Séjour à Paris (1), L’orient des peintres et la collection Courtauld

Comme tous les ans au début du printemps, je vais à la capitale pour voir des expositions. Deux jours d’une intense cadence, où je n’ai pas ménagé mes pieds.
Un rythme soutenu pour des émotions fortes, voici quelques photos souvenirs…

 Au musée Marmottan-Monet,
« L’orient des peintres, du rêve à la lumière »

du 07 mars au 21 juillet 2019

Voyages, fantasmes, les femmes orientales, une lumière, une architecture, une sensualité, un abandon, des mystères, d’éclatantes couleurs… Ingres, Delacroix, Gérôme, Landelle, Valloton, Matisse, Kandinsky… plus de soixante peintures.

Déambulation dans les salles du musée avant de découvrir l’orient…
Sans flash, les photos ne rendent pas la beauté des œuvres et altèrent les couleurs.

  Berthe Morisot, « Au bal », 1875

  Jean-Auguste-Dominique Ingres, « La Petite Baigneuse », 1828
Huile sur toile, 35 x 27 cm, Musée du Louvre

Jean-Auguste-Dominique Ingres, Tête de la grande odalisque

Théodore Chassériau, « Intérieur de harem », 1854
Huile sur toile, 66 x 53,5 cm, Musée des Beaux-Arts de Strasbourg

Jean-Léon Gérôme, « Le marché d’esclaves », vers 1866
Huile sur toile, 84,8 × 63,5 cm, Clark Art Institute, Williamstown (États-Unis)

Charles Zacharie Landelle, « La Juive de Tanger », après 1866
Huile sur toile, 61,4 x 50,6 cm, musée des Beaux-arts de Reims

Jean-Léon Gérôme, « Le marchand de couleurs », vers 1890-1891
Huile sur toile, 65 × 54,9 cm, musée des Beaux-Arts de Boston

Paul-Alexandre Leroy, « Joueuses d’osselets », 1898

Maurice Bompard, « Une rue de l’Oasis de Chetma »,1890
Huile sur toile, 140 x 160 cm, musée des Beaux-Arts de Marseille

Henri Matisse, « Odalisque à la culotte rouge », vers 1924-1925
H
uile sur toile, 50 x
61 cm, musée national d’Art moderne de Paris

Vassily Kandinsky,

Auguste Renoir, « Paysage algérien, Le ravin de la femme sauvage », 1881
Huile sur toile, 65,5 X 81 cm, musée d’Orsay


« La collection Courtauld, le parti de l’impressionnisme »
du 20 février au 17 juin 2019

Après un sublime voyage en orient, nous sommes allés à la Fondation Vuitton pour l’exposition de la collection Samuel Courtauld, un industriel et mécène Anglais qui a collectionné tous les plus grands peintres impressionnistes ; Manet, Pissarro, Morisot, Monet, Degas, Sisley, Seurat, Cézanne, Gauguin, Van Gogh, Le Douanier Rousseau, Toulouse-Lautrec, Boudin, Modigliani… Turner… Une visite exceptionnelle pour une centaine de chefs-d’œuvre !

Édouard Manet, « Coin de café-concert », vers 1878-1880
Huile sur toile, Institut Courtauld à Londres

 
Tableau vedette de l’affiche, impossibilité de l’approcher et de prendre une photo. Juste un instant dans un intervalle pour faire un gros plan…
Édouard Manet, « Un bar aux Folies Bergères », 1881-1882
Huile sur toile, 96 x 130 cm, Institut Courtauld à Londres


Édouard Manet, « Déjeuner sur l’herbe » (version réduite), 1867
Huile sur toile, Institut Courtauld à Londres

Pierre-Auguste Renoir, « La Loge », 1874
Huile sur toile, 80 x 63,5 cm, Institut Courtauld à Londres

Claude Monet, « La gare Saint-Lazare », 1877
Huile sur toile, 53 x 72 cm, National Gallery de Londres

Eugène Boudin, « Deauville », 1893
Huile sur toile, Institut Courtauld à Londres

Claude Monet, « Effets d’Automne à Argenteuil », 1873
Huile sur toile, Institut Courtauld à Londres

