Poêlée de légumes au massala

Le deuxième dimanche du mois se passe en Inde avec Hilde…

Vous trouverez des recettes chez

Isabelle – Crêpes à la farine de pois chiches garnies (Inde)
Rosa – Paella aux deux viandes
Hilde – Pickles (Inde)

Sandrion – La figue en salade, en confiture et en biscuits
Béa – Colombo de porc aux aubergines (Inde)
Lydia – Effiloché de porc à la bière et tian de légumes
L’Irrégulière – Crostone, tartines croustillantes tomates-pesto-fromage
Bidib – Gâteau à la carotte, sans lactose, ni noix

Poêlée de légumes au massala et à la crème de coco

Ingrédients :
– Légumes : carotte, chou blanc, poireaux, céleri, tomates…
– Fruits : raisins secs et frais, amandes
– Épices : massala, coriandre fraîche
– Crème de coco
– Matière grasse, sel

Préparation :
– Lavez et découpez finement les légumes.
– Dans un wok, faites-les revenir dans de la matière grasse avec les amandes et les raisins secs.
– Ajoutez un peu d’eau, puis une briquette de crème de coco.
– Épicez à votre convenance et faites cuire 10 minutes en remuant fréquemment.
– A la fin de la cuisson, mettez des raisins frais.

Verdict :
– Vous pouvez faire cette préparation facile à réaliser, pour accompagner une viande ou tout simplement avec de la semoule pour une cuisine végétarienne.

légumesmassala3

Les 100 plantes du survivalistes

Un livre offert par les Éditions Vagnon et Babelio dans le cadre des Masses Critiques

 

les 100 plantes...1

Les 100 plantes du survivaliste
Denis Tribaudeau

 

L’herbier des 100 plantes du survivaliste est un livre très intéressant qui peut convenir à tout le monde car il n’est point besoin d’être amateur « d’aventures extrêmes » pour le consulter.
L’auteur détaille les plantes, toutes photographiées, en plusieurs points dans un descriptif, une saison de la cueillette, les vertus médicinales et un usage culinaire.

Partir dans un bois, une forêt, un maquis, et rentrer en liaison avec la nature est un plaisir simple. Issues de paysages européens, les plantes cataloguées ont toutes des qualités, comestibles, médicinales ou aromatiques. Mais attention, dès la première page, l’auteur met en garde le lecteur avec une vingtaine de plantes nocives. Elles sont belles, colorées, parfois plantées dans nos jardins, et infiniment toxiques ; muguet, lupin, digitale, buis, colchique…

« Généreuse et impitoyable »… « 95 % de la nature peuvent soigner et nourrir, 4,5 % sont toxiques et 0,1 % sont mortelles.

Les mots dans l’introduction parlent « d’un monde fabuleux » et « d’un savoir ancestral », mais il est dit aussi qu’il faut utiliser les plantes avec prudence et modération.
Un livre à recommander !

 

Plantes toxiques… Lupin, muguet, colchique…

les 100 plantes...

 

 

 

 

Verrines de petits pois à l’anglaise

20210522_175256_0000Nous consacrons toujours le mois de juin au mois anglais de Lou, Cryssilda et Titine. Et cette année, nous fêtons leurs 10 ans ! Happy month !

Pour terminer la saison et le challenge, Lou et Hilde ont proposé de cuisiner des petits pois à l’anglaise.
Pour ma part, j’ai suivi l’idée avec des verrines.
Isabelle a joint à son billet du jour le récapitulatif des recettes des marmitonnes.

 

.

Verrine petits pois à l'anglaise 1Ingrédients pour 4 personnes :
– 500 g de petits pois frais
– 140 g de Saint Moret
– Feta
– Menthe et ciboulette fraîches
– Ail en poudre
– Sel, poivre, crème de vinaigre balsamique, huile d’olive
– Radis pour garniture

Préparation :
– Faites cuire les petits pois dans de l’eau. Lorsqu’il sont cuits, mais pas trop, égouttez-les et laissez-les refroidir. Mettez-en de côté pour la déco.
– Mixez de la menthe et de la ciboulette. Dosez les quantités en fonction de vos goûts.
– Ajoutez les petits pois et de l’huile d’olive généreusement pour faire une crème onctueuse et ferme. Salez.
– Écrasez le fromage avec un peu d’ail déshydraté. Salez, poivrez.
– Dans les verrines, versez la crème de petits pois, et ajoutez le fromage écrasé. Uniformisez le dessus.
– Mettez des dés de feta, quelques gouttes de crème de vinaigre balsamique, et décorez avec des petits pois et des radis.

Verdict : C’est très bon ! et parfait pour la saison. Le poivre de la ciboulette et la fraîcheur de la menthe s’accordent bien avec les petits pois.

.

Verrine petits pois à l'anglaise 2

 

.

