Blacksad, Amarillo – Tome V

logo blacksadLogo-Sharonlogo bac14Logo BD Mango Noir
.

La BD du mercredi chez Mango
.
« Petit BAC » d’Enna, « Totem » de LiliGalipette  et « Animaux du monde » de Sharon

.
.
Quelque part entre les ombres – Tome 1 – Artic Nation – Tome 2
Ame rouge – Tome 3 – L’enfer, le silence – Tome 4
.

blacksad 5Blacksad
Amarillo – Tome 5
Texte de Juan Diaz Canales et illustrations de Juanjo Garnido

.
Blacksad souhaiterait trouver un autre emploi car il est fatigué de la violence qui l’entoure. Il envisagerait même de devenir photographe comme son grand-père… Mais en ramassant le portefeuille d’un voyageur et en le lui rendant, il fait preuve d’honnêteté, surprend son propriétaire et ainsi, décroche un petit job. On lui propose de ramener une belle Cadillac à Tula en Oklahoma.
Ça ressemble presque à des vacances, mais sur sa route, Blacksad rencontrera des problèmes…

Deux amis écrivains, un romancier et un poète, se chamaillent sur leurs proses. Leurs querelles, teintées de jalousie, de rancunes, mènent leur agressivité jusqu’à la mort de l’un des deux.
John Blacksad revêt l’habit de détective en partant à la poursuite du meurtrier qui avait précédemment volé la Cadillac avec son comparse.

Etrange histoire ! Blacksad sera de nouveau confronté à des âmes perdues de la Beat Génération.

 img306.
Cinquième tome de la série, il a été longtemps attendu ! J’ai aimé au premier regard cette couverture bouton d’or, la Cadillac des années 50 et la posture décontractée de Blacksad, jusqu’à ce ciel jaune et bleu.

J’ai attendu et j’ai eu une déception. Je vais d’abord vous parler de mes regrets…
Ce n’est pas l’intrigue qui cloche mais plus les dessins et la colorisation. Je pensais trouvais les mêmes tonalités, la lumière, les profondeurs, qui donnaient une atmosphère particulière et intense. Dans cet album, les couleurs paraissent ternes. En ce qui concerne les vignettes, elles sont petites et denses. Du coup, j’avais une sensation un peu brouillonne du tout. Il est dommage que certains dessins ne soient pas assez mis en valeur. La chevauchée avec les motards méritait un bel espace. Dernier point, je me suis sentie quelques fois égarée ! Les connexions d’une page à l’autre ne se faisaient pas naturellement.
Passons à l’enchantement… Cette série est une de mes préférées et le reste à ce jour. Blacksad est moins taciturne et aborde souvent un petit sourire qui le rend « follement » séduisant. Sa compassion pour les êtres en détresse, sa générosité, sa malice, se développent, donnant un ton plus léger au scénario. Pour revenir aux dessins, je tiens à souligner qu’ils sont nombreux.
J’ai également apprécié de retrouver le jeune Weekly. L’amitié entre John et lui est un beau fil conducteur avec les autres épisodes.
J’ai aimé tout en étant un peu déçue… mais je continuerai à plébisciter notre célèbre détective, John Blacksad. Sa vie est assez mystérieuse, mais une petite part se dévoile dans ce tome…

.
D’autres billets chez Lasardine,
.

.img304
.
.
.
.
.