Zombillénium, Control Freaks – Tome 3


Halloween à Poudlard avec Hilde et  Lou
Billet n°11
La BD de ce mercredi est chez Noukette

 

 

Zombillénium, Gretchen – Tome 1

Zombillénium
Control Freaks – Tome 3
Arthur de Pins


.
« Ma petite entreprise connaît pas la crise… »
Au parc d’attractions Zombillénium, c’est désolant ! La sorcière Gretchen n’a toujours pas libérer sa mère de l’emprise de Behemoth, Aurélien qui
souffre du blues post mortem, ne supporte plus sa condition de démon, et le directeur Francis Van Boodt qui annonce la visite d’un consultant venu pour booster le chiffre d’affaire de l’entreprise et leur parler de « restructuration », tente de réconforter tout le monde en les rassurant sur leur avenir. Mais…
Vampire de son état, Bohemond Jaggar Rochambeau est envoyé par le président Behemoth qui souhaite redynamiser l’ambiance et se faire un max d’âmes damnées.
Sans pitié, Rochambeau ne manque pas de zèle. Dès son arrivée, il sème la terreur et, alors que c’est strictement interdit, embrigade des recrues dans le public des humains. Le but réel de l’entreprise est ré-notifié : « Le parc est une pompe qui envoie du fric aux actionnaires et des âmes à Behemoth. »

« Les temps changent » et de nouvelles règles sont à suivre… Gare à ceux qui se rebelleront !


Troisième tome de la série, « Control Freak », toujours aussi bon que les autres, est plein d’humour macabre, mais dans cet épisode le ton moins léger et bon-enfant tend vers un scénario plus sombre, plus machiavélique, plus triste aussi. C’est le monde de l’entreprise qu’on restructure ; on parle de marketing, burn out, capitaux, actionnaires, intimidations, mises en demeure, destitution… La productivité de l’entreprise et les effectifs sont redéfinis de manière oppressive. Ce nouveau Rochambeau est vraiment un suppôt du diable !
Le slogan du parc « Ici, on embauche… pour l’éternité », prend une autre dimension.

Des albums à conseiller ++ pour leurs scénarios, leurs gentils personnages (tous craquants) et leurs graphismes !

 


.

.

.

Publicités

Le Jardin des Épitaphes

Norman-Rockwell
Une semaine de livres jeunesse
Un livre offert par les Éditions Didier Jeunesse,
dans le cadre des Masses Critiques Babelio

.

.

le-jardin-des-epitaphes-1Le Jardin des Epitaphes
Celui qui reste debout – Tome 1
Taï-Marc Le Thanh

.

Rebaptiser la terre en Jardin des Épitaphes est la plus émouvante et lyrique façon de nommer le cimetière qu’elle est devenue. Un jour, les beaux et inquiétants nuages qui s’amoncelaient dans le ciel ont éclaté, déversant des pierres, et le bombardement a tout ravagé en provoquant la Grande Catastrophe. Terre de désolation, le monde se scinde alors entre un avant et un après. Les hommes qui restent, des survivants, se cachent dans des grottes et se planquent dans les entrailles des villes éclatées. On découvre aussi qu’un gêne mutant a transformé certains hommes en singes et d’autres en zombies. D’après Osiris, un fou échappé d’un hôpital psychiatrique qui se prend pour un devin, le pire est à venir…

Jour après jour, Hypoténuse nous confie sa fuite, un voyage vers l’Amérique pour retrouver ses parents, en compagnie de son petit frère Poisson-Pilote et sa petite sœur Double-Peine, alias Adrien et Élodie. Grâce à un cahier rempli des écrits de Pensées-qui-frisotent, un jeune noir rencontré aux Halles à Paris, on apprend un peu plus sur ce nouveau monde dirigé par une secte et des machines.
Passer par la Beauce, longer la Loire, aller vers le sud, traverser l’Espagne, se rendre au Portugal, prendre un bateau pour l’Amérique… Hypoténuse parle de ce continent comme de la terre promise. Il raconte à la douce Double-Peine que là-bas le chaos a fait moins de dégâts, les chevaux sauvages défient l’air au galop, l’herbe des vallées est tendre, verte, tout est grandiose et majestueux. Là-bas, leurs parents les attendent.

