Recherche sorcière désespérément


Un mois de sorcellerie pour Halloween avec Hilde et Lou
Les lundis sont romans jeunesse
Billet n°2

Recherche sorcière désespérément
Eva Ibbotson

.
A Todcaster, le très beau et grand sorcier du Nord ami de Belzébuth, Arriman l’Affreux, s’ennuie dans son manoir des Brumes.
« Lester, je suis fatigué. Je suis las. Je m’ennuie. »
Ne pouvant le sortir de sa morosité, Lester son valet (un ogre) et M. Ledbetter son secrétaire (un homme avec une petite queue comme un chien) désespèrent de le voir ainsi. Pour le divertir, ils décident alors de présenter à Arriman la voyante Esméralda qui lui prédit qu’un petit sorcier viendra prendre la relève, le déchargeant ainsi de ses responsabilités. Cette prophétie l’ayant enchanté, Arriman prend enfin son mal en patience et… attend… Il attend, longtemps… créant pour l’occasion un superbe lion, le Sorci-Sentinel, qui surveillera des vigiles, les têtes des quatre points cardinaux.

Pour patienter, entre deux tourments qu’il inflige au monde, Arriman se donne l’objectif de rentrer en contact avec le fantôme du manoir, le chevalier Simon Montpelier qui a tué ses sept femmes. De jour et de nuit, l’âme pénitente erre dans la demeure en gémissant et en se tapant le front, incapable de communiquer avec les autres. Pourtant, il aurait tant à dire en régalant son auditoire de ses frasques assassines ! Il serait alors un très bon convive, un très bon ami… Seulement, livres de nécromancie et magie noire ne sont d’aucune aide.

Puis un jour, en se regardant dans le miroir, Arriman voit son premier cheveu blanc. Et c’est la catastrophe ! Toujours point de petit sorcier à l’horizon et il vieillit ! Et si la voyante avait menti ? se chuchotent entre elles les têtes postées sur le domaine.
Pour éviter un drame,
Lester et M. Ledbetter lui proposent d’organiser durant la semaine d’Halloween un concours pour lui trouver une épouse. Évidemment, elle sera une sorcière féroce, une sorcière noire à qui rien ne pourrait résister !
Un mariage… l’idée est séduisante ! Concevoir un bébé… Mais les sorcières de Todcaster sont hideuses ! Affublées de furoncles, d’écailles et autres disgrâces, elles ne sont intéressantes que pour leurs pouvoirs ! Bref,
qu’il en soit ainsi ! Arriman se pliera bon gré mal gré aux désidératas de ses serviteurs. Il va prendre femme !

La nuit du Sabbat, les sorcières célibataires, jeunes et vieilles, se donnent rendez-vous. Toutes ont la particularité d’appartenir à la force noire, toutes, sauf une… Belladonna est ce qu’on appelle le vilain petit canard de la bassecour car elle dépend de la magie blanche. En elle, rien n’est noir et tout est bon, délicat et aimable. Elle soigne, elle embellit, elle offre du bonheur.
Émus par cette blonde sorcière, Lester et M. Ledbetter se persuadent de lui donner sa chance. Elle aura donc une semaine pour se découvrir des pouvoirs mauvais et s’entrainer à changer une machine à écrire en un nid de vipères.

C’est dans la forêt du domaine des Brumes, que Belladonna rencontre un petit garçon solitaire qui pleure Rex, son meilleur ami qui se meurt. Rex est un ver de terre et Terence Tronch est un orphelin qui habite le foyer des enfants trouvés. Entre la jeune sorcière rejetée par sa confrérie et le jeune orphelin trop laid pour être adopté, un lien d’affection se tisse de suite. L’une va lui donner sa protection et sauver Rex, l’autre va l’aider dans ses exercices de sorcellerie. Il faut qu’elle obtienne la meilleure note car Belladonna est amoureuse du grand sorcier.
Tout semble se dérouler comme il se doit avec les mesquineries et les bassesses des candidates aux épousailles, quand une fée enchanteresse du nom de Olympia arrive. Plus noir qu’elle, tu meurs !

Pour le tournoi donné dans le parc du manoir, entrent en lice les sorcières, les sirènes, et les fées hurlantes, avec leurs épouvantables incantations et leurs démons. Qui des sept sorcières subjuguera le maître et aura l’extrême honneur de l’épouser ?

