♪♫ NooOël ♪♫ la la…

Il était sept fois Noël avec Samarian et Chicky Poo
Le tag musical

La chanson de Noël…
.
.
Vous trouverez d’autres playlists chez… NathChoco, Chicky Poo, Coraline, Northanger, Touloulou, Didine, Samarian,
.
.
.
.

Pains d’épice, gâteaux et biscuits de Noël

Logo-Samarian_2


Il était sept fois Noël avec Samarian et Chicky Poo

 

  Pains d'épice, gâteaux et biscuits de NoëlPains d’épice, gâteaux et biscuits de Noël
Ulrike Skadow
Photographies de Nicolas Leser

 

Les biscuits qui sont présentés dans ce livre sont dans l’esprit de Noël. A leurs seules évocations, il y a de la magie qui s’en dégage et du bonheur, aussi…

Les images se succèdent et offrent des tableaux de paix, de chaleur, de convivialité et de joies. Ce sont des goûters au coin du feu avec un mug de chocolat chaud ou une tasse de thé au miel. Ce sont des arômes de cannelle, de muscade, de girofle, de gingembre, d’anis, d’oranges et de pins. Ce sont des préparatifs de l’Avent avec les décorations de la maison et celles du sapin. Ce sont des histoires du Père Noël et des lutins…
Avec les soixante recettes proposées, vous faites un tour du monde et vous rencontrez tout le traditionnel de cette fête de fin d’année ; truffes au chocolat, pain d’épices, cake, pudding, nonnettes, fudges, tuiles, florentins…

Je vous recommande ce beau livre de cuisine et de partages !
 

1. Bruns de Bâle
2. Brunkager danois

 

 

Une petite couronne à disposer sur l’assiette

Il était sept fois Noël avec Samarian et Chicky Poo

Vous trouverez d’autres activités chez…
Chicky Poo – Un petit sapin de plumes, Suspension décorative d’un village illuminé et Etiquettes rigolotes pour cadeaux
Jojo – Sujets de Noël en carton et pignes décorées
Agdel – Colibri, des sacs cadeaux en tissu
Didine – Paysage enneigé enluminé sous cloche
Sorbet-Kiwi – Personnalisation dans les paquets cadeaux
Samarian – Dessins de Noël

 


Ce mercredi bricolage consiste à faire des petites couronnes à mettre dans chacune des assiettes de nos convives pour le réveillon de Noël ou une soirée de l’Avent.

Une idée prise avec Fabrice Ferin de Jardin d’Ombres (Châteauroux), lors d’un atelier d’art floral au couvent des Cordeliers.

 
Fournitures
: Fil de fer épais et flexible pour l’arrête centrale de la couronne, branche de sapin Nordmann ou de laurier ou de buis ou…, fil de fer fin de fleuriste pour fixer les branches, rubans, petites étiquettes pour noter les noms des invités, décorations.

Réalisation :
– Coupez le fil de fer épais de la taille que vous voulez donner à la couronne et faites une boucle aux extrémités pour faciliter la fermeture.

– Commencez à l’une de ces extrémités à mettre un rameau de branchage et fixez-le à l’aide du fil de fer fin.
– Continuez l’opération jusqu’au bout puis arquez pour faire la couronne. Fermez en emboitant les deux extrémités.
– Nouez un ruban, ajoutez une étiquette et une décoration.

Un atelier simple à faire pour un joli résultat et une sympathique attention, car votre invité partira avec sa petite couronne… L’odeur du sapin fraîchement coupé donnera également une ambiance hivernale.
A conserver dans un endroit frais pour une meilleure tenue si vous la faites une semaine avant. Si vous prenez un conifère, faites attention à la résine qui risque de tacher.

 

 

 

 

Shortbread

Les pays celtes avec Cryssilda et Il était sept fois Noël avec Samarian et Chicky Poo

Vous trouverez des recettes chez…

Isabelle – Gâteau au chocolat et à la Guinness avec un nappage chantilly (Irlande)
Rosa – Riz au lait égyptien
Sandrion – Tortilla à la soubressade
Béa – Porc au caramel

 

 

Le shortbread est un biscuit écossais traditionnel qui se préparait surtout pour les fêtes de fin d’année. Du sucre, du beurre et de la farine… c’est tout simple !

Ingrédients :
– 100 g de sucre
– 200 g de beurre salé
– 300 g de farine

Préparation :
– Dans un saladier, mélangez le sucre, le beurre ramolli et la farine tamisée.
– Pétrissez bien en une texture homogène.
– Aplatissez la pâte au rouleau sur 1 cm d’épaisseur et coupez avec un emporte-pièce des sablés. Piquez le dessus avec une fourchette.
– Disposez-les sur une plaque garnie d’une feuille de papier sulfurisé et enfournez pour environ une dizaine de minutes. Sortez-les encore blancs et non dorés.

