Le garçon qui dormait sous la neige

Décembre nordique avec Cryssilda
Littérature suédoise
Une lecture commune avec Nahe

 

 

Le garçon qui dormait sous la neige
Henning Mankell

1958,

Dans le nord de la Suède, Joël Gustafsson, un garçon de treize ans, vit avec son père Samuel, un bûcheron qui travaille dans les forêts de sapins. Ancien marin, il a tout quitté pour s’occuper de lui, le jour où sa femme les a laissés pour mener une vie moins modeste et plus exaltante dans une grande ville.
Joël et Samuel partagent le goût des rêves, des horizons lointains et du silence. Leur complicité se retrouve dans le quotidien, dans toutes les petites tâches ménagères qu’ils accomplissent chacun à tour de rôle, et dans les sollicitudes les plus anodines. L’évasion par le rêve, Joël s’y plonge depuis l’enfance, et depuis son accident où il a failli mourir écrasé par un bus, il croit aussi aux miracles.
A l’approche de la première neige, il pense que le temps passe très vite. Hier, il était un petit garçon et à présent, il se sent grandir et devenir un peu plus homme. Un hiver, un printemps, un été, et l’automne se fond rapidement dans l’hiver ; les couleurs changent et le givre devient neige. L’enchaînement des saisons se fait en accéléré et Joël prend conscience en voyant son père se voûter un peu plus chaque jour, que les années sur lui ne sont pas miséricordieuses. Un travail difficile, des peines et des regrets pèsent lourd sur l’esprit et le corps qu’il néglige.
Pour ne pas ressembler à son père, et pour pouvoir vivre longtemps jusqu’à cent ans, Joël décide de s’endurcir et surveille sa transformation. Parmi ses trois résolutions pour la prochaine année, entre devenir riche pour aller vivre près de la mer et voir une femme nue, il veut pousser son corps dans ses limites en allant dormir sous la neige. L’endurance doit se faire petit à petit et les nuits de Joël s’en trouvent bien animées…

Une jeune vendeuse chez l’épicier fait son apparition. Belle et tentatrice, elle nourrit ses émois. Et sa camarade de classe qu’il trouvait stupide, trop puérile dans ses ricanements, suscite son attention. Du coup, sa meilleure amie Gertrude dégringole dans la hiérarchie de ses préférences. Il faut dire qu’il aurait préféré qu’elle soit de son âge et pas dix ans de plus, moins originale et qu’elle ait un nez. Gertrude a un trou à la place du nez, un trou qu’elle cache avec un mouchoir ou un nez rouge de clown, tout dépend des jours, tout dépend de son désespoir, et il en a un peu honte. Puis, l’institutrice se montre plus sévère, plus inquisitrice, les femmes du village, vieilles, grosses, plus commères, et la petite amie de son père moins amoureuse, ce qui pousse son père à se réfugier dans l’alcool. Le mystère des femmes reste entier et il en est perturbé.

La naïveté de Joël s’émousse et son caractère s’affirme en même temps que ses hormones. Plus dans l’action et le jugement, il en arrive aussi à avoir envers son père des poussés querelleuses qui vont bousculer leur existence et redéfinir leurs vies.
Les rêves, les résolutions, font place à l’action et Joël promet sur la tombe d’un enfant de quatorze ans qu’il mettra tout en œuvre pour les accomplir. Un jour, il sera rocker comme Elvis Presley, et un jour, il emmènera son père sur l’Île de Pitcairn, sur les traces des mutins du Bounty.

Le roman commence avec les rêves d’un jeune enfant mais au fil des pages, ses divagations s’ancrent un peu plus dans le concret et moins dans son imaginaire. Mélancolique, douce, fougueuse, pleine de promesses, d’espoir et de chagrin, l’auteur a bien su traduire son histoire et les phases de son adolescence à l’aube des années 60. Joël est un héros pas ordinaire. Il a une force et une intelligence singulière pour un enfant de son âge, car tout jeune il a été confronté à des responsabilités, à l’abandon de sa mère et à l’alcoolisme de son père.
La lecture nous mène dans un paysage beau et rude sous la neige, paisible et ouaté, nous fait rencontrer des âmes abimées, solitaires et taiseuses et nous donne un sentiment ou une sensation de grande liberté et d’indépendance. Elle séduira à coup sûr les jeunes lecteurs en quête d’un récit initiatique, plein de poésie, d’innocence et d’amour.
Je vous le recommande…

 

Peinture de Gustaf Fjaestad, peintre Suédois

 

 

Sous la glace


Novembre au Québec avec Karine et YueYin
Challenge Polars de Sharon

.