Pierre-Auguste Renoir, « Le printemps Chatou », 1873
Huile sur toile, Institut Courtauld à Londres

Henri de Toulouse-Lautrec, « Le Salon privé au Rat Mort », 1899
Huile sur toile, Institut Courtauld à Londres

Paul Cézanne, « Pommes, bouteilles et dossier de chaise », 1904-1906
Huile sur toile, Institut Courtauld à Londres

Paul Cézanne,  » L’Homme à la pipe », 1895 
Huile sur toile, Institut Courtauld à Londres
Paul Cézanne,
Huile sur toile, Institut Courtauld à Londres

Paul Cézanne, « Les joueurs de cartes« , 1892
Huile sur toile, 60 × 73 cm, Institut Courtauld à Londres

Paul Cézanne, « Nature morte avec l’Amour en plâtre », 1894
Huile sur toile, Institut Courtauld à Londres

Paul Cézanne, « La Montagne Sainte-Victoire au grand pin », 1887
Huile sur toile, Institut Courtauld à Londres

Vincent Van Gogh, « Autoportrait à l’oreille bandée », 1889
Huile sur toile, Institut Courtauld à Londres

Vincent Van Gogh,
Huile sur toile, Institut Courtauld à Londres

Vincent Van Gogh, « La Crau à Arles : pêchers en fleurs ou Les Haies », 1889
Huile sur toile, Institut Courtauld à Londres

Amedeo Modigliani, « Nu assis », 1916
Huile sur toile, Institut Courtauld à Londres

Paul Gauguin, « Portrait de Mette », 1877
Sculpture marbre, Institut Courtauld à Londres

Paul Gauguin,
Huile sur toile, Institut Courtauld à Londres

Paul Gauguin, « Paysage de la Martinique », 1890
Huile sur toile, Institut Courtauld à Londres

Joseph Mallord William Turner,
Aquarelles, Institut Courtauld à Londres

 

Retour à l’hôtel en passant par Notre Dame. Une cathédrale toujours aussi belle, aussi altière, malgré le ravage et l’amputation. L’émotion est forte lorsqu’on s’approche à petits pas vers elle…

Suivi du séjour dans le billet 2…

 

 

 

Album photos d’un week-end parisien – 2

paris-10-16-21 Billet précédent
Expositions « Rembrandt Intime » et « Magritte, La trahison des images »

.

paris-10-16-22

.
En cette belle matinée, nous avions programmé le musée Marmottan pour l’exposition « Hodler, Monet, Munch, Peindre l’impossible ».
J’ai découvert un beau musée nanti de magnifiques collections. Entre les enluminures, les tableaux de Berthe Morisot, ceux de Monet, le Chagall, une femme tenant dans son sein son amant, et tous les autres trésors, nous étions presque rassasiés… Je dis « presque » car après les collections permanentes, nous avons vu l’exposition en cours qui se terminera en janvier 2017, Holdler, Monet, Munch… Un feu d’artifice d’impressions ! Une vision commune de la lumière et de l’espace mais des représentations différentes, la comparaison de leurs œuvres est captivante.
Nous avons défilé religieusement !

Comme pour Rembrandt, je n’ai pu prendre aucune photo… les vigiles veillaient ! Voici quelques toiles prises sur Google images…

 

hodler-1« Le promeneur à l’orée du bois » de Ferdinand Hodler
Huile sur toile 55,5 x 70,5 cm

 holder-2 « Lac Léman » de Ferdinand Hodler, 1904/1905

 

monet-1« Le train dans la neige, la locomotive » de Claude Monet, 1875
Huile sur toile, 60 x 80 cm

 

monet-2« Impression, Soleil Levant » de Claude Monet, 1872

 

munch-1« Le soleil » d’Edvard Munch, 1912

 

munch-2« Nuit d’étoiles » d’Edvard Munch, 1899
Huile sur toile, 139 × 119 cm

.

