L’appel de Portobello Road

lappel-de-portobello-roadL’appel de Portobello Road
Jérôme Attal

.

Dès la première page, je rigole. Mister B., près de moi, sourit et confirme : « Tu es atteinte. ». Oui-oui, d’une attalite aiguë.
Il y a des mots ou des petites phrases surréalistes qui s’incrustent toujours dans les récits d’Attal, là où on ne les attend pas, donnant à sa plume originalité et légèreté. Des petits mots et des petites phrases qui prennent notre affection. L’histoire de ce livre commence par un conte japonais. Au XVe siècle, un chevalier s’éprend d’une jeune princesse qu’il entraperçoit derrière les rideaux de son palanquin. Saisi d’amour, il va essayer de la retrouver et de l’approcher… Il ne pense qu’à elle. « Les jours suivants sont des nuits »… On voit alors ce guerrier samouraï arnaché de cuir partir en quête de la si belle princesse. Il traverse des estampes, paysages de rivières, de monts et d’arbres en fleurs… La route est périlleuse, la quête est difficile… Quand il arrive aux portes du palais, il est accueilli par un serviteur qui lui demande de bien vouloir patienter. La princesse est là, mais elle n’est pas en mesure de le recevoir, car c’est l’heure de la cérémonie du thé. La poésie de ce conte est belle, on perçoit le vent dans le jardin, nous ne sommes qu’attente avec le chevalier, et espérance… quand… la fantaisie de l’auteur terrasse le Moyen-Âge et nos rêves :
« Tiraillé par l’impatience, la mine sombre et émaciée par le feu qui embrase son cœur, le chevalier fait les cent pas dans le jardin.
La cérémonie du thé, vous savez, surtout si vous êtes amateur de café en capsule, ça dure des plombes. La tête baissée, les épaules en dedans, il tue, poursuit, déborde le temps, écrase les secondes sous ses pas comme un tas de feuilles mortes… »
« si vous êtes amateur de café en capsule »… j’écris et je rigole… Ne me dites pas que je suis la seule ! Pitié…
Voilà… si je commence ce billet-lecture par cette parenthèse c’est simplement pour vous expliquer comment je perçois Jérôme Attal. C’est un poète-pitre, un doux diablotin. Le livre est ainsi construit, une énigme, une quête, des émotions et une bonne dose d’absurdités à la Kafka.

Ethan Collas est un musicien qui a du mal à percer dans le métier. Il rêve qu’un jour en poussant le charriot des courses dans un grand magasin, l’écho d’une musique ou d’une chanson qu’il aurait écrite le surprenne au détour d’un rayon. Ersatz de sacre suprême !
Après avoir végéter dans différentes facultés, après avoir « tester » plusieurs études, il avait décidé, avec accord parental, de prendre un tout autre chemin ; celui de la musique.
Maintenant, à l’aube de la quarantaine, il se retrouve seul, indécis, dans un petit appartement parisien hérité de ses parents, sans attache amoureuse, obnubilé par la perte de ses cheveux, et bénéficiaire d’une misérable rente, un jingle composé pour la météo d’une chaîne câblée. Son copain Sébastien se plaît à lui dire qu’avec ce pécule, il peut s’offrir une fois par semaine une tartelette aux pommes de chez  Poilâne… ce qu’il fait.
Puis une nuit, le téléphone sonne. S
a mère au bout du fil lui demande comment il va. Il entend aussi son père bougonner comme à son habitude, des mots bourrus, des mots d’amour. Ils appellent d’un endroit inconnu, où la communication va bientôt être interrompue. « Allô, mon chéri ? »… Comment il va ? Il ne faut surtout pas qu’il s’inquiète. Et surtout, il faut qu’il dise à sa sœur que ses parents pensent à elle, tous les jours…
Seulement… Primo, ses parents ne sont plus depuis deux ans. A ce stade de la lecture, nous doutons déjà de ce que nous avons lu et perçu. Ne sont-ils pas morts ? Secundo, il est fils unique. Commence alors ce que la quatrième de couverture dévoile « Un secret de famille tombé du ciel ».
Transposition du conte, le chevalier-Ethan part à la recherche de sa sœur et va tout au long de sa route vivre des épisodes un peu fous. Sur une vieille photo retrouvée, une petite fille pose à ses côtés. Il devait avoir onze ans, elle devait en avoir sept.