 

Samossas au crabe

Selon le programme des Gourmandises pour ce deuxième dimanche du mois, je vous invite en Inde avec Hilde, mais certaines marmitonnes voyagent ailleurs.

Vous trouverez d’autres recettes chez…

Béa – Cookioches
Hilde – Mochi (Japon)
Lou – Maki, sushi, chirashi et sashimi (Japon)
Jojo – Gyozas, raviolis (Japon) et « Mercredi c’est raviolis ! » (Album jeunesse)
Rosa – Harira, soupe marocaine et
Kheer riz au lait (Inde)
Nahe – Matar paneer (Inde)
Sandrion – Gozleme aux légumes
Eimelle – Fricadelles-frites
Lydia – Clafoutis aux pommes

L’Irrégulière – Conchiglioni à la ricotta et au saumon
Liza – Taramosalata (Grèce)

 

 

Ingrédients :
– 1 paquet de feuilles de brick
– 200 g de chair de crabe
– 2 carottes
– 2 courgettes
– 3 petits oignons nouveaux
– 200 g de fromage frais pour cuisine
– Coriandre et fenouil… herbes fraîches
– Curry et gingembre… en poudre

– Sel, poivre
– 1 cuillère à soupe de graines de sésame

Préparation :
– Préparez les carottes et les courgettes en les coupant très finement et faites-les cuire dans un bouillon. D’abord les carottes, puis les courgettes qui se cuisent plus vite.
– Mélangez-les une fois égouttées, avec le fromage frais, la chair de crabe, les oignons hachés, les graines de sésame, le fenouil et la coriandre. Épicez avec le gingembre et le curry selon vos goûts.
– Garnissez les feuilles de brick avec cette farce et enfournez pour environ 10 à 15 minutes.
– Servez cette entrée avec une petite sauce de votre choix.
J’ai mixé un concombre avec de la crème fraîche épaisse, des feuilles de menthe et de la sauce au piment doux légèrement sucrée.

Verdict : Une bonne entrée en matière… En dosant sans exagérer, la menthe, la coriandre et le curry éclatent en bouche sans gommer le goût du crabe.

 

 

Ernest et Célestine ont perdu Siméon

 

Challenge Animaux du monde avec Sharon

 

 

Ernest et Célestine ont perdu Siméon
Gabrielle Vincent

 

C’est l’hiver, il neige, Ernest et Célestine font une petite balade en forêt mais juste avant de rentrer, Célestine s’aperçoit qu’elle a perdu son doudou Siméon le pingouin ! Voici une situation délicate car la nuit tombe, il fait très froid, et il est trop tard pour se mettre à sa recherche.
Le soir, Célestine pleure dans son lit, inconsolable, et Ernest décide de partir en quête de Siméon…
En le retrouvant tout abimé dans la neige, Ernest sait qu’il ne peut le présenter ainsi à Célestine et il part aussitôt chez le marchand de jouets pour en prendre un autre.
Un pingouin ? C’est plutôt rare et pour la consoler, il lui achète plein de peluches… lapin, ours, poussin, lutin, poupée… mais, Siméon est irremplaçable ! Alors, Ernest a une idée… il va prendre une aiguille, du fil, et essayer de rafistoler Siméon.
Quelle merveilleuse surprise ! quel beau cadeau ! Célestine est enchantée.
C’est bientôt Noël, Ernest décore le sapin avec toutes les peluches qu’il a achetées. Si Célestine n’a d’amour que pour son pingouin, les autres enfants trouveront leur bonheur avec elles. 
Un soir de fête, des cadeaux-doudous à décrocher dans l’arbre, une table avec des gourmandises, et des enfants heureux qui passeront la nuit dans la chambre de Célestine, épuisés et comblés.
Le lendemain, Célestine aidera Ernest pour le rangement… elle ne peut plus rien lui refuser !

L’univers d’Ernest et Célestine est comme du duvet d’oie, doux et léger. Cette petite histoire amusera les parents et les enfants car ils connaissent la valeur d’un doudou, même usé, malodorant et rapiécé. Il est et restera un membre de la famille, précieux et irremplaçable.
Ce tome est le premier d’une longue série de livres.

 

 

 

 

Espadon à la japonaise

Joyeuses Pâques !
Tendresse et chocolat…

Avril se passe au Japon avec Lou et Hilde, mais aussi en Belgique avec Anne.
Vous trouverez des recettes chez…

Isabelle – Gâteau petits nids au mascarpone (Pâques)
Rosa – Torradetes de Santa Teresa (Pâques)
Eimelle – Gâteau au chocolat et au speculoos (Pâques)
Hilde – Onigirazu (Japon)
Sandrion – Nouilles asiatiques au poulet et aux légumes (Japon)
Béa – Gözleme, pain turc farci
L’irrégulière – Linguini aux asperges et au saumon fumé (Pâques)
Lydia – Cookies aux pépites de chocolat
Liza – Oeufs dur-mayo et asperges

.

