Le rituel

Halloween à Poudlard avec Hilde et  Lou
Billet n°10

 

 

Le rituel
Adam Nevill

.
La trentaine passée, Luke, Dom, Phil et Hutch, quatre amis de longue date, ont décidé de se retrouver pour une randonnée de trois jours dans la vallée de Maskoskarsa, en Suède. Mais dans la forêt dense et sombre, sous une pluie drue, le dynamisme enjoué et potache qui était le leur au début du périple, se gâte rapidement lorsque Dom et Phil se blessent. Moins sportifs et plus massifs que les deux autres, ils contraignent Luke, élu chef du quatuor, à modifier leur itinéraire et à abréger leur équipée.
Le nouveau chemin qu’ils empruntent étant aussi rude, sinon plus, et la pluie ne facilitant pas leur avancée, l’ambiance entre eux devient électrique et la forêt, véritable forteresse, se présente de plus en plus inhospitalière. A la tension cauchemardesque qui se profile, s’ajoute des années d’amertume et d’aigreur pour chacun d’entre eux. C’est en cheminant misérablement vers la nuit à la recherche d’un coin pour planter leurs tentes, qu’ils découvrent au dessus de leurs têtes, suspendue à une branche, la grande carcasse d’un animal dépouillé de ses chairs. L’horrible scène est saisissante et leste un peu plus le moral de la troupe qui s’oblige à avancer. Perdus et ne pouvant plus faire demi-tour, les amis continuent malgré la terrible image qui les hante et les questions qu’ils ne cessent de se poser. Qu’elle était cette créature et qui a fait ça ?
L’angoisse monte crescendo quand ils perçoivent à tour de rôle, une forme qui semble les suivre et les surveiller. Lorsqu’ils voient au bout du chemin une petite maison abandonnée, les avis sont une fois de plus divisés ; Luke réticent ne souhaite pas rentrer et les trois autres se bousculent pour se mettre à l’abri sans se préoccuper de l’effraction. Mais qu’auraient-ils pu faire d’autre ?

A l’intérieur c’est noir, très noir, plein d’inscriptions runiques et sataniques, de crânes d’animaux et de crucifix. A l’étage dans le grenier, un autel ou un cercueil, des squelettes et un monstrueux bouc momifié.
A l’extérieur c’est noir aussi et derrière les échos de l’orage, des cris perçants annoncent que leur aventure ne fait que commencer. « La folie guette ceux qui font désormais partis du Rituel »…

.
« Promenons-nous dans les bois, pendant que le loup n’y est pas, si le loup y était, il nous mangerait… ». L’auteur qui s’est spécialisé dans les romans d’horreur, a divisé en deux parties son histoire en lui donnant une part fantastique et une part plus concrète. L’une et l’autre suscitent l’effroi et content les vieilles croyances païennes des Vikings et les adorateurs de Satan.
Violent et angoissant, le récit s’implante dans un paysage sauvage et grandiose. On s’écarte du chemin balisé pour pénétrer dans un territoire indompté. La nuit et la pluie accentuent l’hostilité de la nature. La fatigue intensifie les ressentiments et les jalousies des quatre amis. Sur le parcours, les runes antiques gravées dans les pierres délimitent les frontières. Et des charniers exposent toute la monstruosité du scénario. Ainsi la première partie introduit l’histoire qui va s’étendre sur une deuxième partie plus délirante, schizophrène et sanglante. On encaisse et on ne réfléchit plus !

J’ai bien aimé cette lecture, et éventuellement je pourrais la suggérer pour une nuit d’Halloween, mais je reste réservée sur la deuxième partie qui est un peu assommante et poussive.
Ce roman a eu le Prix British Fantasy du meilleur roman d’horreur en 2012.

.


Parc national de Muddus

.

.

 

 

Publicités

La famille Souris et la mare aux libellules

Un mois au Japon en compagnie de Lou et Hilde
Un mois d’albums avec Pilalire

.

.

La famille Souris et la mare aux libellules
Kazuo Iwamura

.

C’est l’été, les enfants de la famille Souris vont s’amuser à la mare aux libellules.

En chemin, dans les herbes hautes, ils rencontrent une cigale et une grenouille. Une libellule leur montre le chemin.
A leur arrivée, sans perdre de temps, ils construisent des petits radeaux qui les mèneront au cœur de la mare, entre roseaux et nénuphars, entre libellules et autres habitants des lieux.
La journée s’annonce belle et insouciante !

