Confiture de vin

logonoel4fois

Les Gourmandises passent Noël en compagnie de
Chicky Poo et Samarian pour Il était quatre fois Noël

Vous trouverez d’autres cuisines chez…

.

Confiture de vin

Pour accompagner vos viandes, le plateau des fromages,
ou tout simplement à tartiner sur de la brioche, des crêpes, du pain perdu…

.

Ingrédients :
– 1 litre de vin rouge
– 1/2 litre de jus de pommes bio
– 1 jus et zestes d’une grosse orange
– 1 kg de sucre gélifiant pour confiture
– Bâtonnets de cannelle

– Épices (Cannelle, clous de girofle, muscade, gingembre, badiane…)

Préparations :
– Faites chauffer jusqu’à ébullition le vin et flambez.
– Ajoutez les épices, le jus de pommes, le jus et les zestes coupés très finement de l’orange et le sucre.
– Mélangez et faites chauffer comme pour une confiture, environ 1 heure.
– Mettez dans des bocaux stérilisés avec un bâtonnet de cannelle, fermez et retournez-les…

Verdict : Un coup de cœur pour cette confiture, douce et légèrement acidulée comme une confiture de griottes.

.

confituredevin

.

.

.

Beaune, entre campagne, vignes et remparts

Dernière semaine des vacances, escapade de deux jours, nous sommes partis en Bourgogne. Depuis des lustres, Mister B. souhaitait voir le polyptyque « Le Jugement dernier » de Rogier van der Weyden.

Une belle campagne, des coins seuls au monde, puis les premières vignes… et le ciel bleu. La route des vins nous la ferons après notre découverte de Beaune.
Une première approche par les remparts qui ceinturent la ville, nous nous sommes dirigés vers le syndicat d’initiative qui nous a donné plans et renseignements.
.

.         Beaune1
.Beaune2.
Première visite, le musée des beaux-arts. Petit, il a été une mise en bouche. J’ai découvert deux peintres qui rendent merveilleusement bien les tendons, les rides, les veinules… ce sont Édouard Darviot et Édouard Paupion.
Aux tableaux se mêlent des sculptures, une collection égyptienne et une archéologique. En exposition temporaire, nous avons admiré les dessins du journaliste et illustrateur Noël Dorville.
.

Beaune3« La grand-mère » d’Edouard Paupion

.
Deuxième visite et sujet de notre voyage, les Hospices de Beaune, l’Hôtel-Dieu un « palais pour les pôvres ». Il fut fondé en 1443 par Nicolas Rolin, chancelier du duc de Bourgogne et Guigone de Salins, son épouse. Les soins et la charité y ont été dispensés par les Sœurs  Hospitalières jusqu’en 1983. Son architecture, ses toits vernissés, ses ventes de bouteilles de vin, produit de leurs vignes, qui aident à l’entretien de ce patrimoine, et le polyptyque  de Rogier van der Weyden, font la renommée de ce monument historique.

bannBeaune1Entrée

4Cour intérieure
et toitures

bannBeaune25 .
1. Premières salles, la salle des pôvres et la chapelle où Guigone repose en paix. C’est là qu’était accroché le polyptyque du « Jugement dernier ». Mais à présent, il est dans une salle à part.
A l’origine, les deux salles n’en formaient qu’une et les malades pouvaient regarder ce tableau de leurs couches. Un espace immense avec une charpente magnifique, poutres peintes aux couleurs lumineuses et ornées de gargouilles sorties d’un bestiaire féerique, qui ressemble à celle d’un bateau.

Beaune4

bannBeaune4bannBeaune3.
2. Dans la salle Saint-Hugues qui date de 1645, douze lits sont alignés. Cet espace était destiné aux hommes. Les murs sont richement décorés de peintures.

