La nuit des courges ensorcelèes

Voyage de Lou et Hilde, destination Halloween
Challenge des régions de Lystig
Je lis des albums, chez Hérisson

.
.
.

.
La nuit des courges ensorcelées
Texte d’Yves Blanckaert et
Illustrations d’Anne Buguet

.
.
Pour aller dans les Terres du Nord, il faut passer par le petit village de Marchiennes.
Une vilaine sorcière s’y rendait d’un pas alerte, lorsqu’elle rencontra malencontreusement sur son chemin, un piège à loup qui lui broya le pied.

Ne pouvant plus avancer, elle décida de s’installer dans cette campagne…
La Cormoignon prit domicile dans un coin des plus inhospitaliers, appelé « La Soufrière ».

« La longue étendue de terre souillée où elle sévissait semblait sortir tout droit d’un esprit dérangé, aux confins du monde des esprits. C’était l’antichambre de l’enfer, l’épouvantable territoire de La Cormoignon, horrible princesse des démons, monstre déchu du ciel. »

Nez crochu, furoncles, rides, dents pourries… seuls les corbeaux et les crapauds s’en approchaient. Pour se venger et se distraire, elle préparait des potions et maudissait les villageois.
Les pires calamités devaient s’abattre, engendrées par les malédictions. Famine, mutation en corbeaux, cultures inondées… racket.

Alors que la misère s’étendait dans chaque chaumière, un jour, une vielle dame trouva dans son potager un bébé. Le superbe chérubin était emmailloté d’une couverture rouge et portait une ceinture-collier de perles en verre, réceptacles de graines.
Avec l’accord du village, la « Mémère » décida de le garder et l’appela Alban, « jour de lumière ».

Les jours, les mois, les années passèrent… sous la surveillance de La Cormoignon qui réclamait toujours ses rançons avec férocité.
Alban, devenu un beau jeune homme, distribua un jour ses perles, que l’on devait briser pour recueillir les graines… et arriva ce qui devait arriver…

.
Il y a fort longtemps, d’une époque où je recherchais des illustrations de cucurbitacées, mon regard avait été aimanté par cette couverture. Citrouille, coloquintes, grimoires, fioles et crapaud… dans un petit placard. Après avoir admiré les dessins, je l’ai reposé bien à contre coeur sur l’étal du libraire, lui préférant un livre encyclopédique plus détaillé.
La semaine dernière à la bibliothèque municipale, en cherchant quelques albums pour Hérisson, j’ai retiré des étagères « Le Livre ». Je vous assure que le voyage dans le passé fut immédiat ! Belle nostalgie du temps où je m’amusais à crayonner des courges.

Ce conte est magnifiquement illustré. Histoire et dessins se marient en toute harmonie. Ils renvoient l’image d’une campagne flamande que Brueghel a immortalisée… paysannerie, hiver sous la neige, village médiéval, gargouilles… ainsi qu’aux enluminures d’Anne de Bretagne, lorsque l’illustratrice Anne Buguet éparpille dans ses dessins des scarabées, coccinelles, mouches, escargots et autres insectes. Les détails sont nombreux et posent le regard partout.
Si, pour un enfant, l’histoire semble ténébreuse avec la sorcière, d’une approche malheureuse et sinistre, elle est faite comme toutes les légendes et reçoit à la fin, sa part de belle magie… les méchants au placard, les gentils à la fête.

Je vous conseille de lire ce conte, de vous attarder sur les dessins, les couleurs, et de proposer à votre famille un velouté de potiron, un gratin de courge et quelques douceurs à la citrouille.


.
.

Pauline

Challenges… George Sand de George, Challenge Petit BAC d’Enna et Classique de Cécile
.
.


Pauline
George Sand

Naufragée dans une campagne sombre et reculée, Laurence, une jeune comédienne de vingt-cinq ans, demande l’hospitalité à un aubergiste, le temps des réparations de sa voiture.

Le hasard, joueur et malicieux, l’a ramenée dans le petit village de Saint-Front, un lieu qu’elle souhaitait oublier. Laissant les souvenirs vieux d’une dizaine d’années affluer, elle se remémore l’amitié qu’elle avait pour Pauline et l’époque où elle était une sous-maîtresse ; la nostalgie la conduit à la maison de son amie…

Pauline est devenue une belle jeune femme, qui s’occupe de sa mère aveugle. Entre les deux amies, les gestes, les confidences et l’affection renaissent aussitôt, renouant les liens rompus. Durant trente-six heures, le village s’anime, fier de recevoir une célèbre comédienne adulée par les grands de ce monde. La défiance et les mauvaises considérations font place au respect, à l’admiration, et chacun essaie d’avoir l’exclusivité d’un sourire, d’une parole.
Laurence, toujours prévenante, aimable, reçoit ces hommages avec beaucoup de simplicité, mais c’est auprès de Pauline qu’elle se sent authentique. A l’heure de partir, tristes de se quitter, elles se font la promesse de s’écrire régulièrement ; la correspondance durera une année.

Un jour, Laurence apprend la mort de la mère de Pauline qui se retrouve seule et désargentée. Compatissante, soucieuse, pour son amie, elle lui demande de la rejoindre à Paris et de venir vivre avec elle, sa mère et ses sœurs, dans son hôtel particulier.
La cohabitation se révèle vite heureuse et plaisante, même si Pauline s’attribue l’allure d’une gouvernante, tenant à garder une certaine distance sur cette vie fortunée.
Dans une ambiance mondaine mais chaste, arrive Mr. Montgenays, « un homme d’esprit, un homme de goût » et héritier d’une famille de riches banquiers. Séduit depuis de nombreuses années par Laurence, il souhaiterait vaincre son indifférence et la rendre amoureuse. C’est avec un esprit calculateur qu’il ourdit un canevas menteur et, immoral vicieux, pervertira une belle amitié. 

Petit livre de George Sand, cette lecture est comme une nouvelle. Même si elle s’est lue facilement et rapidement et qu’elle offre une belle écriture, je n’ai pas été séduite. J’ai trouvé les personnages peu intéressants, ternes, malgré que l’auteur les ait pourvus de beaux rôles.
Laurence a de belles qualités ; respectueuse, pudique, fidèle, maternelle envers sa famille et son amie, modeste, spirituelle, talentueuse et solaire…
J’ai détesté Pauline dès les premières pages. On devine sa jalousie, son orgueil, dans sa mise en retrait et son caractère se dévoile petit à petit…
Mr. Montgenays est un filou qui noie ses victimes sous de belles et fausses paroles. Enfant capricieux, il veut ce qu’il n’a pas, acteur roué, il joue le vertueux, le maladroit avec ses silences poseurs et des aveux timides…
Il faut donc lire le roman, non pas avec une âme romanesque, mais avec ironie. Le tableau, ou la pièce, est une caricature et George Sand joue avec le lecteur. Il ne faudra s’attendre à aucune morale car la fraîcheur et  l’innocence sera souffletée.

Cette pantomime est une histoire écrite en 1832 et terminée en 1839. Vingt ans plus tard George Sand la redécouvre et lui trouve la subtilité, la noblesse et la « spontanéité » des premiers écrits.

Pour une découverte, si je dois vous conseiller un livre d’elle, je vous orienterais vers ses romans qui racontent la campagne et les êtres qui la arpentent… Le Meunier d’Angibault, La Petite Fadette, François le Champi,  La Mare au diable, Les Maîtres sonneurs… Ils ont été mes premières lectures.

George Sand

D’autres billets chez ClaudiaLucia, Ankia, Clémentine, Cynthia,
.
.
.
.