Vie des feux, Tome VII et Revanche des cendres, Tome VIII

B.D. du mercredi de Mango
Challenge de la Rome Antique de Soukee


.

La pourpre et l’or – Tome I
 De sable et de Sang – Tome II
La meilleure des mères – Tome III
Ceux qui vont mourir… – Tome IV
La déesse noire -Tome  V
Le sang des bêtes – Tome VI

.
Murena-tome-7Murena-tome-8

Murena
Vie des feux – Chapitre VII
Revanche des cendres – Chapitre VIII
Texte : Jean Dufaux – Dessins : Philippe Delaby
Couleurs : Jérémy Petiqueux

.
Rome, juin 64 après J.C.,

Néron a sombré dans une profonde tristesse à la mort de sa fille Claudia Augusta à l’âge de quatre mois. Las, il est assailli par les ombres du passé.
Une chaleur caniculaire est annoncé sur Rome pour les mois de l’été et des risques d’incendies sont à craindre. Le préfet de la garde, Ruffalo, prévient Néron et montre Le Palatin, architecture décousue, comme une menace pour la ville. Le rêve de Néron d’une cité nouvelle s’exacerbe.
Alors que des projets sont à élaborer, Massam le gladiateur au service de Poppée annonce le retour d’un vieil ami devenu un proscrit, un traître… Murena.

Lucius Murena est revenu de Gaule avec Balba. Hébergé par Rubria, une vestale et amie de sa famille, Murena a bien changé. La mort de son aimée Acté a modelé les traits de son visage, émacié, ombré par une barbe, et rendu son regard encore plus noir. Le jeune praticien, charmant et crédule, fait place à un homme hanté par des vengeances.

Lorsque Néron apprend que Rubria brave son autorité en accueillant Murena, sa colère ne tarde pas à s’abattre sous l’oeil égrillard de Massam. Tous deux violentent la vestale qui, de honte et de douleur, se donne la mort.

Cet outrage, fait pour narguer Murena, sera le dernier point qui engendrera la colère, explosant de violence les inimitiés et les rancoeurs. Dans un rendez-vous, le duel se tiendra dans une taverne du Palatin. Massam attend avec impatience Murena pour attiser la flamme, l’ardeur de la haine.

Un feu qui dévore les coeurs et Rome, dans la nuit du 18 juillet 64…

« Accompagné de sa cour, Néron parcourut à bride abattue les soixante milles qui le séparaient de Rome. Il lui restait à découvrir la réalité de ses songes, La vie des feux ! »

.
murena13Rome dans un brasier,

Deux hommes contemplent le spectacle ; Néron, subjugué par les feux de l’enfer; Murena « qui l’a déclenché ».
La panique pousse les hommes vers le Tibre, les acculant au désespoir. L’univers est un purgatoire.
Néron, la carte de la ville déployée, donne des ordres à la garde prétorienne, sous le commandement de Ruffalo, pour l’évacuation. Des quartiers sont sacrifiés, des vies oubliées dans les flammes pour sauver d’autres lieux. Les choix sont abominables mais Néron, tacticien, essaie d’enrayer l’embrasement.
De son côté, Murena mène une foule vers le Champ de Mars et se heurte à la garde qui fait barrage.
Morts chez les plus humbles comme chez les plus riches, l’incendie dure une semaine.

Rouge de feu, gris de cendres, Rome s’est voutée et cherche les responsables.
Châtiment des dieux envers le César Néron ? Il serait plus souhaitable que cela soit cette secte de chrétiens dont on retrouve sur les murs encore érigés, leur trace sous le signe d’un poisson.

Alors que certains spéculent et spolient de leurs biens les victimes, que Néron sur les conseils de son entourage ourdit des accusations contre les Juifs, d’autres recouvrent de terre leurs morts et commencent sans tarder à oeuvrer pour un renouveau.
Dans les ruines, Murena prend conscience que son honneur est plus digne que celui de Néron le meurtrier et étanche sa soif de justice dans la sueur et le sang en aidant à la reconstruction de la cité.

