. Ce n’est pas grave, il lui en reste tout de même cinq se dit-il… Mais le troisième jour, alors qu’il étrenne son nouveau pull rose, il découvre Théa Taupe qui ne peut pas se mettre à l’abri car la terre est gelée. N’écoutant que son bon cœur, Basile décide d’offrir son pull à Théa car après tout, il en a encore quatre ! Cependant, les jours d’après, c’est au tour d’Émile Écureuil, de Louis Lapin, de Lulu Loutre et de Petite Souris d’avoir très froid… et Basile, toujours aussi serviable donne ses pulls.

Au septième jour, à la nuit de Noël, Basile se retrouve seul, dénudé, frissonnant de froid, bien trop fatigué pour rentrer chez lui et c’est sur un toit couvert de neige qu’il s’endort. Mais heureusement, quelqu’un a remarqué sa grande générosité et va s’occuper de lui en l’emmenant dans sa maison… Un huitième pull, rouge cette fois-ci, serait le bienvenu…

L’histoire de Basile a la douceur et la magie des récits de Noël. Le petit moineau se montre très généreux avec ses amis, et sa grandeur d’âme va être saluée et récompensée par un personnage exceptionnel.
De belles illustrations, enfantines et tendres, un texte simple et court qui communique de beaux sentiments, cet album plaira certainement aux jeunes enfants, à partir de 2 ans.
A recommander !

 

 

 

Les roses de la nuit

Un roman offert par les Éditions Métaillé et Babelio dans le cadre des Masses Critiques

Décembre nordique avec Cryssilda (Islande)
Challenge Polars et thrillers de Sharon

 

 

Les roses de la nuit
Arnaldur Indridason


Une nuit, venu dans le cimetière de Sudurgata pour faire l’amour, un couple aperçoit l’ombre d’une silhouette se faufiler entre les végétaux et découvre le cadavre dénudé d’une jeune fille sur la tombe et sous la statue de Jón Sigurðsson, le chef de file du mouvement pacifiste pour l’indépendance de l’Islande au XIXe siècle.
Chargé de l’enquête,
Erlendur Sveinsson, commissaire de la criminelle de Reykjavik,  apprend par le légiste que la jeune fille se droguait, se prostituait certainement, et qu’elle avait été sauvagement battue et violée. Sans aucun indice pour identifier la morte, à part un « J » tatoué sur une fesse et l’appel téléphonique d’un mystérieux inconnu qui lui dit d’enquêter sur le propriétaire d’un chalet d’été où elle aurait subi des brutalités, le point de départ des investigations se fait auprès d’Eva Lind, sa fille, qui connaît bien l’univers des drogués et de la prostitution. Elle l’envoie dans un premier temps se renseigner dans les boîtes de strip-tease et dans un second temps, lui présente une gamine paumée d’une vingtaine d’années. Dora révèle le nom de son amie, Birta, avec qui elle partageait un appartement et le nom de leur logeur et souteneur, Herbert Rothstein, un homme violent qui les utilise pour passer de la drogue et les vend à des vieux libidineux amateurs de jeunettes.
Erlendur ne tarde donc pas à quêter d’autres informations chez Herbert dit Herb, bien connu du service des stupéfiants. Mais l’homme, peu communicatif, joue l’innocence et dit ne plus avoir eu de contact avec Birta depuis qu’elle était partie habiter ailleurs chez un ami. Le laissant sous la surveillance de la police, Erlendur part avec une photo de Birta dans la région des fjords de l’Ouest d’où était originaire Jón Sigurðsson. Celui qui avait déposé le cadavre de Birta, l’aurait peut-être placé sous la garde de l’illustre homme politique en un geste de révérence.
Alors qu’Erlendur cherche à rendre à Birta une identité, à Reykjavík un homme kidnappe Herbert… L’enquête s’opacifie et prend une dimension encore plus abjecte et dramatique lorsque l’histoire de Birta se dévoile petit à petit.

