Millefiori Quilts, 2

millefiori-quilts-2Millefiori Quilt, 2
Willyne Hammerstein

.

  millefiori2-3millefiori2-2Après une vilaine chute de vélo, Willyne Hammerstein a connu les temps d’une immobilisation et d’une rééducation. Comme elle le raconte dans sa préface, elle en a profité pour réfléchir à ce deuxième livre qui reprend les structures des kaléidoscopes.

Couleurs toniques, sélection des tissus avec des imprimés floraux, jeux de coupes et de formes, mosaïques, les quilts qu’elle propose sont de magnifiques jardins aux milles fleurs.

Dix-sept modèles aux noms évocateurs nous enchantent et nous inspirent… « Baiser d’amour », « Jardin de l’oubli », « Le temps perdu », « Crème brûlée », « L’aube », « Lorsque votre journée est triste, regardez le côté positif de la vie »… Ce ne sont plus de simples quilts, ce sont des poèmes.

Kaléidoscopes, sulfures, jardins…
… un très beau livre.

.millefiori2-1

.

.

Souvenirs de Chaumont, parc et château – 2

img563
Billet précédent, la partie historique
Suite…
Promenade au château de Chaumont

.

Festival des Jardins

..parc43   
parc11Il est 10 heures, à l’ouverture des jardins. Journée ensoleillée, très chaude. Bermuda, chapeau de paille, espadrilles et appareil photo. I’m ready.

Les jardins de Chaumont nous invitent à admirer des créations artistiques sises dans le domaine. Le paysage s’orne d’une multitude de tableaux arborés et fleuris que l’on découvre dans des espaces clos.
Jeux de couleurs, de formes, d’ombres, de perspectives, illusions, songes, poésie, on voyage, on se perd, on se transforme en explorateur…

Nous débutons par le parc carnivore, des petites gueules béantes pleines de dents, prêtes à mordre. Les chasseurs de plantes sont à côté, avec Les Nuances, la Collection noire, Le jardin des 101 pélargoniums…

parc21.
bannchaumont20
parc20

parc23
Le jardin des 101 pélargoniums

parc24Fougère Tanaisie  /   Nuances

 parc28Collection noire

parc29

parc25
parc26
Le Vallon des brumes
qui mène à « L’œil de l’oubli » d’Anne et Patrick Poirier
Des archéologues ont découvert cet œil de marbre blanc
dans un creux dénommé La Glacière…

parc27

 .parc30(à gauche) A table ! avec des légumes… tomates, petites aubergines…


parc31
parc32

parc33
parc34Le jardin des graines – Jardins botaniques de France et des pays francophones
Sculptures de Didier Rousseau-Navarre

  parc35  Jardin bleu

parc36La Loire derrière la barrière des arbres

parc37
parc38

parc39
La serre des Victoria
Nénuphars géants

parc40
Il est midi ! l’heure de se restaurer…
La cafétéria nous propose un gaspacho, une verrine de minestrones froides, six compositions de pâtes, des fruits… un sorbet fraise-basilic…
un verre de rosé… un petit café…

parc42Pâtes noires à l’encre de sèche, moules, chorizo, parmesan, ail, tomates, poivron…

.
Après le déjeuner, reprise de la visite.

parc41 La serre

parc49

parc47Dans la cour de la ferme, les granges sont des galeries d’art.
El Anatsui présente ses sculptures, des pièces de « tissus » réalisées avec des « matériaux pauvres » recyclés. Rideau de scène, manteau, tenture…

Dans la grange aux abeilles, l’artiste Enrique Olivera expose « Momento Fecundo ».

parc48
parc51
Petite pause pour une glace, violette-fenouil et pamplemousse-baies roses

parc50
parc52

parc53

parc54

parc55

parc56

parc57

parc58

Et bien d’autres coins et recoins… Chaumont vaut bien une journée de l’année ! Nous y retournerons pour d’autres couleurs, d’autres atmosphères… et d’autres sorbets à déguster.

.

.
En complément de ce billet, celui d’Aifelle…

.

logoartshelbyleelogo un_bouquet_des_pivoines_par_pierre_joseph_redoute.
Challenges
« L’art dans tous ses états » de Shelbylee
« Chlorophylle »

..

.

.

.

Souvenirs de Chaumont, parc et château – 1

img563 Comme je vous le disais dans mon programme des deux prochains mois, je vais vous envoyer des cartes postales de mes virées.

La première, Bons baisers de Chaumont…

.

