Un strudel aux pommes

Nous sommes en Halloween tout le mois d’octobre et nous accompagnons Lou et Hilde.
Magie et poudre d’étoiles dorées…

Vous trouverez d’autres recettes chez…

Hilde – Strudel aux pommes et Soupe violette (Halloween)
Rosa – Strudel aux pommes (Halloween)
Sandrion – Strudel aux pommes (Halloween)
Béa – Strudel aux champignons et au jambon (Halloween)
Isabelle – Soufflé de citrouille à la cannelle et aux oranges confites, une cuisine de fées !  et Strudel aux pommes (Halloween et Livres Gourmands)
Touloulou – Tarte au potimarron (Halloween)

Liza – Riz Basmati au lait de coco et ses patates douces
Lydia – Porc au caramel et riz cantonais

Ce dimanche, pour la plupart d’entre nous, nous vous proposons le strudel aux pommes de Queenie Goldstein, un personnage dans la saga des Animaux Fantastiques de JK. Rowling. L’une de ses compétences ? Les sorts culinaires… bien sûr !

Cette recette est extraite du grimoire « La pâtisserie des sorciers » d’Aurélia Beaupommier.

Ingrédients :
– 1 pâte filo ou 1 pâte feuilletée
– 4 pommes
– 30 g de vergeoise blonde ou simplement du sucre en poudre
– 50 g de raisins secs
– 50 g de poudre de noisettes
– 30 g de beurre
– 1 jus de citron
– 1/2 cuillère à café de cannelle
– 1 jaune d’œuf pour la dorure
– Sucre glace pour la déco
Préparation :
– Préchauffez le four à 220°.
– Épluchez les pommes et coupez-les en petits morceaux. Versez le jus de citron afin qu’ils ne noircissent pas.
– Mettez les raisins secs, la poudre de noisettes, la vergeoise, la cannelle et le beurre coupé en petits dés. Mélangez.
– Étalez un torchon humidifié sur le plan de travail et placez la pâte filo.
– Versez le mélange avec les pommes et enroulez à l’aide du chiffon, le strudel.
– Déposez le strudel sur une plaque garnie d’un papier sulfurisé et enlevez doucement le torchon.
– Badigeonnez le jaune d’œuf sur le dessus et enfournez 20 à 30 minutes…
Abracadabra ! poudre magique !
Cette préparation est très facile et le résultat est très bon.
Touche personnelle : J’ai fait une compotée de pommes avant d’en garnir les feuilles filo que j’ai doublées.
Donc, pour récapituler, je cuis les morceaux de pommes avant, j’ajoute du cognac, je mets deux feuilles filo pour une meilleure résistance et un plus joli feuilleté (la prochaine fois, j’en mettrai trois), je n’humidifie pas le torchon, j’ajoute des noisettes de beurre sur le dessus du strudel à la place du jaune d’œuf et je ne laisse au four que 10 minutes.
Ah oui… et je saupoudre de sucre…
 

La brigade des cauchemars – Sarah, T1

Challenge Halloween avec Lou et Hilde

 

La brigade des cauchemars – Sarah, Tome 1
Scénario de Franck Thilliez
Dessins de Yomgui Dumont
Couleurs de Drac

Le jeune Esteban ne se souvient plus de son passé. Amnésique, il a été recueilli il y a trois ans par le professeur Albert Angus qui tient une clinique du sommeil. Dans cette maison, il a trouvé un père mais aussi un frère car le professeur a un fils, Tristan, avec qui il va au lycée. Narrateur de l’histoire, il nous présente sa nouvelle famille mais aussi le travail qu’il fait avec Tristan pour assister leur père dans ses expériences.

