Un monde après l’autre

Un livre offert par Babelio et HC Editions

 

Un monde après l’autre
Les chroniques de St Mary
Jodi Taylor

 

Le docteur Madeleine Maxwell qui vient de terminer ses études d’Histoire à l’université de Thirsk, est embauchée à l’institut de recherches archéologiques St Mary. Mais ce centre classé top secret, comme elle le constate très vite, n’est pas un lieu de recherches comme les autres. Imaginez qu’on puisse enfin voyager dans le temps à bord de capsules aménagées pour les séjours et qu’on puisse ainsi enquêter sur notre Histoire ; assister à la guerre de Troie, à la construction des pyramides, au couronnement d’Elizabeth Ire, aller jusqu’à  la période du Crétacé et voir des dinosaures… vérifier les évènements et revenir les rapporter le plus fidèlement possible, tout en essayant de ne pas bousculer l’ordre des choses.

Roman d’aventure, roman fantastique, cette histoire, premier tome d’une longue série, revisite le livre « La machine à explorer le temps » de H.G. Wells, dans un rythme beaucoup plus trépident et rocambolesque. C’est Madeleine qui nous relate les péripéties à multiples rebondissements, entre une formation physique et théorique très difficile, où seulement trois historiens sur sept seront sélectionnés, et ses sauts dans le passé qui parfois auront des dénouements tragiques, car les incidents nombreux occasionneront des pertes humaines.

Divisé en trois parties, le livre nous fait passer de l’apprentissage, aux premiers voyages, et des missions à un épilogue explosif qui dénoue certaines intrigues (vengeances, trahisons, conspirations) et qui en amène d’autres. Un cruel adversaire, pire que les plus vilains raptors, menace St Mary et son directeur, le Dr Edward Bairstow.
Dans une ambiance excentrique et légère, qui n’est qu’une façade car les employés tentent d’oublier les aspects dangereux de leurs tâches, Madeleine, que tout le monde nomme Max, apprend vite à reconnaître les caractères de ses collègues, accordant ainsi sa confiance à certains et à d’autres sa défiance. Elle trouve un allié en la personne du directeur technique Léon Farrell qui va souvent l’orienter dans ses actes et l’influencer dans ses jugements, sympathise avec un historien Tim Peterson qui sera par la suite un binôme sur qui elle pourra compter, et découvre des adversaires sans vergogne au sein même de l’entreprise qui lui réserveront de terribles surprises.

Avec pour narratrice son héroïne charmante, courageuse, résolue et fougueuse, l’auteur donne à notre lecture un ton à l’humour mordant et un tempo frénétique, en action comme en émotion. Les intermèdes où Madeleine s’accorde du répit sont peu fréquents… A tout cela, se greffe une romance qui ajoute du peps au scénario.

Je vous recommande cette sympathique lecture qui vous divertira. Oubliez le rationnel et embarquez-vous à bord d’une de ces capsules !

 

Photo du film Jurassic Park

 

 

 

 

 

Publicités

L’étrange boutique de Miss Potimary, La boîte à secrets

Un mois d’albums avec Pilalire
La BD du mercredi chez Moka
Un livre offert par Babelio et Jungle, dans le cadre des Masses Critiques

.

.

L’étrange boutique de Miss Potimary
La boîte à secrets
Scénario d’Ingrid Chabbert
Dessins et couleurs de Séverine Lefèvre

.

L’adorable Betty reçoit pour ses neuf ans un appareil photo de ses parents et un peu d’argent de sa grand-mère. C’est donc avec sa petite cagnotte et Dare-Dare sa souris qu’elle se dirige vers le magasin de Miss Potimary. Elle découvre une boutique remplie de bibelots et de vieux livres qui attisent sa curiosité et son envie. Avec émerveillement, elle jette son dévolu sur une très belle boîte japonaise datant du XIXe siècle. Mais lorsqu’elle fait part à Miss Potimary de son désir de l’acheter, cette dernière émet des réticences avant d’accepter. Si Betty la prend, elle devra faire très attention car il se pourrait qu’elle soit enchantée. Quiconque arrivera à l’ouvrir, sera emporté dans un autre temps…
Une fois dans sa chambre, Betty manipule la boîte sans jamais trouver le mécanisme du casse-tête. Mais en pleine nuit, alors qu’elle n’arrive pas à dormir et qu’elle essaie encore une fois, elle a la surprise de voir la boîte s’ouvrir…
Qu’avait dit Miss Potimary ? « Il y a des choses qui dépassent ce qui est visible à l’œil nu. »