.

Sous la glace
Louise Penny

.
Le lendemain de Noël, le rituel préférée de l’inspecteur chef Armand Gamache du Quartier Général de la Sûreté de Montréal, est de pique-niquer dans son bureau avec sa femme Reine-Marie et de ressortir les vieux dossiers qui n’ont jamais été élucidés. Parmi les enquêtes, une affaire récente de seulement quelques jours attire leur attention. C’est celui d’une SDF qu’ils croisaient depuis quelques années, toujours à la même place, et qu’on a retrouvé morte étranglée dans un quartier qui n’était pas le sien. Ils en étaient à décortiquer la chronique du dossier quand Armand reçoit un appel pour un crime commis dans les Cantons-de-l’Est. Cette région, il la connait bien pour avoir mené une enquête un an auparavant, dans le petit village très pittoresque de Three Pines. (voir 1er tome « En plein cœur »)

Avec son adjoint Jean-Guy Beauvoir, il y retourne et retrouve certaines personnes du village avec qui il avait sympathisé. Toutes étaient présentes lors du drame et toutes avaient tenté de secourir CC. de Poitiers, une femme d’affaire, adepte des philosophies du bien-être, qui venait d’acheter la vieille demeure des Hadley. On pourrait croire que la mort fut due à un stupide accident d’électrocution alors qu’elle assistait à un match de curling sur le lac gelé, mais en se penchant d’un peu plus près, on découvre qu’il y a bien eu un assassinat.
En écoutant les témoignages des uns et des autres, il en ressort que la défunte était une
femme amère, mesquine, cruelle et égocentrique. Tous la détestaient. Elle trompait son mari avec un photographe, humiliait sa fille sans émotion particulière et se montrait méprisante avec tout le monde. Triste personnage…
Alors, qui a voulu tuer CC. de Poitiers ? Les suspects sont nombreux !

Ce livre est le deuxième tome d’une série qui en compte à ce jour douze. J’ai retrouvé dans le tableau qui nous est dressé les ambiances des petits villages anglais décrits par Agatha Christie. Un Noël, froid et joyeux, en prime. L’enquête se construit comme celles que mènent Hercule Poirot : un mort, tous présumés coupables, et des suspicions à donner le vertige.
Outre l’histoire qui est bien composée, cette série séduit le lecteur avec son inspecteur, un homme intègre, rassurant, bienveillant, proche des gens.
Emmitouflez-vous sous des couches de laine et de duvet et allez passer les fêtes à Three Pines… on vous attend !

.

.
Photo prise sur Pinterest

.

.

L’inconnue de Queen’s Gate

Il était quatre fois Noël avec Chicky Poo et Samarian
Challenge polars chez Sharon

.

.

linconnue-du-queens-gateL’inconnue de Queen’s Gate
Une enquête de Beth Huntly
Anne Beddingfeld

.

.
L’auteur Anne Beddingfeld est connue aussi sous le nom de plume d’Anne Martinetti qui a écrit de nombreux livres de recettes (« Crèmes et châtiments », « La sauce était presque parfaite », « Alimentaire, mon cher Watson »…). Dans cette série, elle met en scène Beth Huntly, qui se voit du jour au lendemain promue au rang de cuisinière lorsque celle qui occupait ce poste, dans l’honorable famille des Hewes, se retrouve à l’hôpital de Saint-Bartholomew’s…