Le dernier patient venu est une jeune adolescente qui a le même parcours que lui. Amnésique depuis également trois ans, adoptée par un couple qui l’a découverte errante dans les bois, elle ne dort plus à cause de cauchemars récurrents. C’est donc dans sa tête que les garçons vont voyager sous la surveillance du professeur. Pas par télékinésie, mais en passant une porte blindée. « 1 heure dans la réalité est  24 heures dans le rêve ; tout devient vraiment réel quand on est de l’autre côté. »… Ce qui est important à signaler, c’est que Tristan, paraplégique dans la vie réelle, perd son handicap dans la vie « cauchemardée ».
Équipés d’une montre chrono-micro, un oniricom, ils arrivent dans l’entrepôt d’un magasin pour déboucher sur une ville sous la neige, vidée de toute présence. Afin d’avoir une vue d’ensemble, ils grimpent en haut d’un clocher et découvre un immense mur qui ceint la ville, à perte de vue. C’est de cette hauteur qu’ils s’aperçoivent qu’on leur envoie un signal lumineux en langage morse. Que signifie « Ici-pas-d’adulte-pas-de-danger » ?
Se méfier des adultes, ils l’apprennent rapidement lorsqu’ils sont attaqués et traqués par des hommes armés, qu’ils fuient pour arriver dans la maison aux signaux.
Dans cette maison, ils rencontrent trois enfants, dont Sarah, qui expliquent qu’un matin en se réveillant, le monde avait changé et que les adultes capturaient les enfants. De ce qu’ils en font par la suite, le mystère reste entier.
Plus nombreux et donc, plus courageux, les enfants partent voir le mur pour essayer de trouver une faille, un passage, ou un moyen pour l’escalader. Mais des pièges sont partout et Arthur est fait prisonnier. Ils ne peuvent plus rien pour lui, surtout que la milice des adultes arrive.
Il faut sortir Sarah de cet horrible rêve et Esteban qui se sent très proche d’elle, va faire tout son possible pour la délivrer. C’est le travail de la brigade des cauchemars de découvrir l’orig
ine des troubles. Et là, c’est forcément le monde des adultes qui en est responsable.

Les cauchemars ont toujours des scénarios surréalistes, fantasques, et celui de Franck Thilliez n’échappe pas à la règle. L’angoisse monte crescendo et renvoie le lecteur à ses propres peurs. Dans ce cas, ce sont les enfants qui sont prisonniers de leurs obsessions et de leurs tristesses. Leurs nuits sont tourmentées, pleines de dangers et d’incertitudes.
L’histoire laisse planer beaucoup de mystères sur eux et sur les expériences du professeur. Il faut donc vite passer au tome suivant pour en apprendre un peu plus…
Un bon scénario et des dessins qui me plaisent, je lirai avec plaisir la suite.

 

 

 

Jack O’ Lantern

Les mardis Halloween avec Lou et Hilde se passent dans un atelier.

Vous trouverez d’autres bricolages chez

Isabelle – Mobile d’automne
Jojo – Peluche Hibou en feutrine
Anaïs – Déco, chauve souris et couronne « yeux de tritons »

Halloween ne serait pas Halloween sans une Jack O’ Lantern sur le rebord de la fenêtre…

Se munir d’un long couteau pointu et tranchant Une cuillère-louche pour spaghetti a été très utile pour retirer la chair. Le travail n’a pas été difficile car la Jack O’ Lantern est une citrouille qui se découpe bien.

 

 

Pakoras de potiron

Nous sommes en Halloween tout le mois d’octobre et nous accompagnons Lou et Hilde.

Vous trouverez d’autres recettes chez…

Rosa – Bread pumkin (Halloween) et Fraises rôties au sumac
Sandrion – Couscous
Isabelle – Tarte aux poires et au chocolat
Hilde – Soupe violette (Halloween)
Béa – Pain banique (Amérindien)
Liza – Risotto à la citrouille et Crumbles aux fruits
Lydia – Velouté de butternut, Rôti de 7h, Écrasé de carottes et pommes de terre et Gâteau chocolat-banane

 

En regardant les beignets aux légumes (pakoras) de Hilde et d’Isabelle, j’ai eu une grande envie d’en faire moi aussi… Alors, il n’y avait plus qu’à…

Ingrédients pour 15 beignets :
– 175 g de farine de blé
– 175 g de farine de pois chiches
– 1 œuf
– 30 cl de lait
– 1 pomme de terre
– 1 potiron
– Sel, poivre
– Huile d’arachide

– Épices, herbes aromatiques, condiments : ail, coriandre fraîche, curcuma, massala, cumin

Préparation :
– Coupez le potiron en dés et cuisez-le avec la grosse pomme de terre dans de l’eau.
– Égouttez et réservez.
– Faites la pâte des beignets en mélangeant les farines, l’œuf, le lait et les épices dans un premier temps, et dans un second temps, avec les légumes (pomme de terre – potiron) cuits et coupés en dés. Salez, poivrez.
– Dans un bain chaud d’huile d’arachide, versez une cuillère à soupe de pâte (ou plusieurs selon la dimension de la sauteuse). Lorsque le beignet est prêt, disposez-le sur du papier absorbant. Salez…
– Servez chaud, avec de la coriandre fraîche et une sauce pimentée. Parfait pour accompagner une viande. Chauds, tièdes, c’est bon, mais également froids.