Je vous recommande cette belle histoire qui parodie certains contes en les tournant en dérision et qui allie au fantastique beaucoup d’humour, d’extravagances et d’émotions. Dans ce monde, Eva Ibbotson ne craint pas de louer les plus viles pensées et les actes les moins honorables, mais comme dans tout conte qui se respecte c’est pour mieux glorifier les sentiments les plus beaux. La morale est sauve !
Vous trouverez dans cet univers burlesque des personnages charmants et d’autres beaucoup moins, de l’amitié, de la tendresse et de l’amouuurrr…

« – Arry chéri… ?
– Oui, mon trésor… »

.

.
Illustration de Gianni de Conno

.

.

.

Publicités

La revanche de l’Epouvanteur, Tome XIII

La revanche de l’Epouvanteur
L’Epouvanteur, Tome XIII
Joseph Delaney

.

Il va falloir en finir définitivement avec le Malin. Si l’avantage est en ce moment dans le clan de l’Epouvanteur, bientôt pour Halloween, les mages et les sorcières viendront chercher sa tête, que la tueuse Grimalkin détient toujours (voir épisode précédent).
Tom Ward, septième fils d’un septième fils, a bientôt terminé son apprentissage auprès de John Gregory, mais sa lutte continue, plus impitoyable et déterminée que jamais.
Toutes les nuits, des cauchemars le réveillent. Pour conclure le combat, son amie Alice, fille de l’obscur, doit être tuée lors d’une cérémonie de sabbat dans le cercle de la pierre des Ward. Lui couper les pouces et lui arracher le cœur étant au dessus de ses forces, c’est vers un autre dénouement qu’il se tourne, car avec les trois épées, Lame du Destin, Tranche Os et Lame du Chagrin, il peut vaincre sans la sacrifier. A elle et à Grimalkin de trouver un sortilège dans le Codex du Destin… même si pour cela elles seront obligées de faire de la magie noire.
A Chipenden, la maison a été rebâtie sur les cendres de la précédente et la nouvelle bibliothèque commence à accueillir ses premiers ouvrages. Un gobelin, sous l’apparence d’un chat, en est toujours le gardien. Entre Tom et lui, un pacte a été conclu, mais la confiance entre eux n’est pas évidente surtout lorsque Tom voit le chat se lécher les babines, pleines de sang humain. De son côté, John Gregory, plus las que jamais, prend des dispositions et désigne Tom pour héritier. Plus expérimenté que son élève, il a une vision très pessimiste de leur avenir.
Lorsqu’une nuit, Tom perçoit qu’il est arrivé un malheur. Convaincu que son sentiment est bien réel, il force l’Epouvanteur à l’accompagner. Tous deux se dirigent vers l’ancienne maison de Lizzie l’Osseuse et découvrent parmi des cadavres de sorcières, Grimalkin grièvement blessée. Elle est seule, car Alice a été kidnappée par le puissant mage Lukraste.
Contre l’avis de son maître, très déçu d’apprendre que son fils spirituel continuait à correspondre avec Alice, Tom doit partir à la recherche de la jeune fille pour la délivrer. Au bout de sa quête, il découvrira une horrible surprise.

.
Ce treizième tome clôt la série par un épilogue bien triste mais l’auteur a écrit une trilogie (pas encore traduite) qui impulse d’autres aventures à la saga. Heureusement pour nous, car beaucoup de questions restent en suspens.
L’épisode est comme les précédentes histoires, plein de magie, de monstres, de combats cruels et de frissons. Dernière de sa lignée, la lecture se pare de nostalgie. Le premier livre traduit est paru chez Bayard Jeunesse en 2005, et il a immédiatement séduit mon jeune fils qui avait neuf ans à l’époque. J’ai attendu quelques années avant d’aller fureter dans sa bibliothèque et d’en tirer un volume. Au début, j’achetais les tomes pour lui, par la suite, c’était pour moi.
Je vous recommande cette grande épopée fantastique qui compte dans son bestiaire une multitude de créatures horribles et maléfiques…
Attention ! ces histoires peuvent effrayer les jeunes lecteurs.

.

Un skelt

.

.
 

 

Le cachot de la sorcière

logohallow15
Le mois Halloween avec Hilde et Lou
« A year in England » de Titine

.