La fin de ce mois de juillet de l’an 64 présage d’une autre histoire… Néron, Murena, Balba, Massam sont des pions que les dieux aiment déplacer. 

 murena14

Depuis le premier tome de cette saga, j’attendais ce huitième volume qui illustre Rome sous les flammes.
Les dessins de Delaby prennent vie et rendent le sinistre dans toute son horreur. Il est essentiel de souligner le talent de l’illustrateur qui saisit une myriade d’expressions des personnages qui fuient l’incendie et qui capitulent.
Le coloriste Petiqueux a pour sa part insisté sur les teintes de rouge et d’or pour la fournaise, et de gris de cendre pour d’autres cadrages, restituant des contrastes et des distinctions entre le délire et des moments plus sobres, moins criants.
Le scénario, quant à lui, fait apparaître des rôles seconds et leur offre une belle place de traître ou de valeureux ; Tigellin, Massam, Ruffalo…
Néron n’est pas l’empereur que Peter Ustinov joue dans « Quo Vadis ». Sa folie n’étant pas encore déclarée, il alterne entre insensibilité, rage, destruction et compassion, miséricorde. Son ambition est de reconstruire sa Rome. Quant à Murena, il est rongé par son désir de vengeance. Cette noirceur le rend implacable, brutal, presque détaché de l’enfer qui le cerne. Mais face à sa responsabilité, sa lucidité le taraude et cherche à le faire expier de ses fautes, de « sa folie et ses tourments ».
Cet album clôt superbement ce cycle de l’épouse et pour avoir lu quelques pages sur la suite historique, je sais que les auteurs préparent un troisième cycle. Il narrera la fin de ce règne et retracera la persécution des Juifs.
 
murena12Le préfet de la garde Prétorienne, Ruffalo
.
.
.
.
.

La déesse noire, Tome V et Le sang des bêtes, Tome VI

Challenge de la Rome Antique de Soukee
B.D. du mercredi de Mango 


.
La pourpre et l’or – Chapitre I
De sable et de Sang – Chapitre II
La meilleure des mères – Chapitre III
Ceux qui vont mourir… – Chapitre IV

.
.


bannmurena1Murena

La déesse noire – Tome V
Le sang des bêtes – Tome VI
T
exte : Jean Dufaux – Dessins : Philippe Delaby

.
.
Printemps 62 à Rome,

Alors que Néron se retrouve la proie de l’intrigante Poppée, Acté ne bénéficie plus de sa protection. Les personnes qui gravitent autour du trône, ont une influence désastreuse sur lui. Perturbé, il reçoit dans ses cauchemars Agrippine. Vision menaçante, elle n’augure rien de bon pour le Circus Maximus, où cent cinquante mille personnes attendent de l’admirer dans une course de chars…
Dans les gradins, Acté retrouve Murena. Sous les yeux d’Agrippine, goguenarde et calculatrice, les deux jeunes gens se rapprochent et sous les acclamations du public, Néron perd le tournoi au profit d’un mystérieux conducteur… une femme, l’Aurige Rouge. Sa rage d’avoir été vaincu et ridiculisé se décuple lorsqu’il reçoit un billet dans lequel on lui rappelle Britannicus.

