Le garçon qui dormait sous la neige

Décembre nordique avec Cryssilda
Littérature suédoise
Une lecture commune avec Nahe

 

 

Le garçon qui dormait sous la neige
Henning Mankell

1958,

Dans le nord de la Suède, Joël Gustafsson, un garçon de treize ans, vit avec son père Samuel, un bûcheron qui travaille dans les forêts de sapins. Ancien marin, il a tout quitté pour s’occuper de lui, le jour où sa femme les a laissés pour mener une vie moins modeste et plus exaltante dans une grande ville.
Joël et Samuel partagent le goût des rêves, des horizons lointains et du silence. Leur complicité se retrouve dans le quotidien, dans toutes les petites tâches ménagères qu’ils accomplissent chacun à tour de rôle, et dans les sollicitudes les plus anodines. L’évasion par le rêve, Joël s’y plonge depuis l’enfance, et depuis son accident où il a failli mourir écrasé par un bus, il croit aussi aux miracles.
A l’approche de la première neige, il pense que le temps passe très vite. Hier, il était un petit garçon et à présent, il se sent grandir et devenir un peu plus homme. Un hiver, un printemps, un été, et l’automne se fond rapidement dans l’hiver ; les couleurs changent et le givre devient neige. L’enchaînement des saisons se fait en accéléré et Joël prend conscience en voyant son père se voûter un peu plus chaque jour, que les années sur lui ne sont pas miséricordieuses. Un travail difficile, des peines et des regrets pèsent lourd sur l’esprit et le corps qu’il néglige.
Pour ne pas ressembler à son père, et pour pouvoir vivre longtemps jusqu’à cent ans, Joël décide de s’endurcir et surveille sa transformation. Parmi ses trois résolutions pour la prochaine année, entre devenir riche pour aller vivre près de la mer et voir une femme nue, il veut pousser son corps dans ses limites en allant dormir sous la neige. L’endurance doit se faire petit à petit et les nuits de Joël s’en trouvent bien animées…

Une jeune vendeuse chez l’épicier fait son apparition. Belle et tentatrice, elle nourrit ses émois. Et sa camarade de classe qu’il trouvait stupide, trop puérile dans ses ricanements, suscite son attention. Du coup, sa meilleure amie Gertrude dégringole dans la hiérarchie de ses préférences. Il faut dire qu’il aurait préféré qu’elle soit de son âge et pas dix ans de plus, moins originale et qu’elle ait un nez. Gertrude a un trou à la place du nez, un trou qu’elle cache avec un mouchoir ou un nez rouge de clown, tout dépend des jours, tout dépend de son désespoir, et il en a un peu honte. Puis, l’institutrice se montre plus sévère, plus inquisitrice, les femmes du village, vieilles, grosses, plus commères, et la petite amie de son père moins amoureuse, ce qui pousse son père à se réfugier dans l’alcool. Le mystère des femmes reste entier et il en est perturbé.

La naïveté de Joël s’émousse et son caractère s’affirme en même temps que ses hormones. Plus dans l’action et le jugement, il en arrive aussi à avoir envers son père des poussés querelleuses qui vont bousculer leur existence et redéfinir leurs vies.
Les rêves, les résolutions, font place à l’action et Joël promet sur la tombe d’un enfant de quatorze ans qu’il mettra tout en œuvre pour les accomplir. Un jour, il sera rocker comme Elvis Presley, et un jour, il emmènera son père sur l’Île de Pitcairn, sur les traces des mutins du Bounty.

Le roman commence avec les rêves d’un jeune enfant mais au fil des pages, ses divagations s’ancrent un peu plus dans le concret et moins dans son imaginaire. Mélancolique, douce, fougueuse, pleine de promesses, d’espoir et de chagrin, l’auteur a bien su traduire son histoire et les phases de son adolescence à l’aube des années 60. Joël est un héros pas ordinaire. Il a une force et une intelligence singulière pour un enfant de son âge, car tout jeune il a été confronté à des responsabilités, à l’abandon de sa mère et à l’alcoolisme de son père.
La lecture nous mène dans un paysage beau et rude sous la neige, paisible et ouaté, nous fait rencontrer des âmes abimées, solitaires et taiseuses et nous donne un sentiment ou une sensation de grande liberté et d’indépendance. Elle séduira à coup sûr les jeunes lecteurs en quête d’un récit initiatique, plein de poésie, d’innocence et d’amour.
Je vous le recommande…