.

le-cachot-de-la-sorciereLe cachot de la sorcière
Joseph Delaney

.

Billy Calder est un jeune garçon de quinze ans qui habite un orphelinat depuis la mort de ses parents, neuf ans auparavant. En âge de travailler, il a trouvé un apprentissage au château du village et ne songe qu’à s’émanciper de la tutelle de Madame Hendel.
Le travail est pourtant difficile… Tous les soirs, il doit surmonter sa peur et se rendre au château une heure après le coucher du soleil. L’endroit est lugubre, surtout lorsque le moindre petit bout de lune est caché par les nuages. Sur une colline, après avoir dépassé une campagne boisée, l’édifice se dresse, effrayant. Et lorsqu’on entend les plaintes des condamnés, entre hurlements et pleurs, on n’a qu’une envie, c’est de retourner sur ses pas… et fuir !

le cachot de la sorcière 1 Le château est la prison du comté où sont enfermés des meurtriers et des créatures sataniques. Au milieu de la cours, une potence pour les pendaisons où l’on croise parfois des âmes en peine, fantômes des suppliciés. Les sorcières qu’on exécute ne sont pas toujours des femmes mauvaises. Il arrive parfois que la sentence appliquée montre qu’elles étaient d’honnêtes femmes, mais il est alors trop tard pour les sauver. Certaines errent… comme Netty au long cou.
C’est ce qu’on explique à Billy lors de sa formation. Le gardien en chef Adam Colne, un géant qui ressemble aux ogres des contes, lui fait maintes recommandations pour la suite de son travail, en insistant lourdement sur un fait. Il est important de ne jamais laisser une clef dans une serrure. Cette consigne est d’une importance vitale.

Les semaines passent, Billy commence à s’habituer aux lieux et assume correctement son travail. Mais un jour, la peste pourpre fait des ravages en décimant une grande partie du village. Des six gardiens au château, il ne reste que lui de valide pour aller donner la pitance aux prisonniers et pour s’aventurer dans le cachot de la sorcière.
Le cacho
t de la sorcière est la partie la plus reculée du château, un endroit qu’il ne fréquente jamais car il est réservé aux gardiens plus expérimentés.
Qui est cette créature qui avale toutes les nuits des litres de sang et qui broie les os entre ses mâchoires ? Mystérieuse et certainement la plus redoutable des créations du malin… Billy, prends garde à toi !

.
De Joseph Delaney, j’ai lu toute la saga de l’Epouvanteur et on peut dire que j’en suis fan… C’est donc avec un réel plaisir que j’ai choisi ce roman destiné aux enfants de plus de dix ans. Mais il est une précision à faire… Les bibliothécaires ont stipulé sur la couverture « Attention, âme sensible s’abstenir ». Les enfants peuvent être surpris par la rudesse des scènes et par la fin de l’histoire.
Comme dans la série, nous lisons des fantômes et des sorcières (Netty m’a rappelé la Grimalkin car toutes deux ont été séduites par le Malin et ont enfanté des monstres. Billy a un petit air de Tom.). Et  comme dans la série, ce conte est tout aussi angoissant, cruel, sanglant et tragique. D’un format plus petit, il peut être un préambule aux chroniques de Chippenden et ainsi préparer à l’univers fantastique et
particulier de l’auteur qui n’épargne jamais ses jeunes lecteurs.
Imprimé avec des caractères gros et illustré avec des beaux dessins de Philippe Mason, la lecture est très agréable et facile.
Je vous conseille donc ce roman qui serait parfait pour une nuit d’Halloween… parfait pour les frissons… et je tiens à souligner une seconde fois que certains passages sont effrayants.

.
Des billets chez Jérôme, Sharon,

.

le cachot de la sorcière 2

.

.

.

.

Blood song, La Voix du sang – Tome I

logo Challenge-anglaislogo-challenge-imaginaire « God save the livre » d’Antonilogo_babelio« 
Les mondes imaginaires » d’Aymeline
Un livre offert par Babelio et Bragelonne

.

.
blood song 1Blood Song
La Voix du sang
Tome I
Anthony Ryan

.

