On a volé le courrier de Petit Papa Noël

Logo Samarian 2

Logo BD Mango NoirUn chalet à Noël avec Chicky Poo, Petit Spéculoos et Samarian

.

.

petit père noel 4On a volé le courrier de Petit Papa Noël – Tome 4
Scénario de Lewis Trondheim
Dessins de Thierry Robin
Couleurs de Corinne Bertrand

.

Mais que se passe-t-il dans le pays du Petit Papa Noël ? Une créature monstrueuse effraie les facteurs de neige et vole leurs besaces avec toutes les lettres des enfants.
Il est temps de mener une enquête !
Aidé de Yéyé le yéti et des diablutins, le Petit Papa Noël se déguise en facteur de neige pour appâter le voleur et le suivre jusque dans sa tanière.

petit père noel 5C’est sous la mer que le Docteur Méchant et ses méchantausores ont leur base, un laboratoire où il procède à d’étranges expériences sur un gaz vert.
Le PPN est fier de lui ! il a mené a bien sa mission en reprenant les piles de lettres. Mais quand il rentre chez lui, il a la surprise de lire que les enfants ont tous commandé le même jouet, une voiture télécommandée. La fabrique n’ayant pas ce modèle, c’est auprès du Professeur Mathuzerod qu’il passe commande du prototype…
Lorsque les plans de la voiture lui parviennent enfin, (le chemin a été long !), le PPN les confie à Yéyé pour qu’il programme la chaîne de montage. Un beau jouet apparaît, prêt à être livré la nuit de Noël.

Cependant… il y aurait comme un petit problème ! La voiture est toxique ! son pot d’échappement lâche une fumée verte polluante qui rappelle celle du laboratoire du Docteur Méchant.

Le PPN aurait-il été piégé ? La bagarre est déclarée ! on ne trompe pas aussi aisément le PPN et on ne contamine pas ainsi la Terre…
.
Quatrième tome de la série, j’ai retrouvé avec plaisir le Petit Père Noël et ses amis.
Un album sans texte comme le précédent et des dessins expressifs, on s’aperçoit que parfois on peut se passer des mots. Message sur l’écologie et la nocivité des polluants automobiles, le scénario est adapté pour les jeunes enfants.
Une série à recommander !

.
petit père noel 6

.

.

.

Le marquis d’Anaon, L’île de Brac – Tome 1

Logo BD Mango Noir
Les mercredis BD avec Mango and Co

.

.

Le-Marquis-dAnaon-Tome-1
Le marquis d’Anaon
L’île de Brac – Tome 1
Scénario de Fabien Wehlmann
Dessin de Matthieu Bonhomme

.

Une île, au large des côtes bretonnes, au XVIIIe siècle,

Précepteur, Jean-Baptiste Poulain arrive sur l’île de Brac pour s’occuper du fils du baron de Brac, mais à peine débarqué, il prend conscience de l’hostilité des villageois pour cet homme qui semble régner en despote… « l’Ogre ».
Conduit au manoir par Yvon l’intendant et bras droit du baron, le jeune homme reçoit un bon accueil par le maître qui se révèle être un personnage fort aimable, proche des gens qui l’entourent. Mais un drame survient le soir même… On vient de découvrir le corps de Nolwen, le fils du baron ; le jeune garçon aurait été piétiné par son cheval.
Le bateau qui l’avait amené étant déjà parti, Jean-Baptiste ne peut retourner sur le continent et se voit obliger d’accepter l’hospitalité du baron pour un mois.

img550bRetrouvant le conteur qu’il avait rencontré lors de son voyage, Jean-Baptiste s’entretient des mystères de l’île, du décès du pauvre enfant et des soupçons qui l’obsèdent.
Il y a des légendes qui puisent leurs origines dans la vérité. Quinze ans auparavant, on a retrouvé dans la forêt des restes de corps d’enfants. Même si le meurtrier a été arrêté, des rumeurs continuent à se répandre et à alimenter le mythe du gardien  de l’autre monde.