1899, Londres,

A un mois de Noël, la jeune Beth se doit de remplacer Mme Hudson derrière les fourneaux. Cette opportunité est à saisir et elle va tout faire pour conserver la place. Une cuisine un peu plus moderne, des plats aux consonances françaises, une créativité audacieuse, elle saura se montrer à la hauteur de la tâche et séduire ses patrons.
Mais un soir, alors qu’elle s’est retirée dans le jardin pour fumer un cigare, la tête pleine de ces idées gourmandes qu’elle voudrait cuisiner pour les fête, elle découvre le cadavre d’une femme.
Aux premiers rapports et sur les lieux du crime, le superintendant établit que la victime, malgré ses beaux atouts, devait être une prostituée ; un tatouage, des bottines rouges et une forte odeur d’alcool  le laissent supposer. Le deuxième constat considère l’arme avec laquelle le meurtrier l’a tuée. Un kriss malais désigne très vite un suspect. Lord Hewes a pour valet un Indien, Rajiv, qui en était le propriétaire avant qu’il ne le lui offre. Mais cette dernière précision ne rentre pas en compte dans ce jugement hâtif et Rajiv est envoyé en prison.
En peu de temps, les rêves de Beth s’évaporent. Si c’est Lord Hewes le coupable, elle peut se chercher une place ailleurs et oublier ses ambitions. Et si c’est Rajiv… ça ne peut l’être ! Rajiv est son amant, l’homme le plus doux qu’elle connaisse, le plus envoutant aussi. Alors, sans trop réfléchir, elle décide de mener son enquête en parallèle de celle des policiers. Ses investigations la mèneront sur les traces d’une vieille affaire de prostitution enfantine qui n’a jamais pu être jugée et qui mettait en cause des personnalités de la haute société.
Elizabeth Huntly, fille de cuisine fraîchement promue cuisinière et enquêtrice, nous raconte…

.
Lectrice-groupie des histoires policières d’Anne Perry, je n’ai pas trouvé dans ce roman les mêmes élans d’intérêts. Je laisse à d’autres cette série.

.

csm_skmbt_c22010123014251_315b90e07f

Cuisines du Carlton du temps de Mr. Escoffier
.

.

.

 

Givre de décembre

logonoel4foisIl était quatre fois Noël avec Chicky Poo et Samarian
La photo du lundi, Thème « Gourmande chaleur »
La beauté de cette campagne me procure de la chaleur. Des tons chauds pour un hiver froid.

Vous trouverez d’autres photos chez…
Les Sorcières, Sorbet-Kiwi, Mademoiselle Jo, Chicky Poo, Didine, Momiji, Lydiane,

.

campagne-12-16-1

.

.

Genre jarron imitation tinette

logogourmandises 16

Nous entamons une autre année avec un logo différent. Si vous désirez vous inscrire, nous sommes à votre écoute.

Pour cette semaine, les copines ont cuisiné sur le thème de la montagne. La neige est annoncée partout, c’est l’hiver, nous sommes à la cheminée…

Louise – Croziflette et delirium
+ salade orange-avocat

Sandrion – Gâteau de Savoie
Nahe – Tartiflette au reblochon

Asphodèle – Tartiflette au reblochon
Estellecalim – Cake poire, chocolat et crème de marrons
Nathalie – Velouté de châtaignes au lait de coco

Lily – Tarte amandine aux poires

.
De mon côté j’ai fait un genre de flammekeuch et un genre de blanquette…

.

Pizzkeuch

Ingrédients :
– 1 pâte à pizza toute fine ou galettes spéciales flammekeuch (A Grand Frais)
– Crème fraîche épaisse
– Allumettes de jambon ou allumettes de lardons fumés
– Gruyère (facultatif)
– 1 gros oignon rouge ou 2 petits
– Poivre 5 baies, muscade

Préparation :
– Étalez votre pâte à pizza très finement et disposez-la sur une plaque avec du papier sulfurisé.
– Faites revenir l’oignon émincé. Juste un peu… ne pas trop griller.
– Sur le dessus de la pâte, nappez de crème fraîche, mettez l’oignon, les allumettes de lardons, poivrez, mettez un peu de muscade en poudre et parsemez de gruyère râpé.
– Enfournez environ 20 minutes

Verdict : C’est très bon… et fin. Et léger.

 .pizzkeuch.