Trouver dans un capharnaüm de vieilleries un petit trésor, et comme la lampe d’Aladin, découvrir qu’il est magique ! La belle boîte transporte Betty trente ans en arrière. La maison où elle habite avec ses parents est différente, avec une décoration plus vieillotte, sa grand-mère a rajeuni, et Betty se voit dans le miroir sous les traits de sa maman. Seule, Dare-Dare, toujours présente à ses côtés, la relie à sa vraie vie.
Des fantômes qu’elle seule peut voir, Dare-Dare qui est dotée du langage humain, et un mystérieux personnage du nom de Kariptor qui vole les spectres pour les emmener du côté obscur… tout est angoissant ! Mais pour la courageuse Betty qui se voit confier une mission bien dangereuse, rien n’est impossible…

Cet album est une sympathique histoire que les enfants de 6 ans apprécieront. L’héroïne est une délicieuse petite fille énergique, décidée et lumineuse, quant à Kariptor, il a la physionomie ténébreuse d’un méchant sorcier. Si le texte est mince, le charmant scénario dynamique, dosé de fantastique, satisfera les jeunes qui débutent en lecture. Quant au graphisme, il est beau, riche, expressif, avec de douces rondeurs. Les couleurs aux dominantes orangées sont chaleureuses. L’ensemble donne à ce premier tome bien des promesses et juste le suspense et les frissons qu’il sied.
« L’étrange boutique de Miss Potimary » est une série que je ne manquerai pas de suivre… Le dernier dessin montre un grimoire que Miss Potimary a laissé à Betty. Une note l’accompagne et précise : « A parcourir avec prudence »… Dare-Dare a un sale pressentiment !

. 

.

.

Beta… civilisations – Volume I

T0xYY8YPAaqOhIkNItneF3SkQCE@375x135La BD fait son festival avec PriceMinister
un partenariat avec les éditions Actes Sud – L’An 2

.

.

9782330028183Beta… civilisations
Volume I
Jens Harder

.

Une introduction personnelle s’impose ! Lorsqu’il a fallu choisir une BD de la sélection, j’ai été attirée par la couverture de « Beta… civilisation ». Je fabulais sur le titre et je me voyais déjà paléontologue ou paléoanthropologue en herbe. Sottement, j’imaginais retrouver les frises murales qu’il y avait dans mes classes primaires et qui représentaient l’évolution de la vie sur la Terre. Des schémas simples, colorés, et de belles illustrations.
L’aventure est autre ! certes, ce livre est illustré, mais il n’est rien de ce que je pouvais concevoir…

L’album fait suite au titre « Alpha… directions » qui a eu le Prix de l’audace au festival d’Angoulême en 2010 et qui retrace quatorze milliards d’années, du Big Bang à l’apparition des hominidés. Beta relate la continuité avec l’évolution des hommes sur quatre millions d’années.
(« Audace » dans l’originalité, la singularité, le travail… le tout est très surprenant.)
Ce livre, 1kg750, 367 pages, est divisé en deux grandes parties, Tertiaire et Protohistoire, qui ont plusieurs chapitres…

Paléolithique inférieur
Paléolithique moyen
Paléolithique supérieur
Mésolithique
Néolithique – Age de pierre
Antiquité – Premières grandes civilisations – Age de cuivre et Age de bronze
Haute Antiquité – Époque des premiers empires – Age de fer

.img549

.
L’auteur commence par présenter la disparition des dinosaures et l’extinction de toute vie sur la Terre. Enfin, ce n’est pas tout à fait exact car certains mammifères survivent et engendrent d’autres espèces qui se développent… La transformation est importante et donne « un être d’un genre nouveau disposé à conquérir un continent entier  : l’australopithèque… ».