« – Alors peut-être croirez-vous la légende qui prétend que l’île cache une porte… une porte donnant sur l’autre monde.
– Vous voulez dire de l’au-delà ?
– Ce n’est ni tout à fait la mort, ni tout à fait la vie : l’autre monde est partout autour de nous, mais sans qu’on puisse le voir. C’est le royaume des êtres féériques et des esprits errants, le domaine secret où se cachent les créatures qui hantent nos rêves et assaillent les fous. On dit que quelques hommes courageux ont franchi cette porte guidés par un lièvre ou un cerf blanc, et qu’ils en sont revenus chargés d’or… mais vieillis de mille ans. On dit aussi que cette porte a un gardien… un monstre sans pitié… »

Jean-Baptiste, l’étranger qu’ils appellent marquis d’Anaon, le Seigneur des âmes en peine, va être confronté à la hargne des villageois et à de diaboliques manigances.

.img550a
.

On découvre dans ce premier album, le personnage de Jean-Baptiste, un jeune homme intelligent et curieux, ancien étudiant en médecine, pris dans le fantastique des contes et légendes des terres de Bretagne. Histoires de naufrageurs, de mondes parallèles, de fantômes, d’un ogre qui tuerait des enfants, et bien d’autres intrigues qui racontent l’obscurantisme, face sombre du siècle des lumières.
J’ai aimé le scénario et le graphisme. L’ambiance est noire, un peu dépouillée, violente et inquiétante. La peur est omniprésente… tout pour me plaire !
Jean-Baptiste, enquêteur de l’obscur, va voyager. Dans le prochain tome, nous le trouverons en Auvergne, avec « La vierge noire ».

.

img551

.

.

 

Les proies

logohalloween14
Octobre sur le vaisseau fantôme avec
Hilde et Lou

.

.

les proiesLes proies
Amélie Sarn

.

Toulon,
Dans le Centre de Recherche de l’Armée, deux biologistes se congratulent. Ils ont découvert un sérum qui va révolutionner le monde. Si l’un se pose des questions d’éthique, le second n’a aucun doute ! L’éternité n’est plus un absurde fantasme.
A l’étage, des prisonniers se sont portés volontaires pour subir des tests. Tous les jours, ils se font prélever du sang en échange d’une remise de peine. Zoltan, un jeune délinquant pris pour braquage, envisage de changer de vie. A sa libération, il partira loin pour que son oncle n’exerce plus de pression sur lui.

« – Putain, râle Paul. J’espère qu’ils nous refilent pas des maladies ! C’qui m’a fait le plus flipper, c’est la décharge qu’ils nous ont fait signer. Le mec a eu beau m’expliquer que c’était juste pour l’administration, ça m’a pas inspiré confiance. Mais en même temps… Y m’a dit que je resterais pas là plus de six mois et dans la balance, six mois ou trente-six mois, y a pas à tortiller !
Zoltan prend une grande inspiration. Il a accepté pour les mêmes raisons que Paul. Entre sortir dans six mois avec un casier vierge et rester à Orvault encore un an et demi avec un contrôle judiciaire jusqu’à ses vingt-cinq ans…
– Pour le moment, ils font que nous prendre du sang, alors c’est certain qu’ils ne nous inoculent pas de maladie, marmonne-t-il plus pour lui-même que pour son compagnon de chambrée.
– Ouais, j’espère que t’as raison, renifle Paul avant de vider sa tasse de café d’une traite.
Alors qu’il s’apprête à la reposer, une sirène assourdissante retentit dans tout le bâtiment… »

Bordeaux,
Margot, seize ans, vit avec son père un ancien journaliste qui a tout abandonné à la mort de sa femme. Maniaco-dépressif, il reste reclus dans leur appartement et laisse à sa fille toutes les responsabilités. Soutenue par Pauline, sa meilleure amie, et Lucas, son petit copain, Margot veut être une adolescente comme toutes les autres mais c’est sans compter les rancœurs et la cruauté d’un certain groupe de filles mené par Ava Van Deleist, la fille d’un homme d’affaires millionnaire. Leur dernière médisance se porte sur Lucas qu’elles auraient vu en compagnie d’une autre fille…

Enzo est un petit garçon qui aime lire. La bibliothèque municipale est pour lui un refuge. Ses parents et sa sœur ne le comprennent pas et trouvent anormal qu’il lise autant. Le livre qu’il ne quitte jamais ? « Le Petit Prince », un enfant solitaire comme lui.