.
Le Chroniqueur Impérial, le Seigneur Verniers, accompagne le prisonnier Vaelin Al Sorna qui doit combattre Ell-Nestra, le Bouclier des Îles, dans un duel à mort. Tout doit être retranscrit dans les annales et ainsi retracer les derniers jours du Tueur d’Espoir…
Le célèbre et redoutable guerrier-frère Vaelin croupit depuis cinq ans dans les geôles de l’Empire Alpiran, après que son roi Junus du Royaume Unifié ait signé l’armistice de la guerre qu’il menait contre l’empereur Aluran Maxtor Selsus. Les projets de ce roi devenu fou par la démesure se sont soldés par un échec et le sacrifice d’un héros que tout le monde croit mort.

Vaelin est appelé Sombrelame, Ombre de Corbeau, mais aussi le Tueur d’Espoir pour avoir tué le fils adoptif et héritier de l’empereur. Personnage de légende, ses exploits sont chantés et contés partout. De stature imposante, plus grand que les autres hommes, le regard noir et profond, inquisiteur, il n’a rien perdu de sa puissance. Sa distinction faite de majesté, de force et d’intelligence séduit et effarouche le commun des mortels, le guerrier le plus endurci et l’homme le plus titré.
A bord du bateau qui les conduit vers les Îles, Vaelin offre au Seigneur Verniers de corriger ses écrits sur la guerre Alpirane et Boréenne qu’il estime erronés. Si le chroniqueur s’en offusque au début, très vite il est captivé et bercé par les paroles de Vaelin qui se décide à lui raconter sa vie.

Ainsi, le récit va se scinder en plusieurs parties. Les souvenirs vont interrompre le présent et ce n’est plus sous la plume du Seigneur Verniers que les mots et les images vont défiler. De captif, Vaelin va prendre en otage les pensées du chroniqueur…

Lorsque son père le Seigneur de Guerre et Première Épée du Royaume le mène à l’entrée de la Loge du Sixième Ordre, Vaelin a dix ans. Malgré la mort récente de sa mère qu’il pleure encore, il est resté un garçon intrépide, gai et avide d’aventures et de jeux. Les moments de complicité avec son père sont si rares, que cette sortie en sa compagnie le comble de joie. Mais très vite, il comprend que l’instant est solennel. Avare de paroles et de tendresse, Kralyck Al Sorna lui dit que désormais sa vie se passera entre ces murs et que sa destinée est de servir l’Ordre de la Foi en devenant un frère guerrier.

« – Vaelin, dit-il de sa voix rauque de guerrier. Te rappelles-tu la formule que je t’ai enseignée ? Notre devise familiale ?
– Oui, monseigneur.
– J’écoute.
– « La loyauté est notre force ».
– Oui. La loyauté est notre force. Souviens-t’en. Souviens-toi que tu es mon fils et que je désire t’admettre en ces murs. Ici, tu apprendras bien des choses, tu deviendras un frère du Sixième Ordre. Mais tu resteras à jamais mon fils, et tu honoreras mes souhaits. »

C’est l’Aspect Arlyn, qui les accueille et qui reçoit le premier serment de Vaelin sur le seuil d’une forteresse de granit. Il doit rentrer en ces lieux libre et conscient.
« La loyauté est notre force », cette devise ancrée dans son sang, va accompagner Vaelin et l’aider à vivre les débuts d’un apprentissage hors normes.
De cette classe, ils sont sept novices à se présenter devant les frères instructeurs, sept jeunes compagnons qui vivront dans cette communauté fermée, élitiste, guerrière, et qui devront passer tous les ans des étapes initiatrices. Barkus, Nortah, Caenis, Dentos, Jennis et Mikehl (plus tard Frentis) deviennent la seule famille de Vaelin qui a juré d’oublier qu’il avait un père.

… Le Seigneur Verniers capture les souvenirs sur ses parchemins. Une première année de leçons, de châtiments, de coups de badine infligés par frère Sollis, le Maître d’escrime, d’épreuves, de rites de passage, de rapports de force avec ses jeunes frères qui ont tous des tempéraments différents, d’incompréhension et de doutes, de pleurs rentrés, de solitude… et de solidarité. La fraternité est intense, elle est le ciment de leur enseignement.
Vaelin a un caractère bien affirmé et une conscience des choses qui l’entourent très personnelle. A l’extérieur, le Quatrième Ordre de la Foi traque les hérétiques que l’on nomme les Apostats. Accusés de pratiquer la magie de La Ténèbre, ils sont persécutés et assassinés. Vaelin essaie de délier les arcanes du bien et du mal sans perdre une once d’honnêteté, une once d’humanité. Sa personnalité démontre une force pleine de maturité, une acuité perspicace et un cœur généreux. Déjà, ses aptitudes sont relevées par ses maîtres qui voient en lui un futur chef. La mort s’est déjà immiscée dans sa vie, il sait qu’il peut tuer.