Hypoténuse a dix-sept ans. Il se décrit comme étant plus grand que la moyenne. Il est plus fort aussi… Ce n’est que vers la fin de ce premier tome que nous apprenons pourquoi. Avec humour, Poisson-Pilote le compare à un ninja car ses combats sont des chorégraphies presque surnaturelles. Conscient des dangers qui les guettent, il fait de son mieux pour protéger les petits ; les défendre contre l’adversité, pilleurs, zombies, cannibales et gens de la secte, les préserver des peurs et cauchemars et surtout leur rendre la foi. Empreint de valeurs morales qui vont le guider dans sa quête et ses devoirs, il s’ordonne des règles et n’oublie pas dans ces préceptes, de faire plaisir aux enfants et de les faire rire. Ses inquiétudes et ses pleurs, il les réserve.

« Vagabonds du Jardin des Épitaphes », Hypoténuse, Poisson-Pilote et Double-Peine vont vivre de terribles et sanglantes aventures. L’apocalypse a façonné un univers effroyable et il leur faudra beaucoup de courage pour affronter tous les périls…
.
J’ai aimé ce premier livre qui a pour titre « Celui qui est resté debout » et je recommanderai cette lecture. L’intrigue, pleine d’exploits guerriers et de mystères, nous maintient captif dans sa trame, du début à la fin. L’auteur est un merveilleux conteur qui mêle à l’épouvante et aux scènes d’action, de la poésie, de l’innocence, de la fragilité et de la tendresse. La douceur incarnée par Double-Peine donne au récit une vulnérabilité opportune.
Ce tome implante le décor et donne une tonalité dantesque. Quant au prochain, on pourrait souhaiter quelques révélations sur la secte qui chasse les survivants, ainsi que sur les expériences scientifiques qui seraient peut-être à l’origine du chaos.
A suivre !

PS : Tout au long du livre, nous avons un joli répertoire de chansons, car les trois enfants aiment chanter. Vous les trouverez listées sur le site, « ici ».

.

le-jardin-des-epitaphes-1

.

.

J’ai embrassé un zombie (et j’ai adoré)

logohalloween14
Octobre sur le vaisseau fantôme avec Hilde et Lou

.

.

j'ai embrassé un zombieJ’ai embrassé un zombie (et j’ai adoré)
Adam Selzer

.
.
Depuis que Megamart, une enseigne de grande distribution, a eu la scandaleuse idée de ressusciter les morts pour les faire travailler dans leurs entrepôts, le monde connaît deux sociétés ; les humains et les post-humains. C’est ainsi que les êtres surnaturels, loups-garous et vampires, ont été obligés de dévoiler leur existence tenue secrète jusque là. Une intégration réussie, des lois adaptées et régies par les deux sociétés, l’unification est totale. La mode gothique revient en force ! On peut désormais se marier et changer de condition… être humain et devenir post-humain après accord des Conseils. Ce n’est pas la recherche de l’immortalité qui conditionne ce choix, mais l’amour…

Algonquin, diminutif Alley, ou Gonck ou Quin, est une jeune lycéenne qui a la réplique mordante. La demoiselle est aussi connue sous le nom de Reine des Glaces du Cercle Vicieux ; le Cercle en question étant le groupe rédacteur du journal du lycée qui a la réputation de lapider ces cibles avec ironie… surtout les vampires et les personnes qui les chérissent.
Lorsqu’un soir elle se rend à la Cage pour faire un article sur le groupe qui se produit, les Sorry Mario, Alley rencontre Doug venu interpréter des chansons de Leonard Cohen et Cole Porter, deux chanteurs qu’elle affectionne particulièrement. Le coup de foudre est immédiat car Doug est l’incarnation de ses rêves, une beauté ténébreuse, une personnalité secrète, beaucoup de douceur et d’élégance, une voix chaude, cassée, empreinte de rythme et de mélancolie.
Leur premier rendez-vous confirme son attirance. Certes, il est un peu bizarre, sa voix s’enraille rapidement et, atteint d’une pathologie incurable mais non transmissible, il doit prendre un médicament régulièrement, mais Alley est pour la première fois follement amoureuse ; la morosité qui la tourmentait semble s’être volatilisée.
Dans sa bulle de bonheur, elle en oublierait tout… même les signes les plus flagrants qui révèlent que Doug est un zombie…