Dans la série des enquêtes du commissaire Erlendur, ce roman est le deuxième, avant « La cité des Jarres ». Nous retrouvons donc son adjoint Sigurður Óli, la trentaine et célibataire, sa fille Eva Lind encore sous l’emprise de la drogue et de ses mauvaises fréquentations, et son fils Sindri Snaer alcoolique. C’est dans ce tome que l’auteur fait se rencontrer Bergthora et Sigurður Óli. Cette idylle naissante ne peut que compliquer l’affaire car Bergthora est la femme qui a découvert Birta dans le cimetière et Sigurður Óli prend les risques d’être destitué. Erlendur n’est pas épargné. Dans l’histoire de Birta, il voit celle de sa fille qui a vécu le même parcours et qui fut à dix-sept ans l’une « des filles » d’Herbert.
A travers ce polar noir poignant, percutant, l’auteur décrit une Islande touchée par une crise financière qui a secoué le pays. Les petits villages se désertifient et les jeunes partent à Reykjavík pour travailler. Les valeurs se perdent et cette misère économique et sociétale est happée par des requins qui spéculent et font leurs commerces dans les hautes strates des administrations.
Un roman à recommander, ainsi que toute la série. La quatrième de couverture dit : « Indridason construit ses héros tout en développant une enquête impeccable marquée par une grande tendresse pour les personnages… », et je suis bien d’accord. J’ai beaucoup de tendresse pour Erlendur.

D’autres avis : Aifelle

 

Peinture, « Hiver » d’Asgrimur Jonsson

 

 

Oscar le fantôme

Octobre est Halloween avec Lou et Hilde
et les samedis sont albums illustrés pour les enfants en compagnie de Hérisson pour son challenge

Un autre avis chez Hilde

 

Oscar le fantôme
André Bouchard

 

Le baron Oscar de Canterbourg est un fantôme heureux car dans le monde des esprits il a de nombreux amis. Toutefois, et seulement de temps en temps, il lui arrive de les laisser et de retourner dans son château pour s’amuser à effrayer les vivants. Il joue alors à se montrer plus terrifiant que la réalité en se grimant et en se disloquant.
Mais un jour, il surprend un enfant dans son sommeil qui ne réagit pas comme prévu. Et pire… la petite sœur va se montrer une véritable tortionnaire !

Les rôles sont inversés et c’est au baron d’avoir très très peur. Pensez… il n’y a rien de plus horrible qu’un bataillon de doudous peluches qui vous regardent de leurs yeux ronds, il n’y a rien de plus horrible qu’une petite fille qui s’acharne sur les lambeaux de son spectre, il n’y a rien de plus horrible que d’être dépoussiéré par un aspirateur puis passé dans un lave-linge !!!
Mais que voulez-vous chers amis, tout se perd dans ce monde-là… Surtout que hors du château, la vie a beaucoup changé ! Pauvre baron !
Confronté à toutes les modernités de notre époque, Oscar va connaître les pires tourments de sa vie de fantôme. Mais rassurez-vous, rien de très fâcheux…

Je vous recommande cet album qui est très drôle. Le comique se trouvant dans la confrontation des deux mondes, entre celui des morts et celui des vivants, entre celui des vieux siècles et celui d’aujourd’hui. Les dessins expressifs réjouissent également. On ne peut rester indifférent à la stupeur d’Oscar lorsqu’il constate qu’il n’est plus efficace, puis à son regard désespéré lorsqu’il est pourchassé par la petite Jeanne. Oscar est à la fête ! et cette expression n’est pas inappropriée car le dénouement de l’histoire va vous surprendre…
Un album graphique bien illustré et plein d’humour, à noter !

