London, La fenêtre fantôme et Le carnet volé – Tome I et II

Mercredi BD chez Mango
« Thrillers et polars » de Liliba
, « British mystéries » de Lou et Hilde et « XIXème siècle » de Fanny

.
.

london 1london2

London
La fenêtre fantôme, Tome I et Le carnet volé, Tome II
Scénario de Rodolphe
Illustrations d’Isaac Wens

.
.
Déshérité par sa famille, certainement pour sa peinture, Mort London est un jeune homme qui doit se débrouiller seul. A la suite d’une rencontre avec son ami Bram Stoker qui lui recommande une adresse, il a l’opportunité d’obtenir son indépendance en travaillant en tant qu’intendant dans un domaine au sud-ouest de Londres.
Lorsqu’il arrive dans la famille Delawny, il ne peut s’empêcher d’éprouver un malaise. La famille vit dans une belle opulence mais l’atmosphère est glaciale. C’est Miss Gray, la gouvernante du jeune Cyril, qui lui fait visiter la demeure et qui le met en garde sur les Delawny. De plus, une chose étrange serait à élucider. La façade de la maison a une fenêtre dont on ne connaît pas la pièce…
Pour les beaux yeux de Miss Gray, Mort veut bien essayer de découvrir cette fenêtre fantôme, mais ce n’est pas ce qui l’intrigue le plus. On lui demande de faire murer un vieux passage dans le jardin, or la serrure et l’endroit sont bien entretenus. C’est dans sa quête du mystère, en compagnie de Miss Gray, qu’une nuit, il surprend Sir Charles à passer par là, silhouette toute noire vêtue et allure inquiétante.

A Londres, des crimes atroces sont commis et tout le monde raconte que Jack the ripper serait revenu.

london

« La fenêtre fantôme » et « Le carnet volé » nous introduisent dans une ambiance gothique. Dès le début, la rencontre avec Bram Stocker met le ton sur le sanglant. L’auteur est entrain d’écrire son roman sur Vlad Tépes, fils d’un prince des Carpates que l’on appelait Drakull. Vlad fit empaler 40.000 personnes. Le sujet du livre à de quoi faire frissonner, et lorsque Mort London se retrouve dans le château, cerné par des ombres et des secrets, il est vite visiter par des cauchemars !
Mort est un jeune homme charmant qui est attiré par les femmes ; sans façon, il peut en avoir une dans son lit et faire les yeux doux à une autre. Artiste peintre, il aime les peindre nues et lorsque Lady Paule, la femme de Sir Charles, lui fait des avances en se proposant comme modèle, les scrupules ne le font guère hésiter. Donc… séducteur, peu pointilleux sur la morale, il est aussi intrépide et curieux. Le domaine qui l’accueille est imposant et la famille n’a de singularités que les particularités de l’aristocratie anglaise. Cependant, à vivre avec elle, Mort s’aperçoit que la nuit tient éveillées quelques âmes qui rôdent et qui s’esquivent vers Londres. Je ne vais point ici raconter ce qu’elles y font… ni qui elles sont… là est toute l’histoire !
Le premier tome implante le paysage et les personnages. Le début de l’intrigue s’esquisse et s’étoffe dans les dernières pages, mettant en scène des crimes calqués sur ceux de Jacques l’Éventreur. Dans le second épisode, l’enquête est menée par des inspecteurs de Scotland Yard qui viennent poser des questions au patriarche de la famille Delawny. Mort London, toujours assisté de Miss Gray, continue d’investiguer dans la maison et de collecter des informations auprès de Lady Paule. Le fantôme du jumeau de Sir Charles fait son apparition… ainsi qu’un petit carnet rempli de lignes et de labyrinthes incompréhensibles, convoité par un groupe de fanatiques mystiques.

Cette lecture est une bonne découverte. On s’aventure dans l’Angleterre victorienne et on est tenu par une intrigue très bien scénarisée qui reprend les caractères des romans fantastiques comme « Le Dr Jekyll et M. Hyde », « Dracula », et qui conjecture sur le cas de l’Éventreur. J’ai été séduite par le graphisme et la colorisation, avec des planches qui assurent l’épouvante. Un troisième tome est sorti où l’on retrouve Mort London, Bram Stoker, Victoria Gray, audacieuse aventurière, et le fameux petit carnet rouge… j’espère le lire prochainement !

Je vous recommande cette trilogie, vous passerez un agréable moment.

.
 london2
.
.
.
.