Petit vampire et la maison qui avait l’air normale


Octobre, challenge Halloween avec Lou et Hilde
et Mercredi BD chez Moka

 

 

Petit Vampire
et la maison qui avait l’air normale
Tome 4
Joann Sfar

 

Petit Vampire voit dans les bois une maison qui semble au premier coup d’œil, « normale ». Mais… à l’intérieur, il rencontre une créature verte tenue prisonnière qu’il va appeler Chaipas. Car quand il lui demande son nom, l’autre lui répond chaipas. Lorsqu’il lui demande ce qu’il fait ici, la réponse est chaipas. Et quand il découvre des monticules de crânes et les automates d’un homme et une femme mis en scène dans un semblant de normalité, le petit monstre qui ressemble à une pieuvre dit… chaipas !
Pour comprendre ce qu’il se passe, Petit Vampire et Chaipas montent à l’étage. Dans une pièce, tout un attirail de machines avec leviers, de tubes, de pistons en action, de bocaux en ébullition, forment un sacré bazar ! Intrigués par leur découverte, ils font la bêtise d’actionner une manette qui les propulse dans un monde encore plus étrange, où d’autres créatures pas très sympathiques s’entretuent.
Mais c’est quoi ce cirque ? dans quel univers sont-ils tombés ? De caverne en caverne ou d’oubliette en oubliette, Petit Vampire et Chaipas vont rencontrer un monstre qui va tout leur expliquer. Leur monde est le ménisque, une dimension située entre l’air et l’eau. Il fut un temps où les différentes créatures qui le peuplaient, vivaient en bonne harmonie, puis un jour, des Terriens sont venus entreposer des armes et tout a changé.

Ce n’est que dans la moitié de l’album que l’histoire prend un sens. On lit frontières, identités, djihad, peuples du dessous, peuples du dessus et guerres. Petit Vampire va faire le triste constat que les Terriens ont amené la violence et que depuis, les sentiments guerriers sont exacerbés, sans solidarité et sans paix.
Il va falloir trouver une issue…

Je commence mon incursion dans la série du Petit Vampire avec ce quatrième tome qui je pense ne doit pas être le plus facile ! J’ai dû relire l’album plusieurs fois pour arriver à le comprendre et à l’apprécier. Farfelu, fantastique, fouillis, dense, noir, le scénario aborde une réflexion assez réelle sur les hostilités et les affrontements entre communautés. Le tous ennemis mène à une perspective très pessimiste sur notre société, notre planète.
Quant aux dessins, il faut aimer le crayon de l’auteur, et moi, j’aime beaucoup.
Une lecture pas évidente, mais à noter !

 

 

 

Indulgences

Un livre en partenariat avec Babelio et HC Editions

.

.
indulgencesIndulgences
Jean-Pierre Bours

.

« Dans une Allemagne entre Moyen-Âge et Renaissance,… »

L’an de grâce 1500,
Eva fuit avec son bébé ceux qui la traquent et qui l’accusent de pactiser avec le Diable. Pour un temps, elle a pu détourner la meute des chiens qui la piste, mais elle sait que bientôt, elle devra abandonner sa fille. C’est dans une église, sur son autel, qu’elle la laissera…