 

Peinture de Gustaf Fjaestad, peintre Suédois

 

 

Le chemin de la plage

Décembre nordique avec Cryssilda
Littérature suédoise
Une lecture commune avec Nahe

 

 

Le chemin de la plage
Anna Fredriksson

 

En apprenant l’infidélité de son mari, Jenny décide de se déconnecter de sa vie durant cinq jours et contacte ses trois amies d’enfance afin qu’elles l’accompagnent pour un périple dans la région d’Österlen, au sud de la Suède.

C’est la fin de l’été, Martina, Anja et Petra voient en ce départ l’occasion de renouer leurs liens qui s’étaient délités avec les années. La quarantaine, toutes les quatre vont aborder les inquiétudes et les contrariétés de cet âge, avec des envies de tout remettre en question, de tout aplanir. La condition de la femme dans le mariage, la condition de la femme en tant que mère, la condition de la femme dans le monde du travail, la condition de la femme en tant qu’amante.
« Prendre de la distance c’est salvateur ! »… Le train, l’hôtel, les balades en vélo, les confidences, les réconforts, la mer, les disputes, les angoisses, les règlements de compte entre copines et le voile sur leur intimité se lève, délestant le poids des non-dits, des secrets.

« Toujours pragmatique et sensée », c’est ce qu’on a dit à Jenny quand on lui a proposé le poste envié de chef de son service. Avec les chapitres du livre qui alternent entre un avant et un présent, on la découvre peu sûre d’elle, stressée, très directive et assez individualiste, organisant son existence autour de son entreprise et délaissant sa vie de couple. Alors après les louanges et les courbettes, ce sont les critiques qui fusent et les mesquineries de la part de ses collègues qui ne tardent pas à échafauder son trépas.
Sur ce point, il est question alors de harcèlement, de la malveillance à tous les étages et de l’incompétence de certains que l’on impute à d’autres, jusqu’à ce que la pression outrage la dignité et fait perdre toute notion objective.

Johan, l’homme qu’elle a aimé, est à Stockholm. Ses jours et ses nuits portent encore l’empreinte de sa présence et Jenny à beau pédaler très vite, elle n’arrive jamais à le semer. Si elle a choisi de se perdre sur les bords de mer d’Österlen, c’est aussi pour retrouver Nicklas qui a tout quitté, son travail et la ville, pour venir avec sa compagne s’occuper d’une maison d’hôtes. A lui qui a toujours été de bons conseils, un ami fidèle et prévenant, elle aurait tant à raconter ! Et puis, il y a Petra qui leur avoue être enceinte, Anja la taiseuse à qui il est difficile de pardonner car elle connaissait depuis six mois l’infidélité de Johan, et Martina… Jenny pédale, se perd dans la contemplation du paysage, et songe au moment où elle sera bien obligée de tout dire…

Une chose est certaine, c’est que tout au long de la lecture on s’imagine faire du vélo et souffler dans l’effort avec elles ! La nature est belle, les odeurs sont salées, il fait beau, mais l’eau doit être froide… Même si le rappel des jours précédents le voyage contrarie la quiétude de ces images, on perçoit une certaine confiance en l’avenir qu’il me plaît de projeter dans la fin du roman laissée comme des petits points de suspension par l’auteur.
C’est le deuxième livre d’Anna Fredriksson que je lis et je vous avouerai que je n’éprouve pas une sympathie débordante pour ses héroïnes, pourtant très en phase avec notre époque. Dans « Rue du bonheur » je disais que j’aimais les seconds rôles et je réitère avec celui-ci.
C’est si doux d’avoir des amis !

