Dark Eden

logohalloween14logo thriller 13Dans le vaisseau fantôme d’Halloween
avec Hilde et Lou
Thriller chez Liliba

.

.

dark edenDark Eden
Patrick Carman

.

Will, quinze ans, suit une thérapie avec le docteur Stevens depuis plus de deux ans. Ses problèmes émotionnels qui le contraignent à rester reclus chez lui ne peuvent être soignés que dans un cadre très particulier. Sa phobie étant considérée maintenant comme un cas incurable, on propose à ses parents de l’envoyer dans un centre spécialisé, Fort Eden, pour une courte durée. Sept jours.

Il raconte… Ils sont sept adolescents, quatre garçons, trois filles, à pouvoir bénéficier de ce traitement ; sept à franchir le portail de la propriété. Le docteur Stevens a bien précisé que c’était une chance pour eux de pouvoir bénéficier des soins de Rainsford, un professeur expérimenté, et qu’à l’issue de cette semaine de thérapie, ils seraient tous guéris. Des sept, il est le seul à connaître les pathologies des uns et des autres car à chaque entretien avec le docteur Stevens, Will piratait sur l’ordinateur les dossiers confidentiels ainsi que les bandes sons de leurs entretiens… Connor, Alex, Ben, Avery, Kate et Marisa.
A l’écart, niché dans une forêt dense, le centre ressemble plus à une prison qu’à une institution médicale. La bâtisse, immense forteresse, fait face à un bunker. Aucun contact avec l’extérieur, ils sont accueillis par une vieille femme revêche, Madame Goring, l’intendante du domaine.
Alors que ses six compagnons se dirigent vers l’établissement, Will ralentit le pas et se fait distancer. Observateur méfiant, il préfère rester sur ses gardes et se cacher le temps d’un premier repérage. Planqué derrière la barrière d’arbres, il voit ses camarades disparaître dans Fort Eden. Il est sûr que quelque chose d’anormal se trame.

Dans le sous-sol du bunker, Will aménage sa planque et découvre une pièce de contrôle avec des écrans de surveillance. Une fois allumés, ils projettent avec indiscrétion les chambres de ses amis. A l’affut, Will ne veut rien laisser échapper. Les traitements se donnent dans une pièce étrange ; un fauteuil, un casque, des fils, les pensées sont vampirisées et s’étalent sur un écran comme pour un film… leurs pires cauchemars. Traiter le mal par le mal.

Qui est Rainsford ? pourquoi le traitement laisse des séquelles ? sortiront-ils vivants de  Dark Eden ?

.
Une semaine après la lecture, je garde de ce livre un sentiment confus et je tiens à préciser que confusion n’est pas synonyme de déception. Le roman génère son angoisse petit à petit… les dernières pages n’apaisent aucunement cette anxiété, elles l’amplifient car le dénouement est amer.
Will, le narrateur, observe l’histoire à distance, ne s’impliquant que très rarement dans l’ambiance. Cela donne une mesure pesante, un peu doucereuse, racontée par un adolescent névrosé qui se parle beaucoup à lui même et qui se réconforte en pensant à son jeune frère. Une lenteur, des longueurs, on ne sait où tout va mener. Le suspens s’étoffe avec la venue du professeur Rainsford, un vieux monsieur charmant et bienveillant. Tout paraît trop tranquille, les guérisons sont rapides, les enfants peu curieux, le huis clos oppresse, leur solitude est étonnante. Madame Goring ne fait rien pour soulager la tension, elle ressemble trop à un pitbull. Une histoire d’amour se greffe, on n’y croit pas trop… Il faut donc arriver à la fin pour comprendre le cheminement et en percevoir toute l’horreur et le fantastique. Les enfants devront s’acquitter de leur guérison et le tribut est considérable.
Ce thriller de la littérature jeunesse est à conseiller, mais pas à tout le monde !
Particularité du roman, les sept phobies ont leurs chapitres et leurs illustrations à l’encre noire, de beaux dessins qui lestent un peu plus le livre.

 .
img434.

.

.