L’an 1516,
Gretchen (Marguerite), seize ans, vit avec ses parents, son frère et sa sœur, dans une ferme. On voudrait la marier à un jeune voisin qui s’est engagé dans l’armée de Guillaume et qui reviendra bientôt s’occuper du domaine mitoyen, mais ce n’est pas l’avenir qu’elle désire. Vive, intelligente et curieuse de tout ce qui concerne la médecine, elle voudrait assister son amie Freia, la sage femme de Coswig, une petite ville de Saxe dans le district de Dresde. La mort de son jeune frère Jakob est un élément qui motive ce vœu. C’est avec l’appui du prêtre, qui veille sur elle comme un père, qu’elle parvient à obtenir un sursis… Deux autres facteurs essentiels qui la confortent sur cette voie rebelle, vont la façonner et la mener ailleurs qu’à Coswig. Le premier survient de manière brutale. En se chamaillant avec son frère aîné, elle apprend qu’elle est une enfant adoptée. Si la révélation tombe comme un couperet, Gretchen n’aura qu’une obsession en tête, s’affranchir d’une condition de soumise et aller à Wittenberg pour se renseigner sur ses parents naturels. Le deuxième facteur, elle le rencontre en la personne du docteur Faust, alors que la peste décime les villes et les campagnes. D’abord attirée par sa science et la nouvelle médecine qu’il applique, Gretchen est irrémédiablement séduite lorsqu’il lui parle des mystères de l’univers. De grands changements sont amorcés depuis le siècle dernier et continuent à se développer. D’une voix douce et grave, il l’entretient sans barrière, d’astronomie, des voyages et des découvertes de Christophe Colomb, des artistes Italiens du quattrocento comme Léonard de Vinci, et des artistes Allemands comme Dürer et Cranach.

Une fenêtre s’ouvre sur l’extérieur pour Gretchen et une autre se ferme pour Eva.

L’histoire est rythmée par les vies de ces deux femmes courageuses, intelligentes, avides de connaissances. Eva la mère et Gretchen la fille. Eva Mathis qui en 1500 a été arrêtée, emprisonnée, menacée d’être soumise à la question par l’inquisition, et Gretchen qui voudra découvrir sa filiation, approcher une société fascinante dans l’entourage de Cranach et revoir l’étrange docteur Faust.

« … dans un monde que se disputent la peste et la lèpre, la famine et la guerre, une mère et sa fille doivent braver leur destin pour tenter de se retrouver. »

.
Par une note, l’auteur nous raconte sa passion pour le mythe de Goethe, « Faust ». Il a voulu réécrire l’histoire de Johann Faust et Margerete. Entre la réalité et sa fiction, la légende se romance et garde une empreinte surnaturelle et diabolique. Pour le compte du Diable, un des princes de l’enfer, Méphisto, est en quête perpétuelle d’âmes à acheter. Il se fait tentateur, tortionnaire ou parfois simple observateur. Tout au long de la lecture, sa silhouette et ses yeux vairons angoissent !
A travers Gretchen, Eva et les autres personnages du roman, on pénètre dans le début du XVIème siècle par une petite porte et nous découvrons dans la première partie de l’histoire la chasse aux sorcières et l’inquisition (procès, tortures, fanatisme), la ruralité (Coswig, le clergé, les marchés), le monde paysan (le travail, les taxes, leurs statuts), les maladies (typhus, peste, lèpre, administration des soins, préparation des remèdes, grimoires), les guerres, les soldats déserteurs, une armée qui créait des mercenaires (trafics, pillages, viols, prostitution)…
Dans la deuxième partie, Gretchen nous conduit à Wittenberg. La ville est « prospère et célèbre. Frédéric III le Sage avait fait rénover le château, bâtir la Schlosskirche et fondé l’université. Le couvent des Augustins, édifié près de l’entrée est de la ville, comptait parmi ses premiers occupant un certain Martin Luther. Et, dès 1505, était venu s’installer au cœur de la ville un peintre du nom de Lucas Cranach. »  Elle vit chez un imprimeur, le frère de Freia, qui publie les thèses de Luther qui s’est mis à mal avec la papauté en s’attaquant, entre autres, à la pratique des Indulgences. Un autre univers se développe ; la théologie avec Luther et les arts avec Cranach qui la prend pour modèle. Sont également cités Durër et Matthias Grünewald.

La lecture est sans ennui, la grande Histoire est intéressante, abordée dans un style délié, intelligent, bien documenté, et la petite histoire a de quoi captiver le lecteur. Je n’ai abordé qu’une infime part du livre car en dehors du contexte historique, il y a la vie d’Eva face à ses bourreaux et toute son histoire qui explique son emprisonnement, il y a la déchéance de la sœur de lait de Gretchen et la vengeance démente d’un homme éconduit. Quant à ce docteur Faust, si séduisant et si secret, si absent aussi, il est comme une ombre, un peu à l’image de Méphisto.
J’ai aimé la première partie du livre et en particulier un passage sur les marchés. C’était détaillé, coloré, vivant. J’ai lu la deuxième partie avec un un peu plus de distance. Certaines scènes ne m’ont pas convaincue, mais je ne m’étendrai pas car dans l’ensemble c’était une belle lecture.

