le voyageur de Noël


Il éta
it cinq fois Noël de Chicky Poo et Samarian
Challenge Polars de Sharon

 

Le voyageur de Noël
Anne Perry

.
Décembre 1850, Les Lacs,

Henry Rathbone revient dans la région des Lacs chez son ami Judah Dreghorn, juge à Penrith, sur la demande de sa femme Antonia qui a de nombreuses choses à lui confier, car son ami Judah est décédé huit jours auparavant. Antonia, qui se trouve être également la filleule d’Henry, le désire à ses côtés pour la soutenir dans son immense peine, mais aussi pour lui faire part de ses doutes sur les circonstances étranges de la mort de Judah qui se serait noyé par accident dans une rivière en voulant passé le gué en pleine nuit.

Pour comprendre ses suspicions, elle lui raconte que depuis sa sortie de prison, Ashton Gower, un homme jugé coupable par Judah de faux en écriture et condamné à onze ans de réclusion, accusait Judah d’avoir ourdi un véritable complot pour le spolier de son héritage. Gower avait hérité de son père d’un domaine, le plus magnifique de la région, qui générait de grands profits. Mais une autre branche de la famille le revendiquait et avait apporté la preuve que Gower avait trafiqué les actes notariés. Après l’emprisonnement de Gower, Judah avait acheté la propriété aux nouveaux héritiers.
Cette propriété dont les revenus permettaient aux frères de Judah de vivre leurs passions et leurs professions aux quatre coins de la planète, était devenue leur terre d’exil lorsqu’ils revenaient en Angleterre. Ce Noël devait tous les rassembler.
Judah avait été l’aîné d’une fratrie de quatre garçons. Benjamin, ancien pasteur, vivait en Palestine où il faisait des recherches en archéologie biblique. Ephraïm était botaniste en Afrique du Sud. Et Nathaniel, mort de maladie, avait été un géologue parti étudier les grands territoires en Amérique. A présent, des Dreghorn, il ne reste que Benjamin, Ephraïm, Naomi, la femme de Nathaniel, Antonia, la femme de Judah, et leur fils Joshua.

Henry qui souhaiterait réhabiliter l’honneur de son ami, un homme intègre et estimable, devra attendre l’arriver de Benjamin et Ephraïm avant d’entamer la moindre enquête. A la demande d’Antonia, c’est lui qui ira les chercher à la gare et qui leur annoncera la mort tragique de leur frère tant aimé…

Dans les contes de Noël d’Anne Perry, devenus un rendez-vous incontournable, ce titre est le deuxième de la série. Il a pour héros Henry Rathbone, le père du brillant avocat Oliver Rathbone qu’on retrouve dans les histoires du détective William Monk. En général, l’intérêt de ces livres se trouve bien plus dans les atmosphères des Noëls victoriens que dans les intrigues policières, sauf pour ce roman. Le cadre enchanteur de la belle région enneigée des Lacs, n’allège en rien l’ambiance lourde du deuil et relègue Noël au dernier plan. Dans un enchevêtrement de témoignages et de vieux papiers, Henry et les frères de Judah font tout pour découvrir le mystère de sa mort et innocenter sa mémoire.
Je vous invite à cette lecture, de l’épaisseur d’une nouvelle, avec un thé et des crumpets…

.

Peinture de John Atkinson Grimshaw
Lake District

.

.

.

 

 

 

Publicités

Le rituel des Musgrave


Le mois anglais avec Cryssilda et Lou

Littérature anglaise avec Titine
Challenge Polars de Sharon

.

.

Le rituel des Musgrave
Arthur Conan Doyle

.
John Watson n’a guère de miséricorde envers Sherlock Holmes lorsqu’il nous confie ses petits défauts. Dans sa vie privée, le grand détective est  brouillon, négligent et complètement incohérent. On peut découvrir n’importe quoi dans le beurrier ou dans une soupière… et il est incapable de ranger correctement ses papiers. On le savait déjà souffrant de mélancolies, mais dans l’introduction de cette nouvelle, nous le découvrons très désordonné.