.
C’est ma bibliothécaire qui m’a confié ce roman en me disant que l’histoire était bien et, pour la première fois, je ne suis pas d’accord avec elle. Je me suis ennuyée. J’ai lu que cette romance jeunesse était marrante, émouvante, pleine de fraîcheur, et je n’ai même pas esquissé un sourire, ni été émue. Je ne m’étendrai pas plus longtemps sur ce billet, je passe à autre chose, je suis désolée…
Ce livre n’était pas pour moi.

.

.

.

Les proies

logohalloween14
Octobre sur le vaisseau fantôme avec
Hilde et Lou

.

.

les proiesLes proies
Amélie Sarn

.

Toulon,
Dans le Centre de Recherche de l’Armée, deux biologistes se congratulent. Ils ont découvert un sérum qui va révolutionner le monde. Si l’un se pose des questions d’éthique, le second n’a aucun doute ! L’éternité n’est plus un absurde fantasme.
A l’étage, des prisonniers se sont portés volontaires pour subir des tests. Tous les jours, ils se font prélever du sang en échange d’une remise de peine. Zoltan, un jeune délinquant pris pour braquage, envisage de changer de vie. A sa libération, il partira loin pour que son oncle n’exerce plus de pression sur lui.

« – Putain, râle Paul. J’espère qu’ils nous refilent pas des maladies ! C’qui m’a fait le plus flipper, c’est la décharge qu’ils nous ont fait signer. Le mec a eu beau m’expliquer que c’était juste pour l’administration, ça m’a pas inspiré confiance. Mais en même temps… Y m’a dit que je resterais pas là plus de six mois et dans la balance, six mois ou trente-six mois, y a pas à tortiller !
Zoltan prend une grande inspiration. Il a accepté pour les mêmes raisons que Paul. Entre sortir dans six mois avec un casier vierge et rester à Orvault encore un an et demi avec un contrôle judiciaire jusqu’à ses vingt-cinq ans…
– Pour le moment, ils font que nous prendre du sang, alors c’est certain qu’ils ne nous inoculent pas de maladie, marmonne-t-il plus pour lui-même que pour son compagnon de chambrée.
– Ouais, j’espère que t’as raison, renifle Paul avant de vider sa tasse de café d’une traite.
Alors qu’il s’apprête à la reposer, une sirène assourdissante retentit dans tout le bâtiment… »

Bordeaux,
Margot, seize ans, vit avec son père un ancien journaliste qui a tout abandonné à la mort de sa femme. Maniaco-dépressif, il reste reclus dans leur appartement et laisse à sa fille toutes les responsabilités. Soutenue par Pauline, sa meilleure amie, et Lucas, son petit copain, Margot veut être une adolescente comme toutes les autres mais c’est sans compter les rancœurs et la cruauté d’un certain groupe de filles mené par Ava Van Deleist, la fille d’un homme d’affaires millionnaire. Leur dernière médisance se porte sur Lucas qu’elles auraient vu en compagnie d’une autre fille…

Enzo est un petit garçon qui aime lire. La bibliothèque municipale est pour lui un refuge. Ses parents et sa sœur ne le comprennent pas et trouvent anormal qu’il lise autant. Le livre qu’il ne quitte jamais ? « Le Petit Prince », un enfant solitaire comme lui.

Roger est armurier dans la boutique que son grand-père et son père ont tenue avant lui. Ce n’était pas sa vocation mais il a fallu qu’il gère cet héritage. Sa passion est la pâtisserie. Alors, quand il baisse le rideau de fer, il va dans sa cuisine confectionner des gâteaux. Il est un ténor des fourneaux.

