Baiser de l’Ombre, Tome III – Vampire Academy

Tome 1. Soeurs de sang
Tome 2. Morsure de glace

vampire academy tome 3Vampire Academy
Baiser de l’Ombre, Tome 3
Richelle Mead

 .
Quatrième de couverture :

« Pour Rose, l’heure de vérité approche.
L’entraînement est de plus en plus difficile, elle manque de concentrations, ses cauchemars l’empêchent de dormir. Et elle voit des fantômes… Un nouvel
effet secondaire du lien qu’elle partage avec son amie Lissa ou est-elle en train de devenir folle ?
Ce n’est pas à l’académie que Rose pourra trouver le repos. Les Strigoï choisissent ce moment pour attaquer et Dimitri est pris en otage. Rose aura à surmonter le plus terrible des dilemmes. Elle doit à tout prix protéger Lissa mais cela signifie-t-il forcément perdre pour toujours l’homme qu’elle aime ? »

Mauvais point pour cette quatrième de couverture qui dévoile tout ! Aucun suspens !

Pour lire cet épisode, il ne fallait pas que je le dissocie des deux premiers tomes ! Mes précédentes lectures datent de janvier 2011. Si elles avaient été décevantes, elles avaient eu aussi le mérite de lutiner ma curiosité ; un sentiment bien éteint lorsque j’ai tiré de ma PAL ce troisième volume dans lequel…
je me suis ennuyée. Je pourrais comparer cette série à un soufflé car l’histoire, avant de s’élever et de me captiver, met longtemps à monter et c’est une fois que l’intrigue est à son paroxysme, qu’il faut toute la lire, la déguster d’une seule bouchée, sans interruption, sans attendre plus d’une année pour le faire.

Dans ce livre, mon intérêt a été réveillé à la page 303. On se doute que l’auteur n’a pas écrit tout un tome pour blablater sur les esprits qui hantent Rose, on espère quelques pages d’action, on attend un tête à tête avec Dimitri, on veut savoir pourquoi Mason apparaît, on aimerait plus d’ironie d’Adrian, on veut voir des Strigoï manger des Moroï et la « petite dhampir » empaler des Strigoï… alors j’ai attendu, patiemment, page après page, entre deux roupillons… jusqu’à la 303ème, pour une centaine d’autres très remuantes ! Mais j’étais déjà plus agacée que comblée ;pour l’épaisseur du tome, le condensé était trop superficiel.

Vais-je lire la suite ? C’est un dilemme mais il faut être raisonnable ! J’abandonne Rose dans sa quête à retrouver l’homme qu’elle aime et je lui souhaite bien du bonheur…

Billets chez Cécile, Sandy, Bladelor, Mia, Adalana, Karine,

.
Vampire-Academy4
Dimitri
.
.
.
.

Soeurs de sang, Morsure de glace, Tomes I et II – Vampire Academy

Dans la rubrique jeunesse, j’ai lu les deux premiers tomes de la saga…

.
.

bannvampires1Vampire Academy
Richelle Mead
  Sœurs de sang –Tome 1
Morsure de Glace – Tome 2

 .

Dans un monde à la frontière du nôtre, il existe un genre « humain » qui se dissocie en trois castes.
Les Moroï.
Ce sont des êtres pacifiques dotés de pouvoirs surnaturels, magiques. Pour vivre, ils consomment du sang que leur offre les sources, des donneurs volontaires. Cette catégorie de vampires a une hiérarchie régalienne qui compte des dynasties royales, les Dragomir, les Ivashkov, les Dashkov… des noms aux consonances slaves.
Au contraire des vampires rencontrés dans la littérature, ils sont mortels et sujets aux maladies.
Les dhampirs.
Mi-humains, mi-Moroï, ils sont nommés aussi les « gardiens ». Ils représentent une élite de guerriers engendrée pour protéger les Moroï. Leur éducation, très physique, débute dès leur plus jeune âge dans des écoles spécialisées et se termine par un apprentissage sévère prodigué par un mentor jusqu’à leur Qualification, un adoubement par un maître dhampir. Leur force ainsi que certaines perceptions sensorielles sont décuplées par leur sang Moroï.
Ils ne peuvent pas se reproduire entre-eux, ce qui génère une diminution de la race.
Les Strigoï.
Vampires immortels, ils obtiennent ce statut de morts-vivants en ayant outrepassé les protocoles de moralité et dogmes religieux. Ils sont puissants, violents, cruels et sans miséricorde pour les Moroï qu’ils veulent supprimer. Parfois, l’appartenance à leur groupe se fait contrainte et forcée.

