Fils de sorcières

Octobre, challenge Halloween avec Lou et Hilde

 

 

Fils de sorcières
Pierre Bottero

Jean est un petit garçon de dix ans qui vit entouré de femmes, mais des femmes d’un genre tout à fait exceptionnel. Sa grand-mère, sa mère, sa petite sœur et ses tantes sont des sorcières ! Cette particularité génétique ne se transmet qu’aux filles et il est bien difficile aux hommes de la famille de s’intégrer s’ils refusent la magie. Le père de Jean n’a pu le supporter et il est parti un jour quand son fils avait cinq ans. Sans retour, sans nouvelles, Jean n’a de lui qu’une photo où il pose heureux aux côtés de sa mère.

C’est la fin des grandes vacances et il compte bien en profiter avec son copain Baptiste, mais sa mère doit partir sur Paris où elle a rendez-vous avec ses quatre sœurs. C’est donc là-bas que tout va se gâter… Un buveur de magie rôde et vampirise ses tantes en les transformant en poupée. Sa mère qui essaie sans succès de le combattre, va être à son tour sa victime, laissant ainsi Jean et Lisa, sa petite sœur de deux ans et demi, seuls pour le retrouver et retourner les sortilèges.

Que peuvent faire deux enfants ? Pas grand chose, et Jean ne souhaite pas avertir ses grand-parents pour ne pas les inquiéter. Lorsqu’il sort la photo de ses parents pour se donner du courage, il songe alors que son père qui semblait si amoureux, pourrait leur venir en aide…

C’est Jean qui raconte son histoire avec toute la candeur d’un enfant de son âge. Mais même s’il est prêt à combattre des dragons tout seul pour sa maman, il a conscience qu’il n’est qu’un enfant et qu’il a besoin d’un adulte pour mener à bien sa quête. Sans rancune et avec beaucoup d’amour, sa première pensée va vers son père.
Une histoire tendre, une histoire marrante, une histoire un peu effrayante car le buveur de magie ressemble aux monstres de nos cauchemars d’enfant, l’écriture de Pierre Bottero est toujours un plaisir de lecture…

 

 

 

 

La quête d’Ewilan, D’un monde à l’autre – Tome I

Album reçu par Babelio et les Editions Glénat

.

.
QUETE D_EWILAN T01[BD].indd.pdfLa quête d’Ewilan
D’un monde à l’autre, tome I
D’après l’oeuvre originale de Pierre Bottero
Adaptation de Lylian – Dessins de Laurence Beldetti
Couleurs de Loïc Chevalier

.
.
Camille est une jeune collégienne de treize ans peu commune. Elles est la première à reconnaître qu’elle se perd souvent dans les rêves et qu’elle préfère la compagnie des livres à celle de ses camarades. Plus qu’une source d’informations, les livres ont un rôle réconfortant.
Souvent, ses pensées la plongent dans des mondes fantastiques qu’elle aime dessiner et, dans ses voyages, rencontrer des êtres venus d’ailleurs, comme des insectes géants affublés de mandibules inquiétantes, ne l’effraie même pas car ils sont de l’ordre de l’imaginaire !
Mais un jour, elle commence à se poser des questions… cela semble si réel, ses pensées se matérialisent et ses chimères sont de plus en plus fréquentes.
C’est à son ami Salim qu’elle confie son trouble car lui seul peut la comprendre.
« – Salim le lion du Cameroun et sa souplesse légendaire sont là pour te secourir en cas de danger ! »

Ce que Camille va bientôt apprendre, c’est qu’il existe un monde qu’on appelle Gwendalavir et qu’elle en est originaire ; elle est Ewilan. Cet univers est contigu au notre et seuls les « Dessinateurs » peuvent l’en approcher. L’imagination est la clef de cette dimension et les chemins sont des spires.
Lorsqu’elle en franchit les frontières avec son ami Salim, Camille rencontre Edwin, un guerrier qui a pour mission de sauver l’Empire des Ts’liches, des créatures « versées dans l’art du dessin et de la guerre » ; Gwendalavir est dans une phase noire et pour contrer la menace, les peuples doivent faire alliance.