On retient notre souffle et on repart en arrière pour détailler le graphisme très riche en planches anatomiques, enluminures médiévales et iconographies bibliques. Car ce livre, ou cette « bible », est ainsi construit… Jens Harder mêle à ces mutations et à la progression des civilisations, tout un patchwork d’images puisées dans le vivier de la littérature, le cinéma, les sports, l’industrialisation, les religions… les mondes fusionnent. Sont côte à côte, des primates, Elvis Presley et Superman. Il ne faut point chercher l’erreur, mais plutôt un fil conducteur, et ça rend le parcours ludique. Lorsque l’homme préhistorique taille la pierre, Harder l’associe à Obélix taillant son menhir.
La chronologie nous fait avancer vers des postures et des traits plus humains. Il y a dans les regards des émotions troublantes et les gestes sont les nôtres. La chasse, le combat, les jeux, les mouvements ont une même origine. Aussitôt une analogie est esquissée.
Tout est dense, trop peut-être…, mais les illustrations sont superbes et on ne peut que saluer l’incroyable travail, même si on se perd dans ce labyrinthe.
Les âges défilent, pierre, cuivre, bronze, fer, la nature progresse jusqu’à l’Antiquité, jusqu’au règne de Caligula, jusqu’en Palestine où la naissance d’un petit garçon annonce une autre ère, celle qui sera racontée dans le deuxième volume.

L’humanité ainsi symbolisée, synthétisée, nous offre quelque chose de fabuleux, d’abondant, et surtout une approche atypique. Dorée, mordorée, bronze, argentée, métallique, la couleur change en fonction des chapitres et amène du minéral, du faste.
Vous ne resterez pas insensible…

Je vous recommande ce livre, mais avant je vous conseille de le feuilleter car il peut surprendre. Il n’est pas facile à aborder.

Dans le cadre du jeu PriceMinister, il faut que j’attribue une note. Je donne un 18 tout en pensant qu’il dépasse largement le plafond réducteur des notations dans son cadre « hors normes ».

 .

 img548

.

.

.

Récits décousus d’un naufragé du temps – Chapitre VII

logo-plumes2Les Plumes d’Asphodèle
Exercice, jeu, écriture pour l’été ; dernières de la saison
Participation occasionnelle !
et suite des aventures des récits décousus d’un naufragé du temps

..
Mots imposés :
Gens, survivre, univers, découverte, terre, partage, bonheur, macrocéphale, cultures, tour, astral, grandeur, mer, extraterrestre, envahisseur, animal, mappemonde,  journal, pluriel, couleur, parallèle, fin, guerre et nymphe, néant, négliger.