Blanquette de dinde

.
Ingrédients :
– Blancs de dinde
– Vin blanc
– Farine

– 1 oignon
– 3 carottes
– Champignons de Paris
– Clous de girofle, feuilles de laurier, sel, poivre, matière grasse
– Crème fraîche (facultatif)
– 1 jaune d’œuf

– 1/2 jus de citron

Préparation :
– Coupez vos blancs de dinde et faites-les revenir dans du beurre pour la cuisine.
– Ajoutez votre oignon émincé.
– Saupoudrez de farine et remuez.
– Les morceaux de dinde dorés, mettez 2 ou 3 verres de vin et remuez…
– Ajoutez les carottes coupées, les champignons, 3 clous de girofle, 1 feuille de laurier, sel, poivre, et couvrez d’eau. Faites cuire 1 heure à petit feu. Surveillez que l’eau de cuisson ne s’évapore pas trop. Remettez-en s’il le faut.
– Avant de servir, avec une écumoire, enlevez la viande, les carottes et les champignons du bouillon. Sur feu doux, dans le jus, mettez un jaune d’œuf, le jus d’1/2 citron et remuez vivement. Réajustez le goût en salant et poivrant. Vous pouvez aussi mettre une cuillère de crème fraîche…
– Remettez la viande-carottes-champignons dans la marmite. Faites chauffer et servez !

Verdict : Elles sont nombreuses les recettes de blanquettes ! Il y a celle de la maman, de la grand-mère, du voisin, celle qui se fait avec un jus de citron et celle qui a de la crème fraîche… celle qui se dit classique, ancienne… de quoi devenir chèvre ! Alors, faites comme moi et suivez votre inspiration !

.

blanquette

.

.

.

On a volé le courrier de Petit Papa Noël

Logo Samarian 2

Logo BD Mango NoirUn chalet à Noël avec Chicky Poo, Petit Spéculoos et Samarian

.

.

petit père noel 4On a volé le courrier de Petit Papa Noël – Tome 4
Scénario de Lewis Trondheim
Dessins de Thierry Robin
Couleurs de Corinne Bertrand

.

Mais que se passe-t-il dans le pays du Petit Papa Noël ? Une créature monstrueuse effraie les facteurs de neige et vole leurs besaces avec toutes les lettres des enfants.
Il est temps de mener une enquête !
Aidé de Yéyé le yéti et des diablutins, le Petit Papa Noël se déguise en facteur de neige pour appâter le voleur et le suivre jusque dans sa tanière.

petit père noel 5C’est sous la mer que le Docteur Méchant et ses méchantausores ont leur base, un laboratoire où il procède à d’étranges expériences sur un gaz vert.
Le PPN est fier de lui ! il a mené a bien sa mission en reprenant les piles de lettres. Mais quand il rentre chez lui, il a la surprise de lire que les enfants ont tous commandé le même jouet, une voiture télécommandée. La fabrique n’ayant pas ce modèle, c’est auprès du Professeur Mathuzerod qu’il passe commande du prototype…
Lorsque les plans de la voiture lui parviennent enfin, (le chemin a été long !), le PPN les confie à Yéyé pour qu’il programme la chaîne de montage. Un beau jouet apparaît, prêt à être livré la nuit de Noël.

Cependant… il y aurait comme un petit problème ! La voiture est toxique ! son pot d’échappement lâche une fumée verte polluante qui rappelle celle du laboratoire du Docteur Méchant.

Le PPN aurait-il été piégé ? La bagarre est déclarée ! on ne trompe pas aussi aisément le PPN et on ne contamine pas ainsi la Terre…
.
Quatrième tome de la série, j’ai retrouvé avec plaisir le Petit Père Noël et ses amis.
Un album sans texte comme le précédent et des dessins expressifs, on s’aperçoit que parfois on peut se passer des mots. Message sur l’écologie et la nocivité des polluants automobiles, le scénario est adapté pour les jeunes enfants.
Une série à recommander !

.
petit père noel 6

.

.

.

Bonjour petit Père Noël

Logo Samarian 2
Un chalet à Noël avec Chicky Poo, Petit Spéculoos et Samarian

.

.

petit père noel 1Bonjour petit Père Noël – Tome 1
Scénario de Lewis Trondheim
Dessins de Thierry Robin
Couleurs d’Isabelle Busschaert

.