.
D’autres billets chez Les Sorcières, Bianca, Lystig,
.

.
0108_Cranach 001.
Vierge à l’enfant de Lucas Cranach

.

.

Blood song, La Voix du sang – Tome I

logo Challenge-anglaislogo-challenge-imaginaire « God save the livre » d’Antonilogo_babelio« 
Les mondes imaginaires » d’Aymeline
Un livre offert par Babelio et Bragelonne

.

.
blood song 1Blood Song
La Voix du sang
Tome I
Anthony Ryan

.

.
Le Chroniqueur Impérial, le Seigneur Verniers, accompagne le prisonnier Vaelin Al Sorna qui doit combattre Ell-Nestra, le Bouclier des Îles, dans un duel à mort. Tout doit être retranscrit dans les annales et ainsi retracer les derniers jours du Tueur d’Espoir…
Le célèbre et redoutable guerrier-frère Vaelin croupit depuis cinq ans dans les geôles de l’Empire Alpiran, après que son roi Junus du Royaume Unifié ait signé l’armistice de la guerre qu’il menait contre l’empereur Aluran Maxtor Selsus. Les projets de ce roi devenu fou par la démesure se sont soldés par un échec et le sacrifice d’un héros que tout le monde croit mort.

Vaelin est appelé Sombrelame, Ombre de Corbeau, mais aussi le Tueur d’Espoir pour avoir tué le fils adoptif et héritier de l’empereur. Personnage de légende, ses exploits sont chantés et contés partout. De stature imposante, plus grand que les autres hommes, le regard noir et profond, inquisiteur, il n’a rien perdu de sa puissance. Sa distinction faite de majesté, de force et d’intelligence séduit et effarouche le commun des mortels, le guerrier le plus endurci et l’homme le plus titré.
A bord du bateau qui les conduit vers les Îles, Vaelin offre au Seigneur Verniers de corriger ses écrits sur la guerre Alpirane et Boréenne qu’il estime erronés. Si le chroniqueur s’en offusque au début, très vite il est captivé et bercé par les paroles de Vaelin qui se décide à lui raconter sa vie.

Ainsi, le récit va se scinder en plusieurs parties. Les souvenirs vont interrompre le présent et ce n’est plus sous la plume du Seigneur Verniers que les mots et les images vont défiler. De captif, Vaelin va prendre en otage les pensées du chroniqueur…

Lorsque son père le Seigneur de Guerre et Première Épée du Royaume le mène à l’entrée de la Loge du Sixième Ordre, Vaelin a dix ans. Malgré la mort récente de sa mère qu’il pleure encore, il est resté un garçon intrépide, gai et avide d’aventures et de jeux. Les moments de complicité avec son père sont si rares, que cette sortie en sa compagnie le comble de joie. Mais très vite, il comprend que l’instant est solennel. Avare de paroles et de tendresse, Kralyck Al Sorna lui dit que désormais sa vie se passera entre ces murs et que sa destinée est de servir l’Ordre de la Foi en devenant un frère guerrier.

« – Vaelin, dit-il de sa voix rauque de guerrier. Te rappelles-tu la formule que je t’ai enseignée ? Notre devise familiale ?
– Oui, monseigneur.
– J’écoute.
– « La loyauté est notre force ».
– Oui. La loyauté est notre force. Souviens-t’en. Souviens-toi que tu es mon fils et que je désire t’admettre en ces murs. Ici, tu apprendras bien des choses, tu deviendras un frère du Sixième Ordre. Mais tu resteras à jamais mon fils, et tu honoreras mes souhaits. »

C’est l’Aspect Arlyn, qui les accueille et qui reçoit le premier serment de Vaelin sur le seuil d’une forteresse de granit. Il doit rentrer en ces lieux libre et conscient.
« La loyauté est notre force », cette devise ancrée dans son sang, va accompagner Vaelin et l’aider à vivre les débuts d’un apprentissage hors normes.
De cette classe, ils sont sept novices à se présenter devant les frères instructeurs, sept jeunes compagnons qui vivront dans cette communauté fermée, élitiste, guerrière, et qui devront passer tous les ans des étapes initiatrices. Barkus, Nortah, Caenis, Dentos, Jennis et Mikehl (plus tard Frentis) deviennent la seule famille de Vaelin qui a juré d’oublier qu’il avait un père.