C’est dans le chaos des archives à classer, où Watson harangue son ami en le priant de de ranger les documents de ses affaires dans des cartons, que le rituel des Musgrave refait surface. L’histoire des Musgrave, la troisième enquête de ses débuts, est chroniquée dans les Mémoires, juste après « Le Gloria Scott ». Toutes deux font référence à des camarades de classe qui avaient sollicité Holmes pour résoudre des énigmes concernant leurs familles.
Sorti de son abattement, Holmes ouvre une petite boîte en bois dans laquelle se trouve des objets variés : un vieux papier, une clé en cuivre, une cheville de bois, une pelote de ficelle et trois sous en métal rouillé. De ces pièces, souvenirs de ce qu’il nomme « Le rituel des Musgrave », le mystère s’établit avec ce vieux papier du XVIIè siècle que l’on transmet aux générations successives :

« – À qui appartenait-elle? – À celui qui est parti.
– Qui doit l’avoir? – Celui qui viendra.
– Quel était le mois? – Le sixième en parlant du premier.

– Où était le soleil? – Au-dessus du chêne.
– Où était l’ombre? – Sous l’orme.
– Comment y avancer? – Au nord par dix et par dix, à l’est par cinq et par cinq, au sud par deux et par deux, à l’ouest par un et par un et ainsi dessous.
– Que donnerons-nous en échange? – Tout ce qui est nôtre.
– Pourquoi devons-nous le donner? – À cause de la confiance. »

Holmes raconte…

Décidé à gagner sa vie en tant que détective, le jeune Holmes reçoit la visite de Reginal Musgrave, un ancien camarade qui est l’héritier d’une vieille lignée d’aristocrates. A la mort de son père il a hérité du domaine de Hurlstone, des terres et une vieille bâtisse immense « pleine de coins et de recoins » qui nécessite une importante domesticité. Parmi les serviteurs, le majordome Brunton est un personnage étrange qui ne semble pas être à sa place. Homme très intelligent, beau, séducteur, il aurait pu prétendre à d’autres fonctions que celles qu’il occupe. Le cas qui amène Reginal à consulter Holmes concerne justement Brunton qui a disparu sans laisser de message, après avoir commis un impair impardonnable en prenant ses aises dans la bibliothèque. Lorsque Reginal l’avait surpris, il compulsait comme envouté, les vieux papiers de la famille, dont le rituel des Musgrave. Renvoyé avec un sursis de huit jours, Brunton avait perdu sa morgue et s’était montré obséquieux comme jamais. Mais deux jours plus tard, sa fiancée Rachel Howells, une femme de chambre, avait annoncé son brusque départ dans une crise d’hystérie ; Brunton ayant tout laissé dans sa chambre, vêtements et argent.
Ce que rapporte Reginal ne se limite pas à ce seul évènement. Quelques jours après la disparition de Brunton, Rachel qui était tombée malade disparaissait à son tour.

Pour Holmes, les prémices de l’enquête débutent dans l’énigme du rituel… à l’ombre d’un vieil orme de dix-neuf mètres de haut, de sept mètre de circonférence et datant de l’époque de Guillaume le Conquérant.

.
A travers les souvenirs de Holmes, cette nouvelle si courte est une des plus denses. L’histoire nous mène dans une chasse au trésor et les disparitions de Brunton et Rachel passent au second plan jusqu’à la chute finale. L’aventure est captivante le trésor vous surprendra !
Des enquêtes à recommander…

.

Dans un autre genre, l’épisode de la série télévisée avec Jéremy Brett, chez Belette

.

 

L’employé de l’agent de change

Challenge polars avec Sharon
40 nouvelles pour mars, avec Aymeline
Et mois Kiltissime de Cryssilda
Mes lectures avec Sherlock…

.

.

L’employé de l’agent de change
Les mémoires de Sherlock Holmes
Arthur Conan Doyle

.