.

parc44Le château de Chaumont-sur-Loire fut bâti en l’an mil par Eudes 1er, comte de Blois. C’est le chevalier normand Gueldin qui le reçoit et fait consolider les forteresses…
En 1465, le château est démoli et brûlé sur les ordres de Louis XI qui sanctionne Pierre 1er d’Amboise. Il avait comploté contre lui avec d’autres nobles. Reconstruit après la restitution de ses terres, sous le règne de Charles II, Pierre se fait aider par son oncle le cardinal Georges d’Amboise…

parc45 bannchaumont1 En 1550, Catherine de Médicis achète le château et y fait venir un astrologue, Cosimo Ruggieri, dont la chambre se visite…

parc46Chambre présumée de Cosimo Ruggieri

bannchaumont2Chambre dite de Catherine de Médicis
(Les reconstitutions des chambres « historiques » ont été faites par l’architecte Paul-Ernest Sanson à la demande de la famille Broglie, les avant-derniers propriétaires)

 A la mort de son mari, Henri II,  elle souhaite récupérer le château de Chenonceau qui fut offert à Diane de Poitiers, et l’échange contre Chaumont. Diane, bien obligée d’accepter, n’y fait que des petits séjours, mais continue la construction et les embellissements. Sa fille en est l’héritière, et décède un an après la succession sans apporter les changements qu’elle prévoyait.

bannchaumont5
En 1750, le château est acheté par Jacques-Donatien Le Ray qui a fait fortune dans le négoce. Son fils qui en est le légataire part en Amérique s’installer et ne revient que rarement.
En 1833, le comte d’Aramon est le nouveau propriétaire. C’est lui qui créait le parc. Lorsqu’il meurt, sa femme continue la restauration du château qui est classé Monument Historique en 1840. Les finances ne suivant pas pour l’entretien, le château est à nouveau en vente…
En 1875, Marie-Charlotte-Constance Say, héritière des raffineries de sucre Say, achète Chaumont et épouse dans la continuité le prince Henri-Amédée de Broglie. Le château devient le théâtre des plus grandes réceptions pour tous les plus grands d’Europe et d’Orient.
En 1938, Marie-Charlotte-Constance est obligée de céder le château et le domaine à l’état après de nombreuses infortunes.

En 2007, la région Centre-Val de Loire devient propriétaire et fait du domaine ce que nous admirons aujourd’hui.

Les appartements privés

bannchaumont12bannchaumont4Le petit salon et la bibliothèque bannchaumont3Le petit salon

bannchaumont6La salle de billard

IMGP6847Le grand salon

bannchaumont7La chapelle Les artistes Gerda Steiner et Jörg lenzlinger ont conçu « Les pierres et le printemps » pour la chapelle. Dentelle de feuillages, de fleurs séchées, qu’ils ont pris sur le domaine, l’ambiance est fantastique, féerique.

bannchaumont8L’escalier d’honneur Il mène à l’étage qui était destiné aux domestiques (environ 200) et à la fille de la maison, la princesse de Broglie. Aujourd’hui, cet espace sert pour exposer les œuvres contemporaines de plusieurs artistes. Des photographies ornent les murs des pièces nues, où quelques objets recouverts de poussière dorment, figées dans le temps.

bannchaumont9 IMGP6798« Les fleurs fantômes » de Gabriel Orozco
Des papiers peints anciens, des fleurs blessées.

bannchaumont10 bannchaumont14bannchaumont13bannchaumont15IMGP6714 Dans le parc historique, face au château, nos pas nous conduisent vers des sculptures qui sont en harmonie avec la nature.

bannchaumont16« Chaos » de Vincent Barré Sculpture en fonte de fer de 6 éléments

parc3 bannchaumont17Patrick Dougherty sculpture et architecture, branches de saule tressées

parc4 parc6IMGP6745« L’arbre aux échelles » de François Méchain

parc7 parc8« L’arbre chevalier » d’Antti Laitinen Armure métallique

..

Dans le prochain billet, je vous montrerai l’autre côté du domaine… la partie sud avec le Festival des Jardins. J’arrête là la promenade dans le jardin historique, même si j’ai encore « des milliers » de vues capturées. Comprenez… je voulais saisir les instants heureux.

A bientôt…

.

logoartshelbyleelogo un_bouquet_des_pivoines_par_pierre_joseph_redoute.
Challeng
es
« L’art dans tous ses états » de Shelbylee
« Chlorophylle »

.

 .

.

