Gaspacho

logogourmandises5Les gourmandises de l’été

Recettes chez…
Asphodèle – Trifles au lemon curd
Nathalie – Tarte aux poivrons
Nahe – Pancakes aux flocons d’avoine
L’Irrégulière – Eaux de fruits
LylouAnne – Abricots et pêches gratinés façon « amandine »
Estellecalim – Banana bread au chocolat
Sandrion – Croquants de Cordes

.

Le prochain rendez-vous de l’été sera le 16 août

.

gaspacho1 

Gaspacho

.

Ingrédients :
– 5 grosses tomates
– 1 concombre
– 2 poivrons rouges
– 1 gros oignon rouge
– 2 jus de citron
– 1/2 verre d’huile d’olive
– 5 cuillères de crème de vinaigre balsamique
– Basilic, ail, sel, 5 baies moulues

Préparation :
– Passez les poivrons au four pour enlever la peau.
– Lavez les légumes et coupez les en gros morceaux. Si vous pouvez peler grossièrement les tomates, ça serait bien.
– Dans le bol du blender, mettez tous les légumes, pressez 2 citrons, ajoutez l’huile, la crème de vinaigre, des feuilles de basilic, les 5 baies moulues et suivant vos goût, mettez du sel et de l’ail.
– Mixez et placez au frigidaire…

Verdict : Ce sont tous les parfums du soleil !

.

gaspacho2

.

.

.

 

Nom d’une poule, on a volé le soleil !

logo illustrationslogo album1« Animaux du monde » de Sharon
« Je lis des albums » d’Hérisson


Une semaine d’illustrations, du 26 au 31 janvier

.

nom d'une poule on a volé le soleilNom d’une poule, on a volé le soleil !
Texte de Christian Jolibois
Illustrations de Christian Heinrich

.

Carmen et Carmelito sont fiers de leur père Pitikok qui tous les matins demande au soleil de se lever. Au chant « Cocoricooo ! », l’astre apparaît. Mais un jour… malgré les encouragements de ses enfants, Pitilok n’arrive pas à le faire poindre.
L’heure est grave. Une dissidence pointe son nez dans le poulailler et fomente un coup d’état. Les petits coqs se voient déjà au pouvoir !

Il est temps pour Carmen et Carmelito de sauver leur père et de partir en quête du soleil. Pour cela, ils seront aidés de Bélino, le bélier, et de Colbert, le canard. Dirigés par les « cherches-soleil », leur route les mènera dans l’atelier des frères Montgolfier où est entreposé l’un des plus beaux soleils…

img497 « Les P’tites Poules » est une série qui compte une douzaine d’histoires racontant la vie d’un poulailler.
Pour cet épisode, Carmen et Carmelito viennent en aide à leur père. La situation est attendrissante car Pitikok, malgré toute sa bonne volonté, ne peut assurer son travail. Il en est tout dépité et blessé. C’est un plaisir suprême de voir la fierté de ses enfants et d’être leur héros.

Des illustrations expressives, gaies, des personnages candides, une histoire belle, émouvante, amusante, je ne manquerai pas de m’intéresser aux autres livrets et essaierai de les lire dans leur chronologie ; le premier titre étant « La petite poule qui voulait voir la mer »… poétique !

 

Important, sachez traduire « cocorico ! » en toutes les langues…
– anglais : Cook-a-doodle !
– espagnol : Quiquiriki !
– russe : Kou-ka-ré-kou !
– chinois : Wou wou !
– japonais : Kou kou kou kou !
– allemand Kikeriki !
– italien : Chichirichi !
– irlandais : Cuc-a-dudal-du !

.

img496

.

.

.