Verdict : Bonnes proportions pour ces bons biscuits, friables à souhait ! Pour la touche personnelle, j’ai  mis une bonne rasade de crème de whisky.

 

 

Décembre

Ce mois-ci, je participe à deux challenges.
Je m’installe dans le chalet de Samarian et Chicky Poo et j’accompagne Cryssilda dans les pays nordiques.

Au programme, lectures, cuisine, bricolages et photos seront les rendez-vous de l’Avent…
Bons préparatifs !

Lundi : Un thème, une photo
Mardi : Lecture
Mercredi : Bricolage
Jeudi : Lecture
Vendredi : Lecture
Samedi : Albums illustrés avec Hérisson
Dimanche : Cuisine avec Les Gourmandises

papier écossais 1a1a

papier écossais 1a3

 

 

 

Les fêtes de fin d’année chez George Sand

Pour les fêtes, le collectionneur Jean-Yves Patte a mis en scène la demeure de George Sand à Nohant dans le Berry. Animée avec des objets de son temps, fleurie, en attente de ses convives, la maison prend vie.

Des photos sans flash, des photos un peu floues par une matinée d’hiver sans soleil, il est donc difficile de rendre un bel hommage à ma visite, mais voici un petit aperçu…
Toc, toc, toc… Entrez !

 

 

 

 

Christmas pudding


Des lectures de Noël
Littérature anglaise avec Titine

 

 

Christmas pudding
Nancy Mitford

1930, Londres et le Gloucestershire,

En cette fin de décembre, pour les fêtes, la campagne du Gloucestershire va être le théâtre de nombreuses farces satiriques qui se joueront entre deux imposantes demeures, celles de Lady Bobbyn et de Madame Amabelle Fortescue.
Pour nous aider à situer les seize personnages principaux, Nancy Mitford nous dresse leurs portraits dès les premières pages qui décrivent avec finesse et piquant une société bourgeoise nantie d’un snobisme déconcertant et d’une ringardise déprimante. Deux, voire même trois générations vont se confronter ; les aînés qui sont bien imprégnés des heures glorieuses du passé et qui s’enlisent dans les conventions de leur milieu et les jeunes qui sont avides de plus de liberté, de bêtises, d’anticonformisme et de modernité.

Paul Fotheringay, ancien disciple d’Eton, a décidé de devenir écrivain. Son premier roman voudrait être une tragédie qui raconte les déconvenues romanesques d’un jeune homme, mais, à son grand désespoir, les critiques littéraires et les premiers lecteurs en ont fait le livre le plus divertissant de l’année, saluant la drôlerie de ses écrits en pensant à tort qu’ils sont une bouffonnerie des jeux amoureux. Incompris, déshonoré, Paul aurait aimé être réconforté par la demoiselle qu’il courtise, Marcella, seulement la jeune bécasse, superficielle et égocentrique, n’est d’aucun soutien. C’est donc vers une amie et confidente, Amabelle Fortescue, qu’il épanche sa peine. Cette femme intelligente, pétillante et très estimée, lui conseille de rebondir sur ce semi échec et d’écrire un nouveau livre. Alors, après réflexions et avec un certain entrain, Paul jette son dévolu sur une poétesse du siècle dernier, Lady Maria Bobbin.
Afin d’être au plus juste dans ses écrits, il fait des démarches auprès de ses descendants installés dans le Gloucestershire, pour avoir le droit de consulter son journal intime, mais sa demande reste vaine car la Lady Bobbin actuelle voit en Paul un auteur comique qui ne servirait pas le souvenir de l’ancêtre… Toujours bien aiguillé par Amabelle qui connaît la famille Bobbin, Paul décide de taire sa réelle identité et de se présenter à Lady Bobbin en tant que précepteur pour son fils Bobby, un jeune homme de dix-sept ans qui suit ses études à Eton et qui, durant les vacances de Noël, a grandement besoin d’une remise à niveau.

Ainsi commence le roman. D’une part, nous avons la maison de Lady Bobbin et d’autre part à quelques distances, nous avons la maison qu’Amabelle loue pour les fêtes. De l’une à l’autre, nous participons à l’arrivée des invités venus passer Noël et à un chassé-croisé de leurs visites, ainsi qu’à un chassé-croisé des sentiments.
Il serait bien trop long de vous expliquer qui est qui, qui fait quoi, mais sachez que le lecteur n’éprouve aucun ennui à lire l’ennui des personnages qui se donnent de l’importance jusqu’au ridicule. C’est riche et théâtral, ironique, ça brille de quiproquos, de goujateries, de bêtises et de suffisance. Lady Bobbin est une terrienne qui gère son patrimoine et sa famille à la baguette. En invitant la famille elle accomplit son devoir de chef, mais il ne faut point y mettre de plaisir.