 

 

 

L’ordinateur de Pélagie et Joyeux anniversaire, Pélagie !


Challenge Halloween avec Lou et Hilde

 

 

L’ordinateur de Pélagie et Joyeux anniversaire, Pélagie !
Texte de Valérie Thomas et illustrations de Korky Paul

 

Pélagie qui a reçu un ordinateur, passe tout son temps à l’apprivoiser. Elle découvre les fonctions qui lui faciliteront l’existence et tout un monde qui lui était inconnu jusqu’alors. De clic en clic, les pages défilent (les heures aussi) ; blogs de sorcières, sites marchands, sites de jeux…
De son côté, Rodolphe le chat boude car il aimerait bien r
egagner l’intérêt de Pélagie et jouer avec la souris de l’ordi. Il miaule, il s’installe sur le clavier, il agite sa queue sous le nez de la sorcière… et devient vite encombrant. Mais à force de titiller la patience de Pélagie, Rodolphe se retrouve dehors sous la pluie.
Qu’arrive-t-il à Pélagie ? Envoutée ! pense Rodolphe qui de derrière la vitre de la fenêtre, la voit scanner plein de vieux papiers où sont écrites ses formules magiques. Plus besoin de baguette, plus besoin de grimoires qu’elle jette à la poubelle, son travail sera facilité en un clic ! C’est ainsi qu’elle fait quelques expériences concluantes. Elle répare une fuite d’eau au plafond, elle transforme Rodolphe en chat bleu, puis le remet en noir. C’est vraiment génial !
Cependant, durant la nuit, Rodolphe fait des bêtises en jouant avec la souris. L’ordinateur se rallume, se détraque, et… Abracadabra… Pélagie devra résoudre un gros problème le lendemain matin…

La magie informatique c’est bien, sauf lorsque ça tombe en panne ! Finalement, Pélagie verra que les livres ont aussi leur intérêt.
Dans cet album, on lit les limites de la technologie, même si l’ordinateur est devenu un instrument indispensable à notre quotidien, les livres auront toujours de l’importance.
Une histoire et des illustrations pleine d’humour ! Rodolphe avec ses comportements de félin domestique est irrésistible. C’est à mon avis, lui qui tient le premier rôle de cet opus.

 

Pépagie est née un vendredi 13 et la date est pour très bientôt. A cette occasion, elle veut organiser une garden-party et inviter toute la famille et les amis.
Les e-mails envoyés, une nouvelle robe, un nœud papillon pour Rodolphe, un bon repas et abracadabra… elle transforme son jardin en une magnifique fête foraine.
Le jour J, tout le monde arrive les bras chargés de cadeau et les réjouissances commencent !

Chasse au trésor, balais musicaux, cache-cache… tout s’enchaîne dans une joyeuse animation, mais, comme à chaque fois, tout s’enraye également.
Ce genre de fête n’est pas de tout repos pour la personne qui l’organise et avec ce genre d’invités, tous des sorciers, le désordre est assuré !
Heureusement, Pélagie la sorcière a toujours la solution idéale… Elle va utiliser chacun de ses cadeaux pour résoudre les petites contrariétés.

Un album sympathique qui toutefois n’a pas le même allant que les autres tomes. Ce n’est pas la dynamique et les illustrations qui ont une petite faiblesse, mais c’est au niveau du scénario. On retrouve tout de même avec plaisir Pélagie et Rodolphe et nous faisons la connaissance de toute la famille, la tante Scrophule, l’oncle Radigond, le cousin Cayetano et ses sœurs, Parissa, Pakita et Pétronille.
Une série malicieuse et enjouée à recommander !