L’ours et le soleil

logo_babelio« Je lis des albums » d’Hérisson, « Contes à rendre » de Coccinelle, « Il était une fois… » de Bianca et  « Animaux du monde » de Sharon
Un livre offert dans le cadre des Masses Critiques de Babelio – Partenariat avec la Maison Naïve pour la collection Naïve- Musique

.

l'ours et le soleilL’ours et le soleil
Un conte féerique en musique
Une adaptation de « L’ours qui avait pris le soleil » de Paul-Jacques Bonzon
Illustré par Anna Emilia Laïtinen
Raconté par Amaury de Crayencour et Domitille

.
L’hiver est long dans le Grand Nord… beaucoup trop long pour Sigrid et Peter !
Lorsque la neige tombe et qu’elle recouvre tout le paysage, l’instant est magique, de toute beauté. Les enfants jouent à se lancer des boules de neige, à faire des bonhommes et des courses de luge. Ils en oublient le froid dans leurs joies… Mais lorsque le temps hivernal s’affermit, reléguant le soleil derrière un rideau sombre et que l’épaisseur de la neige s’étale et fait disparaître toute couleur, Sigrid et Peter commencent à s’impatienter.
Où est passé le soleil ? Pourquoi tarde-t-il à revenir ? Ça va durer encore longtemps ?

Les parents aiment alors leur raconter l’histoire de l’ours qui avait pris le soleil…
« Au sommet de la montagne, vit un grand ours qui déteste le froid. Alors, quand la neige commence à tomber, il descend de la montagne, traverse l’immense forêt, attrape le soleil et l’emporte avec lui… »

img394Un soir, en bordure de forêt, le frère et la sœur entendent un bruit. Curieux, ils s’aventurent parmi les arbres denses et rencontrent un renard bleu qui leur adresse la parole ! Étrangeté que voilà ! Le renard parle !!! Aussitôt, Sigrid et Peter posent deux questions. Ils lui demandent s’il connaît l’ours qui a volé le soleil et s’il peut les conduire jusqu’à lui ? La première question fait rire le renard qui connaît bien « ce vieux filou ». Et pour la deuxième, après un minuscule temps de réflexion, le renard donne sa réponse… « D’accord, je veux bien être votre guide. »

Waouh ! Sigrid et Peter sont escortés par le renard à travers forêts et montagnes en pleine nuit, en plein froid, à la recherche du grand ours qui cache le soleil…
La route est longue et pénible pour les enfants, mais heureusement, ils rencontrent un renne majestueux qui les aide dans leur aventure…

Trouveront-ils la tanière de l’ours ? Sera-t-il grognon à son réveil ? Les mangera-t-il ? Et rendra-t-il le soleil qu’il chaparde tous les ans ?

l'ours et le soleil.
Tant de questions que l’enfant va se poser au fil de la lecture qui, fragmentée par des étapes, peut être interrompue à chaque chapitre. L’histoire est une adaptation d’un conte norvégien qui donne une explication à la disparition du soleil ; il hiberne en même temps que l’ours. Dans ce conte, l’ours est un animal protecteur et doux qui prendra soin des enfants, il n’a rien d’effrayant. Cependant, ce n’est pas la réputation que les hommes lui font. Sauvage, puissant, solitaire, on peut guère le considérer comme un doudou… et pourtant !
Cet album a de belles illustrations qui apportent beaucoup de douceurs et de rondeurs dans leurs traits et leurs couleurs. Il a la particularité d’être aussi un livre audio, dont la durée est de 35 minutes. L’écoute a un timbre mélodieux, cristallin et jeune. Il y a de la féérie dans les sons. Une petite musique composée par Baptiste Thiry, accompagne le récit (piano, violon, triangle…). Légère, aérienne comme les flocons, elle ponctue l’histoire.
Je suis certaine que le tout ravira le petit lecteur-auditeur qui aura peut-être une autre vision de l’astre et des saisons… C’est aussi l’occasion de lui raconter qu’il existe des pays où le soleil ne se couche jamais en été, et disparaît en hiver…

Un livre que je vous recommande !

.

img395

.

.

.

.