Coup de foudre au poulailler

Challenge Animaux du monde avec Sharon
Une semaine illustrée

4ème billet

 

 

Coup de foudre au poulailler
Christian Jolibois
Christian Heinrich

Avant d’arriver à Paris, la troupe de théâtre du grand Coquelin s’arrête dans la basse-cour des Petites Poules pour donner une représentation. Une jeune poulette en détresse qui refuse le mari qu’on lui destine, un père furieux qui la déshérite, du panache, des cris, des envolées lyriques, la comédie se joue devant un public captivé, et Carmélito, entouré de ses amis, se trouve subjugué par la belle Roxane.

A la fin de la pièce, les comédiens commencent à ranger la scène et les spectateurs retournent à leurs activités. Mais Carmélito ne se sent pas bien ; on dirait qu’il est malade. Lorsque sa petite sœur, Carmen, invite Roxane à patiner avec eux, Carmélito se sent de plus en plus mal. En fait, ce sont les émois de l’Amour…

Comment déclarer sa flamme ? Alors que Carmen et Bélino le conseillent sur ce qu’il doit faire, ailleurs, Coquenpâte, Bangcoq et Molédecoq, trois jaloux, entreprennent de séduire eux aussi Roxane… Influencés par le vieux Cormoran, ils doivent élaborer le philtre de Tristan, une potion magique qui rend amoureux la personne qui la boit.
La recette : 1 cuillère de morve de rat, 1 louche de bouse bien chaude, 2 doigts de vomi de poisson, 1 dé à coudre de pus de crapaud, 1 pet de lapin et 3 poils roux de bébé lynx.

Entre ceux qui partent en quête d’ingrédients peu ragoûtants pour leur potion et celui qui s’est mis en tête de trouver une rose en plein hiver et qui va aller jusqu’au jardin des Mille-Fleurs de la Dame à la Licorne, l’aventure ne va pas être facile…
Qui gagnera la joute ?

C’est toujours un plaisir de lire l’univers du poulailler ! Entre le texte et les illustrations, nous passons un instant de grâce ! Plein d’humour, de détails savoureux et de références artistiques ou littéraires, on ne s’ennuie pas ! Quant à la dernière page de l’histoire, comme dans tous les autres livrets de la série, elle a une chute bien marrante…
Une basse-cour à recommander ++

 

 

 

 

La Poule au Bois Dormant

logo illustrations
Une semaine d’illustrations, du 08 au 13 février
« Animaux du monde » de Sharon

.

la poule au bois dormantLa Poule au Bois Dormant
Texte de Christian Jolibois
Illustrations de Christian Heinrich

.

Nos petits amis, Carmen, Carmélito et Bélino, partent dans un autre comté pour rendre visite à Coq Papi. Enthousiastes et sans crainte, ils laissent leur belle campagne pour découvrir les plaisirs de la ville où Coq Papi a la fonction de crieur public.

 La poule au Bois Dormant 1

La cité fortifiée est très belle, majestueuse avec ses tours ornées d’étendards colorés, ses remparts, ses rues pavées et ses échoppes animées, mais guère sympathique pour nos campagnards qui se font traités de « ploucs » dès leur arrivée !
Lorsqu’ils retrouvent Coq Papi, c’est pour le voir en plein travail, battre son tambour et clamer la tirade « Oyez ! Oyez ! Gentes dames, gentils messieurs, riches ou gueux… »
L’information qui suit, raconte l’histoire de la princesse Poule qui dort depuis cent ans dans le Bois Dormant. Seul un valeureux chevalier, après avoir affronté d’autres gentilshommes dans un « tournoi »,  pourra traverser le fleuve, vaincre le sortilège et aller la réveiller.

Carmen, Carmélito et Bélino restent pantois ! Cent ans !!! c’est long… Cois, il le sont encore plus quand ils apprennent que Coq Papi veut participer et devenir ce héros.
Mais quelqu’un surprend la conversation… c’est sa Seigneurie le Coq Noir qui ambitionne la place de champion. Fourbe, il va intriguer et faire tout pour écarter le principal concurrent.

Carmen, Carmélito et Bélino vont jouer les justiciers…

.
J’ai découvert les Petites Poules avec « Nom d’une poule, on a volé le soleil ! », et je compte bien poursuivre la série. Drôle, bien illustrée, pleine de vivacité dans les couleurs et les expressions, fine dans son humour, elle en devient irrésistible !
Cet épisode arrange le conte de la Belle au Bois Dormant de manière… particulière ! La Belle Poule inanimée réserve des surprises…
Je vous garantis la bonne humeur que cet album suscite. Entre le texte et les illustrations, le sourire s’épanouit.
Je vous le recommande ++

Extrait :

« La cité explose de joie.
On s’embrasse, on rit, on danse pour fêter le petit coq
qui a mis fin à l’odieuse malédiction.
Carmen est heureuse de retrouver son grand
-père :
– Papi kidnappé…
Papi martyrisé…
Mais papi… libéré !!! »

 .
D’autres billets chez Sharon, Valentyne,

.

La poule au Bois Dormant 32La poule au Bois Dormant 2

.

.

.

Nom d’une poule, on a volé le soleil !

logo illustrationslogo album1« Animaux du monde » de Sharon
« Je lis des albums » d’Hérisson


Une semaine d’illustrations, du 26 au 31 janvier

.

nom d'une poule on a volé le soleilNom d’une poule, on a volé le soleil !
Texte de Christian Jolibois
Illustrations de Christian Heinrich

.

Carmen et Carmelito sont fiers de leur père Pitikok qui tous les matins demande au soleil de se lever. Au chant « Cocoricooo ! », l’astre apparaît. Mais un jour… malgré les encouragements de ses enfants, Pitilok n’arrive pas à le faire poindre.
L’heure est grave. Une dissidence pointe son nez dans le poulailler et fomente un coup d’état. Les petits coqs se voient déjà au pouvoir !

Il est temps pour Carmen et Carmelito de sauver leur père et de partir en quête du soleil. Pour cela, ils seront aidés de Bélino, le bélier, et de Colbert, le canard. Dirigés par les « cherches-soleil », leur route les mènera dans l’atelier des frères Montgolfier où est entreposé l’un des plus beaux soleils…

img497 « Les P’tites Poules » est une série qui compte une douzaine d’histoires racontant la vie d’un poulailler.
Pour cet épisode, Carmen et Carmelito viennent en aide à leur père. La situation est attendrissante car Pitikok, malgré toute sa bonne volonté, ne peut assurer son travail. Il en est tout dépité et blessé. C’est un plaisir suprême de voir la fierté de ses enfants et d’être leur héros.

Des illustrations expressives, gaies, des personnages candides, une histoire belle, émouvante, amusante, je ne manquerai pas de m’intéresser aux autres livrets et essaierai de les lire dans leur chronologie ; le premier titre étant « La petite poule qui voulait voir la mer »… poétique !

 

Important, sachez traduire « cocorico ! » en toutes les langues…
– anglais : Cook-a-doodle !
– espagnol : Quiquiriki !
– russe : Kou-ka-ré-kou !
– chinois : Wou wou !
– japonais : Kou kou kou kou !
– allemand Kikeriki !
– italien : Chichirichi !
– irlandais : Cuc-a-dudal-du !

.

img496

.

.

.