 

 

 

 

Le tueur de calamars, Monstreville – T4

Challenge Halloween avec Lou et Hilde
Challenge Animaux du monde de Sharon

 

 

La plante carnivore, T1 / L’armée des araignées, T2 / Le livre hanté, T3

Monstreville
Le tueur de calamars, Tome 4
Jack Heath

De la bande des quatre amis, Sarah est la plus fantasque, la plus tête en l’air. Son truc, ce sont les fantômes. Josh attiré par le dessin, est le plus réservé, le plus introverti. Sa sœur Margaux, la meilleure amie de Sarah, passionnée par les technologies, invente des machines improbables. Quant à David, son cousin, il est musicien et sportif.
Donc, ce qui branche Sarah, ce sont les fantômes… En principe, ils n’existent pas, mais à Monstreville, il faut s’attendre à tout ! Josh a combattu une dionée cannibale, Margaux s’est trouvée face à une armée d’araignées et leur reine, et David a été possédé par l’esprit d’un scientifique fou obnubilé par l’immortalité. Peut-on faire mieux ?!

Depuis longtemps, Sarah veut visiter une grotte, une ancienne mine désaffectée que l’on dit hantée. C’est en compagnie de Margaux qu’elle s’aventure dans le dédale des couloirs en quête des spectres des mineurs, mais ce n’est pas un esprit qu’elle voit, c’est la silhouette d’un homme armé d’explosifs qui se cache et qui fuit.Qui est-il, d’où sort-il… que compte-il faire avec les dynamites… est-il une vision ?
Sans plus tarder, les deux amies se précipitent pour alerter l’oncle de Sarah (et le père de David) qui est l’inspecteur de police de Monstreville, Mr Tranchant. Elles le trouvent sur la plage parmi une foule de badauds venus voir la carcasse échouée d’un calamar géant. Ce qui craint le plus, c’est que la bestiole qui mesure plus de quatorze mètres a été attaquée par un poisson encore plus gros qu’elle. Il en faut peu pour imaginer que le monstre marin pourrait être une sorte de Cthulhu, la créature aquatique et cosmique des romans de Lovecraft. Mais en voulant voir de plus près la bête, Sarah se fait prendre par les tentacules car le calamar n’est pas encore mort !
Sauvée juste à temps par Margaux et Mr Tranchant, Sarah retourne chez elle pour tout raconter à sa mère. Mais peut-elle être prise au sérieux lorsqu’elle dit : « Margaux et moi, on est allées à la chasse aux fantômes et on a vu un type avec des explosifs… et j’ai failli me faire dévorer par un calamar géant !… » ? Non… pas trop…

Cette affreuse journée n’est en fait que les prémices édulcorés de ce qu’il va se passer. Lors d’une sortie sous-marine, Sarah découvre l’épave du Quirinus, le bateau coulé de la société Quirin qui transportait des animaux. L’exploration ne se fait pas dans de bonnes conditions et l’angoisse de rester coincée et de ne plus avoir d’oxygène tétanise la jeune fille, mais une découverte extraordinaire va être le déclencheur d’évènements particulièrement effrayants…

Depuis le premier tome, le lecteur sait que la société Quirin est à l’origine des drames survenus à Monstreville, et on en apprend un peu plus avec cette histoire qui aborde les expériences génétiques sur les animaux.
Orpheline de père, Sarah vit avec sa mère sur une péniche. Derrière son comportement un peu frivole et fantasque, elle est une jeune fille qui pleure encore la mort de son père qu’elle rêve de revoir. Le métier qu’elle souhaiterait faire ? Chasseuse de fantôme…
Monstreville est une bonne série qui réunit tous les éléments essentiels pour séduire les jeunes lecteurs des classes primaires, en quête de frissons, sauf les phobophobes !
Mon préféré de la série reste « L’armée des araignées », et pourtant, je suis arachnophobe.

 

 

 

Une chouette sur mon chapeau

Les mardis Halloween avec Lou et Hilde se passent dans un atelier.

Vous trouverez d’autres bricolages chez
Hilde –
Jojo –
Isabelle – Une citrouille lanterne

 

Sur une idée des Madeleines qui a pris le tuto « ici », et sur les pas d’Isabelle,
voici une chouette sur un chapeau.
Les sorcières élégantes ne sortent jamais sans leur couvre-chef !