Roger est armurier dans la boutique que son grand-père et son père ont tenue avant lui. Ce n’était pas sa vocation mais il a fallu qu’il gère cet héritage. Sa passion est la pâtisserie. Alors, quand il baisse le rideau de fer, il va dans sa cuisine confectionner des gâteaux. Il est un ténor des fourneaux.

Pedro, un détenu du Centre de Recherche, rêve de se venger de sa femme qui veut le quitter, et lorsqu’il a l’opportunité de s’évader, il la saisit. L’alarme se déclenche, les militaires essaient de l’attraper mais rien ne peut l’arrêter, même pas cette grippe qui l’affaiblit et le fait tituber. Son obsession et sa rage le font avancer… Il perd connaissance dans le train qui le mène à Bordeaux et meurt. Il ressuscitera quelques heures après…

C’est « l’implosion ».
Tous les lieux publics ferment, un état d’alerte est proclamé sur toutes les ondes. Il est conseillé aux gens de rester chez eux. Une épidémie se propage rapidement et les conséquences sont mortelles. Personne ne sait encore d’où elle vient et comment on peut la stopper. Il ne sera pas nécessaire d’attendre longtemps pour comprendre que les « contaminés » deviennent des zombies, une armée affamée qui cherche des proies à dévorer.
Margot, son père, Pauline, Lucas, Enzo et Roger vont organiser leur survie et tenter de découvrir l’origine du mal.

 .
Je lisais et il me semblait voir un épisode de « Walking Dead » !
Ayant apprécié l’année dernière le livre « Zombies panic », ma bibliothécaire m’a donc remis ce roman en me disant : « Ça va vous amuser ! ».
L’auteur nous présente ses personnages dans la première partie « Implosion ». Certains se connaissent, gravitent dans la même ville, d’autres non. Et seulement quelques uns se réuniront pour une deuxième partie plus dense intitulée « Survie ». « Zone Z » sera la dernière et la troisième.
Deux scientifiques trafiquent depuis des années la génétique et font « la » terrible découverte. Très vite, on plonge dans le chaos et la fin de notre monde. Les survivants ne sont pas nombreux dans cet apocalypse, ils doivent s’entraider et taire leurs animosités, oublier leurs phobies, faire preuve d’ingéniosité, de courage (chaque personnage amène son histoire personnelle). Margot est le leader de la troupe, trop habituée à assumer seule son quotidien et celui de son père depuis trois ans. Intelligente, généreuse, héroïque, elle suit son instinct et insuffle du dynamisme au groupe. Tout au long du récit, les questions se bousculent, mais une revient souvent… combien de rescapés restent-ils ? L’épidémie s’étend et dépasse les frontières. L’incubation commence comme un simple rhume. Ils sont là, à errer, à attendre, à renifler l’odeur de chair humaine, « fraîche ». Ils sont l’inconnu, le voisin, le parent… Les zombies sont à l’image de ce que l’on peut imaginer… déglingués, déguenillés, très forts… trèèès gourmands.
Le rythme n’a pas de temps mort, ça pulse, c’est peu ragoûtant, il y a de l’humour, de l’amitié, des jalousies, de l’hémoglobine, des frissons… Si la facture reste classique avec certains clichés, elle reste distrayante et m’a fait passer un bon moment.
Quant au dénouement, je rejoins certains lecteurs. La fin est abrupte et j’aurais aimé qu’elle soit plus aboutie. Mais peut-être que l’auteur nous réserve une suite…

Un conseil ! Gardez une provision de désodorisants WC dans votre cellier… et investissez dans un FAMAS (fusil d’assaut de l’Armée Française). Sait-on jamais !

Un roman jeunesse sympathique à recommander.

D’autres billets chez Clarabel,

.

Walking Dead tome 12 - Un monde parfait
BD « Walking dead », de Robert Kirkman (scénario) et Charlie Adlard (dessin)

.

.

.