Les nouvelles des mémoires ne suivent pas la chronologie des enquêtes. Dans cette dernière, John Watson est marié et a pris la clientèle d’un vieux médecin dans le quartier de Paddington.
Un matin, à sa grande surprise, il reçoit la visite de Sherlock Holmes qu’il n’a pas vu depuis l’affaire du Signe des Quatre. Le motif invoqué ? Ajouter à sa collection d’énigmes une chronique inédite. Alléchante proposition ! Watson ne se fait pas prié pour suivre son ami…
Durant le voyage en train jusqu’à Birmingham, le client Hall Pycroft raconte l’affaire qui le mène à consulter le détective. Au chômage depuis quelques mois, après la faillite de la banque pour laquelle il travaillait depuis cinq ans, il commençait à désespérer quand un emploi dans le bureau de change Mawson & William’s lui est proposé. Mais après avoir signé, une autre proposition lui ai faite, encore plus prestigieuse que la première. Une société en quincaillerie lui offre le poste de directeur avec une rémunération très attrayante. Malgré qu’il soit déjà en contrat, Pycroft décide de s’engager auprès de la seconde, et dans l’immédiat, suivant le conseil d’Arthur Pinner l’agent de la quincaillerie, de n’en référer à personne.
C’est en se rendant dans les bureaux de l’entreprise que Pycroft soupçonne un traquenard. La société à Birmingham n’est référencée sur aucune plaque professionnelle, les locaux sont impersonnels, vides, poussiéreux, et l’homme qui le reçoit est le sosie de Pinner…
L’aventure commence pour les trois hommes, Pycroft, Watson et Holmes !

Lorsqu’il est affaire d’escroquerie… Cette enquête n’a pas le brio de certaines, mais c’est toujours un grand plaisir de lire la trame d’un scénario bien élaboré, dont le dénouement déconcerte un peu.

.

.

.

.

Le chien des Baskerville

3123380775Octobre en Halloween avec Hide et Lou
Des polars chez Sharon
Une lecture commune avec Belette qui a vu une adaptation télévisée et qui a lu le livre.

.

le-chien-des-baskerville-699436Le chien des Baskerville
Arthur Conan Doyle

.
Cette histoire est à lire par un après-midi pluvieux d’octobre, sous un plaid, dans le jour déclinant. Munissez-vous d’une tasse de thé ou d’un chocolat bien crémeux pour vous réconforter…

A Londres, le brouillard est épais et le vent d’octobre est froid. James Mortimer, un médecin de campagne, vient demander conseil à Sherlock Holmes qui se trouve en compagnie de son ami John Watson, au 21 Baker Street. Il introduit sa requête en louant les qualités du détective… « A un esprit féru de précision scientifique… Mais chacun reconnaît que vous êtes incomparable en tant qu’homme pratique ». Car l’affaire qui l’amène tient d’une chimère datant de 1742.

Installé dans le Devonshire depuis son mariage, Mortimer a eu pour patient et ami Sir Charles Baskerville, un baronnet qui a su rétablir la fortune de sa famille que des ancêtres avaient dilapidée. Propriétaire d’un manoir sis sur des hectares de landes, à sa mort, il laisse un bel héritage à un neveu Canadien. Les questions étant… Doit-il montrer à Henry les écrits qui narrent la légende des Baskerville et doit-il raconter l’étrange décès de son oncle Charles. Le vieil homme qui avait le cœur fragile est mort d’une crise cardiaque, la nuit, sur la lande boueuse. Il avait pour habitude le soir de se promener dans une allée d’ifs devant le manoir, mais Barrymore le majordome a retrouvé son corps dans une direction opposée. Un bohémien a témoigné qu’il avait entendu des cris et lorsque Mortimer a dû confirmer la mort, il a découvert sur le visage de son ami un rictus d’épouvante qui le défigurait ; à ses côtés, « des empreintes d’un chien gigantesque ».
La malédiction ! Sherlock Holmes convie Mortimer à lire le manuscrit relatant cette damnation qui se rattache aux Baskerville depuis des siècles… Hugo Baskerville était un être foncièrement méchant. Une nuit, après avoir enlevé une jeune paysanne pour lui faire subir des outrages, il a été retrouvé, égorgé par un chien monstrueux venu des enfers. Trois de ses amis qui l’accompagnaient avaient décrit la bête
et traumatisés, avaient perdu, l’un la vie, les deux autres leur raison ; « … immonde, une grosse bête noire, bâtie comme un chien, mais bien plus grande que n’importe quel chien… »