73. Dans la salle Saint-Nicolas, salle réservée aux personnes âgées, une singularité est à dévoiler… La rivière la Bouzaise coule sous les dalles. La pièce est traversée par une rigole protégée par des ferronneries. C’est par là qu’on jetait les déchets, les eaux usagées.
Aujourd’hui, des vitrines exposent des instruments de « l’art médical » et des maquettes des Hospices.

bannBeaune5894. La cuisine… on y préparait les repas des malades mais aussi les galettes de pain blanc qu’on distribuait aux portes de l’Hôtel-Dieu.
  bannBeaune6105. Le laboratoire où on élaborait les médications, emplâtres et potions…
     6. L’antre de l’apothicaire avec ses innombrables pots…

11bannBeaune7. 12137. Par la cour, nous allons à la salle Saint-Louis, aménagée en 1660 pour les patients d’origine militaire, où se trouvent les tapisseries et les coffres. Une importante collection de taste-vin est exposée.

bannBeaune8.
8. De ce sanctuaire, nous accédons à la salle où est accroché le retable de Rogier van der Weyden… « Le Jugement dernier ». Les photos que j’ai prises sont floues et il serait sacrilège de vous les montrer ! Alors, merci Google…
Polyptyque, de quinze panneaux en chêne, peint entre 1443 et 1452 pour l’Hôtel-Dieu.

.

jugement dernier.
jugement dernier 12Partie gauche
La joie dans la Jérusalem nouvelle
Pierre, socle de l’Église (en rouge)
Marie pleine de grâce

.
jugement dernier 13Partie droite
Jean-Baptiste le précurseur et André le protecteur
Paul le messager (en vert)
L’horreur dans les abîmes de l’Enfer

.jugement dernier 14Partie centrale
La pesée des âmes
Un rappel de la Passion (les anges sur les deux panneaux)
.

jugement dernier 2Le retable fermé.

Il était présenté ainsi tout au long de l’année. On ne l’ouvrait que pour les dimanches et les fêtes solennelles.
Commande du chancelier Rolin à Rogier van der Weyden, peintre flamand du XVè siècle qui en 1435 devint peintre officiel de Bruxelles. Il était disposé au fond de la salle des pôvres pour que les malades puissent l’admirer. Il leur donnait force et courage dans la foi. L’âme devait déjà s’orienter vers le dernier jugement.
L’œuvre est magnifique et saisissante. Les couleurs sont éclatantes ! Nous sommes restés près de trente minutes, assis à le contempler. Nous avons eu de la chance, il y avait peu de monde.

Nous sommes retournés doucement dans le centre de la ville, dans les petites rues pavées. Une glace italienne, des achats souvenirs, et nos pas sont allés vers l’hôtel des ducs de Bourgogne où est le musée du vin de Bourgogne.

14    Jarres, amphores – Époque antique grecque et gallo-romaine

bannBeaune9
Détails des tapisseries d’Aubusson
Gauche : Michel Tourlière / Droite : Jean Lurçat

bannBeaune10 IMGP5916
bannBeaune11
Retour à la maison d’hôtes, un cadre enchanteur et des hôtesses aux petits soins…
Une adresse coup de cœur ?

Côté Remparts – 2, Rempart de la Comédie, 21200 Beaune

15bannBeaune12Le lendemain matin, balade-vitrines. Et un ciel toujours aussi clément. Il faisait chaud ! Nous choisissions nos trottoirs à l’ombre…

bannBeaune13bannBeaune14.

Nous quittons Beaune en pensant la revoir un jour. Être ailleurs… le sens fut vrai. Nous étions dans une autre vie, une autre époque. Albertine dit « S’oublier un temps… ».
Nous prenons la route des vins de la Côte d’Or. Des adresses de caves… des accueils charmants, bavards, des dégustations, des odeurs de cave, de bois, de frais, de moisissures… des premiers crus. Pommard, Meursault, Volnay, du blanc, du rouge…
« – Madame, vous pouvez recracher ici.
– Non, non, je ne conduis pas. » et je suis gourmande !
C’est magique ! des terres qui se touchent, qui se mêlent, un même cépage et des goûts différents qui explosent.

.

16bannBeaune15bannBeaune16 bannBeaune17.

.
Et le prochain voyage ?

.

.

.

.