« … Des nuits parisiennes et le vacarme de la solitude. Une décision à prendre. Une fille au bout de la route… De la porcelaine anglaise. Comme est la vie. Fragile et robuste à la fois. Et une ode à l’amour au tournant de chaque page. »

Je n’en raconte pas plus, c’est un roman court qui pèse moins lourd que « Les jonquilles de Green Park » (un coups de cœur de 2016). L’équipée d’Ethan, qu’il fera à bord d’une Triumph Spitfire décapotable jaune de 1975, est dans la veine des récits initiatiques. Sur l’itinéraire, il va croiser des personnages extravagants, parfois en marge de la société, qui seront des étapes anecdotiques, pleines de sensibilité et d’humanité. Jérôme Attal parle de filigranes du bonheur et de fêlures, pas nécessairement importantes, juste des petits interstices de la vie que l’on aimerait réparer pour pouvoir avancer.
L’écriture fantasque nous fait prendre un chemin de traverse menant vers différents mondes, différentes dimensions, entre du réel et des chimères. De l’humour, de la poésie, de la délicatesse, tout un bouquet subtil d’émotions, c’est ce que je demandais à ma lecture.
Je vous le recommande.

D’autres billets chez Bianca, Titine, Fanny,

.

24386599bd3f01f414f555e019d930a7Spitfire jaune

.

.

.

Publicités

Tarte au riz

AttalAujourd’hui, nous monopolisons la brigade pour une recette belge en l’honneur d’un auteur… Jérôme Attal.
Le regard pétillant, empli d’une nostalgie gourmande, il souhaiterait voir les marmitonnes faire une Tarte au riz.
.

logogourmandises5Il se peut que nous contactions d’autres auteurs pour leur demander leurs plats préférés. Un rendez-vous mensuel ? A suivre…

Au programme ce dimanche, vous trouverez chez
Nahe – Tarte au riz
Louise – Tarte au riz belge
NathChoco – Tarte au riz belge
Asphodèle – voir en bas de ce billet pour un edit

LylouAnne – Ananas melba
Les Conteuses – Saint-Jacques au beurre de framboise

Autre nouvelle : Patacaisse nous rejoint dans la cuisine avec des pancakes à la farine de châtaigne.

.
Tarte au riz

.

IMGP5634

Ingrédients :
– 1 pâte
– 130 g de riz rond
– 1 l de lait
– 160 g de sucre semoule
– 2 œufs
– 1 gousse de vanille

Préparation :
– Lavez les grains de riz dans une passoire et égouttez bien.
– Mettez-les dans une casserole avec le litre de lait porté à ébullition et une gousse de vanille bien grasse. Cuisez à feu doux environ 1 heure.
– Attention ! En cours de cuisson, mélangez le sucre. Touillez bien ! il faut que ça forme une consistance ni trop épaisse, ni trop liquide.
– Laissez refroidir le riz (la « crème » va un peu s’épaissir) et pendant ce temps, préparez votre  pâte que vous mettrez dans un moule à tarte.
– Lorsque le riz a refroidi, ajoutez 1 jaune d’œuf, mélangez, et ajoutez 2 blancs montés en neige. 
– Nappez de cette crème le fond de votre pâte.
– Passez au pinceau le deuxième jaune d’œuf sur la tarte pour la dorer.
– Enfournez 20 à 30 minutes thermostat 170 à 200°. Surveillez… il ne faut pas qu’elle cuise trop. D’après un chef pâtissier, il faut qu’elle soit en bouche légèrement « baveuse ».
– Mangez-la froide…

Verdict : C’est vrai que c’est bon ! L’odeur s’est répandue dans la maison ; une senteur vanillée qui est restée toute la journée. Lorsqu’on prend à la cuillère, il y a une petite musique. C’est le jus qui sifflote. Pour la conserver et garder le moelleux, entourez-la d’un film plastique alimentaire.
Tout le monde a apprécié, même le voisin qui a eu sa part, même JB qui n’aime pas ce genre de dessert d’habitude…

Challenge réussi !

.
IMGP5628

.

La photo qui vient ci-après est l’œuvre d’Asphodèle. C’était un début…
qui restera à l’état de « début » ou « rebut »
.
Bref, elle s’excuse en promettant d’essayer une autre fois.

FullSizeRender
.

.

.

.