paris-10-16-23
Après cette visite, nous nous sommes dirigés doucement vers les Champs Élysées où nous devions prendre la navette pour la Fondation Louis Vuitton à l’Arc de Triomphe. Nous étions subjugués par ce que nous venions de voir et nous ne le savions pas encore, même si nous nous en doutions un peu, que nous allions encore être mille fois envoûtés… Je le disais récemment à Sandrion, nous avons reçu une claque !
Combien de fois Mister B. m’a dit : « Tu sais, c’est certainement la dernière fois que nous voyons ces tableaux… ». Nous ne les avons pas simplement « regardés », nous les avons absorbés. La collection Chtchoukine est exceptionnelle. Il faut que vous alliez la voir !

Quelque unes des photos prises, mal cadrées, sans flash, jaunies, ternies, mais des photos souvenirs, sur les 127 tableaux…

paris-10-16-24

Icône de l’art moderne
La collection Chtchoukine
Du 22 octobre 2016 au 20 février 2017

.

chtchoukine

 Portrait de Sergueï Chtchoukine de Xan Krohn, 1915

picasso-1

Portrait de Benet Soler de Pablo Picasso, 1903
Huile sur toile habituellement exposée au musée d’état de l’Ermitage
à Saint-Pétersbourg

cezanne-1

Autoportrait de Paul Cézanne

vangogh-1

Portrait du docteur Rey de Vincent Van Gogh, 1889
Huile sur toile exposée habituellement au musée d’état des beaux-arts Pouchkine
à Moscou

guillaumin-1

« Paysage aux ruinex à Crozant » d’Armand Guillaumin, 1897
Huile sur toile exposée habituellement au musée d’état des beaux-arts Pouchkine
à Moscou

monet-3« Les mouettes, Le parlement de Londres » de Claude Monet, 1904
Huile sur toile exposée habituellement au musée d’état des beaux-arts Pouchkine
à Moscou

douanierrousseau-1

« Vue du pont de Sèvres et des Coteaux de Clamart, Saint-Cloud et Bellevue »
d’Henri Rousseau dit le Douanier Rousseau, 1908
Huile sur toile exposée habituellement au musée d’état des beaux-arts Pouchkine
à Moscou

monet-4

« Dame dans le jardin » de Claude Monet, 1867
Huile sur toile habituellement exposée au musée d’état de l’Ermitage
à Saint-Pétersbourg

monet-5

« Le déjeuner sur l’herbe » de Claude Monet, 1866
Huile sur toile exposée habituellement au musée d’état des beaux-arts Pouchkine
à Moscou

braque

« Le château de la Roche-Guyon » de Georges Braque,
Huile sur toile exposée habituellement au musée d’état des beaux-arts Pouchkine
à Moscou

gauguin-1

« Aha oé feii ? » de Paul Gauguin, 1892
Huile sur toile exposée habituellement au musée d’état des beaux-arts Pouchkine
à Moscou

gauguin-2

« Vaïraumati téi oa » de Paul Gauguin, 1892
Huile sur toile exposée habituellement au musée d’état des beaux-arts Pouchkine
à Moscou

renoir

« Dame en noir » d’Auguste Renoir, 1876
Huile sur toile habituellement exposée au musée d’état de l’Ermitage
à Saint-Pétersbourg

degas

« La danseuse dans l’atelier du photographe » d’Édouard Degas, 1875
Huile sur toile exposée habituellement au musée d’état des beaux-arts Pouchkine
à Moscou

picasso-2

« Femme de l’île de Majorque » de Pablo Picasso, 1905 (Étude pour les Bateleurs)
Huile sur toile exposée habituellement au musée d’état des beaux-arts Pouchkine
à Moscou

matisse-1

« L’Espagnole au tambourin » d’Henri Matisse, 1909
Huile sur toile exposée habituellement au musée d’état des beaux-arts Pouchkine
à Moscou

douanierrousseau-2« La muse inspirant le poète » (Portrait de Guillaume Apollinaire et Marie Laurencin)
d’Henri Rousseau dit le Douanier Rousseau, 1909
Huile sur toile exposée habituellement au musée d’état des beaux-arts Pouchkine
à Moscou