Fille de cette aristocratie trop élitiste, hédoniste, chancelante et gâtée, Nancy Mitford raconte si bien ce qu’elle a vécu ! Sans indulgence, elle peint au vitriol le portrait de son époque et dénonce la condition de la femme dans cette société. Une femme se devait de faire un bon mariage et en oublier l’amour.
Je vous conseille grandement ce livre, à lire juste avant Noël pour le vivre pleinement. La demeure de Lady Bobbin est pleine de houx, on joue et on boit du champagne. Son Noël réunit le faste païen et la rigueur religieuse.

A recommander !

D’autres billets chez Belette,

Tableau peint par Joseph Kleitsch en 1928

 

 

Un Noël plein d’espoir

Lecture de Noël
Challenge polars de Sharon
Challenge British Mysteries de Lou
Lecture commune pour un livre de l’auteur avec
Lou, Corinne, Bianca, Sharon,

 

 

Un Noël plein d’espoir
Anne Perry

Noël 1883,
Londres, dans l’East End,

Très bientôt c’est Noël… Dans les rues ça sent les marrons chauds, les vitrines sont décorées de branches de houx, et les étals sont bien garnis. Mais un vent glacial annonce la neige et il n’est pas bon de rester longtemps dehors. La jeune Gracie Phipps fait des courses pour sa grand-mère, de maigres commissions pour une potée de chou et trois pommes de terre, juste à peine de quoi caler l’estomac de ses frères, car pour célébrer dignement la fête, il leur faut faire en ce moment des repas frugaux pour économiser. Elle en est donc à se hâter, son châle bien serré autour de ses épaules, lorsqu’elle rencontre une fillette en détresse.
Plus jeune qu’elle et plus frêle, Minnie Maude Mudway lui confie sa détresse dans un souffle… Son oncle Alf vient de mourir et Charlie a disparu. Charlie est l’âne qui tirait la charrette de son oncle, un chiffonnier. Il s’est enfui lors de l’accident et Minnie qui l’imagine perdu, frigorifié et affamé, s’est mis en tête de le ramener. L’histoire qu’elle raconte est décousue, mais ce que Gracie retient c’est qu’il y a un doute sur le décès de l’oncle qui serait mort assassiné pour une boîte dorée, certainement une boîte en or…

Sensible à ce désespoir et à la misère de Minnie, Gracie décide de l’aider à retrouver Charlie. En quadrillant dans un premier temps le périmètre de l’accident et en se renseignant auprès des témoins peu bavards, elle va, dans un deuxième temps, demander l’assistance d’un commerçant un peu mystérieux, Monsieur Balthasar le propriétaire d’une boutique très exotique de Whitechapel Road.
Téméraires, déterminées et inconscientes du danger qu’elles encourent, Gracie et Minnie vont devoir faire face à de dangereux criminels avant de fêter dignement Noël et de bénéficier de sa féerie.

Dans la série « Histoires de Noël », le roman met à l’honneur la jeune Gracie Phipps que l’on retrouve domestique dans la saga des Charlotte et Thomas Pitt. L’auteur nous mène dans les rues pauvres de Londres à l’époque de Noël, et à travers les regards innocents de nos héroïnes, nous dévoile la trame de ce conte policier de petite facture. L’histoire réside plus dans son ambiance et le caractère singulier des personnages que dans son enquête qui se révèle assez décevante et simpliste dans son épilogue.
Comme à mon habitude avec cette série de Noël, j’en ressors mitigée mais toujours présente à ces rendez-vous de fin d’année…

 

 

 

 

 

 

 

Petite étoile de Noël

étiquettelecturesNoël


Lectures de Noël, des albums illustrés pour les petits enfants…
Challenge Animaux du monde avec Sharon

 

 

Petite étoile de Noël
Texte de Ghislaine Biondi
Illustrations d’Elen Lescoat

 

C’est bientôt la nuit de Noël et tout le monde prépare la fête. Les lutins aident le Père Noël dans les cadeaux et les animaux de la forêt décorent les sapins. Mais juste avant de partir pour sa tournée, le Père Noël cherche Toundra, le quatrième renne. Tempête, Nuage et Flocon lui disent qu’elle est restée à l’étable où elle a accouché d’un petit, un magnifique bébé renne qui porte sur le front la marque d’une étoile. Attendris et émerveillés par cette naissance, tous sont d’accord pour l’appeler Étoile de Noël !

Mais il est l’heure de partir et Toundra doit laisser son petit pour prendre sa place dans l’expédition nocturne. Les lutins se proposent aussitôt de le garder et de le dorloter en l’absence de sa maman…

Croyez-moi, ça ne sera pas une petite affaire ! Étoile de Noël a du caractère et se montre très gourmand ! Car pour se réconforter, rien de mieux que de manger des biscuits de Noël.

Une jolie histoire pour les tous petits qui riront des bêtises du petit renne et des déconvenues des lutins qui jouent les nounous. Ils seront aussi émus de voir Étoile de Noël attendre sa maman avec impatience… Des illustrations rondes, douces, enfantines, des couleurs vives, c’est charmant.