Cette fois-ci, les enfants se retrouvent seuls, sous la tutelle du grand frère. L’aventure est comme un périple au bout du monde pour des petites souris. La mare devient une arène de jeux et de rires, perturbant la quiétude de la grenouille, du triton, des dytiques et des libellules qui viennent tous voir la joyeuse bande. L’histoire est toujours une ode à la famille et l’atmosphère toujours empreinte de poésie et de douceur. Chaleur, transparence de l’eau, chant des cigales, c’est comme si on y était !

La journée se termine au soleil couchant, lorsque les grands-parents viennent chercher les enfants… C’est l’heure de rentrer ! Et comme pour tous les albums de la série, la famille Souris se retrouve autour de la table pour le repas du soir où chacun raconte…

Une série à recommander ++

.

.

.

La famille Souris se couche

Un mois au Japon en compagnie de Lou et Hilde
Un mois d’albums avec Pilalire

.

.

La famille Souris se couche
Kazuo Iwamura

.

Chez les Souris, on n’aime pas trop quand le soleil se couche qu’un membre de la famille soit absent. Alors quand tout le monde rentre après une journée bien chargée, on s’attelle dans la bonne humeur à mettre la table et on passe tous dans la salle de bains pour se nettoyer avant de prendre le dîner. Quatorze souris, c’est une belle famille ! A table, chacun raconte ce qu’il a fait, corvées et bêtises, puis plus tard, c’est une petite veillée à la chandelle qui anime la soirée…
Brossage des dents, pyjama et lectures, c’est l’heure d’aller au lit ! Certains coquins ont encore assez d’énergie pour batailler avec les coussins et d’autres ont déjà les yeux qui se ferment. Maman ferme le livre d’histoires, grand-mère chuchote des bonnes nuits aux étoiles et à la lune, Papa chantonne une berceuse, les enfants s’endorment…

Je continue dans l’univers de la famille Souris et l’épisode du coucher se devait d’être raconté car il est important pour un enfant. C’est l’heure où il doit se séparer de ses parents et rester dans le noir. C’est aussi l’heure où tous les coins de la chambre deviennent inquiétants… Les rituels qu’il retrouve dans cette histoire peuvent apaiser son anxiété.

Les dessins sont toujours aussi beaux et reflètent beaucoup de douceur. Étant à mon cinquième album, je commence à reconnaître les personnages et surtout le dernier de la fratrie, le petit Benjamin si attendrissant.
Une série à recommander !

.

.

.

Une nouvelle maison pour la famille Souris

Un mois au Japon en compagnie de Lou et Hilde
Un mois d’albums avec Pilalire

.

.

Une nouvelle maison pour la famille Souris
Kazuo Iwamura

.

Cet épisode est le premier de la série « La famille Souris ». Parents, enfants et grands-parents partent en quête d’un abri juste avant les premières gelées. Sac à dos pour tous et besace en bandoulière pour Benjamin le petit dernier, ils dépassent la forêt déjà tronçonnée par les bucherons et vont encore plus loin, plus haut, au-delà de la rivière…

Lorsqu’ils découvrent enfin leur nouvelle maison, sous un magnifique arbre, les petites souris s’attèlent à organiser leur intérieur. Atelier de coupe de roseaux, atelier de confection des meubles, atelier des ponts… puis plus tard, atelier des provisions pour le garde-manger… la journée est bien remplie ! Alors le soir, quand tout est en ordre, et après un royal dîner, personne ne rechigne à aller se coucher ! Papa et maman Souris, heureux et fiers de leurs enfants, peuvent enfin se détendre en buvant une petite tisane. Que la journée fut belle !

Kazuo Iwamura continue à raconter le quotidien bien heureux de cette famille Souris dans d’autres albums. On retrouve la même douceur, la même solidarité, le même effort dans le travail. Des histoires qui apaisent, des histoires qui racontent des instants de bonheur…

 

.

.

 

Le petit arbre

Logo Samarian 2.
Un chalet à Noël avec Chicky Poo, Petit Spéculoos et Samarian
Journée Albums jeunesse

.

.

le-petit-arbreLe petit arbre
Loek Koopmans

.

Un petit arbre se trouve différent des autres arbres qui l’entourent. Alors qu’il est pourvu d’aiguilles vertes, il aimerait avoir des feuilles dorées…

le petit arbre 1Le lendemain, son vœu est exaucé, il se réveille couvert d’or, magnifique et très fier ! Mais arrive ce qu’il devait arriver… un homme qui passait par là, cueille toutes les feuilles et s’enfuit avec son trésor, en laissant le petit arbre nu.

Triste et dépouillé, le petit arbre songe qu’il serait mieux d’avoir des feuilles en verre. Alors le lendemain, quelle surprise ! Il se découvre habillé de verre et ses feuilles brillent au soleil et tintent sous le souffle d’un petit vent. Mais, manque de chance, dans la nuit, une tempête bouscule le petit arbre et casse toutes ses belles feuilles si fragiles.