« Souviens-toi de Britannicus ! Lui ne t’oublie pas ! »

La folie est un ver qui commence à le grignoter. Obsessionnel, violent, se targuant d’être un dieu, l’empereur construit sa déchéance et la déesse noire, Poppée, y veille, aidée de son jouet Massam, le sanguinaire gladiateur.

murena8
« Souviens-toi de Britannicus. Lui ne t’oublie pas. » Partout dans la ville, des graffitis ornent les murs. L’enquête pour connaître l’origine de ces messages mène à Balba, l’ancien esclave qui ne vit que pour sa vengeance…
Néron, accaparé par des projets architecturaux grandioses concernant une Rome nouvelle, laisse à Poppée le temps d’ourdir ses complots.
Quant à Lucius Murena, il n’a plus de pitié pour les personnes qui entravent son chemin. Furieux que Néron ait offert Acté à un vieux centurion qui la emmenée en Gaule, il décide de partir à sa recherche.
Avec Balba et Evix, la femme masquée, il quitte une Rome fragilisée, pour un paysage blanc recouvert de neige et de sang. Le sang des envahisseurs romains que fait verser le druide Cervarix.

« En cette année 62 après J.C., Néron épouse la favorite Poppée Sabina, Sénèque se retire. Tigelin, devenu préfet du prétoire, voit son influence grandir auprès de l’empereur. Celui-ci verse lentement dans une paranoïa qui ne lui permettra plus de distinguer ses amis des courtisans qui se pressent au pied du pouvoir ».

Cinquième et sixième tomes de la série Murena, je suis moins surprise par les dessins et m’attarde plus sur le scénario qui progresse en fonction des règlements de compte. Intrigue, vengeance, folie, violence, tout est dans la démesure. Dans ces deux volumes, d’autres personnages, de belle envergure, apparaissent et donnent le piment nécessaire à l’intérêt, bien plus que pour celui dont la série porte le nom. J’avoue avoir été déçue par Lucius Murena en qui je voyais plus de bravoure et d’audace. Cependant, la fin du sixième volume laisse penser que le personnage va changer d’attitude et prendre enfin la place qu’il mérite dans cette saga.

Toujours à vous conseiller cette série, n’hésitez pas !

murena11Dessin 1 : Massam et Balba
Dessin 2 : Lucius Murena
.
.
.
.

La meilleure des mères, Tome III et Ceux qui vont mourir te saluent, Tome IV

 Challenge de la Rome Antique de Soukee
 B.D. du mercredi de Mango 

.
.
La pourpre et l’or – Tome IDe sable et de Sang – Tome II

.
Murena-tome-4Murena-tome-3
Murena
La meilleure des mères – Tome III

Ceux qui vont mourir… – Tome IV
Texte : Jean Dufaux – Dessins : Philippe Delaby

.
.

L’empereur Claude est mort et peu de temps après son fils l’a suivi. Britannicus n’est plus un obstacle à Néron, le cinquième empereur, acclamé par l’armée, le sénat et le peuple.

Depuis quelques temps, Néron essaie d’éviter sa mère Agrippine. Les rumeurs qui circulent sur les décès de Claude et de Britannicus, gangrènent sa vie. Leurs relations, basées plus sur des ambitions démesurées que sur des rapports maternels et filiaux, deviennent dangereuses. Il veut cureter et cautériser certaines nécroses qui le lient à elle. Ainsi, il exile Pallas, l’affranchi de sa mère, incarcère Locuste, la sorcière empoisonneuse et fait tuer des témoins. Personne ne pourra témoigner de la perfidie de sa mère et de sa complicité. Conseillé par Sénèque le philosophe, Néron désire faire venir à Rome sa tante Domitia Lepida, la seule qui le comprend et l’aime sincèrement. Mais une conspiration d’une grande cruauté changera ses plans… Agrippine veille, perfide, sans scrupule, aidée de son nouvel assistant, Draxius.

murena6Murena, de la villa de son ami Pétrone, commence à songer à sa justice. La mort de sa mère ne restera pas impunie. Menant son enquête dans différents milieux, il découvre que la moindre de ses pistes le mène vers des personnes défuntes. Aidé par Balba qui cherche à punir le meurtrier de son maître Britannicus, ils chercheront vengeance jusqu’à la disgrâce.