  

Mes ateliers pour cette année se font tous avec de la feutrine, une matière agréable qui se travaille très bien…

Matériel :
Feutrines de différentes couleurs (blanche ou écrue et noire pour les yeux), colle bâton, pistolet à colle, chapeau ou autre support à customiser, ciseaux, fils pour broder, aiguille

– Tracez avec les gabarits pris sur le tuto, les formes sur les feutrines.
– Positionnez en vous aidant de la colle bâton les formes et assemblez-les au point de perse. Vous pouvez aussi les coudre au petit point.
– Collez au pistolet à colle ou cousez sur le support que vous aurez choisi ; chapeau, veste, pull, trousse…

 

 

 

Crêpes au potiron, au bacon et au chèvre

Nous sommes en Halloween tout le mois d’octobre et nous accompagnons Lou et Hilde.

Vous trouverez d’autres recettes chez…

Hilde – Pakoras de butternut et potimarron (Halloween)
Nahe – Crinkles au chocolat

Rosa – Pumpkin spice latte (Halloween)
Sandrion – Cake au potimarron (Halloween)
Isabelle – Hamburger au potimarron et à la tomate verte (Halloween)

Lydia – Cake poulet, mozzarella, olives et Gewurztraminer et Gâteau d’automne

Crêpes au potiron, au bacon et au chèvre

Ingrédients pour 2 personnes :
– 2 crêpes au blé noir épaisses ou 4 fines (pour une double épaisseur)
– 1 gros potiron
– 2 crottins de Chavignol
– 2 tranches de bacon
– Raisins secs, champignons de Paris
– Persil, 1 échalote, cumin en graines
– Matière grasse
Sauce vinaigrette :
– Huile d’olive
– Vinaigre balsamique
– Miel liquide
– Sel, poivre
Crème :
Crème fraîche épaisse
– Ciboulette
– Sel

Préparation :
– Découpez le potiron. Une partie de la chair sera cuisinée en purée et une partie en dés.
– Poêlez les dés dans de la matière grasse avec les raisins secs, le persil ciselé et l’échalote. Salez et poivrez.
– Préparez l’écrasé du potiron en cuisant la chair dans une marmite, puis en l’écrasant avec un presse purée ou une fourchette. Salez légèrement.
– Sur une plaque garnie d’un papier sulfurisé, mettez les crêpes en rabattant les bords sur les côtés de telle sorte que cela forme un carré.
– Pour chaque crêpe, dans le centre, étalez l’écrasé de potiron et saupoudrez de cumin en graines.
– Placez la tranche de bacon sur le dessus et garnissez avec les dés poêlés-raisins-échalote. Disposez le crottin de Chavignol, soit en entier, soit découpé en deux et éparpillez des lamelles de champignons de Paris.
– Enfournez environ 10 à 15 minutes selon les fours.
– Présentez la crêpe sur un lit de mâche, avec la vinaigrette et la crème.

Verdict : Croyez-moi… c’est tellement bon, qu’une crêpe ne suffira pas ! Le miel sur le crottin est un pur délice et la crème avec de la ciboulette sur le potiron, c’est…

La baguette magique de Pélagie et Pélagie n’a peur de rien


Challenge Halloween avec Lou et Hilde
Jojo a lu : Pélagie la sorcière

 

La baguette magique de Pélagie et Pélagie n’a peur de rien
Texte de Valérie Thomas et illustrations de Korky Paul

 

Pélagie doit se préparer pour le gala annuel des sorciers, mais au dernier moment, elle voit que son unique robe de bal est tachée.
Un peu affolée, elle la met dans la machine à laver le linge avec tout le reste mais dans sa précipitation, elle ne s’aperçoit pas qu’elle y glisse aussi sa baguette magique…
Catastrophe ! la baguette ressort toute tordue, inutilisable, et à chaque Acadabra, rien ne va plus.

