Sentimento

logo illustrationslogo album1
« Je lis aussi des albums » chez Hérisson
Une semaine d’illustrations du 26 janvier au 01 février

.

.

sentimentoSentimento
Texte de Carl Noirac
Illustrations de Rébecca Dautremer

.

« Un cirque passa au loin.
La voix dans le haut-parleur cria :
« Sentimento, le cirque des pays chauds !
Venez réchauffer vos cœurs glacés par l’hiver au cirque Sen-ti-men-to ! »

Sentimento, c’est un beau nom ! Il réchauffe… Il s’appellera donc Sentimento !
Tout à commencer une nuit dans l’atelier de Monsieur Stein, un marionnettiste douée de magie. Pour s’occuper et s’offrir de la compagnie, Monsieur Stein fabrique en cachette des marionnettes qui prennent vie. Il y a eu une jolie poupée, mais son cœur n’a pas résisté, il y a eu un chien, mais trop bruyant, trop réel, il a été démonté, et il y a eu… lui, le monstre qui fait peur à tout le monde.

Le projet de Monsieur Stein était de créer un personnage conforme à sa personne, une sorte de jumeau qu’il aurait aimé comme un frère. Il a commencé par la structure en taillant dans du bois une silhouette grossière qu’il a laissée provisoirement pour lui donner la parole en incrustant dans la bouche des boîtes à musique. Puis, il lui a mis un cerveau avec des mécanismes d’horlogerie très sophistiqués. La soirée étant avancée, il a cessé de le travailler pour aller dormir, pensant le continuer à son réveil. Mais durant la nuit, la créature s’est mise à vivre… et le lendemain, il était déjà trop tard pour terminer le travail. La réaction de Monsieur Stein fut violente. La répulsion qu’il ressentait vis à vis de l’androïde était sans limite et définitive. Pauvre chose mi-humaine !

Devant tant de virulence, la marionnette quitte son créateur et découvre une société hostile. Sentimento… si doux, si beau, se voit chasser par tout le monde. A leurs yeux, il est un monstre. Après avoir parcouru la ville, dans le froid et la solitude, il part vers la campagne et rencontre une petite fille qui se nomme Selma.
Selma n’a pas peur de lui, elle va même lui avouer quelque chose… pour que la magie continue…

img510

.
L’histoire de Sentimento est triste car l’automate connaît une fin tragique. Carl Norac qui raconte si bien Les mots doux dans d’autres albums, nous offre un conte à la poésie douce et chagrine sur les différences. Les phénomènes de foire, lorsqu’ils ne sont pas enfermés, suscitent le rejet. Plus que la répugnance, c’est l’appréhension. Sentimento porte bien son nom car même s’il n’a pas de cœur, il est nanti d’une belle palette de sentiments. Avec Selma, l’auteur apporte la part de rêve, de partage, de foi, d’innocence et d’amour. L’âme égarée de Sentimento aura eu le bonheur de la connaître.
Avec les illustrations de Rebecca Dautremer, l’album prend une dimension envoûtante. Les mots défilent… émouvant, délicat, sensible.

Un texte, des dessins, une fusion parfaite. Je vous la recommande.

.
D’autres billets chez Bianca,

 img511

.

.

.

 

19 réflexions au sujet de « Sentimento »

  1. De Carl Norac j’ai lu « Au pays de la mémoire blanche », illustré par Stéphane Poulin, qui m’a beaucoup marquée. Je ne doute pas que cet album-là soit aussi fort.

    • Sandrine, je note ! Ma biblio ne l’a pas mais je regarderai ailleurs.
      L’histoire et les illustrations me plaisent beaucoup. Je ne doute pas que cela soit un magnifique album. Merci pour le titre…

  2. J’adore ce que dessine Rebecca Dautremer.
    C’est si poétique !
    Une histoire de marionnette vivante, l’univers du cirque j’adhère !
    A lire et admirer.
    Bisous

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s