Sans âme, Tome I – Le protectorat de l’ombrelle

Sur les conseils de Sandy « LISEZ- LE !!! », l’insistance de Cécile et à la lectures de vos nombreux commentaires tous encourageants, j’ai lu…

.
sansameSans âme
Gail Carriger

 .

Angleterre – Ère de la reine Victoria

Invitée au bal de la duchesse de Snodgrove, Mademoiselle Alexia Tarabotti, vieille fille de vingt-six ans, s’ennuie. Ayant trouvé asile dans la bibliothèque de son hôtesse, elle souhaiterait déguster paisiblement quelques petites douceurs, dont une tarte à la mélasse. Dans cet antre paradisiaque, elle fait une rencontre, assez fâcheuse… Un vampire assoiffé souhaite s’abreuver à son cou. Monsieur ! quelle impolitesse ! Aucune présentation n’a été suscitée. Mademoiselle Tarabotti aimerait bien lui exprimer l’inconvenance de la situation. De plus, elle n’estime guère la goujaterie alliée à de la balourdise. Le jeune vampire se fait pressant, il bave de gourmandise et peut-être bien de famine ! Halte ! Jeune fou, vous ne connaissez pas la demoiselle et ne vous fiez surtout pas à ses ruchers de dentelles, car elle pourrait se montrer dangereuse. Alexia Tarabotti n’est pas une simple mortelle, elle est sans âme. Elle a hérité de son père un pouvoir paranaturel. Elle a la faculté de maîtriser les êtres surnaturels et de leur rendre, le temps d’un rapprochement tactile, l’humanité qu’ils ont perdue (Avis aux vampires, loups-garous, fantômes et autres créatures). D’explications non abouties de la part de l’une, à une déplorable niaiserie de la part de l’inopportun, une bagarre s’engage. Armée de son ombrelle à la pointe en argent, Alexia est un maître Shaolin utilisant son gun et connaissant les points stratégiquement sensibles de l’adversaire (Vierge, oui ! mais informée !).
Roulades dans les jupons, feintes, assauts, coup droit… l’estoc est fatal…
« La créature demeura totalement immobile, une expression d’immense surprise sur son beau visage. Après quoi elle bascula en arrière sur une assiette de tarte à la mélasse qui avait déjà beaucoup souffert, et eut des soubresauts mous d’asperge trop cuite. Son visage d’albâtre vira au gris jaunâtre comme si elle avait attrapé la jaunisse, et elle s’immobilisa… Trouvant que cela ressemblait beaucoup à l’aplatissement d’un soufflé, Alexia décida en cet instant de baptiser le phénomène Grand Effondrement. »

Aussitôt, une brigade d’intervention arrive. C’est le B.U.R., le bureau des affaires surnaturelles et paranormales, dirigé par lord Conall Maccon, quatrième comte de Woolsey, qui intervient pour mener l’enquête, faire disparaître le cadavre avec diligence et discrétion et étouffer l’affaire. Alexia est soulagée mais très agacée. Lord Maccon est un homme grinçant, ironique, souvent irascible… « des yeux fauves d’une beauté déraisonnable, des cheveux acajou et un très beau nez »… et il est l’Alpha des loups-garous. A chacune de leur rencontre, les réparties fusent, les dents grincent d’horripilation et une certaine nervosité s’implante. Seul, le professeur Lyall, bras droit de Conall et son Bêta, déjoue leurs pulsions excessives et sert de médiateur.
« Comment dire cela avec délicatesse ? Mon estimable Alpha pensait à vous en suivant son instinct, j’en ai peur, pas sans sens logique. Il vous a perçue comme il aurait perçu une femelle loup-garou Alpha… Il essayait ainsi d’augmenter votre intérêt – de vous forcer à le revendiquer, à indiquer que vous le poursuiviez, ou à affirmer que vous preniez possession du territoire. De préférence les trois…Selon le protocole de la meute, nous appelons cela la Danse de la femelle. Vous êtes pardonnez-moi de le dire ainsi, mademoiselle Tarabotti, tout simplement trop Alpha… Le choix appartient à la femme. »

Peu de temps après, Alexia est convoquée par la comtesse Nadasdy, reine de la ruche de Westminster, un clan de vampires. Avant de s’y rendre, elle demande quelques conseils à lord Akelmada, le plus vieux vampire de Londres, un noble, solitaire, excentrique, fardé comme une geisha et costumé comme une précieuse marquise du XVIème siècle. Dandy décadent, il a beaucoup d’affection pour Alexia et s’amuse à lui donner des noms très doux tels que « Ma petite violette en sucre, ma fleur de pétunia adorée, ma captivante crêpette, mon doux perroquet, mon minuscule cornichon, mon petit marshmallow… »
Alexia pressent que des choses étranges vont se passer et se porte volontaire au près du B.U.R. pour élucider le mystère qui s’amorce. Ceci n’étant pas du goût de Lord Maccon, il y aura des étincelles !