picasso-3

« Femme à l’éventail » de Pablo Picasso, 1909
Huile sur toile exposée habituellement au musée d’état des beaux-arts Pouchkine
à Moscou

matisse-2« Intérieur au bocal de poissons rouges » d’Henri Matisse, 1914
Huile sur toile exposée habituellement au Centre Pompidou

matisse-3« La desserte » (Harmonie rouge, La Chambre rouge) d’Henri Matisse, 1908
Huile sur toile habituellement exposée au musée d’état de l’Ermitage
à Saint-Pétersbourg

matisse-4

Henri Matisse

matisse-5« Poissons rouges » d’Henri Matisse, 1912
Huile sur toile exposée habituellement au musée d’état des beaux-arts Pouchkine
à Moscou

picasso-4

« Trois femmes » de Pablo Picasso, 1907-1908
Huile sur toile habituellement exposée au musée d’état de l’Ermitage
à Saint-Pétersbourg

tatline

Contre-relief de Vladimir Tatline, 1914
Bois, métal, cuir, exposé habituellement à la Galerie nationale Trétiakov à Moscou

.

paris-10-16-25

.

.

.

 

 

Beaune, entre campagne, vignes et remparts

Dernière semaine des vacances, escapade de deux jours, nous sommes partis en Bourgogne. Depuis des lustres, Mister B. souhaitait voir le polyptyque « Le Jugement dernier » de Rogier van der Weyden.

Une belle campagne, des coins seuls au monde, puis les premières vignes… et le ciel bleu. La route des vins nous la ferons après notre découverte de Beaune.
Une première approche par les remparts qui ceinturent la ville, nous nous sommes dirigés vers le syndicat d’initiative qui nous a donné plans et renseignements.
.

.         Beaune1
.Beaune2.
Première visite, le musée des beaux-arts. Petit, il a été une mise en bouche. J’ai découvert deux peintres qui rendent merveilleusement bien les tendons, les rides, les veinules… ce sont Édouard Darviot et Édouard Paupion.
Aux tableaux se mêlent des sculptures, une collection égyptienne et une archéologique. En exposition temporaire, nous avons admiré les dessins du journaliste et illustrateur Noël Dorville.
.

Beaune3« La grand-mère » d’Edouard Paupion

.
Deuxième visite et sujet de notre voyage, les Hospices de Beaune, l’Hôtel-Dieu un « palais pour les pôvres ». Il fut fondé en 1443 par Nicolas Rolin, chancelier du duc de Bourgogne et Guigone de Salins, son épouse. Les soins et la charité y ont été dispensés par les Sœurs  Hospitalières jusqu’en 1983. Son architecture, ses toits vernissés, ses ventes de bouteilles de vin, produit de leurs vignes, qui aident à l’entretien de ce patrimoine, et le polyptyque  de Rogier van der Weyden, font la renommée de ce monument historique.

bannBeaune1Entrée

4Cour intérieure
et toitures

bannBeaune25 .
1. Premières salles, la salle des pôvres et la chapelle où Guigone repose en paix. C’est là qu’était accroché le polyptyque du « Jugement dernier ». Mais à présent, il est dans une salle à part.
A l’origine, les deux salles n’en formaient qu’une et les malades pouvaient regarder ce tableau de leurs couches. Un espace immense avec une charpente magnifique, poutres peintes aux couleurs lumineuses et ornées de gargouilles sorties d’un bestiaire féerique, qui ressemble à celle d’un bateau.

Beaune4

bannBeaune4bannBeaune3.
2. Dans la salle Saint-Hugues qui date de 1645, douze lits sont alignés. Cet espace était destiné aux hommes. Les murs sont richement décorés de peintures.