 Sur le fil d’un rasoir, une autre silhouette se profile… celle de Poppée, une femme qui n’a rien à envier à l’appétit d’Agrippine, « la meilleure des mères »…
 

An 58,
murena7
Banni de la cour, Murena cherche toujours à rendre son châtiment.
Agrippine veut retrouver son emprise sur son fils.
Néron est tiraillé par ses sens, ses aspirations et une soif intarissable de pouvoir.
Acté est malheureuse car elle s’aperçoit que Néron devient fuyant et incontrôlable.
Poppée s’immisce de plus en plus dans les hautes sphères.

Le sénat n’est pas dupe des complots.
Les crucifixions sont fréquentes.
Un pèlerin laisse des signes de la forme d’un poisson.
L’arène est un espace qui apaise les consciences.

« César, ceux qui vont mourir te saluent »… Les alliances sont des liens éphémères qui se nouent et se délient. Néron va complaire à Murena et lui offrir une justice. Une justice de sang qui sera donnée par le glaive.

Très belle découverte ! Une épopée antique passionnante ! Ces deux tomes ferment le premier cycle au nom de la mère, laissant une ouverture sur le deuxième qui relatera celui de l’épouse. Dans les dernières pages de ce quatrième tome, on sent la vulnérabilité de Néron qui de victime se place en bourreau. La violence dans ce contexte historique se lit et se visualise sans répulsion, elle est, hélas !, légitime pour l’époque.
Sans attendre, je vais commander la suite.
.

murena5

1. Balba, le Nubien, esclave de Britannicus. Un homme honnête, loyal, fidèle, courageux et bon. Il sera un ami pour Murena.
2. Poppée, une intrigante ambitieuse. Future femme de Néron.
3. Vignettes d’un combat dans l’arène avec Balba et Draxius.
.
.
.
.
.

La Pourpre et l’Or, Tome I et De Sable et de Sang, Tome II

Challenge de la Rome Antique de Soukee
B.D. du mercredi de Mango

.
.
.
  murena-pourpre-lormurena de sable et de sang  

  

 

Murena
La pourpre et l’or – Chapitre I
De sable et de Sang – Chapitre II
Texte : Jean Dufaux – Dessins : Philippe Delaby

.
.
Rome, mai 54

L’empereur Claude assiste aux combats des gladiateurs. Sous la chaleur cuisante de ce printemps, les gradins de l’arène se vident petit à petit et bientôt il ne reste plus que quelques spectateurs…

Un jeune homme, Lucius Murena, regarde les hommes s’entretuer et son regard fixe ne se risque pas vers Claude. Il voudrait se dispenser de le saluer et son impolitesse agace grandement le cinquième César.
Lucius Murena est le fils de Lollia Murena, une femme très riche, de famille praticienne. Ce qu’il reproche à son souverain, c’est le lien qui l’unit à sa mère ; Claude et Lollia sont amants.

Les combats sanglants au centre de l’arène laissent bientôt pour unique survivant un nubien, Balba, qui est offert à Britannicus admiratif de sa vaillance. L’adolescent, fils de Claude et Messaline, troisième épouse morte exécutée, est l’héritier successeur de l’empire. Cependant, sa place est convoitée par Agrippine, nièce et dernière femme de Claude, qui désire voir son fils Néron accéder au trône ; Claude, ayant adopté Néron son petit-neveu.

Agrippine est une femme sans scrupule et son avidité, sa soif de pouvoir, n’a aucune limite. Avec son confident Pallas, un grec affranchi, elle tisse une toile machiavélique qui sera le fond d’une scène historique faite de manipulations, de meurtres et d’usurpation.
Dans l’antre d’une sorcière, elle élabore des filtres qui briseront des destins, elle s’allie avec les cohortes prétoriennes et avec l’assistance du gladiateur Draxius, à qui elle promet la liberté, commandite le meurtre de Lollia sa rivale.