.
carte corse
Ajaccio, août 1453,

Je m’aperçois que j’ai adopté la démarche d’un vrai matelot ! Je tangue sur terre.
Il fait très chaud. Je ne supporte plus l’habit, le tissu gratte.
Dans le couloir exigu et sans fin, je suis un domestique dont la livrée arbore les couleurs rutilantes de la ville ; azur, argent et or. De couloirs en pièces, nous traversons une cour pavée d’une superbe mosaïque qu’animent les borborygmes d’une fontaine ; une nymphe en marbre verse son amphore dans le bassin.
– Signore… volete aspettare qui ?
– Grazie.
Pour la énième fois, je tâte mon pourpoint. Sur le côté, dans une poche intérieure, j’ai le diamant et une liasse de feuilles. J’ai hâte de m’en séparer. Mon regard erre dans la pièce. C’est un bureau avec de hautes fenêtres étroites qui disparaissent derrière de riches tentures. Comme dans les autres pièces du palais, le luxe impose. Je me dirige vers une mappemonde qui me stupéfie. Il me semble que l’objet ne doit apparaître que cinquante ans plus tard. Le globe est un monde décoré d’univers fantasques avec des mers peuplées d’étranges créatures extraterrestres. Des cachalots macrocéphales tenus par des sirènes chevauchent des flots. Le bois est précieux et s’orne de quelques incrustations nacrées et dorées. Ce genre de découverte me réjouit. Curieux, je poursuis mon exploration vers les bibliothèques, ne voulant rien négliger de ses raretés. Une collection d’animaux en ivoire s’étale en procession sur une étagère. Sur une autre, des émaux racontent le chemin de croix du Christ. Les miniatures sont admirables par leur précision et leurs teintes. Je vais vers des enluminures et une carte encadrée qui représente les voies astrales,  lorsque la porte s’ouvre.
– Pierre !
– Alex.
Il m’est difficile de reconnaître en cet homme, mon ami d’enfance. La distance qui nous sépare disparaît en une étreinte chaleureuse.
Je le détaille… il a le visage plus émacié, un regard noir et une petite cicatrice sur la tempe. La dernière fois que nous nous étions vus, c’était il y a cinq ans. Il avait eu une permission de trois mois, hors des mondes parallèles qu’il fréquentait depuis son enrôlement. Je l’avais rejoint dans son château en Bretagne et nous avions longuement parlé de la grandeur du siècle qu’il venait de quitter, des guerres qu’il avait menées à bord de L’Envahisseur, le bateau amiral, et de ses conquêtes féminines.
– Amiral Alexandre de Floris… c’est un bonheur de te voir ! Cette chemise à soufflets te va bien ! Je ne suis pas aussi élégante que toi…
Un sourire s’esquisse sur ses lèvres et d’une chiquenaude, fait tomber ma coiffe en feutrine.
– Pierre, tu m’as manqué ! Moi aussi, je suis enchanté de te voir. Viens t’asseoir…
Alors qu’il se recule et se dirige vers un fauteuil, je remarque sa claudication et son dos voûté. L’ami, que t’est-il arrivé ? Ta voix paraît hésitante et tes yeux renvoient un néant.
– Tu es bien logé ! Le cadre est magnifique et tu as à ta disposition des trésors. A qui appartient le palais ? Les ancêtres de Napoléon ? de Tino Rossi ?
– Ah ! quel historien tu fais ! Nous sommes bien éloignés de tes références, n’est-ce pas ?
Non, le château appartient à l’Office de Saint-George. Ils ont des finances inépuisables !
Nous parlons de reconstruire la ville ailleurs, avec une forteresse et des tours sur la côte. Je vais les aider. Tu sais que ma première passion est l’architecture !
– Et vois-tu toujours la belle espagnole ? Comment elle s’appelle déjà… Maria, Isabella, Anunziata ?
– Pierre, tu es resté romantique ! L’amour, je le définis au pluriel !
– Tu fais des heureuses ! Et Sigismond, ton secrétaire ? Tu partages toujours avec lui tes mémoires en plus des faveurs de ces dames ?
– Il est mort.
– Je suis navré.
Le silence envahit la pièce, donnant à l’atmosphère une lourdeur palpable. Sigismond avait été recruté au XVIIIème siècle. Il avait le raffinement précieux de son époque et l’esprit des Lumières. J’avais beaucoup aimé converser avec lui et je savais qu’Alex était fortement atteint par le décès.
– Que s’est-il passé ?
– Je ne veux pas en parler Pierre. S’il te plaît.
Alex se perd dans le verre qu’il se sert. Il ouvre plusieurs fois la bouche mais aucune parole n’en franchit le seuil. C’est la première fois que je le vois si désemparé. Le temps des confidences viendra plus tard… peut-être ce soir lors d’une partie d’échecs. J’avais trois jours à lui consacrer.
– … Raconte-moi ce mois passé sur le Bysance ! Tu t’habitues à tes gens ? Et Jouve ?
Je prends le verre de vin qu’il me tend et je m’écroule dans un fauteuil capitonné. Je ne sais pas comment aborder mon récit. Jouve… je ne peux m’empêcher d’éclater de rire. Les nerfs craquent et je m’effondre à mon tour dans un silence abyssal.
Alex lève un sourcil et tord la bouche. La vie de ses sourcils m’a toujours épaté.
– Donc, Jouve ?
– Jouve !
– Oui !… Marcel Jouve ! Assistant de Martins, celui à qui tu devais remettre ton journal et la pierre du Nil.
– Ouais… ben, il est avec Chaid, le capitaine du bateau.
– Et ?
– Et… et… ils sont tous deux dans une orangeraie près de Meknès.
– Ils se lancent dans les cultures ?
– Vu ainsi, c’est vrai que l’idée est plaisante.
– Mais ce n’est pas ça ?
– Non, c’est pas ça. Ils y sont enterrés.