73. Dans la salle Saint-Nicolas, salle réservée aux personnes âgées, une singularité est à dévoiler… La rivière la Bouzaise coule sous les dalles. La pièce est traversée par une rigole protégée par des ferronneries. C’est par là qu’on jetait les déchets, les eaux usagées.
Aujourd’hui, des vitrines exposent des instruments de « l’art médical » et des maquettes des Hospices.

bannBeaune5894. La cuisine… on y préparait les repas des malades mais aussi les galettes de pain blanc qu’on distribuait aux portes de l’Hôtel-Dieu.
  bannBeaune6105. Le laboratoire où on élaborait les médications, emplâtres et potions…
     6. L’antre de l’apothicaire avec ses innombrables pots…

11bannBeaune7. 12137. Par la cour, nous allons à la salle Saint-Louis, aménagée en 1660 pour les patients d’origine militaire, où se trouvent les tapisseries et les coffres. Une importante collection de taste-vin est exposée.

bannBeaune8.
8. De ce sanctuaire, nous accédons à la salle où est accroché le retable de Rogier van der Weyden… « Le Jugement dernier ». Les photos que j’ai prises sont floues et il serait sacrilège de vous les montrer ! Alors, merci Google…
Polyptyque, de quinze panneaux en chêne, peint entre 1443 et 1452 pour l’Hôtel-Dieu.

.

jugement dernier.
jugement dernier 12Partie gauche
La joie dans la Jérusalem nouvelle
Pierre, socle de l’Église (en rouge)
Marie pleine de grâce

.
jugement dernier 13Partie droite
Jean-Baptiste le précurseur et André le protecteur
Paul le messager (en vert)
L’horreur dans les abîmes de l’Enfer

.jugement dernier 14Partie centrale
La pesée des âmes
Un rappel de la Passion (les anges sur les deux panneaux)
.

jugement dernier 2Le retable fermé.

Il était présenté ainsi tout au long de l’année. On ne l’ouvrait que pour les dimanches et les fêtes solennelles.
Commande du chancelier Rolin à Rogier van der Weyden, peintre flamand du XVè siècle qui en 1435 devint peintre officiel de Bruxelles. Il était disposé au fond de la salle des pôvres pour que les malades puissent l’admirer. Il leur donnait force et courage dans la foi. L’âme devait déjà s’orienter vers le dernier jugement.
L’œuvre est magnifique et saisissante. Les couleurs sont éclatantes ! Nous sommes restés près de trente minutes, assis à le contempler. Nous avons eu de la chance, il y avait peu de monde.

Nous sommes retournés doucement dans le centre de la ville, dans les petites rues pavées. Une glace italienne, des achats souvenirs, et nos pas sont allés vers l’hôtel des ducs de Bourgogne où est le musée du vin de Bourgogne.

14    Jarres, amphores – Époque antique grecque et gallo-romaine

bannBeaune9
Détails des tapisseries d’Aubusson
Gauche : Michel Tourlière / Droite : Jean Lurçat

bannBeaune10 IMGP5916
bannBeaune11
Retour à la maison d’hôtes, un cadre enchanteur et des hôtesses aux petits soins…
Une adresse coup de cœur ?

Côté Remparts – 2, Rempart de la Comédie, 21200 Beaune

15bannBeaune12Le lendemain matin, balade-vitrines. Et un ciel toujours aussi clément. Il faisait chaud ! Nous choisissions nos trottoirs à l’ombre…

bannBeaune13bannBeaune14.

Nous quittons Beaune en pensant la revoir un jour. Être ailleurs… le sens fut vrai. Nous étions dans une autre vie, une autre époque. Albertine dit « S’oublier un temps… ».
Nous prenons la route des vins de la Côte d’Or. Des adresses de caves… des accueils charmants, bavards, des dégustations, des odeurs de cave, de bois, de frais, de moisissures… des premiers crus. Pommard, Meursault, Volnay, du blanc, du rouge…
« – Madame, vous pouvez recracher ici.
– Non, non, je ne conduis pas. » et je suis gourmande !
C’est magique ! des terres qui se touchent, qui se mêlent, un même cépage et des goûts différents qui explosent.

.

16bannBeaune15bannBeaune16 bannBeaune17.

.
Et le prochain voyage ?

.

.

.

.

Paris en octobre – 1

louvre10.14Train, 07h du mat.