Pedro, un détenu du Centre de Recherche, rêve de se venger de sa femme qui veut le quitter, et lorsqu’il a l’opportunité de s’évader, il la saisit. L’alarme se déclenche, les militaires essaient de l’attraper mais rien ne peut l’arrêter, même pas cette grippe qui l’affaiblit et le fait tituber. Son obsession et sa rage le font avancer… Il perd connaissance dans le train qui le mène à Bordeaux et meurt. Il ressuscitera quelques heures après…

C’est « l’implosion ».
Tous les lieux publics ferment, un état d’alerte est proclamé sur toutes les ondes. Il est conseillé aux gens de rester chez eux. Une épidémie se propage rapidement et les conséquences sont mortelles. Personne ne sait encore d’où elle vient et comment on peut la stopper. Il ne sera pas nécessaire d’attendre longtemps pour comprendre que les « contaminés » deviennent des zombies, une armée affamée qui cherche des proies à dévorer.
Margot, son père, Pauline, Lucas, Enzo et Roger vont organiser leur survie et tenter de découvrir l’origine du mal.

 .
Je lisais et il me semblait voir un épisode de « Walking Dead » !
Ayant apprécié l’année dernière le livre « Zombies panic », ma bibliothécaire m’a donc remis ce roman en me disant : « Ça va vous amuser ! ».
L’auteur nous présente ses personnages dans la première partie « Implosion ». Certains se connaissent, gravitent dans la même ville, d’autres non. Et seulement quelques uns se réuniront pour une deuxième partie plus dense intitulée « Survie ». « Zone Z » sera la dernière et la troisième.
Deux scientifiques trafiquent depuis des années la génétique et font « la » terrible découverte. Très vite, on plonge dans le chaos et la fin de notre monde. Les survivants ne sont pas nombreux dans cet apocalypse, ils doivent s’entraider et taire leurs animosités, oublier leurs phobies, faire preuve d’ingéniosité, de courage (chaque personnage amène son histoire personnelle). Margot est le leader de la troupe, trop habituée à assumer seule son quotidien et celui de son père depuis trois ans. Intelligente, généreuse, héroïque, elle suit son instinct et insuffle du dynamisme au groupe. Tout au long du récit, les questions se bousculent, mais une revient souvent… combien de rescapés restent-ils ? L’épidémie s’étend et dépasse les frontières. L’incubation commence comme un simple rhume. Ils sont là, à errer, à attendre, à renifler l’odeur de chair humaine, « fraîche ». Ils sont l’inconnu, le voisin, le parent… Les zombies sont à l’image de ce que l’on peut imaginer… déglingués, déguenillés, très forts… trèèès gourmands.
Le rythme n’a pas de temps mort, ça pulse, c’est peu ragoûtant, il y a de l’humour, de l’amitié, des jalousies, de l’hémoglobine, des frissons… Si la facture reste classique avec certains clichés, elle reste distrayante et m’a fait passer un bon moment.
Quant au dénouement, je rejoins certains lecteurs. La fin est abrupte et j’aurais aimé qu’elle soit plus aboutie. Mais peut-être que l’auteur nous réserve une suite…

Un conseil ! Gardez une provision de désodorisants WC dans votre cellier… et investissez dans un FAMAS (fusil d’assaut de l’Armée Française). Sait-on jamais !

Un roman jeunesse sympathique à recommander.

D’autres billets chez Clarabel,

.

Walking Dead tome 12 - Un monde parfait
BD « Walking dead », de Robert Kirkman (scénario) et Charlie Adlard (dessin)

.

.

.

Zombillénium, Gretchen, Tome I


La BD du mercredi chez Mango

Octobre, Voyage de Lou et Hilde, destination Halloween

.
.
.
Zombillénium
Gretchen, tome 1
Arthur de Pins

« Ici, on embauche… pour l’éternité. »

.
.
Une silhouette fait du stop sur le bord de la route. La capuche rabattue sur le visage, on ne peut distinguer aucune chair. Ses copains qui sont à sa poursuite vous répondrez… normal ! puisque c’est une momie !
Aton, momie datant de 3.000 ans avant JC., rêve de voir le Caire. Son travail ne le passionne guère et sa reconversion en vendeur de barbe à papa l’a décidé à fuguer. Une momie doit faire peur et ne pas vendre des douceurs !
Récupéré par Sirius le squelette et Francis le vampire, il est grondé comme un adolescent et ramené au foyer… le parc d’attraction Zombillénium.
.
.
Dans la voiture, les susceptibilités sont chatouillées et très vite, une petite bévue est commise… Le parechoc avant de la voiture caresse la carcasse de Aurélien Zahner, le laissant mort sur le bitume.
Aurélien venait de quitter l’antre d’un bistrot, un peu déboussolé. Sa femme le trompait, il envisageait de tuer l’amant et il venait de braquer le bistrotier avec un révolver qui s’était transformé en une banane ! Ne pas cherchez à dénouer le fil de la subtilisation, vous n’y verriez rien, si ce n’est la présence d’une jeune fille accoudée au zinc.