Il va bien falloir que je lui raconte la mission et la trahison des deux lascars..
.
.

Suite de l’histoire cet automne…

D’autres plumes chez Asphodèle, Adrienne, Béatrice, Célestine, Cériat, Coccinelle, Dame Mauve, Eeguab-ModroneEvalire, FabienneGhislaine, Hurluberlu, Janickmm, Jean-Charles, L’Or Rouge, La Plume et La PageMarlaguette, Mélanie, MerquinMon café lecture, Nunzi, PatchCathPierrot Bâton, Pivoine blanche, Sharon, SoèneSolange, T. et Yentl..
.

Récits décousus d’un naufragé du temps – Chapitre VI

logo-plumes2Les Plumes d’Asphodèle
Exercice, jeu, écriture pour l’été
Participation occasionnelle !
et suite des aventures des récits décousus d’un naufragé du temps

..
Mots imposés :
Espérer, flotter, perdition, cap, sillage, bouteille, iceberg, vent, déambuler, bateau, continent, flots, amiral, génétique, sentiment, débarquer, faille… et myrte, malhabile, muraille.


delacroix16

.
Je suis las de ce voyage à bord du Bysance.
La caravelle trace un sillage blanc, laissant déambuler des petits icebergs d’écume. J’ai le sentiment que ma perdition est à la mesure d’un continent à la dérive, prêt à sombrer dans la mer. Le crissement des cordages répond aux cris aigus des mouettes. Nous distinguons un horizon encore malhabile, sorte de mirage longiligne frémissant entre cieux et flots. Dans moins de deux heures, nous débarquerons dans le port d’Ajaccio pour rencontrer l’émissaire du professeur Martins, l’amiral de Fleuris, à qui je devrai remettre mon rapport accompagné d’une pochette en velours ; un poids en carat.
La faille temporelle a eu une faiblesse et nous ne devons prendre aucun risque.

Nous avions quitté Meknassa et le palais du sultan Ben Hamad depuis plus de trois semaines. J’avais arrêté mes derniers récits aux portes de la cité alors que nous étions accueillis par Abdel, l’ami de Cortes. A l’abri derrière les murailles, nous étions épargnés par le vent du sud qui charriait un sable rouge, recouvrant les vestiges de notre caravane et les dernières traces d’humanité dans le désert. Je ne songeais qu’à la pierre du Nil ; une obsession qui commençait à dévorer mes nerfs. Les plans pour accéder au harem m’avaient été remis, ainsi que des armes et une tenue de la garde du califat. Nous ne devions pas perdre de temps et programmer l’action à la faveur de la nuit. Le capitaine Chaid avait perdu son persiflage et semblait moins fier. Je n’étais pas mesquin, ni suicidaire, de le traiter de couard, mais il puait la peur. Conrad ne devait pas participer, il avait la charge de garder les chevaux prêts pour notre fuite. Quant à Mabrouk Cortes, il était fidèle à lui-même. Je crois bien que mon admiration pour son sang-froid était à son point culminant !

