La main de la nuit


Un mois de sorcellerie pour Halloween avec Hilde et Lou
Billet n°6

.

La main de la nuit
Susan Hill

.
Perdu dans la campagne alors qu’il se dirigeait vers Londres, Adam Snow rentre dans un domaine à l’abandon pensant trouver une personne qui pourrait l’aider. Le parc et le manoir sont noyés dans les ombres du soir et très vite une angoisse l’étreint. Étonné par ce sentiment démesuré et irrationnel, Adam se répète dans un leitmotiv qu’il devrait partir, lorsque une petite main s’empare de la sienne. La main de l’enfant est douce et ferme ; la main de l’enfant est surtout de l’ordre de l’invisible…
Le lendemain chez lui, mettant cette illusion sur le compte de la fatigue, Adam essaie de reprendre le fil de sa vie d’expert en livres anciens comme si de rien n’était, mais l’idée de la petite main l’obsède.
C’est auprès de Lady Merriman, la femme de son riche client, qu’il obtient des renseignements sur cette demeure délaissée qu’on appelle La maison blanche. Un très vieil article de journal parle du décès tragique du petit-fils de la propriétaire, qu’on aurait trouvé mort noyé dans l’étang du parc. Aujourd’hui, ce parc qui avait été ouvert à des visiteurs extérieurs n’a plus sa splendeur et rend une atmosphère lugubre et fantomatique.
Ce qui va décider Adam à mener une enquête plus investie, c’est la source de ses rêves qui deviennent cauchemars. Tourmenté par des visions de noyades et poussé à commettre des actes imprudents, voire suicidaires, il va demander conseils à son frère Hugo qui avait eu des problèmes psychologiques quelques années auparavant et qui serait à même de le comprendre.
Au fil des jours, la douce main de l’enfant se fait menaçante…

.
Je ne connaissais pas Susan Hill, mais j’ai souvent vu passer son nom sur les blogs-lecteurs. Histoires de fantômes dans la veine des romans gothiques du XIXè siècle, ses livres ressuscitent nos phobies d’ensorcellement et de possession.
La trame de l’histoire est intéressante mais si j’ai parfois frissonné en pensant à l’esprit du petit garçon qui cherche vengeance, je vous avouerai que je me suis ennuyée. L’auteur aurait peut-être dû adapter ce roman en nouvelle.
Je ne resterai pas sur un avis mitigé et continuerai à découvrir l’auteur avec ses romans policiers et « La dame en noir » qui a été adapté au cinéma, avec dans le rôle principal Daniel Radcliffe.
A suivre !

.
.
Photo du manoir dans le film de « La dame en noir »

.

.

 

 

 

 

Publicités

Le chat qui venait du ciel

Un livre offert par Babelio et les Editions Philippe Picquier dans le cadre des Masses Critiques

.

Le chat qui venait du ciel
Hiraide Takashi

Illustration de Qu Lan
Traduction d’Elisabeth Suetsugu

.
Une vieille bâtisse japonaise enchâssée entre deux autres maisons pavillonnaires, des fenêtres donnant sur un jardin bien entretenu dominé par un orme majestueux et un passage que le narrateur nomme la sente de l’éclair… Ce tableau devient une source de contemplation et d’inspiration, lorsqu’un petit chat vient animer cette enceinte.

C’est le petit garçon de la maison voisine qui dans un cri se déclare propriétaire de cette boule de poil bien sympathique et remuante qu’il nomme Chibi.
Pas timide, plutôt sauvage et libre, Chibi aime venir chasser les insectes du jardin, se tapir derrière les touffes d’herbes et combattre les chimères qui se présentent à lui. Équilibres, jeux de pattes, petit à petit Chibi se rapproche de la maison jusqu’à y rentrer. Le narrateur qui aime l’observer décrit ses mouvements et se montre ravi de sa curiosité. Empreint de lassitude et de mélancolie pour la vie qu’il mène, il voit en ce nouvel ami un instigateur à de nouvelles gaietés. Ce plaisir, il le partage avec sa femme qui lui voue d’emblée une affection inconditionnelle ! Elle le trouve spécial…

Prévenus dès le début par leurs vieux locataires qui ne désirent aucun enfant et aucun animal, le couple ne s’attendait pas à inviter Chibi pour un gite et couverts par intermittence. En commençant par une petite écuelle, puis un carton bien douillet, ils offrent à Chibi une seconde maison qu’il adopte rapidement pour de longues siestes.