Gretchen est une apprentie sorcière embauchée au parc d’attraction. Elle aime apaiser les conflits et désentortiller les situations périlleuses. Lorsqu’elle voit derrière la vitre, Aurélien voltiger dans les airs et s’écraser pitoyablement, elle se précipite pour découvrir que le corps s’est volatilisé ! Où est-il passé ???

Elle n’aura pas loin à chercher… Aurélien a reçu les crocs de Francis qui l’a embarqué précipitamment et l’a emmené à Zombillénium. Le cher accidenté a été ressuscité et reçoit le parrainage de deux créatures surnaturelles… vampire et loup-garou.
Un contrat lui est glissé sous le nez. Signez là Monsieur, non… seulement avec de l’encre et pas avec votre sang… Vendeur de barbe à papa…

Zombillénium est un parc comme vous n’en avez jamais vu ! Les animateurs sont plus que naturels ! Momie, vampires, garous, monstres, squelettes, zombies, fantômes, sorciers… du vrai de vrai, des chairs décomposées et des os bien récurés, des dents acérées et des spectres tous légers… Si vous aimez avoir peur, ce monde vous accueille avec un grand professionnalisme. Mais chuuut ! Seul le lecteur est dans la combine. Les visiteurs, charmés par tant de réalisme, applaudissent aux illusions, louent les techniciens et admirent les déguisements sophistiqués.

Aurélien a du mal à comprendre sa transformation et à redéfinir le concret. Ce cauchemar n’est pas tiré d’un songe nocturne, il est bien réel. Avec l’aide de Gretchen, il essaie de s’habituer à sa condition et à tenir sa place au sein de l’organisation. La communauté Zombillénium n’est pas très amicale avec le petit dernier et les finances du parc vont bientôt être déclarées en faillite.

Une solution est à trouver ! Il faut proposer encore plus de terreur ! Mais qui va jouer le rôle du Super Méchant ?
.
.
Cet album est super ! J’aime beaucoup. Il m’a surprise, je ne pensais pas me divertir autant !
Les dessins, aux formes simples, épurées, sont très éloquents et « énergiques ». Parfois, ils suffisent au scénario et se dispensent de mots. Les monstres ont des expressions drolatiques et animées. Avant même de lire le texte, nous leur accordons notre sympathie.
Le texte est plein d’humour et de petits clins d’œil. Il est rock ! Les acteurs de Zombillénium sont des monstres naïfs, déjantés, fragiles, parfois dépressifs, sourcilleux… bien humains ! Quant à Gretchen, elle paraît être la personne la plus fiable, équilibrée et sérieuse de la bande, un peu désabusée aussi. Aurélien a bien choisi sa camarade !
Le scénario n’est pas qu’une simple histoire sur la vie et le management d’un parc d’attraction, la dernière page nous livre une pirouette qui nous laisse supposer une suite bien plus sombre…

A conseiller !

PS : Les petits plus
J’ai ri à la vignette où Aurélien se retrouve dans le vestiaire des hommes. Il se change et se retrouve face à un satyre… bien charpenté ! (J’imagine… nous n’avons droit qu’à son fessier) Les yeux exorbités d’Aurélien témoignent de la chose.
Très marrant aussi le « Hee-hee ! » de la doublure de Michael Jackson dans Thriller qui se produit sur scène. Je vous assure que le « Hee-hee ! » vous poursuit toute la journée après.
Puis le syndicat des zombies…
.
.

.
Des billets chez Hilde, Manu, AcrO, Yaneck, Noukette, Lectrissima, Sara,

.
.
.
.
.