Pas de repos pour le petit Père Noël et ses amis en période de fin d’année. Sa journée débute à 7 heures du matin suivant un rituel bien programmé : il ne se réveille qu’après avoir bu son bol de café, se laisse habillé par Plumeau son valet pingouin, réceptionne les courriers du monde entier apportés par les facteurs de neige, les lit, puis se rend à la fabrique des jouets pour superviser le travail. Sur le tableau des jouets, Plumeau note à la craie combien de poupées, de trains électriques, de livres, d’ours en peluche, de châteaux… ils doivent produire.

petit père noel 1 - 1A la fabrique, les diablutins s’activent sous l’œil vigilant de Yéyé le yéti qui contrôle la qualité avant d’emballer les cadeaux. Et lorsqu’un paquet n’est pas conforme, il le fait savoir…
Mais ce matin, rien ne va plus dans la chaîne des jouets ! Les poubelles sont vides !!! Et comme tout fonctionne avec le recyclage des déchets, c’est bien embêtant ! C’est alors que le petit Père Noël a une idée… Il faut qu’il parte dans une grande ville pour ramener des poubelles pleines. Sous les hourras de son équipe, il prépare le traineau pour son voyage, quand le Serpent des neiges vient tout casser !
Le Serpent des neiges est un ennemi féroce qui fait tout pour contrarier le petit Père Noël. Alors pour pouvoir mener à bien ses projets, le petit Père Noël devra faire preuve d’ingéniosité.

A la ville, les poubelles débordent et des hommes dorment dans les rues sur des bouts de carton… il y aurait de quoi faire ! Mais la mission première est de ramener des poubelles à ses diablutins. En arpentant les rues, il découvre le camion des éboueurs et décide de les suivre.
Que va-t-il trouver ? Et les enfants, auront-ils leurs jouets pour Noël ?
.

petit père noel 1 - 3.

Un album sans texte et pourtant très bavard, 1er tome d’une série de sept volumes. Le scénario nous mène au pays du Père Noël et nous dévoile comment les jouets sont faits. Le moindre papier, carton, plastique, sert à les concevoir. Une société consommatrice, une société individualiste, ce n’est pas le monde qu’il connait. Chez lui, tous ont un rôle et créent une unité… même le Serpent des neiges !
Des dessins simples mais très expressifs, des couleurs vives, les jeunes enfants n’auront pas de difficulté à comprendre l’histoire qui est pleine d’humour, ainsi que le message écologique qu’on nous adresse.
Il me semble que cet album n’est plus édité, c’est dommage… mais vous le trouverez certainement d’occasion sur des sites marchands.

.
petit père noel 1 - 2

.

.

.

.

Le marquis d’Anaon – La vierge noire, Tome 2

Logo BD Mango Noir
Les mercredis BD avec Mango and Co

.

.

Le-Marquis-dAnaon-Tome-2Le marquis d’Anaon
La vierge noire – Tome 2
Scénario de Fabien Wehlmann
Dessin de Matthieu Bonhomme

.

Au siècle des Lumières,

Jean-Baptiste Poulain a vécu sur l’île de Brac une étrange affaire ; ténébreuse, très dangereuse, elle fut pour lui l’élément déclencheur. Curieux, passionné par les énigmes, les légendes, les superstitions, la noirceur des âmes, les peurs qui les tourmentent, il a tout abandonné (au grand désespoir de ses parents) pour essayer de comprendre et élucider certains mystères. Sur des cahiers, il écrit ses réflexions et donne un compte rendu de ses sinistres enquêtes.

Lorsqu’il apprend que des diableries ont été commises en Auvergne, il n’hésite pas à quitter Paris à dos de mule et à rejoindre en plein hiver la région du Puy-Marie. La neige recouvre tout, bientôt c’est Noël, époque de l’année où les assassinats sont perpétrés. Des jeunes filles de la région ont été éventrées et brûlées par le démon qui hante la forêt près de la chapelle de la Vierge Noire, lieu de pèlerinage pour les gitans qui viennent tous les ans offrir des offrandes pour la protection des leurs.