Je vois des jardins partout

logo un_bouquet_des_pivoines_par_pierre_joseph_redoute
Challenge Chlorophylle
Un livre offert par Jérôme

.
.
.
9782709634434.inddJe vois des jardins partout
Didier Decoin

.
.
Didier Decoin commence son livre par quelques souvenirs. De son bureau, la fenêtre offre une perspective de rêve : mer et jardin, 367 agapanthes, bleu et bleues. On imagine le petit vent léger de l’été qui berce les hautes fleurs, dans un même mouvement que des vagues. A ce décor, on y ajoute un chat et des livres.
« … si je ne vois de l’avenir ni le proche ni le lointain, par contre je vois des jardins partout.
Il en a toujours été ainsi, aussi loin que je remonte dans ma mémoire. Il me suffisait pour ça d’ouvrir les yeux. »
Déjà enfant, il était contemplateur. Sensible aux odeurs, aux formes, aux couleurs, il emmagasinait les sensations et glorifiait leur majesté. A cette mémoire, il mêle la lecture et les jardins. En parenthèse, il nous livre une petite anecdote qui fait sourire… il est de ces lecteurs qui ne peuvent vivre une journée sans un livre ; sinon, il est « livresquement nu ».

Ses lectures, le jardin de Bagatelle, ses voyages, l’Angleterre, Lake District… ce sont des châteaux qui s’implantent en campagne, avec leurs fantômes, leurs jardins.
Il y a Westwell Manor et Anthea Gibson. Cette paysagiste a créé Le Jardin de la Lune qui suggère des senteurs gourmandes « d’orange, de miel et d’amandes ». Sissinghurst Castle de Vita Sackville-West avec le célèbre Jardin Blanc ; teintes blanches à l’infini. Le jardin en Ecosse de Osgood Mackenzie qui parle de rêves…
Puis le Trianon à Versailles, la villa de Noailles à Grasse, les jardins de Serre de la Madone à Menton… des décors émouvants, musicaux, odorants…

Cette passion, il la partage avec sa femme Chantal et ses amis de la Cinquième Saison, un cercle de fervents. Il nous conte suivant le dédale de ses pensées, quelques unes de ses visites parmi les 2.200 parcs et jardins de notre patrimoine, louant les artistes qui les ont inventés.
Il n’est pas un jardinier ouvrier mais un jardinier jouisseur. La nature se renouvelle, elle vit et se révèle toujours différente. Il aime sa poésie.
« J’aime assez les jardins un peu clochards, un peu démissionnaires (que ce soit de leur faute ou non), haillonneux, avec des pointées de ronces, au bord de l’abandon.
Je les appelle des « doucets ». Ca veut bien dire ce que ça veut dire, qu’il s’en dégage en effet de la douceur, une douceur grise, pelucheuse, cendre et nuage… ».

Les confidences de Didier Decoin sont délicieuses, sensibles, elles inspirent l’envie et ont de la grâce. Elles sont une ode et un hommage. Poète jardinier.
Il dit que toute personne représente un parfum. Pour Vita, il la pare des senteurs poudrées des fleurs de thé et des roses bulgares. J’essaie de me définir et mes goûts m’amènent sur des essences d’iris, de bergamote, de roses et une petite touche de seringat. Qu’en est-il de vous ?

Je vous conseille ce livre. Il me rappelle le livre de Philippe Claudel, « Parfums », que j’avais beaucoup aimé.
Je te remercie Jérôme ! Ce fut une belle promenade.
.

« Bulbes, tubercules, oignons, rhizomes : ce quatuor masqué a toujours défié mon imaginaire. »

.

Des billets chez Cachou, Anne, Keisha, Dominique,

.
IMGP0694a
.
.
.
.
.

Le jardin blanc

.
le jardin blancLe jardin blanc
Stephanie Barron

.
.
Rodmell, le 28 mars 1941,
Elle vient de terminer « Entre les actes » et Leonard la trouve fatiguée, désenchantée. En effet, Virginia se sent fragilisée, si osseuse, vieille, trop sensible à la folie qui la menace. Après le jardin de Monk’s House, il y a la Ouse qui serpente et qui remue. Le vent de mars culbute les herbes et brouille l’onde. Elle a toujours été attirée par l’eau et cette rivière l’appelle.
Virginia Woolf est morte ce jour.