Cet épisode retrace tout cela, jusqu’à la mort de Claude, empoisonné, laissant son fils Britannicus aux pouvoirs d’Agrippine qui offre à Néron Rome l’Antique et l’Empire le plus puissant du monde. Néron a dix-sept ans… il est de pourpre et d’or.

murena3

Rome, octobre 54
 
Agrippine apprend par Pallas que Néron a séduit la castra praetoria, l’élite de l’armée romaine, et les sénateurs. De jour en jour, le sentiment d’être enfin arrivée au sommet de la pyramide lui apporte une jouissance sans égale.
« Entre le pouvoir et vous maîtresse, il ne reste plus aucun obstacle. Le monde vous appartient… ». Elle exulte, elle savoure, mais elle sait qu’il lui reste une personne à happer… son fils, le nouveau César.

Quant aux autres…

De ses appartements, Britannicus se sait en danger. Les praticiens voient en lui le courage et la sagesse de son père. Malgré sa jeunesse, quatorze ans, il veut essayer d’entraver les projets de l’usurpatrice. Avec son ami et esclave Balba, il reste sur ses gardes.
murena1 Néron est proclamé souverain officiellement par le Sénat, « Princeps juventutis ». Le soir même des agapes qui le célèbrent, une idée le taraude. Il part libérer Acté, une jeune esclave que Pallas prostitue et dont il est amoureux. Après une bagarre, il fait mettre le feu au bordel. L’incendie se propage et s’intensifie, présentant un spectacle de flammes dansantes et hypnotiques.

Après avoir sombré dans une peine immense à la mort de sa mère, Lucius Murena se sent enfin prêt à accomplir une enquête et à se venger. Ayant pour ami Néron, c’est vers lui qu’il se tourne pour demander de l’aide… Une aide bien embarrassée car Néron connaît le meurtrier.

Vengeance, loi du talion, revanche, chacun aura à coeur de mener sa vindicte, avec le goût du sang dans la bouche et des grains de sable sous les dents. Le règne de Néron est une tragédie, dont le premier acte est funeste.
murena4

Pas habituée à lire des bandes dessinées, j’ai commencé avec les quatre premiers tomes de la série « Murena ». Lors d’une visite à la bibliothèque municipale, ils étaient exposés, mis à l’honneur, et j’ai aussitôt pensé à Mango et Soukee.
Et j’ai bien fait !!! Je me suis régalée.

L’histoire… Sur des faits historiques, les auteurs Jean Dufaux et Philippe Delaby racontent l’histoire de Lucius Murena. J’ai pris plaisir à relever les noms et à faire des recherches. Alors que la lecture des bulles se fait rapidement, un travail sur les personnages plus approfondi est nécessaire pour s’imprégner et s’immerger dans la Rome de Claude et Néron. Je bénie le clic gauche de la souris ! Je me suis perdue dans les filiations avec plaisir et suis remontée comme un saumon jusqu’à César. 
Un article de Wikipedia sur cette saga vous propose dans le détail les personnages. Il est facile alors de cliquer sur eux pour effectuer vos fouilles. 
Les dessins… Après une première lecture, je me suis attardée sur les dessins et leurs colorations, m’étonnant à chaque page de la qualité des traits, des détails, des expressions et de leur pouvoir qui transporte le lecteur dans d’autres lieux, d’autres temps.
Il faut que je précise que j’ai peut-être été surprise par la nudité des corps ! Lectrice de Tintin et Astérix, vous comprendrez ma bouche bée devant quelques dessins… Les femmes sont pulpeuses et les hommes sont musclés…
Puis j’ajouterai un tout petit bémol, j’ai souvent confondu Néron et Murena, leurs traits et leurs vêtements étant un peu trop similaires.

Conclusion : J’aime ce genre de bandes dessinées, je suis contente de m’être inscrite chez Mango et je ne vais pas manquer d’explorer les bacs de la bibliothèque la semaine prochaine.

D’autres billets chez Didi 1-2-3-4, Soukee 1- 2, Lystig, Noukette,


.Murena2

.
.
.
.
.