Paris, ma petite folie. Pour mon anniversaire, j’ai demandé un séjour à la capitale pour voir deux expositions. En partage, voici donc les photos de ces deux jours merveilleux.
Il faisait beau…
.

_MGP3863Le Louvre pour la matinée, pêle-mêle d’époques, de civilisations, d’arts.

bannlouvre1 galerielouvrebannlouvre2De salle en salle, de galerie en galerie, tout en évitant la cohue devant les œuvres les plus connues… objets d’art, antiquités grecques et orientales, sculptures. Nous nous sommes dirigés vers la peinture italienne, espagnole et française, au premier étage. Mona Lisa était comme à son habitude inapprochable. Ghirlandaio, Botticelli, Caravage, Raphaël, Léonard de Vinci, Bronzino, Murillo, Goya…    

ob_61d2d2_girlandajo-domeniko-madonna-s-mladencemVierge à l’enfant de Domenico Ghirlandaio

_MGP3912Détail de la peinture « La Diseuse de bonne aventure de Caravage

louvre10.14 - 2Le Greco

_MGP3903.

Après la visite, quelques achats dans le Carrousel et déjeuner, promenade dans le jardin des Tuileries.  Des œuvres étaient exposées pour la FIAC. Direction le Grand Palais pour l’exposition Hokusai, du 01 octobre 2014 au 18 janvier 2015.

 bannlouvre3bannlouvre4 1. Thomas Houseago – Cyclops – 2010 – Bronze, patine noire – 449,6 x 170,2 x 167,6 cm
2. Lang – Beautiful Tube – Bois peint
3. Georg Baselitz – Louise Fuller
2013 – Bronze patiné – 351,5 x 135,5 x 130 cm
4. Les frères Chapusat  –
Magma Mater – 2014 – Bois épicéa – 520 x 1070 x 970

.

bannhokusai

.

Superbe expo ! Beaucoup de dessins et d’estampes, près de 500, un éclairage faible, une atmosphère sombre, intime. Pour intégrer ce monde, on se penche sur les dessins fins, gracieux ou acérés, qui représentent la vie du Japon à la fin du XVIIIème siècle et au début du XIXème, dans ses paysages, sa nature, sa culture, ses traditions, sa vie paysanne et sa spiritualité. De nombreux cahiers montrent les débuts du manga dont Hokusai fut un des pères.
Un film dévoile la façon de faire des estampes ; surprenante technique qui me laisse admirative ! La force s’allie à l’adresse et à la patience.
L’œuvre d’Hokusai ainsi offerte est intense. Il en ressort une belle énergie, délicate, puissante, qui nous fait voyager dans ce Japon mystérieux. Les détails, les expressions, les décors, racontent des histoires et nous en confessent quelques secrets… Nous sommes alors le pèlerin, le guerrier, la geisha, la mère, la carpe, le mont Fuji… la Vague…

.
hokusai vagueLa Grande Vague de Kanagawa – 1830-1831
Metropolitan Museum of Art – Gravure sur bois, estampe japonaise, 25,7 × 37,9 cm

hokusai 2 hokusai fujiUne des vues du mont Fuji

Vous avez encore le temps de réserver vos places… le coupe-file est indispensable ! Mais attention, l’exposition fermera pour quelques jours, du 21 au 30 novembre, le temps de remplacer certains dessins par d’autres, pour qu’ils ne s’abiment pas.

Nous n’avions pas le droit de prendre de photo. J’ai ramené de la boutique « Le petit Tokaido » d’Hiroshige, un livre qui aura son billet bientôt.

Retour tout en douceur vers l’hôtel situé dans le quartier bas de Montmartre qui nous avait réservé une table chez Hugo.
Une adresse à noter pour le restaurant… Un accueil charmant et une cuisine délicieuse…
Hugo – 12, rue Papillon 75009 Paris – 01.40.22.01.91

.restau5
Cette nuit là, j’ai fait de beaux rêves. Le lendemain, visite de Montmartre et retour au Grand Palais pour Niki de Saint-Phalle. Voir suite…  .

.

.