La journée s’était parée d’un malaise latent et de silences crispés. Les élucubrations de Conrad étaient remisées au fin fond de mes pensées et je n’avais plus le coeur à les fantasmer. Je n’espérais qu’au lendemain, revoir le jour et donner à ma génétique une longue et heureuse vie ! Je flottais dans une torpeur qui frôlait l’inconscience, mais il aurait été malvenu de m’évanouir. Après cette mission, les vacances seraient de rigueur et peut-être m’offrirais-je une démission…

Je suis sur le pont arrière du bateau et je ne peux me remémorer cette aventure sans en éprouver l’angoisse qui depuis est enracinée en moi. Deux semaines de fièvre et de délires, à me tordre sur ma couchette, à recevoir les soins maternels de Conrad, la compassion de Cortes, à perdre une à une mes dignités en me vidant du haut et du bas, à frémir au moindre bruit et à ingurgiter les mixtures infâmes, additionnées de  vin de myrte pour en masquer le fiel. Le Diamant du Nil a sa légende et je peux affirmer qu’elle n’est pas usurpée !
« La pierre ne s’arrache que si elle s’entache du sang d’un lâche. » … Le sang a coulé.
J’ai passé les deux derniers jours à écrire un témoignage incomplet. Boire au goulot des bouteilles pour oublier, m’enlever de la tête l’image de Chaid crucifié.

Nous avions attendu les premières ombres de la nuit pour nous rapprocher de l’enceinte du palais. Les remparts étaient imprenables, il fallait donc ruser et passer en même temps que la relève de la garde extérieure. Lorsque Cortes avait soumis l’idée, j’avais éclaté de rire ! Etait-ce si simple ? Seul son regard hermétique m’avait dissuadé d’en savoir plus.
Le premier sang versé, fut celui de trois gardes. De gauche à droite, la lame de Cortes a glissé en douceur. C’était pour moi quelque chose de surnaturel. Je n’en confierai pas plus dans ces écrits. La suite m’apparaît à ce jour irréelle, quelque chose de chimérique.  Je me dédoublais et mettais mes pas dans ceux de Cortes et de Chaid. La formation que j’avais suivie sur une base militaire était plus théorique que pratique. J’aurais dû faire un stage commando.
Après avoir caché les corps, nous laissions la médina pour nous engager dans le dédales des cours intérieures. De jardins, en patios, nous mettions le cap sur des cloîtres plus privés, sans rencontrer gardes ou serviteurs. Je bénissais les fortunes du hasard.

– Pierre, vous allez mieux ?
– Oui, mon ami. J’avais besoin d’air.
Conrad s’inquiète de ma santé comme une mère. Son regard se porte également sur la côte corse. Que serais-je sans leurs soutiens ? Par deux fois, ils m’avaient sauvé.
Sa présence m’apaise, me sécurise. Lui aussi écrit ses mémoires, j’ai vu ses carnets. Il fallait que nous confessions nos tourments.
Une tour génoise se dessine, ainsi que la forteresse qui met en garde les Barbaresques. Kallyste ! elle est vraiment la plus belle…

.
.
Suite la semaine prochaine

D’autres plumes chez Nunzi, Adrienne, Marlaguette, T. , CélestineSoène, Mon Café Lectures, PatchCath, Dame Mauve, MélanieGhislaine, Béatrice, Solange, Valentyne, Hurluberlu, La Plume et la Page, Pierrot Bâton, Jean-Charles, Plaisir des mots, Merquin, Yentl, Sharon, Eeguab-Modrone, Cériat, Fabienne, Pivoine, Sable du temps, L’OrRouge, Coccinelle.
.
.

delacroix-marocain_600.
.
.
.
.

Le passage des Lumières, Espoirs – Tome I

Un livre prêté par Somaja.