Souvenirs… La première fois qu’il a vu son chien Balaffre, un cerbère volarien, sa relation difficile avec son cheval Écume, un destrier sauvage, sa rencontre avec Erlin et Sella, des Apostats en fuite, les années qui passent avec leurs lots de souffrances, de liesses, d’embuches, les étapes qui les endurcissent et les rendent hommes, frères… Sa formation au sein du Cinquième Ordre du Corps, de la Guérison, et sa rencontre avec la belle et secrète Sherin… La quête d’un père, d’une mère, et l’instant où ses questions (Pourquoi son père l’a abandonné ? Qui était réellement sa mère ?…) ont enfin des réponses… Sa force qui croît et une voix intérieure qui le guide… Des enjeux politiques, un roi, un royaume, des sujets ou des pions, et des terres à conquérir… La guerre, les morts, être Frère et Première Épée du Royaume… « La loyauté est notre force »… Le Septième Ordre qui a disparu et qui renaît dans La Ténèbre pour tout détruire… L’Empire Alpiran…

Après l’unité et la complicité vécues lors du noviciat, Vaelin connaît une autre vie, plus solitaire, plus désespérée… Il est un don qu’il doit taire, celui que son sang chante, une énergie qui fait de lui un être unique, une légende.

.
Il y a les souvenirs qui sont racontés au Seigneur Verniers et les souvenirs plus intimes que Vaelin nous confie. Cette histoire fantastique est relatée en trois parties, avec la magie des romans de Walter Scott et ceux de Robin Hobb. Chanson de geste d’un temps passé, sagas mythiques sur la chevalerie, les croisades et les royaumes imaginés, scénarios des péplums antiques, elle mêle les thèmes des épopées épiques, héroïques, la guerre, l’aventure, les quêtes, des mystères, l’amitié, la bravoure, l’abnégation, la sagesse, des stratégies, une force noire, de l’occultisme, la religion… et l’amour.
Ça foisonne, c’est sans répit ! L’émotion est toujours présente, dans le suspens et les frissons, le sourire et parfois des petits serrements de cœur. Tout y est pour donner au lecteur une incroyable évasion.
Je vous recommande ce premier tome captivant, issu d’une trilogie, et j’espère qu’il vous charmera comme je l’ai été…
Ce fut une très belle découverte.

.
Vasnetsov.
Peinture de  Viktor Vasnetsov

 .

.

.

 

Le sang de l’Epouvanteur, Tome X

Vintage wallpaperUne lecture commune avec Sharon
« Mondes imaginaires » d’Aymeline
, « Mélange des genres » de Miss Léo, « God save the livre » d’Antoni et « Deux semaines de vacances avec une bibliothèque jeunesse » .


Tome 1 – L’apprenti EpouvanteurTome 2 – La malédiction de l’Epouvanteur
Tome 3 – Le secret de l’EpouvanteurTome 4 – Le combat de l’Epouvanteur
Tome 5 – L’erreur de l’EpouvanteurTome 6 – Le sacrifice de l’Epouvanteur
Tome 7 – Le cauchemard de l’EpouvanteurTome 8 – Le destin de l’Epouvanteur
Tome 9 – Grimalkin et l’Epouvanteur

.
.
le sang de l'épouvanteurLe sang de l’Epouvanteur
Tome 10
Joseph Delaney

.
.
Introduction tirée de mon premier billet :