Misère ! Mais que faut-il faire pour être aussi beau et vigoureux que les autres ? Peut-être avoir de jolies feuilles vertes comme eux ?
Le troisième matin, « le petit arbre est comblé. Cette fois, il a les feuilles dont il rêvait ! ». Vertes, tendres… et tellement irrésistibles pour une chèvre et ses chevreaux qui ne s’en privent pas et les mangent toutes.

Quel désespoir ! il était bien mieux avec ses aiguilles, non ? S’il devait émettre un dernier souhait, il les réclamerait !
La magie est généreuse et écoute une dernière fois le petit arbre. Sera-il enfin satisfait ?
La neige tombe et un petit garçon se promène…
.

« Mon beau sapin, roi des forêts, que j’aime ta verdure… ». Un conte doux et enchanté, illustré par de belles aquarelles, parfait pour le mois de décembre. Les enfants aimeront ce petit sapin ingénu qui désire avoir la majesté de ses congénères. Pas facile de trouver sa place lorsqu’on est un tout petit. La conclusion est juste et heureuse car il trouvera le bonheur au sein de la forêt, tel qu’il est…
A recommander !

.
le petit arbre 2.

.

.

La fugue de Junior Lapin

logo album1Logo-Sharon
« Je lis aussi des albums » chez Hérisson
« Animaux du monde » de Sharon

.

LA FUGUE DE JUNIOR LAPIN-COUVERTURELa fugue de Junior Lapin
Elisabeth Delaigle
Illustrations de Christiane Moreau

.

Junior Lapin vit avec sa famille dans la forêt du Tronc qui Fume. Ses six frères et sœurs sont gris et lui est tout blanc… la nature a ses mystères… Lapereau adorable mais farceur et polisson, il passe son temps à étudier à l’école, à aider ses parents et à jouer avec Timide Chevreuil, Miss Belette, Lucky Putois, Snooky Blaireau…, sa bande de copains dont il est le meneur.
Un jour, ses parents le charge de garder leur terrier car ils doivent partir chez Grand Ma’. La responsabilité est lourde, Dame Fouine et Mesdames les Vipères convoitent le nid, mais pour Junior, il n’y a pas de problème, il saura être à la hauteur de la tâche.
Cependant dans la journée, les idées vadrouillent, l’imagination déborde, et voilà que notre intrépide lapin pense à aller faire un tour à la ville qu’il n’a jamais vue.

La décision est vite prise ! L’inconscient chemine dans la forêt, sous le regard de la Lune, et s’aventure vers une contrée inconnue. Tant qu’il est sur son territoire, rien est à craindre, les rencontres qu’il fait sont toutes amicales, mais lorsqu’il commencera à aborder la ville et les humains, les choses pourraient bien se gâter !
Il faut souligner que si Junior Lapin est courageux, serviable, poli, il fait aussi beaucoup de bêtises et la ville offre de trop grandes tentations.

Que découvrira-t-il… préfèrera-t-il la ville à la forêt… et que retiendra-t-il de cette expédition initiatique ? C’est le printemps, la veille de Pâques, cacher des œufs en chocolat sera une des activités qu’il va adorer.

.
Avec ce livre illustré de beaux dessins à colorier, nous retrouvons la poésie de l’auteur qui donne encore un beau rôle à la Lune. L’astre est toujours attentif, protecteur et se pare de magie (Les contes de la Lune). 
Junior Lapin s’ennuie et se sent prêt à découvrir le monde extérieur. Il s’y aventure d’un bon pas, sans crainte, plein de fougue et d’illusions. L’histoire est construite suivant un plan classique… le héros est confronté à une série d’épreuves durant sa quête, les périls pour l’ingénu sont nombreux, l’expérience le grandit au fil des étapes, il en reviendra fort, sage, raisonnable, et riche en connaissances et amitiés.
Junior Lapin est un fier descendant de Pierre Lapin.
La lecture peut se faire par échelon, d’aventure en aventure, et ainsi ne pas lasser le petit lecteur qui pourra terminer son chapitre par le coloriage d’un dessin. Je reprends les propos de l’auteur pour conclure le billet…
« Junior Lapin est blanc et pour qu’autour de lui tout prenne des couleurs, il est recommandé au jeune lecteur de se munir de crayons, de pastels ou de pinceaux pour embellir et animer sa vision du monde ! »

Je vous recommande cette belle histoire avec ce lapin coquin, téméraire et si doux.

.
D’autres billets chez Louise, Les Sorcières, Sharon,

.juniorlapin

Blog de l’auteur
 

 

.

.

.