Kent, Octobre 2008,
Jo Bellamy est une paysagiste américaine. En Angleterre, on dit « jardinière ».
Engagée par un richissime homme d’affaires, Gray Westlake, elle doit reproduire dans sa propriété de New-York, le Jardin Blanc de Vita.
Sissinghurst Castle, aujourd’hui propriété de la National Trust, a appartenu aux Nicolson en 1930. A l’époque, l’ensemble du domaine, maisons, tours, dépendances et jardins, était en ruine et Lady Nicolson, connue sous le nom de Vita Sackville-West, romancière-poétesse, mit tout en œuvre pour le restaurer. Avec son mari, elle a dessiné les plans et a créé le site magnifique qu’on continue à admirer de nos jours.
Le jardin aux roses, le passage des tilleuls, le jardin paysan, le petit canal, la noiseraie, le jardin aux herbes, le verger et… le jardin blanc.
Le blanc pour unique couleur, le jardin enthousiasme Jo. Se perdre dans les roses, les mufliers, les buis, les arums, la glycine, les pivoines… dans leurs fantasques compositions ou leurs ordonnances géométriques… est un enchantement.
Octobre n’a pas une floraison luxuriante, mais, le temps de la fermeture annuelle, le hors-saison a ses privilèges. Jo s’abandonne et se recueille en pensant à son grand-père qui lui a transmis la passion du jardinage.

Le vieil homme, Jock Bellamy, s’est suicidé récemment et n’a laissé à sa petite-fille qu’une lettre écrite à ses parents en 1941, juste avant son départ pour la guerre. Il demandait leur pardon pour son engagement et parlait d’une « Dame » au regard sombre. Une aura de mystères et de secrets incite Jo à consulter les registres d’états civils et paroissiaux. Elle découvre ainsi que dans sa jeunesse, vers ses dix-sept ans, son grand-père avait travaillé à Sissinghurst, pour les Nicolson. Une révélation qui paraît surprenante sur l’instant mais qui perd de son intensité après réflexion… La famille Bellamy vivait à Knole House, un domaine dans la campagne du Kent qui appartenait aux parents de Vita Sackville-West.

Pour réaliser la copie du Jardin Blanc, Jo demande à voir les documents archivés ; plans, mesures, conception… mais c’est dans un cabanon abandonné qu’elle fait une découverte déconcertante. Une boîte ordinaire recèle un cahier sans prétention portant une étiquette : « Le livre de Jock ».
Le récit est un journal qui commence un 29 mars 1941. « Quand un être meurt, on dit que son fantôme nous hante parfois. » Les mots « désespoir, évasion, chant de la vie : Vita ! »… racontent une histoire incroyable. Jo associe le style d’écriture à celui de Virginia Woolf, la célèbre romancière et grande amie de Vita. Mais l’incohérence des dates rend l’évènement impossible. Virginia n’aurait pas pu l’écrire puisqu’elle s’était suicidée le 28 mars 1941.
Une question en fait naître cent autres ! Comment ? Pourquoi ? Qui ? Quel rôle a eu Jock dans ce mensonge ? et « Qui a tué Virginia Woolf ? »

Délaissant le temps de quelques jours le Jardin Blanc, Jo part chercher des réponses auprès des experts de Sotheby’s à Londres. La jardinière en chef de Sissinghurst veut bien lui confier le manuscrit pendant vingt-quatre heures. Les passions vont se déchaîner si l’expertise se révèle authentique…

.
Ce titre figure dans les rentrées littéraires et je le classe dans « enquête policière » ; américaine pour l’auteur, anglaise pour l’ambiance et les décors.
Si je n’ai pas été sensible à l’intrigue, au style et aux personnages contemporains, le livre aura eu le mérite de me faire découvrir deux femmes exceptionnelles ; Vita et Virginia. Partir en quête d’informations a été un véritable plaisir. Côté jardins de rêve, Sissinghurst a une part importante. Lire : digitales, lupins, aubépine, pyramides d’ifs, dédales de buis…, m’emporte autant qu’une aventure passionnante !
A partir de la découverte d’un livre, beaucoup de choses sont remises en question et défraient le monde littéraire. Nous traversons une époque, celle de la Seconde Guerre mondiale, une région, le Kent, et côtoyons un groupe d’artistes et d’intellectuels, le Bloomsbury Group.
Mon appréciation du roman est scindée. Je l’ai aimé pour l’ouverture qu’il offre, je voudrais lire Vita et Virginia, mais je n’ai pas été sensible à l’écriture de Stéphanie Barron. Je pense que la traduction est en grande partie responsable. De plus le scénario est à mon goût un peu trop léger, même si la trame est intéressante, et le soupçon de romance ne m’a pas convaincue.
Je tiens à préciser que cet avis est personnel, car mes copines de lecture sont bien plus clémentes que moi. Heureusement !
.

D’autres billets chez Cryssilda, George, Alice, Titine, Karine, L’Irrégulière,

.
Virginia Woolf, 1917
Virginia par Roger Fry
.
.
.
.
.
.