Le passage des Lumières
Espoirs, Tome I
Catherine Cuenca

.
.
A vingt et une heures, Zélie, adolescente de quinze ans, a rendez-vous avec son oncle, dans le jardin en friche, d’une maison en ruines. Rien ne rassure la jeune fille qui attend…

C’était à Noël, son oncle Frédéric, historien à l’université, lui avait raconté en confidence une étrange aventure. Passionné par l’Histoire et les légendes, il avait toujours une anecdote dans sa gibecière, mais ce jour là, le sujet était fantastique ! Il serait possible de voyager dans le temps… Propriétaire d’un vieux manuscrit acheté chez un bouquiniste, il est détenteur du témoignage du père Joseph Aubry, prêtre de la paroisse de Basmont-en-Argonne, au 18ème siècle ; en 1780, du bétail disparaissait. Les faits étaient assez anormaux et incompréhensibles pour être rapportés dans un livre, source d’informations sur le siècle des Lumières. Oncle Fred, après de nombreuses recherches, en avait conclu qu’un champ électromagnétique pouvait ouvrir une porte sur des dimensions spatio-temporelles. Passé et présent pouvaient se croiser et… il en avait fait l’expérience !!!

La pleine lune éclaire les arbres aux branchages menaçants. Oncle Fred avait dégagé un passage qui menait à une grotte. Lasse de patienter, Zélie la curieuse, avec son sac à dos, s’engage alors dans la cavité pour ne découvrir que du vide. La plaisanterie devait cesser et elle était prête à rentrer chez elle. Mais lorsqu’une voix l’interpelle, elle est loin de se douter que son retour à la maison ne se fera que dans un mois, par une nuit de pleine lune… « A l’intérieur, rien. Elle ressort. Dehors, la lune brille toujours, mais la maison en ruines est maintenant en parfait état. »

« – Vous êtes Zélie, la nièce de Frédéric Latour ! lâcha-t-il soudain.
– Quoi ? bredouilla Zélie. Et vous, vous êtes qui ?
– Le père Joseph. »

Mercredi 11 mars 1789…
Dans le presbytère du père Joseph, où elle est conduite, Zélie fait la connaissance de la gentille Albine, la bonne de la maison. Un peu saisie par l’évènement, elle est partagée entre la peur et la fascination. Ce n’est pas un rêve, c’est une réalité !
Elle sera Marie-Azélie, une jeune fille qui revient des îles et qui avant de rentrer au couvent, a été confiée par son père Frédéric Latour, parti visiter les Indes, à son parrain le père Joseph.

Un mois en complète immersion dans un monde proche de la Révolution Française, trente jours dans cette vie valent trente minutes dans l’autre… Le voyage va se révéler fort passionnant.
.

J’ai beaucoup aimé ce livre.
Premier tome d’une série en cinq volumes, je l’ai lu avec une impatience très enfantine. J’ai été charmée par l’histoire, les personnages, le style, les informations historiques… et les dialogues, vivants, plein d’humour et de finesse. L’auteur nous offre des portraits fort en caractère, sympathiques, attendrissants et pour certains, vraiment odieux. Zélie se confronte avec une époque qui a ses us et coutumes. Quelques passages font sourire, d’autres grimacer (l’hygiène et les abus de pouvoir). La petite ado, insolente, hardie, se heurte à l’autorité et n’hésite pas prendre part aux discussions, même les plus politisées.
Il est plaisant aussi de lire le régime alimentaire à base de pain bis, fruits secs, choux, pois, beaucoup de légumes, soupe, tourte… car il n’est pas sûr que nos jeunes apprécieraient !
Ce tome raconte 1789. Les Etats généraux vont bientôt se rassembler. Le cahier de doléances prend les vœux des villageois, du Tiers état, pour être transmis au roi. L’éducation des enfants est un sujet important.
Parmi les personnages que Zélie rencontre, il y a Léandre, un jeune homme de dix-huit ans, qui fait son apprentissage chez son oncle, notaire à Basmont. Léandre est charmant et il a de beaux yeux… Une romance pimente l’histoire… bien compliquée avec trois siècles d’écart, mais on la souhaite heureuse !

J’ai hâte de lire la suite et je remercie Somaja.

.

Autoportrait d’Elisabeth Vigée Lebrun

Des billets chez Somaja, Hérisson,
.
.
.
.
.
.
.