La grande entourloupe

.
.
.
La grande entourloupe

Roald Dahl

J’ai demandé ce livre car le billet de Sandrine m’avait intéressée.
De cet auteur je n’ai lu que « Matilda » et « Charlie et la chocolaterie », je voulais donc connaître ses écrits pour « adultes ».
Ce livre regroupe quatre histoires. Nouvelles étranges, souvent cyniques, parfois fantastiques, elles sont sans vergogne, hardies, immorales et racontent « les plaisirs de la chair et l’instinct sexuel ». Contes cocasses, avec une belle touche de libertinage, ils révèlent au final une conscience « philosophique et spirituelle » !
Une écriture jamais grossière, sensuelle, légèrement excitante, quelquefois dérangeante ou angoissante, pleine d’humour, elle vous fait pénétrer dans une autre dimension.

L’invité,

Tout commence par l’arrivée d’une belle caisse. Le narrateur réceptionne vingt-huit livres reliés richement, aux initiales de Oswald Hendryks Cornelius. Le grand-Oncle Oswald lui a légué ses journaux intimes, dont le premier date de 1934.
Cet oncle est une légende dans la famille. Célibataire, aventurier, riche, globetrotteur, très fantasque, collectionneur d’araignées et de cannes, il est surtout resté dans les mémoires pour ses frasques amoureuses.
Dans une aventure, Oswald raconte le sympathique accueil de Mr. Aziz, un riche homme d’affaire. Sa voiture étant tombée en panne, Oswald se voit inviter pour la nuit dans une maison de rêve, un palais quelque part dans le désert en amont du lac Timash. La température extérieure est de 45°, lorsqu’il pénètre cet oasis luxueux, il est comme dans un rêve… et lorsqu’il rencontre la femme et la fille de son hôte, il est au paradis ! Deux beautés, deux gazelles aux yeux peu farouches, qu’il aimerait bien connaître…

Bonne nuit Oswald ! Mais attention… il y a rêve et cauchemar…

La grande entourloupe,
 
Deux voisins, amis, lors d’une soirée, imaginent d’échanger leurs femmes sans qu’elles le sachent. Leurs épouses étant fidèles et amoureuses, ils doivent comploter et bâtir une mise en scène digne d’un scénario de film d’espionnage… Synchronisation de l’intrigue, analyse des points stratégiques et domestiques, la musique de Mission Impossible s’enclenche !
La fameuse nuit, ils se croisent dans leurs jardins et…

Qu’en ressortira-t-il de cette permutation ?
La morale de cette histoire se rapprocherait de « tel est pris qui croyait prendre » ! Amère et jouissive.

Le dernier acte,

Anna est veuve à quarante ans ; son mari est décédé d’un accident de voiture. Deux ans après, ses enfants étant partis pour leurs études, elle se trouve bien seule dans sa maison et essaie de ne pas trop songer à ses pulsions suicidaires.
Lors d’un voyage à Dallas pour son travail, elle décide de contacter un ancien amoureux de jeunesse…

La nouvelle la plus triste du livre !

Chienne,

L’oncle Oswald réapparaît… Dans un de ses journaux, il raconte une histoire incroyable ! Henri Biotte est un spécialiste des odeurs. Ce scientifique a créé un parfum qui contrerait l’impuissance, l’usure de la passion et la vieillesse… Avec une senteur musquée, ambrée, hormonale, il pourrait orienter le cerveau de l’homme vers une pensée unique et primaire… la fornication. Le mâle stimulé dans toute sa splendeur, n’aurait qu’une obsession et deviendrait une bête.
« – Nous pourrions gouverner le monde ! »
Après un test concluant sur homme très viril, il est décidé que le parfum portera le nom de « Chienne ».
Il ne reste plus qu’à Oswald d’étrenner cette fragrance…

Une vraie poésie !!! et quelle énergie !!!

Un livre à recommander… Il est sans ennui…

 Tableau de Comerre, L’odalisque

.
.
.
.