Sabbat samba – La trilogie Morgenstern, Tome III

Le quadrille des assassins, Tome I
Un tango du diable, Tome II

.
9782226150172 Sabbat Samba
La trilogie Morgenstern – Tome III
Hervé Jubert


.
.
 
Carmilla Banshee et son acolyte Archibald Fould souhaite présenter lors d’une soirée au palais du Liedenbourg, un enfant. Les deux associés ont créé une descendance au Diable, une petite fille qu’ils nomment Morgane, mais qui se débaptisera pour se faire appeler Lilith. Carmilla rêverait de faire revenir le malin, alors, avec un mégot qu’il avait abandonné lors de sa dernière apparition due à une invocation du comte Palladio, elle a pu reconstituer ses cellules et concevoir un bébé.
Pour cette nuit de sabbat, tous sont conviés pour rétablir la magie noire et appeler celui qui ne se manifeste plus depuis de nombreuses années… le Diable.

Près du buffet, un couple étrange et très coloré contemple l’assemblée. Sous les traits de vampires venus des Carpates, Roberta Morgenstern, sorcière et ancienne enquêtrice au Bureau des Affaires Criminelles, et son compagnon Grégoire Rosemonde, illustre professeur d’histoire en sorcellerie au Collège des Sorcières, s’apprêtent à kidnapper l’enfant. Depuis l’affaire avec le Baron des Brumes, nombreux sont devenus réfractaires à la nouvelle politique et ont organisé une résistance. Avec l’assistance des pirates Louis et Claude Renard, de Suzy Boewens, professeur de droit satanique, d’Ernest Pichenette et de bien d’autres, Roberta et Grégoire veulent contrer l’ambition démoniaque de Banshee.
Seul Clément Martineau s’est séparé du groupe. Sa droiture étant trop rigide, il ne peut imaginer de turpitudes au sein de sa hiérarchie. Toutefois, n’étant ni stupide ni borné, il arrivera à se poser des questions et à rejoindre les rebelles.

Parents adoptifs et très aimants de la petite Lilith, Roberta et Grégoire fuient Banshee et Fould, en usant de tous les moyens de locomotion mis à leur disposition et les lieux de villégiatures, des plus paradisiaques aux plus surprenants… De Rome dans une maison du Palatin, à la Ville de Verne, en passant par le berceau des contes de fées et des mille et une nuits…
Pour sauver l’enfant et combattre les forces funestes, Roberta devra rencontrer les cinq entités patronnes des cinq éléments. Lilith se meurt, sa carence en fer la décompose petit à petit. Quant à Banshee, elle essaiera de réunir des forces malignes, les gardiens de différentes maisons, telles que les fantômes, les lycanthropes et les magiciens, pour lui venir en aide.

Qui vaincra et que dira le Diable de cet acharnement ?

Alors…
Je suis contente, je l’ai pensé, il l’a écrit… Avis à ceux et celles qui ont lu la trilogie… Je le savais !!! Ah ! Monsieur Jubert… je n’aurais pas aimé être déçue. Et, oui ! un mystère plane sur les trois volumes, j’ai extrapolé et ma vision était juste…
Fermons cette parenthèse jubilatoire…
Ce livre est le dernier de la saga Morgenstern. J’avais adoré le premier volume. Etant nouvelle lectrice de cet univers, j’ai fantasmé joyeusement de la première ligne à la dernière. Pour le second tome, j’ai été une lectrice un peu plus mitigée. Certes, j’étais heureuse de retrouver la fine équipe, mais j’ai gardé une certaine distance. Pour ce troisième livre, j’ai été conquise. Nous retrouvons le loufoque, l’humour, le grinçant, l’action, des inventions mécaniques sophistiquées, des chasses aux trésors, des paysages lointains, nous avons des passages de tendresse, un petit soupçon de passion et quelques chapitres poignants. Les images sont belles dans notre imagination, elles sont chimériques et extravagantes, à l’image de Roberta Morgenstern, sorcière gainée, courageuse, coquine, attendrissante, mère poule,  fidèle, brillante, délirante, excentrique, modèle pour un Jean-Paul Gaultier ou un Jean-Paul Goude.
Cette trilogie est à conseiller pour sortir de notre ordinaire…

Avant de clore ce billet, je souhaiterais vous dévoiler un passage adorable ! Lilith et Roberta prennent un bain et s’amusent comme des folles…

 » Un mouvement creusa la mousse à la surface du bain. La délicate odeur qui flotta jusqu’aux narines de Roberta ne lui laissa aucun doute quant à sa non moins délicate provenance.
– Frais, ça. Très frais. (Lilith recommença, une nuance de défi dans les yeux.) Tu le prends sur ce ton ?
Roberta renvoya à Lilith le même regard intimidant. Une bulle énorme chassa la mousse entre les jambes de la sorcière. Lilith afficha une mine dégoûtée lorsque le nuage toxique l’atteignit. Un triomphe. Une reddition. Une déculottée exemplaire.
– Alors cocotte, on fait moins la fière, hein ?
Lilith ne bougeait pas. Et son immobilité, en soi, aurait dû inquiéter la sorcière. Il y eut un chapelet de bulles ridicules eu égard à celle qui venait de remporter le concours. Mais suivit un objet flottant long et noir. La sorcière le regarda dériver vers elle sans trop y croire. Lilith affichait un air pas très éloigné de la béatitude.
– Là, je crois que tu as gagné… »

Billet de la lecture commune avec Eiluned, Aymeline et Scor13

.
jules_verne_3

Illustration du livre de Jules Verne « Vingt mille lieues sous les mers », dessin de A. de Neuville
.
.
.
.