 

 

 

 

Les cousins Karlsson, Tome 1 – Espions et fantômes


Octobre est Halloween avec Lou et Hilde
Challenge polars et thrillers de Sharon

 

Les cousins Karlsson
Espions et fantômes, tome 1
Katarina Mazetti

 

Les grands-parents Karlsson ont eu quatre filles aux caractères et univers bien différents. Trois d’entre-elles ont eu des enfants ; Ulla, chercheuse, a deux filles, Julia et Daniella, Molly, actrice, a un garçon, George, et Ellen, chef cuisinière établie en France, a aussi un garçon, Alex. La quatrième, Frida qui vit seule sur une île suédoise loin de la civilisation, est artiste.
Lorsque Julia, douze ans, apprend par sa mère qu’elle et sa petite sœur Daniella (appelée Bourdon) vont devoir passer tout l’été chez leur tante Frida, c’est vraiment l’horreur ! Et de savoir que leurs cousins, George et Alex, les rejoindront, ne la réconforte en aucune façon car les souvenirs qu’elle a des garçons ne leurs sont pas très favorables.

Julia et Daniella, accompagnées de leur chat Chatpardeur, retrouvent les cousins sur le quai de l’île aux Grèbes. Les quatre enfants qui comprennent qu’il est essentiel de se montrer solidaires, refont connaissance en attendant tante Julia qui tarde à venir. Esprit fantasque, bohème et dévoué à son art, la sculpture, elle n’a aucun sens des priorités et du quotidien qu’elle gère très mal. Elle n’aura donc aucune honte à faire manger une pizza froide à peine décongelée à ses neveux le soir de leur arrivée. Pourquoi froide ? Parce que dans la maison de tante Julia le confort est vraiment secondaire et que la gazinière ne fonctionne jamais !
Dans cette vieille maison de trois étages desservis par un escalier en colimaçon, les enfants constatent que tout est archaïque et qu’il n’y a pas d’eau courante. Toutefois, ce qu’ils vont retenir c’est que tante Julia ne pourra pas s’occuper d’eux et qu’ils seront libres. D’un côté, la mer, de l’autre, la forêt… Quel est l’enfant qui s’en plaindrait ?

C’est l’été, la Suède en cette saison est très agréable et les enfants découvrent une maison qui se trouve être en définitive, assez plaisante et curieuse. Ils sont libres et seuls au monde ! Seuls ? et non… Dès ce premier jour, en découvrant par l’une des fenêtres le beau paysage, George croit voir une silhouette au loin fuir vers les bois. Puis dans la nuit, c’est au tour de Julia de voir un fantôme…
Qui est cette personne qui semble se cacher ? En riant, ils émettent l’hypothèse que cela pourrait être un loup-garou, un fantôme, un ornithologue et pourquoi pas, un espion…
Voilà un mystère qu’ils vont devoir élucider sans tante Julia qui doit partir sur le continent pour résoudre un autre problème. A eux l’aventure !

Dans la lignée des livres de la bibliothèque rose et verte que je lisais quand j’étais petite, cette série des cousins Karlsson en est une digne héritière. On y retrouve des enfants seuls, sans adultes, de l’amitié, de la solidarité et des mystères à dénouer. Mais alors que ces séries vintages racontaient des histoires de justiciers en culottes courtes et de bandits, Katarina Mazetti aborde dans ce premier tome « Espions et fantômes » un sujet très sensible qui colle à l’actualité de notre époque et qui raconte une histoire bien triste, celle des migrants et des passeurs. Ce n’est pas désuet, c’est très ancré dans notre temps.
Je vous recommande ce roman de la littérature jeunesse qui donne un aperçu bien sympathique de ce que peuvent être les autres histoires qui à ce jour sont au nombre de sept.


Peinture du peintre Suédois Bruno Andreas Liljefors

 

 

Sherlock, Lupin et moi, La cathédrale de la peur

Octobre est Halloween avec Lou et Hilde
Challenge policiers et thrillers de Sharon

 

Le mystère de la dame en noir, T1
Dernier acte à l’opéra, T2
L’énigme de la rose écarlate, T3

Sherlock, Lupin et moi
La cathédrale de la peur, tome 4
Irène Adler
Illustrations Iacopo Bruno

 

Irène reprend la plume pour nous conter cette dernière enquête avec Arsène et Sherlock, qui se passe de nouveau en France. Après quelques mois à Londres où elle et ses amis ont élucidé une affaire liée à une sanglante vengeance, Irène suit ses parents dans une nouvelle maison à Évreux, loin des tourments de la capitale. En ce début de mars 1871, Paris est à l’aube d’une insurrection contre le gouvernement de Thiers.