Au village, on le prend pour un désenvoûteur et si la plupart sont des taiseux, quelques uns veulent bien se confier…
Ce n’est ni le comte, châtelain de la région, ni le prêtre du village qui donneront à Jean-Baptiste les informations qui le mèneront à ses premiers soupçons. Au contraire, ils désirent le voir partir. Pour eux, il ne faut point importuner les gens et réveiller la bête… Mais très vite, on découvre le cadavre d’une autre jeune fille. Le démon est revenu.
Jean-Baptiste, le marquis de d’Anaon qui règne sur le monde des âmes en peine, va mener l’enquête…

.
J’ai trouvé le scénario de ce deuxième tome un peu moins captivant que le précédent, mais j’ai quand même pris plaisir à le lire et à regarder les dessins toujours aussi bons.
Jean-Baptiste n’est plus le jeune homme naïf qui a débarqué sur l’île de Brac, mais un homme plus affirmé et inquisiteur. Dans cette histoire, nous allons soupçonner tout le monde… le comte, le prêtre, le « tordu » du village qui s’est retiré dans la forêt et les gitans. Les superstitions, l’ostracisme et la discrimination sont les thèmes qui sont abordés et nous retrouvons toujours un monde sous l’emprise des plus noires croyances.
Contes et légendes… Jean-Baptiste écrit dans son journal toutes ses observations et dispense son humanité auprès des humbles gens.
Le prochains tome sera « La Providence »…

.
img553.

.

.

.

L’hiver de la famille Souris et La famille Souris prépare le nouvel an

logo illustrations
« Animaux du monde » de Sharon
« Je lis des albums » d’Hérisson

Une semaine d’illustrations, du 26 janvier au 01 février

.

.

La famille Souris prépare le nouvel anl'hiver de la famille souris

.

 

 

 

 

 

.
Kazuo Iwamura

.
La famille Souris prépare le jour de l’an

Il fait très froid, il est encore tôt, le soleil tarde ! Alors que la famille Souris a bien du mal à se lever, grand-papa et papa Souris sont déjà dehors à travailler. Dans la maison, le reste de la famille prépare le riz pour les gâteaux du nouvel an. Cette recette demande l’assistance de tout le monde car elle semble bien difficile…
Du riz cuit, de la farine, un mortier… taper, taper fort pour que le riz ne colle pas… confectionner des boules de pâtes, ajouter du sucre et des noix… c’est prêt ! et c’est délicieux.
Il a fallu toute une journée pour les préparatifs du réveillon et dehors, il fait déjà nuit, la neige tombe et commence à tout recouvrir. C’est l’hiver, la famille Souris est heureuse dans leur petite maison…
.

img500

L’hiver de la famille Souris

… C’est l’hiver, la saison qui rapproche le plus la famille. Quatorze souris, parents, grands-parents et enfants, sont bien à l’abri dans leur maison, nichée dans le creux d’un arbre. Chacun s’active à rendre les journées agréables et à préparer les joies de l’hiver. Dehors, c’est tout blanc. Grand-papa aidé de ses petits-enfant bricole des skis dans des bambous pour les luges, le papa assisté du reste de la fratrie élabore un jeu de société, et en cuisine, cuisinières expérimentées et marmitons en culottes courtes préparent des gâteaux pour le goûter… des petits chaussons aux fraises. Il fait chaud, ça sent bon, ils vont tous se régaler.
Dehors, il y a la neige, du soleil, il faut en profiter ! et les voilà tous emmitouflés, prêts à essayer les luges de grand-papa…
C’est quand même super chouette, l’hiver !

.img501.
En fouillant les bacs de mon libraire, j’ai découvert la famille Souris (elle m’attendait). Attirée par les couvertures, j’ai commencé à les feuilleter et j’ai craqué !
Kazuo Iwamura est un auteur qui illustre ses histoires. Japonais, on retrouve dans quelques détails du graphisme une inspiration nippone.
Plus d’une vingtaine d’années séparent ces deux livrets (le premier est sorti en 2008 et le second en 1986), et c’est comme s’ils étaient liés dans un même album. Beaucoup de délicatesse, des rondeurs, de la générosité, du bonheur simple, pour les rêves des enfants. Les histoires sont courtes, faciles à lire, faciles à raconter, les illustrations évoquent des tableaux familiers, doux, et rassurants.
Je laisse la famille Souris pour l’hiver et je les retrouverai pour le printemps, saison des piques-niques et de l’éveil de la nature…

D’autres billets chez Lou,

.
img502
.