Thomas Ward est un jeune garçon de treize ans dont les parents habitent une ferme ; le père est paysan, la mère, d’origine grecque, est accoucheuse. Étant le septième fils d’un septième fils, Tom peut prétendre recevoir l’éducation d’un apprenti Epouvanteur. Sa mère, consciente de ce fait, a envoyé une missive à Monsieur Gregory, l’Epouvanteur de Chipenden. Prophétie, aspiration ou conviction, elle souhaite que Tom quitte sa famille et soit initié à une autre vie.
« J’ai donné le jour à un petit garçon. Il est le septième fils d’un septième fils. Son nom est Thomas J. Ward, et c’est le cadeau que je fais à ce comté. Dès qu’il aura l’âge requis, je vous enverrai un mot. Je compte sur vous pour le former. Il sera le meilleur apprenti que vous ayez jamais eu, et le dernier. »

.
Dans le jardin de Chipenden, Tom contemple avec son maître la maison en cours de rénovation. Elle renaît de ses cendres dans des bruits de marteaux et des odeurs de sciure. L’Epouvanteur John Gregory a retrouvé un peu de son enthousiasme, ce qui rassure Tom. L’incinération des précieux livres a été une sérieuse blessure, aussi douloureuse qu’une éventration. Il ne reste que le bestiaire des créatures surnaturelles.
La guerre est finie, le Malin est prisonnier de la Grimalkin, mais les créatures de l’Obscur commencent à élaborer des alliances pour le libérer.

Le prochain voyage doit mener Tom et Gregory à Todmorden. L’Epouvanteur a reçu une lettre de Dame Fresque l’invitant à venir chercher dans sa bibliothèque autant de livres qu’il voudra prendre. C’est Judd, un ancien apprenti originaire de cette ville, qui les mènera et fera les présentations avec cette mystérieuse et généreuse donatrice.
Mais avant… Tom doit se rendre chez Slake, la lamia qui garde les affaires de sa mère. Il ne reste que quelques mois avant Halloween pour se préparer à combattre le Malin dans un ultime combat.  Avec Alice, mais aussi les chiens, Griffes, Sang et Os, il doit traverser la Combe où est enterrée Agnès Sowerbutts… Enterrée ? Non ! Agnès vit sous terre et rampe à la recherche du moindre ver ou larve pour se nourrir. C’est l’agonie de toutes les sorcières qui trépassent. C’est alors qu’Alice demande à Tom la permission de ressusciter sa tante. Agnès ne sera plus jamais la même, mais elle pourrait les aider. Foncièrement bonne et loyale, expérimentée aussi, elle sera utile à leur cause.

Parmi les affaires de sa mère, Tom apprend comment il pourra définitivement tuer le Malin. Il lui faut trois armes forgées par Héphaïtos, un ancien dieu. Déjà en possession de deux lames, La lame du Destin et Tranche Os, il doit récupérer dans l’antre de l’Obscur la troisième appelée La Douloureuse. Ce destin prédit par sa mère ne se fera pas sans l’assistance et le sacrifice d’une personne chère à son cœur. Pour Tom, la chose est inimaginable et il se garde bien de le dire à son amie et à son maître.

A Todmorden, l’ambiance est étrange. Les maison se ferment à l’approche de toute âme inconnue… et Dame Fresque, une belle femme aux lèvres pourpres, inspire un sentiment ambigu à ses deux hôtes.
Comme John Gregory le dit doucement dans un murmure à Tom, il va falloir être vigilants !
Que vont-ils découvrir ?

.
Vous croyez peut-être que je vous ai résumé tout le livre ? Détrompez-vous, ce sont les cinquante premières pages ! Lorsqu’on entame un livre de Joseph Delaney, on est sûr de ne pas s’ennuyer et de cavaler à un rythme effréné. Cette fois-ci, nous faisons connaissance avec des démons venus de Transylvanie, les Moroïs et les Strigoïs, des créatures sanguinaires. L’histoire est une des plus intenses de la série et évolue vers le déliement qui surviendra dans deux tomes.
Outre les trois personnages principaux, Tom, l’Epouvanteur et Alice, nous retrouvons la Grimalkin, toujours bénévole et efficace, Agnès qui revient d’outre-tombe et Slake la sœur lamia de Zenobia, la mère de Tom. A ce stade de la série, seuls les initiés peuvent comprendre !
Pour abréger cet avis, je dirai que j’aime toujours autant, que je n’ai pas lâché le livre avant de l’avoir fini et que l’auteur a toujours un beau panel de créatures maléfiques à nous proposer.

Depuis le premier tome, je recommande cette série aux jeunes lecteurs téméraires… Attention, c’est souvent assez rude.