L’histoire est passionnante et inquiétante, un chien diabolique et une lande battue par les vents. Elle titille l’ardeur de Holmes qui commence à analyser les faits. Il propose à Mortimer de rencontrer Henry le lendemain et de ne rien lui dévoiler durant les vingt-quatre prochaines heures. Watson appelle cette phase indispensable à Holmes « l’intense concentration mentale ».
Ce ne sera alors que le lendemain dans la soirée que tous se retrouveront dans le salon du détective pour structurer l’enquête.
Holmes restera à Londres et Watson partira avec Henry Baskerville et James Mortimer dans le Dartmoor. Il lui écrira des rapports les plus détaillés possible.
« – L’endroit doit être sauvage.

– Oui. Si le diable désirait se mêler aux affaires humaines…
– Tiens ! Vous penchez maintenant pour une explication surnaturelle ?
– Les agents du diable peuvent être de chair et de sang, non ?… »

D’après les prémices de quelques petites investigations, Holmes peut déclarer que la nature du crime n’est pas si surnaturelle qu’on nous le laisse croire. Et il est à prévoir que le chien des Baskerville se manifestera encore…

.
Cette enquête, de trame assez classique, est l’une de mes préférées. Même si Sherlock Holmes n’apparaît que vers la fin, on l’imagine tout au long de la lecture, dans l’ombre de Watson, prêt à intervenir. L’ambiance et les décors rendent l’histoire captivante. Les landes sauvages et rudes sous des cieux automnaux, des nuits funèbres, des cris perçants d’oiseaux de proie, et beaucoup de solitude. La nuit dans le manoir, Watson guette le moindre bruit, la moindre lueur, et nous de même ! Tout le monde semble suspect et on attend avec impatience de lire le moment où la bête sortira de son trou. Superstition, crédulité, vieille légende, monstre diabolique et être despotique inspirent les criminels. Je précise que même Holmes aura des frissons de peur…
Il me semble qu’Agatha Christie s’est inspirée de certaines scènes pour étoffer une des enquêtes de Poirot. Un tableau, une ressemblance, nous rapprochent  du dénouement.
Une très bonne histoire que je vous conseille !

.

le-chien-des-baskerville-pic4


Adaptation cinématographique

.

.

.

Le ruban moucheté

11188172_391095041080163_5368143613513055468_nlogo british mysterieslogo XIXème 2«XIXème siècle» de Fanny
«British Mysteries» de Lou et Titine
Mois anglais de Lou, Titine et Cryssilda, 14ème billet

.

.le ruban mouchetéLe ruban moucheté
Les aventures de Sherlock Holmes
Arthur Conan Doyle

.

Un matin d’avril 1883,

Profitant de l’absence de son beau-père Grimesby Roylott, Helen Stoner demande à Sherlock Holmes d’enquêter sur la mort suspecte de sa sœur Julia. Pour étayer et justifier ses soupçons, elle dresse les grandes lignes qui permettront à Holmes de se faire une première opinion…
Veuve avec deux petites filles de deux ans, des jumelles, sa mère a épousé le docteur Roylott qui était au Bengale dans la garnison de son mari, le général Stoner. Elle apportait dans la corbeille de mariage, une belle fortune qui, selon son testament si elle devait disparaître la première, devait se partager en trois parties ; une pour son mari et les deux autres pour ses filles. Aussitôt après les noces, ils décidèrent de retourner en Angleterre où Roylott voulait s’installer. Mais la mort de sa mère, survenue à cause d’un accident de chemin de fer, changèrent les projets. De Londres, Roylott, tuteur des filles, les prit et les emmena sur son domaine familial, Stoke Moran, une terre morcelée, réduite, et un manoir défraîchi, hypothéqué par les derniers héritiers. Là-bas, tout était austère et les humeurs coléreuses, sauvages, de Roylott rythmaient le quotidien, en effrayant tout le monde. Personne n’osait s’aventurer et affronter les bêtes dangereuses qu’il faisait importer des Indes.
Un jour, Julia revint de chez leur tante avec une belle nouvelle. Elle avait rencontré chez elle un jeune homme très bien, s’en était éprise et s’était fiancée aussitôt, à lui. Les noces furent organisées, mais deux semaines avant, on retrouva Julia en agonie sur le seuil de sa chambre, à crier « Oh mon Dieu ! Hélène ! Le ruban ! Le ruban moucheté ! ».
C’était il y a deux ans… Hélène s’en souvient comme si cela avait été la veille.