.

.

Kachtanka, un conte russe

logo challenge-il-etait-une-fois-les-contes-de-fees
.
« Animaux du monde » de Sharon, « Des contes à rendre » de Coccinelle, « Il était une fois… » de Bianca et « Il était deux fois Noël » avec Chicky Poo, Samarian et Petit Spéculoos

.

.

kachtankaKachtanka
Un conte russe
Une histoire d’Anton Tchekhov
Des illustrations de Gennadij Spirin

.

Dans le froid et la neige de l’hiver, après son travail, le menuisier Louka Alexandritch a besoin d’un petit remontant, et à la nuit tombée, dans son monde éthylique, il oublie qu’il n’est pas venu seul…
Boule de poils, roux comme un renard, saisie par le froid, apeurée par une fanfare et son régiment militaire, sa petite chienne Kachtanka fait un écart et se retrouve perdue sur les trottoirs enneigés. Abandonnée dans les rues, craintive, elle se blottit contre une porte. Cette entrée est celle d’un homme rondouillard qui en rentrant chez lui, prend pitié de la petite forme grelotante.
Reconnaissante, Kachtanka suit l’inconnu et pénètre un intérieur bien différent de celui de la menuiserie. Alors qu’elle se repose sur un tapis confortable, elle repense à Louka et à son fils Fédotchka, celui qui aime tant l’embêter ! Finalement, elle est bien ici !
Après une belle nuit, au petit matin elle se décide à visiter ce nouvel univers. C’est en pointant le bout de sa truffe dans une pièce de l’appartement qu’elle fait la connaissance des autres hôtes de son logeur… Fiodor Tomoféitch, un chat blanc, et Ivan Ivanitch, un jars gris. Le tohubohu est tel qu’il réveille son nouveau maître.
Pour commencer la journée, celui-ci, ne connaissant pas le véritable nom de la petite chienne, la rebaptise Tiotka et lui présente ses nouveaux compagnons. Une truie fait alors son apparition, Madame Khavronia.
Kachtanka va découvrir une ambiance étrange et une animalerie prête à réaliser toutes les pirouettes qu’on lui demande ; sauter, faire la révérence, la pyramide égyptienne… une vraie école !

Sera-t-elle prête à intégrer la ménagerie savante et suivre les consignes de son nouveau propriétaire qui travaille dans un cirque ? Car dans ses rêves, Kachtanka a la nostalgie de ses anciens amis, des bruits de rabots et des odeurs de sciures.
.

img475

.
Cet album est à lire, à feuilleter, pour les illustrations de Gennadij Spirin.
Le conte de Tchekhov, datant de 1887, est une courte et belle histoire car on partage avec émotion l’aventure de Kachtanka, mais la fin laisse un curieux sentiment. Où veut nous mener l’auteur ? Il souligne dans le dénouement la fidélité de la petite chienne pour son ancien maître. Avec le menuisier, elle était plus libre, mais moins choyée, plus chahutée par le fils qui se conduisait comme un tyran… un gamin impétueux. Avec le cirque, la petite chienne est contrainte à un travail de performances, mais elle est câlinée, gâtée, et a été adoptée sans difficulté par toute l’équipe. Alors, pourquoi donner à son aventure l’impression d’avoir été « un long cauchemar confus »  ? J’aimerais bien connaître l’avis d’un enfant !
Côté illustrations, c’est un vrai plaisir de découvrir les dessins de Spirin. Ils sont toujours aussi beaux, expressifs, détaillés, empreints de couleurs douces, riches, chaudes, slaves.
Un album qu’on pourrait déposer au pied du sapin…

Vous découvrirez d’autres dessins de Spirin avec « La princesse Grenouille », « Philipok » et « La princesse qui ne riait jamais ».

.

 img474.

.

.