Une lecture commune avec Sharon, groupie de la première heure !

.
SEVENTH SON
Film L’Epouvanteur

.
.
.
.
.

La quête d’Ewilan, D’un monde à l’autre – Tome I

Album reçu par Babelio et les Editions Glénat

.

.
QUETE D_EWILAN T01[BD].indd.pdfLa quête d’Ewilan
D’un monde à l’autre, tome I
D’après l’oeuvre originale de Pierre Bottero
Adaptation de Lylian – Dessins de Laurence Beldetti
Couleurs de Loïc Chevalier

.
.
Camille est une jeune collégienne de treize ans peu commune. Elles est la première à reconnaître qu’elle se perd souvent dans les rêves et qu’elle préfère la compagnie des livres à celle de ses camarades. Plus qu’une source d’informations, les livres ont un rôle réconfortant.
Souvent, ses pensées la plongent dans des mondes fantastiques qu’elle aime dessiner et, dans ses voyages, rencontrer des êtres venus d’ailleurs, comme des insectes géants affublés de mandibules inquiétantes, ne l’effraie même pas car ils sont de l’ordre de l’imaginaire !
Mais un jour, elle commence à se poser des questions… cela semble si réel, ses pensées se matérialisent et ses chimères sont de plus en plus fréquentes.
C’est à son ami Salim qu’elle confie son trouble car lui seul peut la comprendre.
« – Salim le lion du Cameroun et sa souplesse légendaire sont là pour te secourir en cas de danger ! »

Ce que Camille va bientôt apprendre, c’est qu’il existe un monde qu’on appelle Gwendalavir et qu’elle en est originaire ; elle est Ewilan. Cet univers est contigu au notre et seuls les « Dessinateurs » peuvent l’en approcher. L’imagination est la clef de cette dimension et les chemins sont des spires.
Lorsqu’elle en franchit les frontières avec son ami Salim, Camille rencontre Edwin, un guerrier qui a pour mission de sauver l’Empire des Ts’liches, des créatures « versées dans l’art du dessin et de la guerre » ; Gwendalavir est dans une phase noire et pour contrer la menace, les peuples doivent faire alliance.

D’un monde à l’autre, l’aventure commence…

.
Cet album est une adaptation du roman de Pierre Bottero qui est le premier tome d’une trilogie. Camille, adoptée par les Duciel, est en fait native de L’Empire de Gwendalavir, un monde parallèle. Elle se nomme Ewilan Gil’ Sayan, fille d’Elicia et Altan Gil’ Sayan, Sentinelles et puissants dessinateurs qui protégeaient l’empereur. 
Dans ce tome, en compagnie de son ami Salim, elle prend conscience de ses pouvoirs et s’implique dans le combat contre les Ts’liches, de vilaines créatures qui ressemblent à des mantes-religieuses et qui veulent la tuer.
Je découvre la série avec cette bande dessinée et je suis enchantée. De l’auteur, j’ai lu « A comme Association » et j’avais beaucoup aimé. A travers l’histoire d’Ewilan, je retrouve une ambiance magique, héroïque, pimentée de malice et de verve.
Du domaine de la fantasy, il y a des forêts dangereuses et magnifiques, une cité médiévale avec des remparts, des chevaliers, des animaux étranges et tout ce qui fait le charme de ce genre d’épopée… mystères, combat des forces du bien contre le mal, pouvoirs, légendes, témérité et vaillance… Le thème met à l’honneur l’intensité des rêves et des dessins.
« – C’est dingue, tout est en pierre : Pas un morceau de béton ni le bout d’un fil électrique. Même pas une antenne parabolique ! »
Tout est bien illustré. Au-delà du texte qui garde fidèlement l’empreinte de Pierre Bottero (je le sais après avoir lu de nombreuses critiques sur la blogosphère), les dessins retranscrivent superbement l’ambiance. Traits et colorisation ont beaucoup d’attraits, vif, lumineux, généreux, ils séduiront leur public.
Pour conclure, je remercie Babelio et Glénat pour ce cadeau. Cela m’a donné l’envie de lire la trilogie et de dépasser le cadre un peu réducteur de la bande dessinée. J’ai apprécié les personnages, l’humour, l’histoire… tout ! et je languis de lire la suite.

A recommander.

.
img258

.
.
.
.
.