La mûre et l’enfant


Les haïkus avec Asphodèle

Un mois au Japon en compagnie de
Lou et Hilde

D’autres participants… Carnets Paresseux, Jacou, Val, Modrone, Eléonore, EmilieBerd, Soène, Asphodèle, Célestine, Claudia, Kiona,

.

.

Ronces fruitières
aux aiguillons acérés
font perler le sang.

Le fruit s’enivre
des sucs de la jeunette ;
délicieuse enfant.

Elle ne pleure pas,
elle est peut-être sorcière.
Même !… papillon.

.

 

.
Estampe de Kubo Shunman

.

.

.

Violettes de cœur

Un mois au Japon en compagnie de Lou et Hilde
Haïkus du jeudi

D’autres vers chez Kiona,

.

.

Violettes de cœur
sont pensées à ma mère :
Hymne à l’amour

Violettes de cœur
sont pensées à la sienne :
Ne pas m’oublier

Violettes de cœur,
sont pensées d’éternité :
Elles et moi… toujours.

.

.
Estampe de CHIKANOBU Toyohara

.

.

Haïkus du printemps

a-posie-pour-haiku
Asphodèle a instauré un nouveau rendez-vous pour ses jeudis-poésies.
Une fois par mois, nous nous essaierons aux haïkus
en respectant la règle syllabique 5-7-5.

Les participants… Asphodèle Soène – ClaudiaLucia – Monesille – CarnetParesseux – Modrone – Lilousoleil Assoula –  Pativore –  Et des poèmes : Martine – Emilieberd – Jacou –

 

.

.L’oiseau chuchote
dans les allées fruitières
des baisers riants

Et le vent d’hiver
fait tomber les pétales
des premières fleurs

L’envol du rônin
s’enfuit à la recherche
des lèvres rosées

estampe-japonaise-cerisiers-en-fleurs

.

.

.

Fleur de Cendre

« Je lis des albums » de Hérisson, « Contes à rendre » de Coccinelle, « Il était une fois… » de Bianca et « Petit BAC » d’Enna

.

.

fleur de cendreFleur de Cendre
Texte d’Annick Combier
Illustrations d’Anne Romby

.
Fleur de Cendre est sous la tutelle de sa belle-mère qui en profite méchamment. Au service de cette marâtre et de ses deux filles insupportables, la jeune fille est reléguée près d’un hibashi, un petit fourneau dans la cuisine. Seule, elle pense avoir été oubliée par son père qui doit s’absenter régulièrement pour son travail.
Le quotidien est fait de labeurs et de vexations. Triste vie qui, cependant, ne ternit pas la beauté de Fleur de Cendre…

img300
Un jour, pour célébrer le printemps, un bal est organisé au palais de l’empereur. Les invitations sont envoyées à toutes les familles honorables.
La maison est en émoi, il faudra paraître de soie, poudrées et parfumées pour séduire le prince.

« Poudre de riz,
Et l’éventail palpitait
Au nô du printemps. »

Lorsque Fleur de Cendre se retrouve recluse et solitaire en cette soirée de fête, elle ne peut s’empêcher de verser ses larmes… mais pour peu de temps car apparaît alors une mystérieuse dame qui la console. Si Fleur de Cendre peut lui apporter un chou, un grillon et des grenouilles, elle pourrait elle aussi se rendre au bal !
D’un coup d’éventail, la magie s’opère et Fleur de Cendre se métamorphose en une magnifique princesse, jusqu’à minuit.

Le prince sera-t-il sensible à cette beauté ? Ses sœurs la reconnaîtront-elle ? Et que se passera-t-il après minuit ? Une Fleur de Cendre ne peut épouser un prince !
Une geta de nacre, petite chaussure précieuse, que Fleur de Cendre oubliera, sera la clef de ce conte…img302

Ainsi Cendrillon est aussi une histoire venue du Japon. On ne peut dire comment elle a voyagé, « d’est en ouest ou d’ouest en est… ».  Annick Combier l’a adaptée en insérant des haïkus et partage la beauté de ce conte avec l’illustratrice Anne Romby.
J’ai pu admirer cette association d’artistes dans l’album « La nuit du prince grenouille », un conte balinais, et j’en étais ressortie émerveillée. La magie est toujours au rendez-vous avec Fleur de Cendre.
Je me permets à nouveau d’insister sur le beau travail d’Anne Romby. On retrouve les caractéristiques que je vante chaque fois… couleurs, traits, ornements, paysages, matières… Le toucher n’est pas lisse, le regard se pose pour ne plus partir, l’esprit s’envole. C’est un vrai enchantement, un conte de fées.
.

.img301
.

.
.
.