Holmes et Watson ne l’interrompent pas. Chaque détail a son importance. Ce n’est que sur la fin du récit que Holmes lui demande de lui décrire la chambre et l’aménagement des pièces. Mais pour connaître le fin mot de l’histoire, il devra s’y rendre sur place, en compagnie de son fidèle ami.
Le temps presse… Hélène est amoureuse et doit bientôt se marier. Lors de la précédente nuit, elle a entendu le bruit feutré et les sifflements qui réveillaient et tourmentaient sa sœur juste avant sa mort.

Révolver et brosses à dents sont les seules affaires qu’ils emportent pour leur voyage dans le Surrey. Holmes espère dénouer cette triste affaire, le plus rapidement possible.

.
Watson rapporte les faits et nous donne des chiffres dès le début de cette nouvelle. Huit ans qu’il connaît Holmes, qu’il « étudie les méthodes », pour soixante-dix affaires. Il catalogue celle-ci « d’inhabituelle et fantastique ». C’est certainement le même avis que Conan Doyle.
L’intrigue a la construction des autres. Une cliente vient à Baker Street et demande l’aide de Sherlock Holmes. Watson est présent. Lorsqu’elle se confie, Holmes regroupe les informations et commence à les connecter. Il pourrait déjà donner le nom du meurtrier, le mobile, mais n’a pas encore découvert l’arme du crime. C’est justement ce dernier point qui rend l’enquête très intéressante et originale. Il est amusant aussi d’imaginer Holmes a l’affut du moindre indice… « à quatre pattes, le visage contre terre, ou plutôt collé à la loupe… ».
Le paysage et l’atmosphère présentés donnent à notre vision un caractère chimérique et extravagant. U
n parc habité par des animaux exotiques, un manoir en ruine, une descendance qui se dégénère, des bohémiens qui campent dans le bois, une jeune fille en détresse… il ne m’en faut pas plus pour me transporter.
A recommander

P.S. : La dessinatrice Christel Espié a illustré ce roman dans un très bel album paru aux éditions Sarbacane.
.

le ruban moucheté.

.

.

.

Mariage impossible

ban10« Le mois anglais » avec Titine, Lou et Cryssilda – 15ème billet
Challenges…« XIX siècle » de Fanny et Kheira, « God save the livre » d’Antoni, « British Mysteries » de Hilde et Lou, « Polars » de Liliba et Anne Perry de Syl.

Une lecture commune avec Adalana et Shelbylee

.
Série William Monk

Tome I, Un étranger dans le miroirTome II, Un deuil dangereux
Tome III, Défense et trahisonTome IV, Vocation fataleTome V, Des âmes noires Tome VI, La marque de CaïnTome VII, Scandale et calomnie
Tome VIII, Un cri étranglé

.

Monk9Mariage impossible
Tome IX
Anne Perry

.
Londres, 1860,

Oliver Rathbone est considéré comme l’un des meilleurs avocats d’Angleterre. Reconnu par ses pairs, reçu dans les plus grandes familles et anobli par la reine, il peut être fier de sa notoriété. Perdu dans ses réflexions, il est dérangé par son clerc qui lui annonce une visite.
Suivi pour violation de promesse, l’architecte Killian Melville souhaiterait qu’Oliver le représente lors de son procès. Son histoire, surprenante et bien difficile à comprendre, se résume à une certitude… il n’épousera jamais Miss Zillah, la fille de son client  Mr Barton Lambert. L’amitié qui l’unissait à la jeune fille a été mal interprétée et très vite, il s’est vu piégé dans les préparatifs d’un mariage. S’il refuse l’union, la réputation de Zillah sera entachée, la bonne société lui tournera le dos, elle ne pourra plus se marier et restera une vieille fille bannie. Le procès est donc inévitable.
Lorsque Oliver le questionne sur sa résolution à ne pas se marier, Melville reste hermétique à toute explication. Certes, la demoiselle est très belle, douce, intelligente et amoureuse, elle est de surcroit la fille de son mécène qui lui offre l’opportunité de réaliser ses œuvres, mais pour rien au monde il ne se trahirait pour de faux sentiments et certainement pas pour de l’ambition.
 » – Je suis un très bon architecte, sir Oliver, reprit-il à mi-voix. Certains me trouvent même brillant. je ne devrais pas avoir à me prostituer pour obtenir du travail. »
Pour Oliver, il n’y a pas d’alternative, il assurera la défense du mieux qu’il pourra, mais avant, il demandera à William Monk d’enquêter sur Melville et les Lambert.