Dans cette campagne bien plus paisible, à l’orée de la ville, la jeune fille passe les premiers jours à visiter la villa et à s’occuper de sa mère qui souffre des poumons. Avec un père souvent absent et très préoccupé, le majordome Horatio veille toujours sur elle et devance la plupart de ses souhaits. Témoin et complice de ses escapades aventurières en compagnie de ses acolytes, il va jusqu’à lui baliser le passage pour s’échapper de la maison sans faire de bruit.
C’est en trouvant un message sur l’un des bancs du parc que l’histoire commence. Une mystérieuse inconnue lui donne rendez-vous dans les jardins de la cathédrale pour l’entretenir au sujet de Madame Adler et de Monsieur d’Aurevilly, l’ancien propriétaire de leur demeure. Mais cette raison n’est qu’un prétexte pour l’appâter, car le réel motif est un document caché derrière l’un des tableaux de la bibliothèque qu’elle voudrait qu’Irène lui ramène.
Voilà enfin une histoire digne d’intérêt ! et en rentrant chez elle, l’esprit bien chauffé par cette nouvelle énigme, Irène a la grande surprise de retrouver Arsène qui a fuit Bruxelles après s’être disputé avec son père. Les deux amis n’attendront pas longtemps pour voir débarquer Sherlock qui après avoir été éliminé dès le début à un concours d’échecs, est tout heureux de passer quelques jours avec eux.

Ce petit papier parcheminé et codé découvert derrière un tableau, va les envoyer dans le cœur malfamé de Paris à la poursuite du duc de Montmorency et d’un mystérieux Grand Maître, chef d’une société secrète ésotérique. D’indice en indice, de déduction en déduction, Irène, Arsène et Sherlock vont rencontrer le fils du romancier Alexandre Dumas qui les entretiendra sur l’une des dernières œuvres de son père, « Joseph Balsamo ». La toile de fond s’ouvre alors sur un univers occulte et alchimiste, sur des rituels macabres faits dans les catacombes, et sur une sainte relique, le cœur de Saint Michel.
Téméraires et très curieux, les trois amis vont vouloir déjouer les plans machiavéliques d’un sombre individu…

Quatrième opus de la série, nous retrouvons avec grand plaisir nos jeunes enquêteurs dans un périple à Paris. L’auteur aborde un univers après l’armistice signée avec les Prussiens, au début de l’année 1871, et juste avant la Commune où une partie du peuple issu de la classe populaire va se soulever contre le pouvoir mis en place. Tout est en effervescence et très malsain pour nos amis qui découvrent certaines réalités de la vie. Irène décrit bien leur aventure et ne nous cache rien des sentiments qui les animent.
Je recommande aux jeunes lecteurs, de 7 à 12 ans, cette série bien écrite et bien divertissante. Elle réunit plusieurs critères qui les passionneront… amitiés, suspense, action, société secrète, sciences occultes et pan historique de Paris.
Le prochain épisode est intitulé « Le château de glace ». Nous apprendrons peut-être un peu plus sur la mère biologique d’Irène. Car à travers les enquêtes relatées, il y a ce mystère qui se délie timidement de tome en tome…
A suivre !

Cathédrale d’Évreux

 

 

 

L’héritage des jumeaux diaboliques

Mois anglais avec Lou et Titine
Challenges Policiers historiques avec Sharon
D’autres billets du livre ce mois-ci : Lou, Cryssilda, FondantG,

 

 

L’héritage des jumeaux diaboliques
Gareth P. Jones

 