… Le Seigneur Verniers capture les souvenirs sur ses parchemins. Une première année de leçons, de châtiments, de coups de badine infligés par frère Sollis, le Maître d’escrime, d’épreuves, de rites de passage, de rapports de force avec ses jeunes frères qui ont tous des tempéraments différents, d’incompréhension et de doutes, de pleurs rentrés, de solitude… et de solidarité. La fraternité est intense, elle est le ciment de leur enseignement.
Vaelin a un caractère bien affirmé et une conscience des choses qui l’entourent très personnelle. A l’extérieur, le Quatrième Ordre de la Foi traque les hérétiques que l’on nomme les Apostats. Accusés de pratiquer la magie de La Ténèbre, ils sont persécutés et assassinés. Vaelin essaie de délier les arcanes du bien et du mal sans perdre une once d’honnêteté, une once d’humanité. Sa personnalité démontre une force pleine de maturité, une acuité perspicace et un cœur généreux. Déjà, ses aptitudes sont relevées par ses maîtres qui voient en lui un futur chef. La mort s’est déjà immiscée dans sa vie, il sait qu’il peut tuer.

Souvenirs… La première fois qu’il a vu son chien Balaffre, un cerbère volarien, sa relation difficile avec son cheval Écume, un destrier sauvage, sa rencontre avec Erlin et Sella, des Apostats en fuite, les années qui passent avec leurs lots de souffrances, de liesses, d’embuches, les étapes qui les endurcissent et les rendent hommes, frères… Sa formation au sein du Cinquième Ordre du Corps, de la Guérison, et sa rencontre avec la belle et secrète Sherin… La quête d’un père, d’une mère, et l’instant où ses questions (Pourquoi son père l’a abandonné ? Qui était réellement sa mère ?…) ont enfin des réponses… Sa force qui croît et une voix intérieure qui le guide… Des enjeux politiques, un roi, un royaume, des sujets ou des pions, et des terres à conquérir… La guerre, les morts, être Frère et Première Épée du Royaume… « La loyauté est notre force »… Le Septième Ordre qui a disparu et qui renaît dans La Ténèbre pour tout détruire… L’Empire Alpiran…

Après l’unité et la complicité vécues lors du noviciat, Vaelin connaît une autre vie, plus solitaire, plus désespérée… Il est un don qu’il doit taire, celui que son sang chante, une énergie qui fait de lui un être unique, une légende.

.
Il y a les souvenirs qui sont racontés au Seigneur Verniers et les souvenirs plus intimes que Vaelin nous confie. Cette histoire fantastique est relatée en trois parties, avec la magie des romans de Walter Scott et ceux de Robin Hobb. Chanson de geste d’un temps passé, sagas mythiques sur la chevalerie, les croisades et les royaumes imaginés, scénarios des péplums antiques, elle mêle les thèmes des épopées épiques, héroïques, la guerre, l’aventure, les quêtes, des mystères, l’amitié, la bravoure, l’abnégation, la sagesse, des stratégies, une force noire, de l’occultisme, la religion… et l’amour.
Ça foisonne, c’est sans répit ! L’émotion est toujours présente, dans le suspens et les frissons, le sourire et parfois des petits serrements de cœur. Tout y est pour donner au lecteur une incroyable évasion.
Je vous recommande ce premier tome captivant, issu d’une trilogie, et j’espère qu’il vous charmera comme je l’ai été…
Ce fut une très belle découverte.

.
Vasnetsov.
Peinture de  Viktor Vasnetsov

 .

.

.