Hester Latterly travaille à Tavistock Square, un quartier du nord-ouest de Londres, dans la famille des Shelton. Le lieutenant Gabriel Shelton est revenu des Indes défiguré et amputé d’un bras. Sa convalescence est hantée par des visions du massacre de Cawnpore (voir article wikipédia « Révolte des cipayes ») où ses camarades, des civils, des femmes et des enfants furent sauvagement assassinés. « – Nous étions plus de neuf cents… Nous sommes quatre à avoir survécu. » Physique et psychique sont atteints et pour l’aider à affronter ses cauchemars, les exorciser, Hester lui décrit ses propres souvenirs de Crimée, à l’époque où elle était une infirmière des troupes de Florence Ninghtingale. Même si une horreur ne peut en chasser une autre, même si cette complicité n’est pas du goût du frère aîné de Gabriel, Hester arrive petit à petit à sortir le jeune homme de son enfer. Son dévouement, son courage, son anticonformisme, sont des caractères qui intriguent  Perdita, la femme de Gabriel, qui se trouve démunie face à ce mari qu’elle ne comprend plus. Une autre personne approuve les manières sans fard d’Hester, c’est Miss Jackson, la femme de chambre de Perdita. Bien vite, elle perçoit en Hester une personne fiable et généreuse en qui elle peut confier ses remords. Lors d’une discussion, alors qu’elles en sont à parler du visage défiguré de Gabriel, Martha Jackson raconte la triste histoire de la famille de son frère. Au décès prématuré de celui-ci, sa femme a fui en abandonnant à l’orphelinat ses deux petites filles qui souffraient de malformations au visage et de surdité. Vingt ans après, Martha ne peut s’empêcher de penser à ses nièces et son vœu le plus cher serait de les retrouver. Plus proche du fantasme que de la réalité, ce souhait semble impossible mais c’est sans compter la foi et l’obstination d’Hester qui voue une confiance absolue dans les talents d’enquêteur de son ami William Monk…

Sa bienfaitrice et confidente Lady Callandra Daviot étant en Ecosse, William Monk va chercher auprès d’Hester quelques conseils sur sa dernière investigation. L’âme humaine, en particulier celle des jeunes filles de la bonne société et de « l’inconvenance » à rester célibataire, est moins impénétrable pour elle que pour lui. Les plaisirs de la revoir, de se décharger de ses préoccupations, de la trouver en meilleure forme et bien installée, font qu’il repart  de chez les Shelton réconforté, entreprenant, et nanti d’une deuxième enquête. Les deux affaires paraissent insolubles, tortueuses, et pourtant il se sent plus résolu et téméraire qu’avant. Hester est toujours pour lui une source d’agacements, mais aussi de sérénité, non… mieux, de bonheur.

Le procès Melville-Lambert débute avec toute la hargne de l’avocat adverse qui n’hésite pas à divulguer de façons calomnieuses les mœurs « contre-nature » de Melville. L’affaire prend une telle proportion que, chose inhabituelle, Rathbone se sent vaincu avant même d’avoir commencé. Maître de rien, incapable d’avoir la moindre explication de la part de son client qui se borne à se taire, il est seulement le témoin d’un acte perdu d’avance, découragé et déçu. Cette déception prendra toute son ampleur lorsqu’on l’avertira du suicide de Melville ; un être brillant, fascinant, que tous regrettent déjà.

