Isidore Tiperanole et les trois lapins de Montceau-les-Mines

Animaux du monde de Sharon, Albums de Hérisson


.
isidore_tiperanole
Isidore Tiperanole et
les trois lapins de Montceau-les-Mines

Pierre Thiry
Illustrations de Myriam Saci

Il était une fois…

Un monde où les animaux « faisaient tout ce que les hommes font aujourd’hui. Ils parlaient, chantaient, dansaient, travaillaient… ».

Montceau-les-Mines était une ville qui offrait les plus belles richesses aux regards. Or, incrustations de pierres précieuses, maisons prestigieuses, château enchanteur, tout était opulence, faste, magnificence. La reine Hermangarde, une hermine, était fascinée par le scintillant et grâce à un trésor découvert dans les temps passés, Montceau-les-Mines était devenu un écrin extraordinaire.

Les trois frères lapins, Arthur, Théobald et Justin Lapaimbot, étaient issus d’une famille fort honorable et leurs parents étaient fiers de leur descendance. Doués tous les trois, ils avaient choisis des vocations très différentes… gendarme, marchand de glace et troubadour.

Un jour, ils s’aperçurent que la princesse Ermelinde était une hermine bien belle et qu’ils en étaient fous amoureux. L’harmonie entre eux éclata et ils décidèrent de la séduire avec de la poésie. Mais… de mots en mots, ils arrivèrent très rapidement à de taloches en coups de poing, au grand désespoir des parents. Des lettres enflammées partaient au palais, des rimes, des fioritures verbales, des compliments, des galanteries enchanteresses, affriolantes… tout était écrit pour charmer Ermelinde.
Cependant, au château, le concierge qui réceptionnait le courrier était Isidore Tiperanole, un crocodile qui veillait à la quiétude de la royale famille, qui courait après le temps, qui crevait les nuages avec un tromblon… qui aimait manger les petits lapins… et qui renvoyait systématiquement toutes les missives à leurs trois expéditeurs.

Pour Arthur, Théobald et Justin, le temps est venu d’élaborer des plans, de passer à l’actionet de contrer Isidore… Qui des trois obtiendra le coeur de la belle ?

Ce livre m’a été très gentiment offert par l’auteur. Je l’ai lu avec plaisir même s’il s’adresse à de jeunes enfants. Petit livret d’une soixantaine de pages, il conte les péripéties de trois lapins épris de la même jeune fille… mais pas n’importe laquelle !
Dans ce monde qui me rappelle le monde enchanté de « Oui-Oui », il y a beaucoup de fantaisie, d’humour, de rythme et de naïveté. Ces composants réjouiront les enfants et les feront partir dans un beau pays où les plus féroces peuvent être les plus crédules et les moins vigoureux. Tout est dans l’art des belles paroles.
Le livre est illustré par quelques dessins aux couleurs franches, primaires, aux tracés enfantins. Pour mon goût, j’aurais préféré des teintes plus pastel, douces, mais cela ne serait peut-être pas l’avis d’un enfant.

Blog de l’illustratrice, « ici » !
Je remercie Pierre Thiry pour l’envoi de ce conte.


Des billets chez Lystig, Liliba, Lili Galipette, Alex,


la dame à l'hermine
La dame à l’Hermine de Léonard de Vinci
.
.
.