Le récit tourne essentiellement autour de Chibi et la maison ne semble s’éveiller qu’en sa présence. Pourtant ce n’est pas un huis clos et ce n’est pas ennuyeux, car le narrateur poète parle aussi de ses aspirations et de son travail dans une maison d’édition. Quant aux images qu’il nous donne, elles sont des havres harmonieux et sereins.
Les saisons passent, les années aussi, Chibi se montre toujours espiègle et libre. La notion de liberté chère à l’auteur, est importante et souvent soulignée. On dirait qu’il l’a apprise avec Chabi. Aux consonances heureuses, viennent s’ajuster d’autres échos bien plus tristes et inéluctables. Mais si rien n’est éternel, l’âme et les souvenirs le sont.

Cette belle histoire qu’on nous dit autobiographique, douce, rêveuse, poétique et joliment illustrée, vous rappellera peut-être un vécu. Mon Chabi s’appelait Minette…
 

.

.

.

 

Album de vacances en Normandie, 1 – Giverny

Giverny1

Août est chaud, caniculaire, et à Giverny, le chapeau était indispensable. J’en ai vu de toutes les formes, de toutes les couleurs. Certaines dames se préservaient du soleil avec des ombrelles. C’était chic et ça rappelait un tableau de Monet.
Le jardin, le petit pont, des fleurs, et la maison… c’était lumineux, riche, coloré, enchanteur. On aurait pu rencontrer le peintre.

.

Giverny
Maison de Claude Monet

Giverny3Giverny4

  Giverny8

Giverny5Le salon-atelier

Giverny7

Giverny10 Giverny11

La salle à manger et la cuisine

Giverny9

Giverny2

Giverny12

 .
.
Claude_Monet_1899_NadarClaude Monet photographié par Nadar

.

Fleurs et jardin

logo un_bouquet_des_pivoines_par_pierre_joseph_redouteAujourd’hui, je vous convie à mettre une photo fleurie. Martine dit que c’est pour conjurer le mauvais temps… Asphodèle dit que c’est pour amadouer le printemps.

Participent

Grillon – Rhododendrons et azalées
Aifelle – Après la pluie, une balade dans les fleurs
LilouSoleil – Lundi roses
Sandrion – Fleurs des champs, bleuets et ancolies
Louise – Belles anémones
ClaudiaLucia – Oslo, le parc Vigeland et le parc botanique
Martine –
1 – Un bleuet et son bourdon
2 – Un lit de salade
3 – Poésie illustrée. Jean Joubert, Le miroir

.

.

Lupins, pivoines, roses, iris, weigelia, rhododendrons… bourdons…

.lupins rhododendronsweigeliabannfleurs16

.

.

.

Myosotis

logo un_bouquet_des_pivoines_par_pierre_joseph_redoute
Un album qui rentre dans le challenge Chlorophylle.
Pris au salon du livre de Limoges…
Orné d’une belle dédicace.

.

 

MyosotisMyosotis
Texte de Nathalie Vallée
Illustrations de Claire Chavenaud

.

« Inventons nos jardins… » Cette petite histoire est une invitation.

Vous voyez Myosotis qui pointe son nez ? Elle fait partie de l’équipe des Oreilles Fines, qui vigilantes sont à l’affut du son cristallin que fait une petite quenotte quand elle tombe. Myosotis attend le moment où elle pourra glisser sous l’oreiller un sou…
Mais en ce printemps, le Vieux Rat annonce une nouvelle bouleversante ! Les temps sont durs, et il y a restriction de budget. Dorénavant « Plus un sou pour les petites quenottes. Nous ne prêterons qu’aux dents longues ! ».

Plus d’argent ! Mais que va faire la petite souris Myosotis quand Simon perdra sa dent de lait ? Un jour, à travers un trou, la maman de Simon l’avait surprise… elle ne l’avait pas chassée et avait eu la gentillesse de la garder avec eux dans leur maison. Depuis, Myosotis surveille, fidèle à son poste. Mais maintenant ?

