Mauprat

.
Mauprat
George Sand

.
.
.
Quelques années avant et après la Révolution.

« … sa santé robuste, sa taille droite, sa démarche ferme et l’absence de toute infirmité annoncent quinze ou vingt ans de moins. Sa figure m’eût semblé extrêmement belle sans une expression de dureté qui faisait passer, malgré moi, les ombres de ses pères devant mes yeux. »

Bernard Mauprat, vieil homme de quatre-vingts ans, reçoit dans sa demeure près de Châteauroux, dans l’Indre, un jeune homme qui souhaiterait entendre, par le dernier des Mauprat, l’histoire de cette famille légendaire.
Cette curiosité est teintée des peurs enfantines…

« C’est que dans mon enfance, j’ai placé le nom de Mauprat entre ceux de Cartouche et de Barbe Bleue, et qu’il m’est souvent arrivé alors de confondre, dans des rêves effrayants, les légendes surannées de l’Ogre et de Croquemitaine avec les faits tout récents qui ont donné une sinistre illustrations dans notre province, à cette famille des Mauprat. »

Bernard devient orphelin à sept ans. Sa tutelle est disputée par les deux branches de la famille, l’aînée et la cadette. C’est son grand-père Tristan qui l’emmène dans le Château de la Roche-Mauprat, un repère féodal lugubre, malsain, tenu par un pont-levis. Dans cet antre pernicieux, il fait la connaissance de ses huit oncles, tous plus vicieux, méchants et dégénérés les uns que les autres. Seul enfant dans ce cloaque, il est confié à la garde de l’oncle Jean, un handicapé, qui lui fait subir des sévices et des vexations. Traité comme un animal, il endure des tortures physiques et morales sans pouvoir s’en échapper. Au fil du temps, son caractère se forge, et sans être aussi immoral que sa parenté, Bernard devient dur et calque son tempérament sur celui de ses oncles, cachant son humanité sous un masque ignoble.
La vie et leurs subsides sont faits de larcins, de taxations, de brigandages et de viols. Les seigneurs d’autrefois sont devenus des tourmenteurs, des charognards et des voleurs.
Bernard a quinze ans lorsque le grand-père décède, il en a dix-sept quand pour la seconde fois sa vie bascule…
Un jour, oncle Laurent qui s’était absenté toute la journée, rentre en compagnie d’une jeune fille. Perdue, elle pense pénétrer dans la demeure de Madame Rochemaure, une dame dévote de la région, et accorde bien innocemment sa confiance.
Bernard succombe à sa beauté et, dans un conciliabule, arrive à soutirer à ses oncles la permission d’être le « forceur ». S’enfermant avec elle dans une pièce, il commence à se faire pressant. La belle ne tarde pas à comprendre le piège et se présente aussitôt… Elle est Edmée, fille de Monsieur le chevalier Hubert de Mauprat, frère cadet de son grand-père. Petit à petit, dans le bref temps qui leur est imparti, l’un essaie de lui voler un baiser, l’une tente de le raisonner, l’un est poursuivi par le sang bouillonnant des Mauprat et de dix années d’une éducation sauvage, l’une ne murmure que deux mots « Sauve-moi, sauve-moi ! ».

Et si en la sauvant, Bernard s’affranchissait en même temps ? L’évasion serait une double délivrance. L’enfant grossier et barbare, bien souvent cruel, voit son avenir près d’Edmée qu’il aime déjà passionnément. Avant de partir, une promesse est scellée…

« – Jurez que vous serez à moi d’abord, et après vous serez libre ; je le jure. Si je me sens trop jaloux pour le souffrir, un homme n’a qu’une parole, je me ferai sauter la cervelle.
– Je jure, dit Edmée, de n’être à personne avant d’être à vous.
– Ce n’est pas cela, jurez d’être à moi avant d’être à qui que ce soit.
– C’est la même chose, répondit-elle, je le jure.
– Sur l’Evangile ? sur le nom du Christ ? sur le salut de votre âme ? sur le cercueil de votre mère ? »

J’ai aimé ce roman, entre aventure et amour. Il est une saga fragmentée en plusieurs épisodes. L’introduction est celle d’un vieil homme qui se retourne sur son passé. Sa nostalgie n’est pas remplie de rancœur, elle est douce pour celle qu’il a aimée, voire vénérée.
« Elle fut la seule femme que j’aimai ; jamais aucune autre n’attira mon regard et ne connut l’étreinte de ma main. Je suis ainsi fait ; ce que j’aime, je l’aime éternellement, dans le passé, dans le présent, dans l’avenir. »
La première partie raconte la pitoyable moralité de sa famille, le château La Roche-Mauprat, les bois, l’ermite philosophe Patience, la tour Gazeau, Marcasse « le preneur de taupes »… Bernard est un sauvageon dont l’attitude est avant tout une fanfaronnade tirée de l’orgueil, de la peur et de l’inculture. Jusqu’au jour où il rencontre celle qui le fera évoluer. Plus qu’une amante, Edmée sera une mère. Dans cette deuxième partie, Bernard se retrouve à Sainte-Sévère dans la maison de son grand-oncle où il recevra l’éducation, les bases, qui lui font défaut. Ces leçons seront données par l’abbé Aubert, ami d’Edmée et de Patience. Troisième partie, c’est Paris et les salons littéraires, philosophiques, les poseurs, les précieux, le ridicule, mais aussi un début de modernité. La Fayette enrôle pour les Etats-Unis… Quatrième partie, l’Amérique et une ouverture sur un autre monde ; l’amitié fraternelle avec un scientifique-herboriste, Arthur. Cinquième partie… et dernière ; le procès.
A l’aube de la Révolution, George Sand nous présente les années d’un « siècle éclairé ». L’esprit est libre et commence à se défaire des carcans familiers. Elle donne aussi un beau rôle à Edmée qui est l’initiatrice, la femme qui tait sa passion pour faire grandir un homme.

Bernard dit…
« Ne croyez à aucune fatalité absolue et nécessaire… et cependant, admettez une part d’entraînement dans nos instincts, dans nos facultés, dans nos impressions qui ont entouré notre berceau, dans les premiers spectacles qui ont frappés notre enfance… Admettez que nous ne sommes pas toujours absolument libres de choisir entre le bien et le mal… L’homme ne naît pas méchant ; il ne naît pas bon non plus, comme l’entend Jean-Jacques Rousseau, le vieux maître de ma chère Edmée. L’homme naît avec plus ou moins de passions, avec plus ou moins de vigueur pour les satisfaire, avec plus ou moins d’aptitude pour en tirer un bon ou un mauvais parti dans la société. Mais l’éducation peut et doit trouver remède à tout ; là est le grand problème à résoudre, c’est de trouver l’éducation qui convient à chaque être en particulier… »
.
.
Tableau de Corot

Billets de la lecture commune Somaja, Céline
D’autres billets chez George, Canthilde,
.
.
.
.