Dans le comté d’Hexford,

Lorelei et Ovide Spleenspick sont des jumeaux de treize ans, orphelins de leurs parents depuis la petite enfance. Héritiers d’une grande fortune, ils habitent le manoir familial et vivent sous la tutelle de leur majordome M. Crutcher, un homme lugubre qui inculque aux enfants des valeurs rigoristes. Dans cette ambiance gothique, perpétuellement endeuillée, sans musique, sans télévision, sans amis, seule la bibliothèque est un lieu d’évasion où l’esprit peut vagabonder de livre en livre.
Il n’y a pas que la lecture et les parties d’échecs qui occupent Lorelei et Ovide. Leur spécialité à tous les deux c’est leur grande jalousie l’un envers l’autre. Elle affûte l’esprit et les plonge dans de surprenantes inventions… Ainsi, ils rivalisent d’ingéniosités en créant des stratagèmes criminels pour des explosions, des décapitations, des défenestrations et d’autres dispositifs bien sanglants, comme une baignoire remplie de piranhas. Ils font tout pour s’entretuer.
Doit-on chercher l’origine de cette haine dans la tragique destinée de leurs parents ? Car la deuxième particularité qui singularise ces enfants se trouve dans leur lignage. Toutes les générations ont connu des drames et la malédiction n’a pas épargné leur père tué par empoisonnement et leur mère morte électrocutée par la foudre.

Jusqu’où seraient-ils allés si à l’aube de leur anniversaire, las de leurs surenchères assassines, ils n’avaient pas décidé de conclure une trêve ?
Afin d’établir un document très officiel dans lequel il serait stipulé que si l’un des enfants venait à décéder avant sa majorité l’autre n’hériterait de rien, ils font venir le notaire de la famille pour ajouter cette clause au testament. M. Carpenny a bien connu les parents des jumeaux et c’est en leur mémoire qu’il accepte d’écrire un avenant et de reprendre l’inventaire du manoir afin d’établir une liste des biens. Quatre-vingt-sept pièces à répertorier et un mois pour le faire…

Les jumeaux font bon accueil à M. Carpenny qui en cette période de vacances scolaires, est accompagné par son fils Adam. Si Lorelei découvre en cet adolescent de quinze ans un ami qui lui raconte le monde extérieur et qui l’incite à franchir les frontières du domaine, pour Ovide, le contact est bien différent ! Pour la première fois, le frère et la sœur connaissent une césure dans leurs relations fusionnelles et les hostilités reprennent ; noyade, attaque d’un essaim d’abeilles tueuses, ours en liberté, arbre piégé…
Lorsque Lorelei accuse son frère de ne pas avoir cessé ses machinations, Ovide lui jure que ces tentatives criminelles ne sont pas de son ressort. Alors… qui tente de tuer Lorelei, Ovide et le nouveau venu, Adam ? Un tueur les prend pour cible en se basant sur leurs machiavéliques artifices et tout le monde semble suspect : Mme Badshow la cuisinière, Mlle Grill la gouvernante, M. Paine le jardinier, M. Crutcher et même M. Carpenny qui semble cacher un secret.

Tous coupables ? Les jumeaux diaboliques vont mener une enquête et faire ressurgir les mystères du passé. Petit à petit, de confidence en confidence, de révélation en révélation, les personnages se dévoilent et l’histoire se réécrit…

Roman à suspens, roman à l’humour noir, dans la famille Spleenspick, la mort rôde ! Sur un tempo vif, diaboliquement tissé, fantasque et sépulcral, l’histoire n’est pas avare en action et en mystères. Le jeune lecteur lira donc les aventures des sympathiques jumeaux avec le sourire et sans chagrin pour toutes les misères qu’ils endurent. Il y a un peu de la vie désastreuse des orphelins Baudelaire.
Une charmante lecture à recommander, même si elle n’est pas très facile à lire car le scénario mêle plusieurs histoires, enchaîne les périls et multiplie les fausses pistes.

