Le croque-mort préfère la bière

Première lecture commune avec Manu de Chaplum pour le deuxième livre de notre croque-mort sexy, au cœur d’artichaut, Hitchcock Sewell.

.
.
La croque-mort préfère la bière
Tome 2

Tim Cockey

.
.
L’entreprise des Pompes Funèbres Sewell et fils, dans les quartiers de Baltimore, près du port, est dirigée par un sémillant croque-mort, Hitchcok Sewell, trente-quatre ans, un mètre quatre-vingt dix, corps d’athlète, visage d’ange, et sa tante Billie, une dame douce et malicieuse.  Voir le billet du précédent tome, le croque-mort à la vie dure…


Hitchcock Sewell vit toujours dans sa petite ville de Baltimore. Avec sa tante Billie, il continue à assumer son rôle de croque-mort…
En ce jour de décembre, glacial et neigeux, Hitch se retrouve face au cadavre d’une jeune femme. Tout avait commencé par la cérémonie mortuaire de Richard Kingman. Le mort mis « à l’honneur » pour sa veillée, était un imminent cardiologue. Sa femme et ses enfants recevaient les amis venus témoigner leurs condoléances, lorsque un évènement survint… Une femme meurt sur le perron des pompes funèbres… Assassinée… Poignardée ? Tuée par balle ? Elle anime en un instant la petite réception. Cris, pâmoisons et whisky pour tout le monde !

« – Je suis affreusement désolé, mais je vais devoir demandé à tout le monde de bien vouloir rester ici jusqu’à l’arrivée de la police. Faites comme chez… Si vous voulez bien faire preuve de patience, je suis sûr que nous…
Billie me tirait la manche. Elle me fit descendre à son niveau et chuchota à mon oreille. Excellente tacticienne. Je me redressai et m’éclaircis la voix :
– Quelqu’un veut-il boire un verre ?
Un soupir général de soulagement se fit entendre. »

La police arrive et le lieutenant Kruk entre en scène, légèrement exaspéré et désabusé de retrouver notre charmant mais horripilant croque-mort !

C’est dans le journal le  « Baltimore Sunpaper », un article signé par le journaliste Jay Adams, que Hitch fait la connaissance de « La belle inconnue tuée de frais ». Elle était une serveuse de vingt-six ans, maman-célibataire d’un petit garçon et portait le nom d’Helen Waggoner.
Pourquoi a-t-on porté le cadavre à la porte de son entreprise ? Qui était cette femme ? Beaucoup d’autres questions taraudent Hitch qui est chargé après l’autopsie de préparer l’enterrement. En regardant la photo de la morte, il est attiré par ses yeux couleur chocolat, profonds et troublants. (Et la sœur, Vickie, n’est pas mal non plus… )
Tata Billie, en tournant la petite cuillère dans sa tasse « arhumatisée », est très perspicace, elle sait déjà ce qui va se passer…

Peut-être bien malgré lui (ou peut-être non !), d’une façon presque inévitable et d’une complaisance chevaleresque, Hitch entreprend une enquête. Sa petite amie du moment, Bonnie, Miss Météo sur la chaîne télévisée de Baltimore, le tarabuste pour mener l’investigation. Armée de beaucoup d’ambition, elle se verrait bien promue à un autre poste si elle proposait un scoop… et Vickie Waggoner, la sœur, lui demande à demi-mot, entre confessions sur leur enfance et larmes, de trouver le meurtrier…

« – Ma sœur mérite mieux que ça, dit-elle d’une voix fluette. C’est tellement injuste. Elle… vivre comme elle a vécu et finir comme ça. Quelle idiote, quelle imbécile. Elle mérite d’être en vie. Elle…
– (…) J’aimerais vous aider à trouver qui à fait ça. Je ne sais pas vraiment ce que je peux faire, mais… je veux aider. Vous êtes d’accord ?
C’est ainsi que j’ai découvert que Vickie Waggoner avait aussi un sourire magnifique. Comme sa sœur. C’était la première fois qu’elle me le montrait. »

Tiraillé par ces femmes, Bonnie, Vickie et même son ex-épouse Julia qui voudrait bien « se dégourdir » avec lui, Hitch pénètre dans le monde louche des bars, des boîtes à striptease, en marge de la prostitution.
Quels sont le lien et la relation, si ténus soient-ils, qui tissent la trame de cet assassinat ? Avec élégance et toujours respectueux des dames (de la haute ou des bas-fonds), Hitch devient le justicier de Baltimore…

Quel bijoux ! Un grand plaisir de retrouver les écrits de Tim Cockey. Dans le premier tome, l’intrigue était bien moins importante que le style d’écriture. L’humour, la truculence ironique, la personnalité de Hitch, primaient sur l’histoire. Dans cette suite, deuxième de la série, la fantaisie et les joyeuses réparties de notre fossoyeur préféré sont toujours présentes, mais l’enquête et l’enchevêtrement des pistes apportent l’efficacité et la gravité à un bon polar. Nous sommes baladés d’un suspect à un autre, d’un univers aseptisé et chic à celui sordide de la rue.
Un livre qui se lit très vite, avec le sourire et des étoiles dans les yeux… ce qui plairait énormément à Hitch !

PS : Hitch n’est pas un séducteur ; il séduit les femmes sans le faire exprès… Comme qui dirait l’autre en lisant sa carte de visite et en le regardant avec des yeux affamés : « Quel gâchis ! ».

Je sais déjà que Manu a énormément apprécié ce livre. Nous avons convenu de lire le troisième prochainement… C’était bien, hein Manu !!!

Extrait… Hitch, ne se laisse pas faire… la joute est lancée…
« – Vickie Waggoner m’a parlé en confidence. Au cas où vous ne sauriez pas ce que c’est, je vous explique : ça veut dire qu’elle n’escomptait pas que je coure rapporter notre conversation à notre intrépide reporter du Sunpapers.
Adams ôta de sa manche une miette inexistante.
– A titre officieux, alors.
– Pas question.
– Qu’est-ce que vous protégez, Hitch ?
– Je protège la vie privée de quelqu’un, Jay. Et ne m’appelez pas Hitch.
– Je vous appelle comment ?
Le petit sourire satisfait était revenu. Si tant est qu’il eût jamais vraiment disparu.
J’ignorai la question.
– La police enquête sur le crime. je connais le détective Kruk. C’est un bon. Il trouvera.
– Je connais Kruk aussi. Ce serait chouette pour Bonnie de le coiffer au poteau.
– Pour Bonnie. Donc ce que vous faites là, c’est par pure amitié.
– Exactement.
– Eh bien, Jay, vieux pote, je sais dire « d’la merde » dans six langues, mais je crois qu’une seule suffira.(…)
Duel au soleil. »
Yes ! Hitch… c’est toi le vainqueur !!!
.


Tableau de Magritte, Le balcon de Manet

Billet de la lecture commune chez Manu-Chaplum
Et chez Scor13
.
.
.
.