Pourquoi ? Une question supplémentaire que Monk devra élucider. Sur les traces des nièces de Martha dans le Londres le plus sordide, sur le passé mystérieux de Killian Melville et sur les personnalités de la famille Lambert, Monk va se démener et découvrir tragiquement que toutes les routes mènent à une seule destination.

.
Ce 9ème tome de la série William Monk est l’un de mes préférés. Anne Perry me surprend toujours. Si j’arrive parfois à soupçonner le meurtrier bien avant les justiciers, je suis toujours épatée par l’histoire et celle-ci est particulièrement étonnante. Comme souvent, l’auteur aime ajouter à sa trame des fils qui finissent par se rejoindre dans le final ; tout s’imbrique pour ne former qu’une intrigue. On pourrait penser que ce surpassement est excessif et théâtral, mais non… on salue l’imagination.
Dans cette lecture, c’est William Monk qui fera le lien, il est l’électron voyageur. Oliver est accaparé par sa plaidoirie et son client, quant à Hester, elle est au service des Sheldon. Monk, embauché par l’un et l’autre pour des affaires différentes, se verra tiraillé et obsédé. Les deux enquêtes sont difficiles à résoudre, presque impossibles.
Le roman aborde différents thèmes importants de cette époque victorienne. En parallèle et en analogie des mystères, il y a la Compagnie anglaise des Indes orientales et la révolte des Cipayes de 1857 à 1859, la condition de la femme dans la bonne société, l’éducation supérieure et l’homosexualité. Des sujets déjà traités par Anne Perry.
Il est à signaler que ce volume voit la réponse à une question que tout lecteur de la saga Monk se pose… et ce, dès le premier tome. Le cas de Melville, sur le mariage ou le célibat, va faire réfléchir Monk et Rathbone. L’un des deux va se décider à franchir le pas…

Un livre et une série à conseiller +++

.
D’autres billets chez Adalana, Shelbylee, LilouSoleil,

.

James_Tissot
Peinture de James Tissot

.
.
.
.
.

La mort s’habille en crinoline

logomelangedesgenres1logo XIXème 2logo thriller 13« Mélange de genre » de Miss Léo
« Polars » de Liliba
« XIXème siècle » de Fanny
Une lecture commune avec Bianca et Fanny

.
.

la-mort-s-habille-en-crinolinesLa mort s’habille en crinoline
Jean-Christophe Duchon Doris

.
Paris,

Mme Roger est une couturière réputée. En ce mois de janvier 1856, elle espère avoir dans sa clientèle Virginia Oldoïni, une aristocrate Piémontaise de dix-huit ans mariée au comte de Castiglione. Jeune, très belle et ambitieuse, elle a quitté Turin (son mari, ses amants) à la demande de son cousin Camillo Cavour, un homme politique dévoué à son roi Victor-Emmanuel II, qui souhaite la présenter à l’empereur Napoléon III.
La rencontre se fera à l’occasion d’un bal aux Tuileries et, pour briller de toute sa beauté, la rendre exceptionnelle, il lui faut des atours précieux.
Les soies se déversent dans des teintes flamboyantes, audacieuses, attractives ; il en faut quatre mètres pour recouvrir vingt-huit cerceaux de huit mètres d’envergure, une crinoline unique, véritable cage d’acier fabriquée par les frères Peugeot…
Dans l’atelier de Mlle Annabelle, les petites mains doivent satisfaire cette commande spéciale. Le travail, sur un tissu « bleu ciel et argent », va se poursuivre jusqu’au milieu de la nuit, alors que les ouvrières sont à tirer l’aiguille depuis l’aube. Eglantine, douze ans, est la plus jeune de l’équipe. Elle est heureuse de travailler avec sa meilleure amie Camille qui l’a prise en charge au décès de sa mère. Camille est belle, toute en douceur et en courbes, avec un port élégant, bien différente des autres commises. Elle pourrait jouer la doublure de la Castiglione pour les essayages des robes…