« – Les chats ont neuf vies. Nous, on n’en a qu’une. Après tout, on se fiche de savoir qui a commencé. L’important, c’est qu’on soit tous les deux d’accord pour arrêter. »

 

 

 

Rendez-vous avec le mal


Mois anglais avec Lou et Titine
Challenges Policiers historiques avec Sharon
Un livre offert par les Éditions Robert Laffont

 

Rendez-vous avec le mal
Une enquête de Samson et Delilah,
les détectives du Yorkshire
Julia Chapman

 

A Bruncliffe, petite ville du Yorkshire, nous retrouvons Samson O’Brien et Delilah Metcalfe pour un rendez-vous avec le mal. Ça débute à quelques jours de Noël où tout le monde se lance dans des festivités…

Delilah semble avoir pardonné à Samson d’être parti durant quatorze années, et suite au dénouement de la précédente affaire, elle ne voit plus d’un mauvais œil le fait qu’il ait annexé ses bureaux pour créer son agence de détective privé. En partageant les locaux, l’ingérence professionnelle chez l’un et chez l’autre se fait inévitablement et une certaine complicité commence à se développer entre eux.
Après avoir mené à bien sa dernière enquête, Samson doit maintenir sa nouvelle popularité et accepter tous les contrats qui lui sont proposés, même si les affaires n’ont pas une once d’intérêt ! C’est donc très embarrassé qu’il reçoit Alice Shepherd, une gentille vieille dame octogénaire qui se dit être en danger, et le fermier Clives Knowles qui a perdu son bélier, un précieux reproducteur qui vaut de l’or.
De son côté, Delilah doit composer avec tout un maelstrom d’ennuis ; ses dettes, son ex-mari qui veut une garde alternée pour leur chien Calimero (qui souffre d’anxiété), son agence matrimoniale qui vivote, son frère Will qui se montre inquisiteur et… l’afflux de ses souvenirs heureux du temps où elle était une gamine qui essayait de suivre partout ses aînés, Samson et Ryan, son autre frère décédé en Afghanistan. Alors, pour échapper à tout cela, rien de mieux que de proposer son aide à son colocataire…

N’ayant pas pris au sérieux les craintes d’Alice, Samson décide de partir à la recherche de Ralph le fugueur avec Delilah, tout en pensant revoir plus tard la vieille dame pour la rassurer. Mais quand il va à la maison de retraite de Fellside Court où elle réside, il arrive trop tard. Alice vient de mourir… Mort naturelle ou meurtre ?
Toujours assisté de Delilah qui commence à prendre goût aux enquêtes, Samson voit une sacrée équipe de séniors l’entourer. Confidents d’Alice et témoins de ses dernières heures, ils veulent tous mener l’affaire et découvrir le meurtrier.
Dans ces tristes circonstances, Samson va se rapprocher de son père qui habite également la résidence, et les vieilles rancunes s’effacent pour laisser place à de meilleurs sentiments.

Un être foncièrement méchant hante Fellside Court car après Alice, d’autres tentatives d’assassinat vont être commises. Samson va devoir arrêter le plus vite possible les desseins de ce croquemitaine…

Pour ce deuxième tome, on nous invite à passer les fêtes de Noël à Bruncliffe, mais pas pour admirer des décorations lumineuses… Une quête dans la lande à la recherche d’un bélier et les évènements tragiques à la maison de retraite vont pimenter les jours de l’Avent. Écrit avec humour, sur un tempo dynamique et un scénario parfois angoissant, ce roman est à classer dans les « cosy mystery », suspense, légèreté, avec une pointe de romance. Si dans sa construction l’intrigue policière n’est pas transcendante, elle a le mérite d’être distrayante et de nous présenter du pittoresque et des personnages bien sympathiques que nous retrouverons par la suite dans d’autres tomes.
A Bruncliffe, tout le monde se connaît et se mêle des affaires de tout le monde, mais parfois certains secrets restent impénétrables. Le fil d’Ariane qui relie les tomes entre eux semble être lié à Samson, car derrière la toile de fond, l’auteur tisse une autre histoire sur la vie qu’il menait avant de revenir et sur les intimidations qu’il reçoit et qui font planer mystères et dangers.
Une série à continuer, et à recommander !

Vous trouverez d’autres billets chez Keisha, Belette, Bianca, Fanny, Titine,