La ritournelle qui permet à la maman de Simon de communiquer avec elle se fait entendre… Il est temps d’agir et d’aller demander conseils à Dame Gerboise, la sorcière des Oreilles Fines. Il faut trouver une solution !

« Myosotis en latin
poudre de Perlimpinpin
entends mon chant lointain
Je t’en prie petite souris
sors de ta galerie
en bonne camaraderie
pour mon enfant chéri
change lui son doux sourire
en un éclat de rire… »

.
Un album si doux et si bien illustré ! On apprend que Myosotis en grec signifie « oreille de souris ». L’auteur nous propose un substitut à la traditionnelle pièce que l’on découvre au matin en échange de la dent de lait.
Avec cette histoire, c’est une fenêtre qui s’ouvre sur un jardin, un balcon, un pot de terre, c’est une sensibilité écologique qui fleurit. Mes mots vous paraissent peut-être sibyllins car je ne peux vous dévoiler l’idée, mais sachez qu’elle est excellente, bien en phase avec Dame Nature.
Myosotis est une petite souris très sympathique. Lorsqu’on voit sa frimousse, on ne peut que sourire ! Elle va rejoindre ses copines sur mes étagères… et j’espère que Souricette lui fera bon accueil…
Bientôt, je vous parlerai du deuxième tome. C’est le printemps, Myosotis va rencontrer des amis.
Un album à recommander !

.

myosotis.

.

.

Une cuisine grande comme un jardin

Vintage wallpaperlogogourmandises2Les gourmandises de la semaine

Chou farci – Natiora
Compote de pommes – Nathalie
Liqueur, gelée de myrte et cuggiulelle – Syl.
Mabawas – Louise
Mendiant aux fruits – Asphodèle
Littérature et autres pensées
« Le péché et la folie – psychopathologie des 7 péchés capitaux » de Jean Adès – Natiora
« Les tribulations d’une cuisinière anglaise » de Margaret Powell – Miss Elody
Sur les blogs
Ninive en chocolat, lecture de Proust – Grillon du Foyer
Le chocolat – Grillon du Foyer

.

Un superbe album offert par Somaja

une cuisine grande comme un jardinUne cuisine grande comme un jardin
Des recettes imaginées par Alain Serre
Des peintures de Martin Jarrie

.
.
De nos jours, certains livres de recettes sont des œuvres d’art ! Cet album qui est aussi destiné aux enfants, est une merveille…
Les légumes et les fruits chatoient, pétillent, de leurs couleurs vives. Présentés dans un beau format, ils paraissent gourmands et nobles. Il faut avant tout susciter l’envie de les déguster. Les auteurs nous invitent à la balade comme ils pourraient le faire à l’entrée d’un jardin gracieux, odorant et gourmet.

jarrie4jarrie3
Soixante recettes se déclinent, avec autant de peintures.

Nous commençons par une salade de fraises et de tomates cerises, suivie d’une tarte du berger à la tomate fraîche. Une tomate pulpeuse fait face à une fraise charnue ; le rouge est à l’honneur, la forme arrondie aussi. Vais-je vous citer les cinquante-huit restantes ? J’en ai grande envie ! Il faut vous préciser que les recettes, si elles ont un caractère simple dans leurs élaborations, ont de la poésie dans leurs intitulés. Il y a du croquant, de l’acidité, du sucre, des parfums, des épices, du terroir et de l’exotisme.

Des recettes, des proverbes, l’origine des végétaux, un index pour les entrées, les plats, les desserts, et des pastilles de couleurs qui indiquent les saisons car « il est important d’utiliser fruits et légumes à la bonne saison », organisent cette ronde.
Les illustrations sont des tableaux, des icônes, et les sujets sont à maturation, juste mûrs pour une évolution culinaire ; l’admiration est totale !