Déprimée, elle ne sait plus quoi faire et c’est son chat Rodolphe qui va en chercher une autre pour la remplacer.
C’est génial ! Pélagie pourra se produire sur scène pour montrer toute sa virtuosité… Mais… il y aura comme un souci…

Le transport préféré des sorcières reste le balai mais depuis un certain temps, le ciel est très encombré ; montgolfières, deltaplanes, hélicoptères, fusées… Et depuis peu, des constructions, dans le genre gratte-ciel médiéval, s’érigent en une nuit.

Pélagie qui subit accident sur accident, décide de faire du vélo… mais ce n’est pas son truc, le vélo… alors elle essaie une planche de skateboard… et là encore, elle n’est pas douée ! Le cheval ? La marche à pied ?

En fait, il faut que Pélagie se montre moins distraite ! Rodolphe, le chat, a beau la mettre en garde chaque fois, Pélagie la sorcière ne voit rien et s’écrabouille partout.
Il y aurait peut-être une solution et elle est surprenante de logique ! Épuisé, Rodolphe reste encore dubitatif, mais bientôt leurs déboires prendront fin…

Pélagie la gentille sorcière, racontée dans plusieurs albums depuis le premier en 1987, est devenue un incontournable de la littérature jeunesse. Accompagnée de son chat noir Rodolphe, et de quelques bestioles du pays des sorciers, elle endure ses mésaventures avec entrain et bonne humeur.
Pas très glamour, mais assez coquète pour porter un panty à froufrou et des bijoux, elle a quand même du charme et a séduit de nombreux enfants qui aiment
la dessiner, reconnaissable à quelques particularités… ses habits, ses cheveux noirs filasses, son nez pointu, ses lèvres noires et charnues, puis ses poils aux jambes. Dans chaque livre, les pages de garde sont consacrées à leurs dessins.
Une série à recommander pour les jeunes enfants, dès l’âge de 3 ans.

 

 

 

Le livre hanté, Monstreville – T3


Challenge Halloween avec Lou et Hilde

 

 

La plante carnivore, T1L’armée des araignées, T2Le tueur de calamars, T4

Monstreville
Le livre hanté, Tome 3
Jack Heath

Après l’invasion des araignées qui l’avaient mordu et précipité au seuil de la mort, David, accompagné de ses parents et de sa cousine Sarah, partent en vacances dans la montagne. Isolé et très rustique, le chalet est un endroit rêvé pour se reposer, se promener en forêt, traîner en pyjama, lire et manger des pancakes… Mais pour David, guitariste et surfeur, c’est un peu loin de tout.

Boudeur, il traîne les pieds et n’a pas le même engouement que la volubile Sarah qui s’enchante de tout. Il trouve l’atmosphère pesante et la forêt oppressante. De plus, il est le seul à avoir vu la silhouette fantomatique d’un vieil homme qui transportait un jerrican d’essence et il ne sait toujours pas si cette vision est réelle ou si elle est une hallucination.
Douce paranoïa, veillée à la cheminée à raconter des histoires effrayantes et bruits sourds derrière les murs, la première soirée donne déjà le ton sur ce qu’il va se passer…

Dès le premier soir, David se sent persécuté par un esprit maléfique et pour s’aider à trouver le sommeil, il choisit un vieux manuscrit dans sa chambre avec l’étrange sentiment de l’avoir déjà vu dans la bibliothèque du salon. L’auteur, un scientifique du nom de Luke Francis Greenway, narre son histoire et confie au lecteur qu’il a découvert le secret de l’immortalité.
Petit à petit, David est envouté par le journal et sa personnalité commence à changer… sans que ses parents et Sarah ne s’en aperçoivent…

Ce troisième tome de la série Monstreville est peut-être celui qui fait le plus peur car il situe l’histoire sous la pluie, dans un chalet perdu au sein d’une forêt et raconte une histoire de possession par un fantôme, l’esprit démoniaque d’un savant du 19ème siècle qui a toute sa vie cherché l’éternité après la mort physique.
Même s’il n’est pas aussi audacieux que Josh et Margaux, David montre qu’il sait être un jeune garçon brave et vaillant face à l’adversaire. Solitaire dans cette aventure, il aura bien du mal à prévenir les siens de ce qu’il subit.
Bien entendu, la société Quirin est encore à l’origine de tout ceci et comme l’écrit l’inspecteur de police Mr Tranchant, le père de David, l’enquête doit se poursuivre…

Une série sympa !