Protocole gouvernante

Octobre est Halloween avec Lou et Hilde
France obscure
Un livre offert dans le cadre des Masses Critiques de Babelio par les Éditions Payot et Rivages

 

Protocole gouvernante
Guillaume Lavenant

Dans une société qui semble dystopique mais guère éloignée de la notre, l’histoire du Protocole est contée par un narrateur qui dicte un scénario très bien orchestré, à une jeune femme. Tout a été analysé, cadencé, et pour que sa mission soit menée à bien, il faut qu’elle en suive fidèlement chaque mot et chaque tempo. Le rythme est important, essentiel. Celui qui guide ses pas et qui nous invite à les suivre emploie le « vous ». Par ce pronom, il nous associe encore plus à elle… « Vous irez sonner chez eux un mercredi. Au mois de mai. Vous serez bien habillée, avec ce qu’il faut de sérieux dans votre manière d’être peignée. Vous ressentirez un léger picotement dans le bout des doigts. Il vous faudra tourner la tête et projeter votre regard sur le voisinage pour recouvrer votre calme. Ce qui finira par survenir, à la vue des pelouses bien tondues et du soleil qui dessine les contours de chaque chose… ».
La jeune femme suit à la lettre chacune de ses anticipations et lui voue une admiration et une confiance absolue. Dès les premières lignes, on comprend qu’elle a une mission à accomplir et qu’elle n’est qu’un pion sur l’échiquier. Mais le mystère est total.

Elle se présente pour le poste de gouvernante dans une famille aisée pour s’occuper de leur deuxième enfant, une petite fille de cinq ans qui se nomme Elena. Le mari et la femme trop pris par leur travail, ont sollicité ses services pour gérer également le quotidien de la maison. Dans une ambiance aseptisée et très conventionnelle, elle est considérée comme un androïde. Elle suit des rituels, doit se faire très discrète, parler quand on lui demande de parler et se tenir à l’écart ; aucune fantaisie. Cette distance prévue par le protocole est une manigance car au fil des jours, son comportement doit changer. Sans trop de hardiesse, elle doit gagner la confiance du couple et créer une complicité. Habilement, une toile se tisse.

Le narrateur pare au moindre détail, même pour les situations qui s’accompagnent d’un « si ». Le souffle s’accélère et l’angoisse monte crescendo. Des connivences avec la femme qui s’extériorise de plus en plus, oubliant ses névroses, et qui la convie à regarder une série télévisée avec elle, instaurant ainsi une familiarité anticonformiste… jusqu’à une entente charnelle avec le mari, le protocole mène la jeune fille au terme de ce qu’il doit se passer.

Sur un ton faussement monotone, l’intrigue captivante devient envoûtante lorsqu’on comprend que la jeune femme n’est pas seule à agir et que d’autres personnes larvées un peu partout n’attendent que le signal final pour se manifester. On parle alors de chaos.
L’auteur nous livre une fiction très originale qui glace le sang. Son univers nous rappelle un peu celui de « La servante écarlate » et les temps anarchiques des révolutions. Dystopie, thriller, conte terroriste, il est un futur que nous n’aimerions pas connaître. Nous refermons le roman, songeur…
Un livre surprenant à recommander !

Un autre billet du livre de… Keisha