Sept ans plus tard,

Dans les chantiers des nouveaux quartiers haussmanniens, un homme balance le corps d’une jeune femme dans un trou, le cache sous des gravats et part, satisfait de son crime.
Le lendemain, lorsqu’on découvre le cadavre, nu et égorgé, le commissaire Thomazeau charge son nouvel inspecteur Dragan Vladeski de l’enquête.
Les détails révèlent que la jeune personne n’est pas une miséreuse, ce que confirme une amie venue l’identifier. Sans se faire prier, la jeune femme raconte, donnant à cette enveloppe un peu d’âme qui n’est plus.
L’affaire aurait pu rester en suspens car Dragan a été renvoyé de la police pour une affaire ridicule, mais d’autres assassinats sont commis, dont un qui déclenche agitations et malaises jusque dans le cabinet du Ministre de l’Intérieur. Par le fait du hasard, c’est Dragan qui tire de la Seine le corps de cette femme. La mort est, comme pour les autres cas, due à une lame, cependant le corps n’est pas dénudé, mais revêtu d’une robe imposante, magnifique et unique… bleu ciel et argent… C’est à cet instant que le mystère se dévoile un peu. Toutes ces femmes ressemblent à la comtesse de Castiglione, l’italienne qui fut durant deux ans la maîtresse de Napoléon III, célèbre pour sa beauté, son intelligence et sa puissance sur les souverainetés.

« – Discrétion et efficacité ! Je compte sur vous, monsieur Vladeski. Il va de soi que l’identité et le mobile de l’assassin de cette pauvre fille nous importent peu. Tout ce que nous voulons, c’est nous assurer que tout cela est sans lien avec la Castiglione et l’Empereur ! »

Réintégré dans la police, Dragan dirige ses pas vers les ateliers de couture et reprend contact avec la jeune fille qui l’avait ému, au début de sa première enquête. Eglantine est même prête à l’assister pour venger le meurtre de son amie.
Ils vont alors chercher pourquoi la mort s’habille en crinoline…

.
Pour ce roman, l’auteur nous embarque dans le Second Empire. Je l’avais laissé avec le procureur Guillaume de Lautaret sous le règne de Louis XIV et je me retrouve plus de cent cinquante ans plus tard avec un autre enquêteur, Dragan Vladeski. Ce personnage, tout aussi séduisant que son précédent, plaît aux dames ! Ténébreux, beau, cultivé, une prestance aristocratique, des traits slaves, Dragan est le petit-fils bâtard d’un prince Croate. Ce qui peut séduire aussi chez lui, c’est une certaine forme d’innocence ou d’inexpérience.
Dragan est accompagné d’Eglantine, une jeune fille qui connaît les arcanes des ateliers de couture et les personnes qui les occupent. Elle a une belle personnalité, une jeunesse pétulante, qui allie ingénuité, sincérité et témérité.
Durant cette enquête, ils vont se découvrir.
L’histoire mêle des personnages fictifs à ceux de notre Histoire et peint le tableau d’un Paris qui subit d’énormes changements. Ils se voient dans les transformations urbaines pensées par le Baron Haussmann, la modernité des nouvelles technologies que l’on découvre lors des expositions universelles, comme la photographie, la mode qui n’en finit pas de se réviser… et les affaires politiques à l’affut des remous de l’Europe. L’ère est au progrès, mais les ouvriers et les pauvres gens subissent toujours les diktats des fortunés.
Personnage central, la comtesse de Castiglione nous permet de fréquenter ces différents milieux. Sensible au style qui la pare et la transfigure, elle sait faire la mode. Elle sait également mettre en scène les photos de Pierre-Louis Pierson dans lesquelles elle s’idéalise. Mystérieuse, elle joue de ses absences et de ses apparitions, laissant à ses admirateurs le droit de la vénérer via des imitations.

J’ai aimé ce nouveau roman de Jean-Christophe Duchon-Doris et comme le dit ma copine de lecture commune Bianca, « c’est l’évocation historique qui m’a intéressée » le plus… mais je tiens à préciser que les scènes qui relatent les meurtres, dans un jeu du chat et de la souris, captivent bien le lecteur !

Je vous recommande cette lecture.

D’autres billets chez Titine, Bianca et Fanny

.
castiglione

.
.
.
.
.

.