Les orphelins Baudelaire, tome II

Lecture commune avec Vilvirt, sous son égide,

Tome 1 – Tout commence mal
.
.


Les désastreuses aventures des orphelins de Baudelaire

Tome 2
Le laboratoire aux serpents

Lemony Snicket
.

« La route de Port-Brumaille à Morfonds est sans doute la plus lugubre au monde. Passé les derniers entrepôts, elle prend le nom de « route des Pouillasses » et longe interminablement des prés couleur de chou trop cuit, semés de pommiers rachitiques aux fruits si aigres que leur vue suffit à donner la colique. Puis elle franchit la Panade, aux trois quarts emplie de vase noire et peuplée de poissons peu engageants… »

Après le tragique incendie de leur maison qui a fait mourir le couple Baudelaire, leurs trois enfants, Violette, quatorze ans, Klaus, douze ans et bébé Prunille ont été placés chez le comte Olaf, un cousin éloigné. La fortune des parents étant gérée par le banquier Monsieur Poe, il revenait à un membre de la famille de s’occuper de la tutelle des malheureux enfants. Cependant, la cohabitation fut très malheureuse car le détestable comte Olaf, un être vil, n’avait qu’un but… s’emparer de la fortune des Baudelaire.

Cette fois-ci, les enfants sont accueillis par un autre cousin, encore jamais vu, le professeur Montgomery.
Dès leur arrivée, le jardin de la demeure se présente dans toute son étrangeté. Il avait la particularité d’avoir des arbustes taillés en forme de reptiles ; menaçant et inhospitalier. Cela ne présageait rien de bon…
Craintifs et désabusés, Violette et Klaus restent sur leurs gardes même si le professeur montre un visage amical et offre une bienvenue réjouie.
Point de formalité entre eux, le professeur désire se faire appeler Oncle Morty.
Avec gentillesse et patience, il explique aux enfants son métier et sa spécialité. Il est un scientifique expert en herpétologie.
Qu’est-ce cette science ? Comme le souligne Klaus, « ologie, c’est l’étude de quelque chose. »… et comme le re-souligne oncle Morty, « herpéton signifie « animal rampant ». »
Le professeur étudie les serpents.

Loufoque et fantaisiste, oncle Morty envisage d’emmener ses chers neveux au Pérou, destination de sa prochaine expédition. Ce voyage fait rêver Violette et Klaus !
Les jours passent, les enfants Baudelaire se plaisent à assister le professeur dans son laboratoire. Cette cathédrale de verre est l’antre des reptiles et les fascine. Pour des enfants curieux et avides de toutes connaissances, cette demeure est un paradis.
Mais l’auteur fait une incursion dans son récit et dévoile que les prochains chapitres ne seront pas aussi heureux.

Un matin, durant l’absence d’oncle Morty, le remplaçant de Gustav, l’assistant herpétologue, arrive et se présente. Il est Stephano.
Mais derrière la barbe, le nouvel arrivant ne tarde pas à être reconnu. Le comte Olaf est de retour ! Le cauchemar, alors, commence…
Il faut espérer que rien n’est désespéré pour des enfants courageux, astucieux et entreprenants.

Deuxième épisode des aventures de nos orphelins, l’auteur continue à leur faire des misères. Le répit aux côtés d’oncle Morty fut trop bref.
Pour le premier livre, je pense l’avoir lu avec l’esprit critique d’une adulte. Même si cette série peut paraître dure à certains moments, elle s’adresse à un public très jeune. Il faut alors la lire avec la naïveté et l’enthousiasme de l’enfance. Je peux dire, qu’avec ce regard, on ne s’ennuie pas et je comprends mieux l’engouement de mon fils, à l’époque, âgé de huit ans. Je suppose qu’il se mettait à la place de ces enfants perdus dans un monde cruel et sinistre. Il devait élaborer des systèmes ingénieux de pièges et imaginer les meilleures façons de dénoncer le fourbe, le meurtrier, le tourmenteur, le machiavélique comte Olaf.

Si Vilvirt le souhaite, je continue avec elle une troisième lecture…

PS : J’aurais bien aimé vous montrer le portrait d’une vipère mort-sûre du Bengale, mais la découverte du professeur n’a pas été homologuée !!!


Image du film

Billet de Vilvirt : Tome 1Tome 2
.
.
.
.

Les orphelins Baudelaire, tome I

Lecture commune avec Vilvirt
.

.
.

Les désastreuses aventures des orphelins de Baudelaire
Tome 1
Tout commence mal…
Lemony Snicket

.

Le conteur annonce dès les premières lignes « Si vous aimez les histoires qui finissent bien, vous feriez beaucoup mieux de choisir un autre livre. Car non seulement celui-ci finit mal, mais encore il commence mal… ».

Les trois enfants Baudelaire, Violette quatorze ans, Klaus, douze ans et bébé Prunille, sont sur la plage de Malamer lorsqu’ils apprennent le décès de leurs parents tués dans l’incendie de leur maison. C’est Monsieur Poe qui leur annonce la douloureuse nouvelle.
La famille étant fortunée, il devient le tuteur des enfants, l’exécuteur testamentaire et le gestionnaire du patrimoine.

C’est dans la demeure étrange et vétuste d’un cousin éloigné, le comte Olaf, que les enfants seront hébergés misérablement. La vie dans cette maison est faite de privation et de corvées en tous genres… ménage, bricolage, cuisine… La vie deviendrait vite insoutenable si le comte ne s’absentait pas autant. Il est comédien et travaille avec une troupe de théâtre, tous des êtres fantasques, vicieux, cupides et alcooliques. A côté de cette maison délabrée, se trouve la charmante voisine la juge Madame Abbot. Sa maison est très agréable et c’est avec beaucoup d’empressement que les enfants vont lui rendre parfois visite. Pour leur plus grand bonheur, cette dame, charmante et accueillante, possède une immense bibliothèque qui servira à solutionner certains problèmes…

Un matin, le comte Olaf se métamorphose en un gentil hôte… framboises au petit-déjeuner… Les enfants se doutent aussitôt que ce simulacre est un piège et se préparent à un retournement de situation… Que leur prépare-t-il ? Serait-ce cette nouvelle pièce « Un mariage merveilleux » qui le stimulerait ?

Les enfants vont se montrer solidaires et ingénieux pour déjouer la machination machiavélique de leur cousin.
Une lecture bien sympathique et bien écrite pour les tous jeunes jusqu’à neuf ans, après, je leur conseillerais autre chose. Cette histoire raconte les tristes débuts de trois petits orphelins aux prises d’un homme démoniaque… Mais leur intelligence arrive dans ce premier tome à les sauver. Cette série compte treize volumes. Je vais lire le second car je voudrais me faire une idée un peu plus ou un peu moins critique. En fonction, je poursuivrai la série ou je l’arrêterai. Cette lecture commune m’a été proposée par Vilvirt. Je n’ai pas longtemps hésité car cela faisait des années qu’elle me clignait de l’œil sur les étagères d’un de mes fils. La version des éditions Nathan est très alléchante ; la couleur des jaquettes, les illustrations, la tranche reliée… Tout incitait à les lire. Je donne un gros bon-point à l’illustrateur Brett Helquist.
Donc, vous l’avez compris… Je vous donnerai un avis plus franc au prochain tome.

.


Image du film

Billet chez Vilvirt
.

.
.
.