La dame qui tue


« Polars » de Liliba

Lecture commune avec Nahe
.
.

.Dinky rouge sang, Tome I
L’assassin est au collège, Tome II

.
la dame qui tueLa dame qui tue
Marie-Aude Murail

.

Italie, Voltuci,

Nils Hazard, professeur en Étruscologie, reçoit une lettre de ses étudiants partis faire des fouilles en Italie. Ils auraient trouvé des tablettes d’argile près d’une tombe. Aussitôt, Nils souhaite les rejoindre avec sa secrétaire et assistante, Catherine Roque….

Il retrouve avec joie son ami le professeur Massimo Paleotti, mais ce plaisir se teinte de colère lorsqu’il apprend que leur découverte n’est en fait qu’une vilaine plaisanterie de potache ! La déception est amère, toutefois, puisqu’il est sur place, Nils décide d’approfondir les fouilles. La tombe a un atrium avec des salles dont une a un labyrinthe. Celui-ci pourrait les mener au trésor, la chambre funéraire du roi Porsenna.
L’endroit est peu sûr et il semble que l’on ait mis des pièges pour dissuader l’envahisseur ou les tombaroli, des pilleurs de tombes qui ont déjà essayé de se faufiler dans le dédale. Rien ne refroidit l’enthousiasme de Nils et rien ne freine son avancée, pas même la jambe cassée d’un de ses étudiants, ni les légendes sur la Dame qui tue, ni les jérémiades de Mateo, un pauvre fou… rien, sauf deux squelettes.
Police et médecin légiste se penchent sur les os. Pas besoin de carbone 14 pour voir que les cadavres ne datent pas du VIème siècle avant J.C. ! Un homme et une femme, jeunes, tués par balle, racontent une tragédie survenue il y a une trentaine d’années.

Nils, toujours avide de mystères à élucider, commence son enquête, en parallèle de celle menée par la police qui pense à un suicide passionnel. Dans la famille de feu Marcello Marzetto, l’archéologue qui a découvert la tombe, sa femme, Graziella Marzetto, est la seule à pouvoir apporter quelques informations susceptibles d’étayer l’investigation. Entourée de sa fille, son gendre et ses petites-filles, elle se rappelle trente ans auparavant de la disparition de sa sœur jumelle et de son mari.

Vieille histoire qui ne refait surface qu’avec la reprise des fouilles archéologiques et la découverte des squelettes ? Hélas, non ! Bientôt, un meurtre actualise la tragédie.
Quel est ce fantôme de la Dame en noir qui tue ? Légende ou alibi ?

.
Le troisième tome des aventures de Nils Hazard confirme les traits de caractère dévoilés ou suggérés dans les épisodes précédents. Notre professeur est un enquêteur pointilleux et perspicace. Mais s’il est toujours soucieux d’établir la vérité, il est capable aussi d’adapter ses conclusions et de rendre une justice personnelle. 
Avec les fouilles qui livrent ses secrets et son lot d’aventures à la Indiana Jones, il y a une énigme à résoudre. Elle est sinueuse et diabolique, faite de faux-semblants.
En ce qui concerne ses rapports avec Catherine, ils sont toujours fantasques. Leurs réparties sont impertinentes, ils se vouvoient (même dans un lit), cachent leur tendresse et Nils, goujat, continue à reluquer la gente féminine. Il faudrait que Catherine lui rende la pareille… Si j’ai aimé les décors, l’histoire et le suspens, j’ai un regret sur la personnalité de Nils qui reste dans son univers et garde ses distances. Il se fait traité de « vieux beau » par un de ses étudiants et je partage entièrement ce sentiment !
Cette lecture est difficile à définir car elle a un côté désuet qui détonne. On ne sait exactement où la situer dans le temps, elle est actuelle et vintage ! Comme je le disais précédemment, elle me rappelle mes livres de la bibliothèque verte.

Je continuerai la série avec mon amie Nahe et « Tête à rap ».

.

Van_Baburen_-_Mucius_Scevola_devant_Porsenna.

Peinture de Dirck Van Baburen – Mucius Scevola devant Porsenna

.

.

.