Ce livre est un petit bijoux d’humour, de finesse et de fraîcheur. L’auteure nous présente un monde où les créatures surnaturelles côtoient notre société d’une manière très légitime. Il est donc tout à fait normal que la reine Victoria ait dans ses ministères des bureaux traitant des affaires de fantômes, de vampires et de métamorphes. Scientifiques fous, expériences fantasmagoriques, Frankenstein de cire, prémices d’une technologie digne des romans de Fleming, aventure à la Jules Verne… romance explosive… les pages se tournent à toute vitesse. Les personnages sont très séduisants et ont une personnalité trempée. Ce roman est le début d’une série « Le Protectorat de l’ombrelle ». Dès la prochaine parution du deuxième épisode, je retrouverai avec grand plaisir cette belle escouade… Alexia, lord Maccon, le professeur Lyall, lord Akelmada et ses drones, Ivy Hisselpenny et ses chapeaux poétiques, Floote le majordome distingué et protecteur, et le ténébreux lord Ambrose, vampire au service de la comtesse Nadasdy.

Petit passage croustillant :
« – Mais enfin, lord Maccon, vous êtes tout nu ! dit Alexia.
Cette dernière indignité, après la longue liste de ce qu’elle avait subi au cours d’une unique soirée de torture, la scandalisa au-delà du raisonnable.
Le comte de Woolsey était en effet totalement nu. Un fait qui ne semblait pas le perturber outre mesure, mais mademoiselle Tarabotti ressentit le besoin urgent de fermer les yeux très fort et de penser à des asperges, ou à autre chose de tout aussi ordinaire… »
Et là, nous avons envie de lui dire que l’asperge n’est peut-être pas l’image appropriée !

.
Des chroniques du livre chez Sandy, Cécile, Clarabel, Karine, Lily, Adalana, Fashion, Yue Yin,

.
28461132_p
Peinture de Claude Monet – Femme à l’ombrelle
.
.
.
.
.

Advertisements

4 réflexions au sujet de « Sans âme, Tome I – Le protectorat de l’ombrelle »

  1. Commentaires
    Ah ah excellents ces petites extraits ! Je voulais en mettre aussi mais je crois que j’aurais fini par copier le livre ! 🙂
    Contente que tu aies aimé en tous cas 🙂
    Commentaire n°1 posté par Cécile le 31/01/2011 à 11h52

    C’est original. J’avais envie de mettre des notes partout ! Je verrais bien une adaptation ciné.
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 31/01/2011 à 12h39
    Ce roman fait le tour de la blogsphère donc à voir…
    Commentaire n°2 posté par san-tooshy le 31/01/2011 à 13h29

    Un livre assez particulier. Charmant.
    Bonne semaine San-Tooshy !
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 31/01/2011 à 14h44
    J’adore aussi! On l’a lu « en gang » sur FB et on a ri comme des folles. J’adore Miss Alexia et surtout l’humour du roman. Les scènes hot sont volontairement drôles et ça, ça fait changement.
    Commentaire n°3 posté par Karine:) le 31/01/2011 à 19h47

    J’aurai aimé avoir des copines sous la main pour commenter moi aussi. J’ai apprécié certains passages et certaines images… Une bande de bons copains !
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 31/01/2011 à 21h07
    hiiihii, je suis contente que tu ai aimé !!
    et maintenant quelle est ta prochaine lecture ??
    Commentaire n°4 posté par sandy le 31/01/2011 à 20h39

    Je viens de terminer un livre qui te plairait. Beaucoup-beaucoup. Surtout une nouvelle du livre. C’est « Dojoji et autres nouvelles » de Yukio Mishima. Tu l’as peut-être lu ? Ma chronique sortira mercredi, je viens de la terminer.
    Sinon, je vais lire un polar historique, toujours dans mon challenge que tu connais !
    Bisous.
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 31/01/2011 à 21h11
    il est trés tentant je dois dire.
    Commentaire n°5 posté par Lilibook le 31/01/2011 à 21h40

    Bonjour, C’est une lecture qui se lit avec un sourire ! A bientôt…
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 01/02/2011 à 07h48
    Je sens que ce livre est fait pour moi ! 😉
    Commentaire n°6 posté par bladelor le 01/02/2011 à 10h48

    J’ai été surprise que tu ne l’ai pas encore lu. Je suis venue faire une petite recherche chez toi. Tu vas te régaler ! Biz
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 01/02/2011 à 11h07
    Ah je suis contente qu’il t’ait plus !!
    c’était obligé !! 😀
    Vivement la suite !!
    Commentaire n°7 posté par Lily le 01/02/2011 à 14h00

    Oui, j’aimerai bien avoir des nouvelles de lord Ambrose. On va le marier à qui celui-là ? Pas à Ivy qui est restée tétanisée devant un loup-garou.
    Réponse de thelecturesetmacarons.over-blog.com le 01/02/2011 à 17h29

  2. Qu’est-ce que j’aimais quand tu faisais ces billets, trop drôles ! Je ne te connaissais pas encore mais je sais que tu m’as parlé de cette série ! Rien que ton billet on rigole !!! L’asperge… ciel ! 😀

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s