L’histoire de Saint Nicolas


Il était cinq fois Noël de Chicky Poo et Samarian

 

 

 

L’histoire de Saint Nicolas
Quentin Gréban

.
Connaissez-vous la légende de Saint-Nicolas ? Ce superbe album nous le rappelle…
Il était une fois trois petits enfants qui, pour s’amuser, vont jusque dans la forêt où ils se perdent. Une maison biscornue, rapiécée, leur fait bon accueil. C’est celle du boucher qui aiguise ses couteaux pour préparer sa viande. C’est celle du boucher qui mène directement les enfants au grenier car il veut de la chair fraîche et bien grasse.
Ficelés, tués, les enfants vont remplacer le cochon et remplir un tonneau dans le saloir. Mais chers petits cœurs tendres ne vous inquiétez pas ! Passant par là, Saint-Nicolas va les sauver…


Sur l’air de la chanson, l’auteur retrace ce terrible conte et l’illustre avec de très beaux dessins qui suscitent l’effroi. Il représente le saint dans la tenue que nous lui connaissons, avec une barbe blanche, une crosse d’évêque et un habit rouge.  Dans la région de Lorraine, la vieille légende raconte l’histoire avec trois petits enfants, mais ailleurs, Saint-Nicolas apparaît dans d’autres récits en sauvant un enfant de son bain bouillant, ou en ressuscitant un enfant étranglé par le diable ou en ressuscitant un enfant noyé… Le folklore le fait accompagner du Père Fouettard, un croquemitaine qui se trouve être le boucher de notre histoire, condamné à suivre le patron des enfants.

Un superbe album pour les enfants sages… et pas sages !

 

Ils étaient trois petits enfants
qui s’en allaient glaner aux champs.
S’en furent un soir chez un boucher
– Boucher voudrais-tu nous loger ?
– Entrez, entrez petits enfants,
y’a d’la place assurément.

Ils n’étaient pas sitôt rentrés
que le boucher les a tués.
Les a coupés en petits morceaux,
mis au saloir comme pourceaux.

Saint-Nicolas au bout de sept ans,
vint à passer dedans ce champs,
alla frapper chez le boucher.
– Boucher, voudrais-tu me loger ?

Entrez, entrez Saint-Nicolas,
y’a d’la place, il n’en manque pas.
Il n’était pas sitôt rentré,
qu’il a demandé à souper.

– Voulez vous un morceau de jambon ?
– Je n’en veux pas, il n’est pas bon.
– Voulez vous un morceau de veau ?
– Je n’en veux pas, il n’est pas beau.

– Du petit salé, je veux avoir !
qu’il y a sept ans qu’est dans le saloir.
Quand le boucher entendit cela,
hors de la porte il s’enfuit.

– Boucher, boucher, ne t’enfuis pas !
Repens-toi, Dieu te pardonnera.
Saint-Nicolas alla s’asseoir
dessus le bord du saloir.

– Petits enfants qui dormez là,
je suis le grand Saint-Nicolas !
Et le saint étendit trois doigts,
les petits se levèrent tous les trois.

Le premier dit : – J’ai bien dormi !
Le second dit : – Et moi aussi !
Et le troisième répondit : – Je me croyais au Paradis !

 

 

 

L’arche de Noël et autres contes

logonoëllogo XIXème 2« Il était une fois Noël » avec Chicky Poo, Samarian et Petit Spéculoos, 11ème billet
« XIX siècle » de Fanny et Kheira

.
.
.
sardou2L’arche de Noël et autres contes
Roman Sardou

.

Londres, septembre 1856,

Amory Bolton est un orphelin de huit ans. Pour se sortir de la fange de l’East End, il travaille tous les matins à remplir les abreuvoirs des riches quartiers du West End, à Colevandish Square. Il nettoie, apporte l’eau, et bientôt en cette fin d’année, cassera la glace. Ironiquement, il dit que les chevaux sont mieux traités que les humains. Après cette corvée, il récolte quelques sous en étant garçon de courses pour les maîtres d’hôtel et les gouvernantes des grandes maisons. Sa persévérance, son courage, ses traits réguliers, son beau sourire, sont des atouts qui inspirent la sympathie et la confiance.
Malin et observateur, il sait tout.
Un jour, il est surpris de voir défiler discrètement et prestement les membres du Pougheepsie Club. Pour habiter clandestinement les combles de cet illustre cercle, il connaît les coutumes de chacun et trouve étrange cette rencontre qui ne devrait pas avoir lieu. Du haut de la coupole, il scrute cette assemblée huppée. Ayant déjà participer secrètement à leurs débats, il sait que les sujets abordés sont souvent de l’ordre de l’originalité, du surnaturel, et que ses adhérents sont considérés comme des « originaux séniles ».
Mais cette réunion en urgence que peut-elle augurer ?
C’est le président Sir Pagnell qui ouvre la séance. Ils vont recevoir un invité… Eliot Doe, un conteur exceptionnel. Depuis 1852, est apparu un nouveau personnage dans les contes et légendes… le Père Noël. Mais avant lui, qu’elle est l’histoire ?
« – Il y a un peu moins de mille ans, en l’an de grâce 858, il était une fois, dans le royaume de Wessex, un roi nommé Ethelwulf qui gouvernait conjointement avec son fils Ethelbald… »

Amory écoute et vit les mots du conteur. La magie opère aussi sur l’assemblée. Il est histoire d’un jeune garçon, d’un elfe, d’un dragon, d’un cromlech, d’un royaume féérique qui partage la Terre avec les humains, d’un Grand Départ et du Grand Retour…
Et comme dans toutes les magies, on se pose la question : qu’elle est la part de l’imaginaire et celle du réel ?

.
Ce petit livre de Romain Sardou regroupe quatre histoires sur le thème de Noël ; « L’arche de Noël », « Les petites espérances de Duane Reilly », « Noël à Coldbath Fiefds », « La fessée du Père Noël ». L’ambiance est celle des livres de Dickens, des contes qui révèlent le merveilleux et qui séduisent les petits comme les grands.
Cette première a été ma préférée. Elle met une lumière sur un monde fantastique et nous renvoie aux légendes antiques et fascinantes de la féerie.
Le Père Noël est un mythe et chaque pays a son conte. « L’arche de noël » se passe dans l’Angleterre victorienne et « La fessée du Père Noël », dans un petit village du nord de l’Allemagne, en 1853. Saint-Nicolas et le Père Fouettard sont de l’histoire…

Ce livre est à lire en ce mois de décembre. C’est la première fois que je lis Romain Sardou et j’ai apprécié.
.

noel_vintage_le_pere_noel_victorien_posters-r22eff44b7d7b460d9454c5140be10bc9_aj1d_8byvr_512.
.
.
.
.
.