.

.

Ingrédients pour 3 personnes :
– 3 tranches d’espadon
– Brins de fenouil
– Matière grasse
– Sel, poivre
Sauce marinade :
– 1 yaourt nature
– 1 citron vert
– 4 cuillères à soupe bombées de graines de sésame torréfiées
– 1 cuillère à soupe de sauce teriyaki
– Gingembre
– Ciboule
Accompagnements :
– Petits légumes pour wok (carotte, soja, feuilles de chou, céleri)
– Champignons

– Pâtes asiatiques

Préparation :
– Faites une marinade en mélangeant dans le yaourt… le jus du citron vert, les graines de sésame, le teriyaki, le gingembre râpé, des brins de fenouil et le poivre vert.
– Laissez dans cette marinade les tranches d’espadon.
– Préparez les pâtes puis les légumes. Cuisinez-les dans un wok.
– Dans une grande poêle avec un peu de matière grasse, cuisez les tranches d’espadon avec la marinade et joignez-y les champignons asiatiques. La cuisson se fait à votre convenance en retournant régulièrement les darnes. J’ai mis 10 minutes sur un feu assez vif.
– Servez à l’assiette…

Verdict : Ce fut un régal ! A refaire…

.


.

.

.

M.O.R.I.A.R.T.Y, Empire mécanique – T1

logosharonpolarshistoriqueslogo-british-mysteries-pedroChallenge polars avec Sharon, 

Mois Bristish Mysteries avec Hilde et Lou
Une lecture commune avec Hilde

.

 

9782756071909_1_75

M.O.R.I.A.R.T.Y.
Empire mécanique – I
Scénaristes : Fred Duval et Jean-Pierre Pécau
Dessinateur : Stevab Subic
Coloriste : Scarlett Smulkowski

 

Le ciel de Londres en 1899 est plein de ces nouveaux aéronefs qu’on appelle zeppelins. La fin du XIXème siècle connaît de grandes avancées révolutionnaires dans toutes les technologies, industrielles et scientifiques.

Dans une fumerie d’opium, on attend le Dr Jekyll et c’est Mr. Hyde qui apparaît en saccageant tout sur son passage. Ne pouvant le maitriser, la police lui tire dessus et mène le corps à l’hôpital de Whitechapel, non pas pour l’autopsier, mais pour le soigner car le monstre est toujours vivant.
Au même moment dans un salon de Mayfair, des lords jouent au poker. L’ambiance est mauvaise car lord Salisbury a perdu sa fortune aux cartes contre Mr Gibbs, un homme particulièrement chanceux qui dépouille depuis une semaine la fine fleur du royaume. Présent sur les lieux, Sherlock Holmes se doute qu’il y a tricherie et devant la belle assemblée, dévoile l’entourloupe… Mr Gibbs n’est en fait qu’un automate autoguidé.

L’incroyable machine a été faite par un orfèvre et Sherlock Holmes a hâte de découvrir qui se cache derrière tout cela car le seul homme à qui il pense est mort en Suisse dans les chutes du Reichenbach.
L’histoire du Dr Jekyll et celle de l’automate vont se regrouper et ce sera à Sherlock Holmes de mener l’enquête… Toujours assisté de son ami le Dr John Watson, il va orienter ses recherches auprès de la veuve du chimiste Alfred Nobel, décédé trois ans auparavant. Sous couvert d’une entreprise philanthropique, elle a monté un laboratoire sur le domaine de Baskerville Hill pour faire des expériences sur la fleur de pavot suivant les formules du Dr Jekyll.
Une ombre se profile auprès de cette femme, celle du plus redoutable des ennemis de Sherlock Holmes, le professeur Moriarty…

L’histoire est très intéressante avec sa trame fantastique et son ambiance steampunk. Les scénaristes invitent aux côté du détective des personnages connus, réels ou fictifs, de la fin de ce siècle. Wilson Churchill est très présent tout au long de l’histoire, on parle d’Alfred Nobel et de l’héritage qu’il laisse, et on rencontre le Dr Jekyll et son double démoniaque Mr. Hyde. 
Dès le début de l’album, un nom sort du chapeau : Moriarty. On le guette avec une petite appréhension car on connaît sa réputation.
Au club Diogène à Pall Mall Street, on voit également Mycroft, le frère de Sherlock, qui est comme à son habitude au service de sa Majesté… L’intrigue continue avec un deuxième opus car ce volume n’est que le premier tome d’un dyptique.
Quant aux dessins, ils relaient bien la noirceur de l’histoire, mais un trait trop prononcé, surtout pour les visages, donne quelques lourdeurs à l’ensemble. J’ai aimé la colorisation, les décors, le dynamisme, le macabre et tout ce qui caractérise le genre fantastique-steampunk.

.