 

Une photo d’Österlen prise sur ce site « ici »

 

 

 

Les orphelins Baudelaire, Tome XI

Septembre en Amérique avec Titine

 


T1 – Tout commence mal – T2 – Le laboratoire aux serpents 
T3 – Ouragan sur le lac
T4 – Cauchemar à la scierie – 
T5 – Piège au collège – T6 – Ascenseur pour la peur
T7 – L’arbre aux corbeaux – T8 – T9 – La fête féroce – T10 – La pente glissante


La Grotte Gorgone, Tome XI

Les désastreuses aventures des orphelins Baudelaire
Lemony Snicket

 

Passage relevé dans mon deuxième billet :
Après le tragique incendie de leur maison qui a fait mourir le couple Baudelaire, leurs trois enfants, Violette, quatorze ans, Klaus, douze ans et bébé Prunille ont été placés chez le comte Olaf, un cousin éloigné. La fortune des parents étant gérée par le banquier Monsieur Poe, il revenait à un membre de la famille de s’occuper de la tutelle des malheureux enfants. Cependant, la cohabitation fut très malheureuse car le détestable comte Olaf, un être vil, n’avait qu’un but… s’emparer de la fortune des Baudelaire.


Après avoir échappé au comte Olaf et tenus pour responsables de ses méfaits, les trois enfants Baudelaire sont enfin réunis ! Mais leurs mésaventures continuent sur une luge transformée en radeau, malmenée par un fleuve bouillonnant.
Sauvés in-extremis par le Queequeg, un sous-marin commandé par le capitaine Virlevent, Violette, Klaus et Prunille ont alors l’agréable surprise de rencontrer des amis de la confrérie secrète, le VDC, et ennemis du comte Olaf. Ils apprennent aussi qu’ils ont une quête commune, à savoir… la recherche d’un sucrier.
A bord, le capitaine Virlevent les embauche et distribue les rôles. Violette assistera sa belle-fille Fiona, une mycologue, Klaus lira les cartes des marées et bébé Prunille se chargera de la cuisine.
Un peu de répit ? Oh que non ! Très vite, voilà que Prunille est entre la vie et la mort pour avoir mangé une amanite et que le comte Olaf se manifeste à bord de son sous-marin, genre poulpe tentaculaire géant, en les faisant tous prisonniers.

« Yap-yap Esculape ! »… Comme l’écrit Lemony Snicket, depuis la mort tragique de leurs parents, la roue de la destinée ne tourne que dans un sens, un cycle très infortuné…
Vont-ils s’échapper ? Vont-ils enfin élucider tous les mystères ?… Soupirs !!! Les eaux sont dangereuses et les profondeurs encore plus.

Cet épisode est une déception. Il ne résout rien, il est une énième aventure malheureuse qui ne surprendra pas le jeune lecteur. Une trame assez brouillonne, déjà lue, et beaucoup de complexités, l’histoire n’est en fait qu’une transition qui mène vers les derniers tomes.
On apprend quand même une chose ! L’auteur rabâche presque à tous les chapitres que le cycle de l’eau repose sur trois phénomènes : évaporation, précipitations, ruissellement.
A suivre !

 

 

 

Album de vacances en Bretagne, 1 – Saint-Malo, la pointe du Grouin, Cancale…

StMalo Solidor 5  La Tour Solidor… Quartier de Saint-Malo

StMalo Solidor 8 StMalo Solidor 3

Saint-Malo le soir, les remparts, le Fort National, les brises-lames,
les grandes marées…

StMalo 0 StMalo 4StMalo 2 StMalo 5StMalo 3

StMalo 6

StMalo 7

.

Cancale

Cancale 1Cancale 3Cancale 2Route de la pointe du Grouin

Grouin 1 Grouin 3 Grouin 2Grouin 4

Grouin 5.

.

.
 

 

Un peu de La Rochelle et de l’Île de Ré

img563Les derniers jours des vacances, juste avant la rentrée, il faut les rentabiliser ! Alors nous sommes partis en Charente-Maritime, pour La Rochelle et l’Île de Ré.
Il a fait beau, sauf le dernier jour où le ciel s’est teinté de gris.
Mister B. a dit : « Choisissons la dernière semaine… il y aura moins de monde, les vacanciers seront partis… ». Comme il s’est trompé ! Tous ont fait comme nous… grignoter les dernières miettes de vacances et emporter de la douceur de vivre.

