La punition d’Adam Black

Voyage en Ecosse, c’est Kiltissime, sur une idée de Lou et Cryssilda – 6ème billet

 .
La-punition-d-Adam-BlackLa punition d’Adam Black
Karen Marie Moning

.

Pour avoir contredit Aoibheal, reine des Tuatha Dé Danaan, Adam Black, prince Faë du D’Jai, reconnu aussi sous le nom de Sin siriche du, « le plus sombre et le plus puissant des elfes », se retrouve dépourvu de ses pouvoirs d’immortel et métamorphosé en humain. Sous les traits d’un forgeron écossais, fier highlander, musclé, immense, d’une beauté surnaturelle et irrésistible, il erre sur terre avec beaucoup de lassitude et de crainte. Son peuple est menacé, un pacte a été rompu par stratégie et des forces obscures complotent une guerre.

Dans l’Ohio, à Cincinnati, Gabrielle O’Callaghan est une sidhe-seer. Elle a la faculté de voir les faës qui sont invisibles aux yeux des simples mortels. Jeune femme prévenue par sa grand-mère du danger d’être insensible au féth fiada, « un charme à triple action qui rend celui qui s’en sert impossible à voir, entendre ou toucher », elle reste méfiante et s’oblige à rester imperturbable lorsqu’elle en croise un.

C’est dans un parc, qu’elle rencontre Adam Black, le plus terrifiant des faës. Allongé sur un banc, sa posture est lascive et pleine d’ennui. Son apparence lui rappelle un être vu sur de vieilles illustrations… un forgeron, à la longue chevelure, paré d’un torque et de bracelets en or, démoniaque, invulnérable, sans pitié et magnifique. Une odeur vient à elle et la paralyse. C’est une essence de jasmin et de santal. Aussitôt, elle le fuit, bataillant avec sa fascination charnelle et sa répulsion. Arrivée chez elle, elle trouvera la réponse à cette attirance dans les dix-neuf volumes datant du Vème siècle sur l’histoire des Faës ; ce prince est le pire de tous, cruel, vicieux, incomparable amant.

Adam, réveillé de sa langueur, est surpris d’avoir vu le regard de cette humaine s’attarder sur lui, habitué à être invisible et impalpable. La chasse est lancée, sa morosité s’atténue, il est un prédateur qui va retrouver sa proie, jouer avec elle et la dévorer.

Enfin… ce serment qu’il se fait, sera peut-être contrarié par la jouvencelle, pas si chétive et soumise qu’elle en donne l’air, et qui sera une aide précieuse pour vaincre Darroc, le doyen du Haut Conseil qui se réjouit de la disgrâce d’Adam et qui a délivré des Traqueurs.
De Cincinnati au nord de l’Ecosse, sur les terres des frères McKeltar, le prince faë cherchera à retrouver son immortalité avec l’assistance des druides Dageus et Drustan. Mais est-ce vraiment cela qu’il espère ?

Je n’ai pas aimé et ne vous le conseillerai pas. Sauf si vous avez la série, car il est le sixième volume des highlanders, donc indispensable à la collection.
Pimpi, je suis désolée de dire que j’ai trouvé ce livre comparable à un navet-rave. Je n’ai pas frémi, Adam ne m’a pas séduite et j’ai allègrement joué à saute-page. Le seul point positif, c’est l’histoire qui dévoile un peu du mystère du peuple de Danu, planète d’origine des Tuatha Dé Danaan et de Darroc, un être puissant que l’on retrouvera certainement dans d’autres épisodes…
Tous ces livres sont la genèse des « Fièvre », une série passionnante… à ne pas manquer…

Retrouvez la chronique de Pimpi sur cette série incontournable !!!
.

41k6a6fHAfL._SL160_
Peinture de Allaert van EVERDINGEN, château sur une colline
.
.
.
.