Noël au bord de l’eau

Un livre offert par les Éditions Prisma et Babelio dans le cadre des Masses Critiques

Il était huit fois Noël avec Chicky Poo et Samarian
De la cuisine dans la littérature avec Fondant et Bidib

.

Noël au bord de l’eau
Jenny Colgan

L’île de Mure est un territoire écossais au nord de l’archipel des Orcades. Elle s’étire toute en longueur dans un bas relief avec des landes garnies de bothies, des petits abris en pierre, des prés, des collines, une plage au sable blanc qu’on appelle L’Infinie, une piste d’atterrissage et un port pour se relier au continent, un village aux façades des maisons colorées, une colonie de phoques qui aboient et hurlent comme des chiens, des vaches, du whisky, une culture gaélique très prononcée, un héritage viking, des nuits blanches, beaucoup de vent, un temps suspendu… et des habitants très pittoresques, solidaires, méfiants et généreux.

Dans le premier tome, l’auteur nous présente cette myriade d’âmes aux personnalités marquées qu’on approche avec simplicité et respect. L’héroïne, Flora MacKenzie, assistante juridique dans un prestigieux cabinet d’avocats de Londres, a tout abandonné depuis un an pour revenir s’installer sur son île où elle tient une pâtisserie dans une maison au ton « rose poudré », le Seaside kitchen. Sans trop dévoiler l’épilogue du livre précédent, elle a à présent un amoureux et s’est réconciliée avec sa famille.
Les pâtisseries de Flora sont issues des vieux livres de recettes de sa mère qui était une fine cuisinière. A la saison de l’hiver, elle prépare des sablés, des scones, des puddings, des cakes et des tartelettes aux fruits secs. La boutique a les parfums de Noël, mais les fêtes cette année ne seront pas aussi gaies qu’on pourrait l’espérer car s’il y a beaucoup de magie à Mure, il arrive que la dureté de la vie perce cette protection pour n’épargner personne.

Dans le vieux presbytère du milliardaire Américain Colton Rogers, Fintan, son mari et le frère de Flora, a décoré la maison avec des guirlandes de lierre et de houx. Pourtant, la luxuriance des lieux ne fait pas oublier le triste drame qui se prépare car Colton est très malade.
Flora le sait bien, rien n’est facile et rien n’est acquis. Le bonheur, il faut le cueillir lorsqu’on peut et savoir garder du courage pour tout ce qui n’est pas heureux.
Le domaine du Rock est fermé, en sommeil pour la froide saison. L’homme qu’elle aime vit sur un autre continent à gérer les affaires de Colton. Lorna, sa meilleure amie, a un tendre sentiment envers le nouveau médecin de l’île, un Syrien qui a fuit son pays en guerre avec ses deux garçons. Mais cette idylle n’est pas partagée car Saïf espère toujours retrouver son épouse disparue. Charlie et sa femme, la fielleuse Jan, vont être parents. L’école prépare une crèche vivante pour le spectacle et Agot, sa nièce, aura son rôle à jouer.
Mark et Marsha, les vieux amis de Joël viendront de New York pour les fêtes. Un nouveau vient de débarquer sur l’île. Tripp est le frère de Colton qu’il n’a pas revu depuis des lustres ! Mais les retrouvailles sont amères ; leur passif est tellement lourd ! Et puis Flora se sent seule, fatiguée et très mélancolique…

Flora doit annoncer une belle nouvelle à l’homme qu’elle aime, mais comment le dire ? Elle est celle qui a retrouvé ses racines et qui s’ancre encore plus à Mure, et il y a lui, encore empli de tourments, qui est terrifié à l’idée de s’engager.
Cependant, Mure est enchanteresse. Il faut toujours garder force et confiance, surtout à Noël !

Je vous recommande ce roman qui n’est pas à classer dans les guimauves de Noël. Des histoires d’amour, il y en a… mais elles ont aussi le goût salé des larmes.
A travers ses personnages, sans avoir une plume qui cherche le pathétique, l’auteur aborde d’une manière plus grave des sujets comme la maladie, la mort et la guerre.
Cette suite, c’est aussi retrouver la famille de Flora, tous des personnages attachants et nantis de forts caractères, qu’on aimerait découvrir dans de prochaines histoires…ce sont les habitants de l’île, farouches et fiers de leur patrimoine… ce sont des plats traditionnels et des recettes qu’on découvre dans les dernières pages… c’est un chien berger, Bramble, trop vieux pour travailler, mais toujours assez fou pour gambader sur la lande et se jeter dans les flots froids de l’Atlantique… c’est une petite fille, Agot, qui n’est pas avare de câlins et qui est une digne héritière des selkies… c’est une île, sauvage, mystérieuse, tellement écossaise… et fictive…
Un livre à lire !
Différent et plus léger, le premier tome « Une saison au bord de l’eau » qui déroule son histoire en été, est également à lire

11 réflexions au sujet de « Noël au bord de l’eau »

    • Bonjour, Aifelle ! Il serait dommage de faire l’impasse sur le premier tome dans lequel les personnages sont présentés. Tu comprends mieux leurs histoires, comme pour Joël qui a des angoisses liées à son enfance. L’île, aussi, est bien racontée. Je sais que tu trouveras plus intéressant ce deuxième livre, mais je trouve qu’il est essentiel de lire le début.
      Bises

  1. J’avais préféré le premier tome. En fait, j’ai un peu de mal avec ses romans « de Noël », qui sont souvent fort tristes au final. Et j’avais été un peu dérangée par des fautes de frappe et des passages un peu brouillons, des phrases pas très « finies ». J’ai un petit goût de déception :/

    • J’ai survolée les absentes de négation, aussi, parce que sinon, je n’aurais pas pu le lire. Le côté drama du roman, c’est justement ce qui m’a bien plu. Mais ce n’est pas trop forcé.
      Pour ses autres romances de Noël, elle reproduit cet effet ? Ce n’est pas très original, alors !

    • La ligne principale reste quand même une sympathique romance. Tout n’est pas triste, heureusement ! Je te souhaite une bonne lecture… d’abord, avec le 1er.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s