 .

L’Île de Ré
La Flotte, Saint-Martin, Saint-Clément-des-Baleines…

.

Ré1
Ré3

ré10

bannré1

bannré2

ré11

bannré3

ré12

ré13

bannré4

ré15
.

La Rochelle…

.ré17
bannré7

bannré5
Une adresse à retenir, Les Flots, face à la tour

bannré6
ré16
.

J’y retournerai hors saison…

.

.

Album de vacances

Bonjour !

Encore quelques semaines de vacances et nous serons à l’aube de l’automne.
Avant de reprendre une année bloguesque, je vous propose un petit tour en photos de mon séjour en Corse ; des cartes postales qui j’espère vous renverront un peu de cette atmosphère magique. 

.

IMGP3108 Galette, chat heureux de mes neveux

 IMGP3113Visite chez des amis à San-Gavino-di-Fiumorbo,
un petit village à 450m d’altitude dans la Haute-Corse
,

banncorse14-1  son église Saint-Antoine Abbé,IMGP3121 IMGP3125  et la rivière U Fiumi

banncorse14-2IMGP3133 Calenzana,
Village de Balagne, Haute-Corse

IMGP3153Église Saint-Blaise

IMGP3205Monument aux morts, place de la mairie

DSCF4269

Corse 08.14 2 Chapelle Sainte-RestitudeCorse 08.14 3

bannière7

Corse 08.14 4
Corse 08.14 9
Corse 08.14 5
Sur la route du jardin en bordure de la rivière, U fiume seccu, au pied du Monte Grosso.
Que l’ascension est rude pour mes pieds ! et dire que certains le font en courant…
Corse 08.14 6
Corse 08.14 7
Corse 08.14 8

bannière1IMGP3283Le jardin… un éden
Corse 08.14 10
Corse 08.14 11

bannière2bannière4bannière3Un portillon à passer et la rivière pour des instants contemplatifs…

IMGP3286  IMGP3297Corse 08.14 1Et l’amour… toujours…

DSCN1343 Lire, jouer aux cartes ou tout simplement rêver et regarder les libellules noires danser ?

bannière5 IMGP3318Et en face, la mer… Calvi

IMGP3160
Baignades matinales, eau entre 23 et 25°C cette année.

IMGP3228IMGP3225Une lecture que je comptabiliserai à 10 pages dans mon bilan de ce mois de juillet (« Syndrome E » de Thilliez, offert par Sharon), des baignades, des mots sur le sable, récolte de coquillages et de galets, de la gym aquatique avec mon coatch préféré (papa), des petites randonnées (moi à la traîne derrière les cousines), de nombreuses parties de cartes (rami : « – Que veux-tu faire ? – Pfff, il fait trop chaud, maman ! – Tu veux jouer aux cartes ? – Ben… si tu veux !!! »), un peu de patchwork (je vous montrerai), un après-midi à Citadelle-loisirs, un week-end à la Fiera di l’alivu de Montemaggiore, 5 minutes de pêche, des pizzas, une soupe au pistou délicieuse (recette de maman)… la famille, du soleil… du limoncello, des beignets, des chaussons aux amandes, « la » fougasse aux olives, sorbet ou crème glacée ? mangue ou orange sanguine ? pot ou cornet ? (des questions existentielles)… une partie de boules entre cousins avec un trophée à gagner (j’ai perdu !), un anti-moustiques super (je ne m’en sépare plus !), une virée dans la région du Fiumorbo (ce jour là, nous aurions pu partir loin, très loin, jusqu’en Sardaigne ! nous étions conquérants)… les fourmis envahisseuses, les essences odorantes, le ciel pas toujours bleu, des nuages comme des coulées de lave, des cartes postales expédiées la veille de mon départ… un bracelet en élastique… et le dernier jour, un sourire qui se pince. Même maintenant, la séparation est toujours douloureuse.

IMGP3157bannière9IMGP3146aUne nuit au port de Calvi

IMGP3249bannière6IMGP3235 IMGP3230 bannière8

.

.

.

.