D’un monde à l’autre, l’aventure commence…

.
Cet album est une adaptation du roman de Pierre Bottero qui est le premier tome d’une trilogie. Camille, adoptée par les Duciel, est en fait native de L’Empire de Gwendalavir, un monde parallèle. Elle se nomme Ewilan Gil’ Sayan, fille d’Elicia et Altan Gil’ Sayan, Sentinelles et puissants dessinateurs qui protégeaient l’empereur. 
Dans ce tome, en compagnie de son ami Salim, elle prend conscience de ses pouvoirs et s’implique dans le combat contre les Ts’liches, de vilaines créatures qui ressemblent à des mantes-religieuses et qui veulent la tuer.
Je découvre la série avec cette bande dessinée et je suis enchantée. De l’auteur, j’ai lu « A comme Association » et j’avais beaucoup aimé. A travers l’histoire d’Ewilan, je retrouve une ambiance magique, héroïque, pimentée de malice et de verve.
Du domaine de la fantasy, il y a des forêts dangereuses et magnifiques, une cité médiévale avec des remparts, des chevaliers, des animaux étranges et tout ce qui fait le charme de ce genre d’épopée… mystères, combat des forces du bien contre le mal, pouvoirs, légendes, témérité et vaillance… Le thème met à l’honneur l’intensité des rêves et des dessins.
« – C’est dingue, tout est en pierre : Pas un morceau de béton ni le bout d’un fil électrique. Même pas une antenne parabolique ! »
Tout est bien illustré. Au-delà du texte qui garde fidèlement l’empreinte de Pierre Bottero (je le sais après avoir lu de nombreuses critiques sur la blogosphère), les dessins retranscrivent superbement l’ambiance. Traits et colorisation ont beaucoup d’attraits, vif, lumineux, généreux, ils séduiront leur public.
Pour conclure, je remercie Babelio et Glénat pour ce cadeau. Cela m’a donné l’envie de lire la trilogie et de dépasser le cadre un peu réducteur de la bande dessinée. J’ai apprécié les personnages, l’humour, l’histoire… tout ! et je languis de lire la suite.

A recommander.

.
img258

.
.
.
.
.


A comme Association, Les livres obscurs de la magie – Tome II

Lecture commune avec Nahe

.
Tome 1 – La pâle lumière des ténèbres

.
A comme Association – Tome 2
Les limites obscures de la magie
Pierre Bottero

.
.
L’Association recrute des jeunes qui ont des capacités paranormales. Au 13, rue du Horla, Mademoiselle Rose s’occupe de l’accueil, le Sphinx de l’armurerie et au sommet de cette organisation, Walter en est le directeur. Le but de l’Association est de gendarmer les mondes des Anormaux, des Paranormaux avec celui des Normaux, le tout en une secrète autorité. DISCRETION est le mot clé car 99,9 % des humains ne savent pas qu’un monde parallèle les côtoie.

Comme à l’école, les agents reçoivent des cours sur les différentes entités : gobelins, vampires, sorciers, démons, garous… Ils sont considérés comme des stagiaires et n’interviennent sur le terrain qu’avec des tuteurs. Mais lorsque le membre stagiaire de la guilde est prêt, des petites interventions en solitaire lui sont proposées…

Jasper, un jeune homme de seize ans, doit faire rentrer dans le droit chemin un vampire qui a disjoncté (tome1), et Ombe, une jeune québécoise de dix-huit ans, doit gérer une petite révolution organisée par des gobelins.

Pour sa première mission en « solo », Ombe se retrouve dans un lycée. L’édifice fut bâti sur un ancien territoire gobelin où le culte était de vénérer la Grande Bouche Edentée.
Sur une impulsion toute démoniaque, les gobelins ont décidé de se rebeller et de casser le pacte de non agression qui les liait à la guilde.
Après moult cascades, coups, luttes, Ombe arrive à ses fins, mais il est certain que le côté mutique de sa mission a été éprouvé… les nerfs de Walter aussi lorsqu’il découvre une photo de sa jeune recrue en première page d’un journal.
Malgré le tapage occasionné, Ombe a réussi l’opération et reçoit ses félicitations avec un nouveau mandat. La tâche à accomplir consiste à secourir la créature d’un lac près d’un vieux manoir.

Sur sa moto Kawa Z 1000 noire, Ombe s’envole vers les verts pâturages. Pour son enquête, elle sera une jeune traductrice parlant le japonais…

Deuxième tome de la série, nous faisons connaissance avec cette jeune sauvageonne. Ombe est une jeune fille rebelle qui a bien souffert dans son enfance. Elle a été découverte petit bébé, sur un chemin couvert de neige dans les contrées reculées du Québec. De familles d’accueil en centres sociaux, elle a erré sans attache, sans affection, jusqu’à la rencontre d’un petit homme appelé Walter. Elle avait quatorze ans et avait la particularité d’être incassable. Vous pouvez l’imaginer « cheveux blonds et courts en pétard, yeux bleus, allure sportive » et belle aussi. Elle est une amazone qui enfourche sa monture et s’en va combattre sans peur les mécréants.
Dans le premier tome, elle apparaît brièvement, mais comme Jasper s’en est amouraché et perçoit son mystère, on espère bien la retrouver plus souvent. Dans ce deuxième volume, c’est Jasper qui est absent, mais Ombe a une petite attirance pour lui. Elle pense qu’il n’est pas aussi « blaireau » que son attitude laisse supposer.
A eux deux, ils sont la tête et les jambes.
Pour le troisième épisode, que vont-ils nous réserver ?

Une lecture bien agréable que des enfants de moins de dix ans peuvent lire. Les paragraphes sont assez courts, le style est fluide et l’intrigue… explosive.

A suivre avec plaisir !

 

Billets chez Nahe, compagnonne de lecture : Tome 1Tome 2

 


Dessin d’un poulpe

Des billets chez Bladelor, Sharon, Eiluned,
.
.
.
.
.