Rose et Lissa, sont deux étudiantes de dix-sept ans qui habitent dans un appartement de Portland,en colocation avec quelques jeunes de leur âge. Leur amitié qui date de l’époque de la maternelle, est sincère, fraternelle, voire fusionnelle. Leur relation étrange et hors du commun dépasse les liens complices, affectueux ou même amoureux que deux amies intimes peuvent éprouver l’une pour l’autre. Car Rose, Rosemarie Hathaway, est une dhampir, et Lissa, Vasilisa Dragomir, est une Moroï. Eprises de liberté, récusant un pouvoir qu’elles ne maîtrisent pas et qui les effraie, elles ont passé les deux dernières années à fuir la société qui les a vues naître, poursuivies par des gardiens chargés de les retrouver.
Une nuit; malgré leur vigilance, leur escapade prend fin. Un des plus célèbres dhampirs, Dimitri Belikov, les a pistées et les ramène à Saint-Vladimir, un lycée privé pour les jeunes Moroï et dhampirs.
« Un homme se planta devant nous et nous força à nous arrêter net. C’était lui : l’homme qui nous avait espionnées depuis le jardin. Il était plus âgé que nous, sans doute dans les vingt-cinq ans et mesurait plus de deux mètres. En d’autres circonstances, mettons, s’il n’était pas en train de ruiner tous mes espoirs de fuite, je l’aurais trouvé absolument craquant. Il avait un regard sombre, des cheveux bruns, attaché en queue-de-cheval, qui devaient lui arriver aux épaules et portait un long manteau marron. »
Le retour au sein de l’établissement sera ponctué d’une discipline plus drastique et d’un enseignement plus rigoureux car elles auront à rattraper leur retard. Rose sera confiée à Dimitri qui sera, le temps de sa formation, son mentor.
Entre les cours de magie, les retrouvailles avec les vieux amis, les petites fêtes nocturnes, les prémices amoureux, des inimitiés naissant de jalousie, les deux jeunes filles restent sur la défensive. Il est dans l’atmosphère un lourd secret qui empoisonnent leur existence et quelqu’un s’ingénie à cacher des cadavres d’animaux dans la chambre de Lissa.
Pour Rose, la clef du mystère se trouve dans la légende de Saint-Vladimir et dans le fait qu’elle a reçu le « baiser de l’ombre ».

Dans le second volume, Rose doit passer la « Qualification », l’ultime étape pour devenir la gardienne de Lissa, héritière de l’une des grandes familles royales. Cet examen aura pour juge, le plus illustre des dhampirs, Arthur Schoenberg. Dimitri, son instructeur, la conduit dans un lieu retiré et très protégé en pleine montagne, à cinq heures de route de Saint-Vladimir. Là, ils découvriront un macabre spectacle. Toute une famille Moroï et leur dhampir, Schoenberg, ont été massacrés. Les Strigoï se sont déchaînés, la guerre va commencer. Pieu dans le coeur, décapitation, combustion des corps, autant de manières de les combattre et les détruire.
 » La lame de l’épée heurta le côté de son cou en s’y enfonçant profondément… Lorsqu’elle essaya encore de m’attraper, je me reculai pour lui assener de nouveaux coups. Elle tomba à genoux en se tenant la gorge à deux mains. Je frappai encore et encore, lui tranchant chaque fois un peu plus les chairs. Décapiter quelqu’un n’était pas aussi facile que je croyais. La lame émoussée de mon épée ancienne n’aidait sans doute pas. »

.
J’ai lu ces deux tomes à la suite et ma lecture a été facile, agréable, mais pas passionnante. Cela sera une déception. Les personnages principaux sont sympathiques et séduisants. Les filles sont belles, les garçons… aussi ! Il y a de la romance, de l’humour, une pointe de mystère et de l’action. Cependant, je n’ai pas pu m’infiltrer dans l’histoire comme je l’aurais souhaité. Le style d’écriture m’a dérangé (ou la traduction) et j’aurais voulu plus d’épouvante, de noirceur, de magie… pour me maintenir en haleine (éveillée !). Serai-je trop âgée pour ce genre de lecture ? Oui, certainement ! vu les bonnes critiques qui fleurissent sur vos blogs.
Je ne lirai donc pas la suite, mais je compte sur vous pour me donner des nouvelles de Rose, Lissa, Dimitri, Christian…

Vous trouverez des lectures chroniquées chez VirginieCécile,

.
munch3Tableau de Edvard Munh – Vampire
.
.
.
.
.