Proverbe italien :
« Une tomate partagée en deux, c’est de l’amitié. Partagée en douze, c’est de la purée »
Proverbe polonais :
« Les betteraves du voisins sont toujours les plus belles. »
Proverbe mexicain :
« L’inconnu est comme le grain de poivre, il ne faut pas en parler avant de l’avoir mâché. »

jarrie 1Les associations de goûts sont parfois étonnantes mais les mariages suggèrent de bons bouquets de saveurs.
Salade de pêches blanches, poivrons rouges et thym
Gratin de fenouil au Saint-Nectaire
Millefeuille de pomme au gorgonzola
Minestrone à la grenade de diabolo
Tartes fines à la poire chinoise et à la cardamone
Duo de dattes aux graines de sésame
Fondue de chocolats aux baies de Sichuan…

Ingrédients, préparation, implication par le « je » dans les conseils, c’est direct et cordial. Les enfants ne trouveront pas la lecture rébarbative, les novices apprécieront le pas à pas et les autres auront le sentiment de recevoir la recette d’un ami.

Une cuisine grande comme un jardin veut bien dire ce que ça veut dire ! Ce livre est le potager et le verger rêvés. Vous prenez votre panier et vous faites votre collecte. Une grappe de raisin, des oignons rouges, une orange sanguine, un pâtisson, des navets, des figues, un citron vert, des courgettes rondes, des litchis… C’est un tour du monde aux commandes de vos marmites.
Ce livre que j’ai lu comme un roman, que j’ai feuilleté comme un livre d’art, est un coup de cœur. Je vous le recommande pour vous, vos amis et vos enfants…

.

jarrie2

Pour ce dimanche, j’ai choisi au hasard dans les recettes de l’hiver. J’ai cuisiné du poulet thaï au citron vert et une tarte aux pommes cachées.

Poulet thaï au citron vert

.
Ingrédients, pour 4 personnes :
– 5 blancs de poulet
– 3 citrons verts
– Gingembre en poudre, coriandre fraîche
– 50 cl de lait de coco,
– 50g de noix de coco râpée
– 1 oignon
– Huile, sel

Préparation, 15 minutes + 2 heures de marinades, cuisson 20 minutes :
« 1. Je découpe les blancs de poulet en lanières que je fais mariner dans le jus des citrons verts. Je débite les zestes de 2 citrons en tout petits copeaux et les ajoute aux morceaux de poulet. 2 heures après, les saveurs se sont bien diffusées.
2. Dans une cocotte, je verse 1 cuillère à soupe d’huile pour y faire blondir l’oignon émincé 3 minutes, puis je verse les morceaux de poulet qui ont macéré avec le jus et les zestes. J’ajoute une toute petite cuillère de gingembre, le lait de coco, la noix de coco râpée et un peu de sel. Je laisse mijoter à feu doux 15 minutes sans couvrir.
3. Je retire la cocotte du feu et j’ajoute les feuilles ciselées de 3 branches de coriandre fraîche. 2 minutes après, c’est prêt à servir avec, par exemple, du riz thaï. »

.IMGP1688

.
Tarte aux pommes cachées

.
Ingrédients, pour 6 personnes :
– 1 paquet de 230g de pâte sablée
– 3 pommes (pink lady par exemple)
– 1 gros citron non traité
– 100g de sucre en poudre
– 2 œufs
– 75g de beurre
– 1 dose de safran
– De la semoule fine
– De la poudre d’amandes

Préparation, 25 minutes, cuisson 45 minutes :
« 1. Ce que j’aime dans cette tarte aux pommes, c’est qu’on ne voit pas les pommes ! Pour commencer, je presse le jus d’un gros citron et j’en râpe le zeste. Ensuite, j’épluche 3 belles pommes. Je retire les queues et les pépins avant de râper la chair comme on le fait plus souvent avec les carottes. Attention, il faut très vite arroser de jus de citron pour ne pas que ça noircisse, c’est pour cela qu’on le prépare avant.
2. Je préchauffe le four à 180°. Dans un saladier, je réunis les pommes râpées, le jus, le zeste, les œufs entiers, 100g de sucre en poudre et je mélange. Je fais doucement fondre le beurre dans une petite casserole. Lorsqu’il est liquide, je le colore d’une dose de safran et je mélange. Puis je verse dans le saladier en l’incorporant à la préparation.
3. J’étale la pâte et l’installe dans un moule à tarte. Sur le fond, je répartis 3 cuillères à soupe de semoule fine mélangée à 3 cuillères à poudre d’amandes. Cela va aider à absorber le jus des pommes. Je déverse le contenu du saladier par dessus et j’enfourne pour 45 minutes. C’est fondant et encore meilleur que la vieille tarte aux pommes des familles qui est partout un délice. »

.